L’extrême prudence de nos élites face à l’islamisme

Publié par le 7 Oct, 2019 dans Blog | 7 commentaires

L’extrême prudence de nos élites face à l’islamisme

Il est temps de faire une analyse de la façon dont les politiques et les médias ont rendu compte de l’attentat que l’on peut enfin qualifié d’islamique et qui a endeuillé la Préfecture de police de Paris.

A fur et à mesure que les informations accusent les services de l’Etat, Christophe Castaner est de plus en plus sévère avec lui-même en parlant de dysfonctionnement et de faille d’Etat. Mais il nie tout scandale d’Etat et donc … ne démissionne pas !

La question que nous sommes probablement nombreux à nous poser après cet événement d’une exceptionnelle gravité qui fait désormais peser une forte menace au sein même de la défense des citoyens est la suivante :

Connaissant la frilosité des politiques à nommer l’ennemi islamique et sa propension à faire des diversions pour ne pas l’impliquer directement, ne s’interdit-on pas de faire la purge nécessaire des éléments radicalisés dans tous les services de l’Etat ?

Voici un article d’Arnaud Lacheret, paru dans Causeur, qui dénonce cette attitude finalement complaisante des élites :

« Attendons la fin de l’enquête » répètent-elles devant l’évidence d’attentats islamistes

En faisant la politique de l’autruche à la suite de chaque attentat islamiste, politiques et médias contribuent à amplifier la défiance des citoyens français à leur égard.

Suite à l’attentat de la Préfecture de police, nous avons une nouvelle fois droit aux habituels éléments de langage enjoignant chaque commentateur à de la prudence, et à attendre « la fin de l’enquête… »

C’est ce que l’on dit à chaque fois : laissons la police travailler et donner ses conclusions. Ne soyons pas trop hâtifs, soyons prudents, ce n’est peut-être pas ce que l’on croit.

Coups de folie, loups solitaires…

Alors je peux accepter d’attendre la fin de l’enquête, mais pour les autres attentats, la « fin de l’enquête » arrive la plupart du temps des mois plus tard avec un petit entrefilet qui ne dit rien. 

Pour Mohamed Merah, qui se souvient de la fin de l’enquête ? Longtemps après sa mort, on parlait encore de loup solitaire, de coup de folie… Avant qu’un Gilles Kepel ne s’aperçoive qu’en fait il était parfaitement relié à un réseau terroriste. Sauf que lorsque Kepel a écrit là-dessus, qui l’a relayé ? Personne car le sujet était déjà daté.

Pour le récent attentat de Villeurbanne, on nous a aussi dit d’attendre les résultats de l’enquête, on nous a aussi parlé d’un déséquilibré.

Ces éléments de langage pour vous endormir

Pour l’attentat de Lyon, les mêmes éléments de langage ont été donnés, pour celui de la préfecture de police, c’est, sans surprise, le même réflexe : « surtout, n’en parlons pas ».

Beaucoup seraient d’accord pour attendre les résultats de l’enquête. Mais pour cela il faudrait accorder un minimum de confiance en la justice, en la hiérarchie policière et en la presse parisienne pour relayer et mettre en valeur les faits bruts et pas cette communication à base de « c’est un acte isolé », « ça n’a rien à voir », « c’est un coup de folie » …

Un « coup de folie » qui fait préparer une bombe artisanale et la déposer dans une poubelle devant une boulangerie avenue Victor Hugo à Lyon ?

Un « coup de folie » qui fait qu’un demandeur d’asile prend un couteau et un pic à viande, se rend à la station de métro Laurent Bonnevay à Villeurbanne et se met à frapper ceux qui « ne lisent pas le Coran ? »

Une France envahie par les déséquilibrés ?

Un « coup de folie » qui fait qu’un agent administratif fait rentrer un couteau un beau matin dans un des lieux les plus sécurisés de France et tue 4 personnes et en blesse grièvement une autre ? 

Bref, ce sont des « coups de folie » qui durent tout de même depuis pas mal de temps et qui font accomplir des actes sacrément réfléchis. 

Ce genre de communication, qui est un automatisme aussi bien politique que médiatique a exactement l’effet inverse de celui qui est recherché : cela brise complètement la confiance entre les citoyens et ceux qui s’adressent à eux. Cela ne peut que faire naître du complotisme et il suffit de se rendre sur les réseaux sociaux pour comprendre le côté délétère de telles annonces.

Là où la pression médiatique pousse à minimiser, rechercher l’excuse psychiatrique quitte à paraître ridicule après coup, dans le seul but de ne pas effrayer l’auditeur, peut-être serait-il temps de se rendre compte que cette extrême prudence a exactement l’effet inverse et coupe les derniers liens de confiance qui existaient entre le peuple et les institutions chargées de sa sécurité et de son information.

Arnaud Lacheret pour Causeur.

Merci de tweeter cet article :





7 Réponses à “L’extrême prudence de nos élites face à l’islamisme”

  1. Castaner, démissionner ?
    Vous n’y pensez pas !
    D’abord parce qu’il n’a pas reçu la permission pour le faire ; ensuite, ces gens-là tueraient père et mère pour rester, qui au château; qui au perchoir; qui dans les lieux d’aisance de la Place Beauvau 😉

  2. Castaner est un pantin doublé d’un baltringue ! le vrai ministre c’est Nunez. Sauf que, Nunez était en poste à la PP de Paris depuis 2012, et que s’il ne peut être mis en cause directement, il a participé au laisser aller, laisser faire, fermons les yeux, pas de vagues « on va régler ça en interne » !
    Et comme le dit Kepel: «La première chose à faire pour notre hiérarchie policière, c’est son examen de conscience».
    La commission d’enquête parlementaire, permettra également aux policiers qui avaient tenté de donner l’alerte de s’exprimer sans crainte de représailles. Il y a un sacré dépoussiérage à faire, pour ne pas dire un grand coup de balai !

  3. Castaner doit démissionner, il est indéfendable
    lorsqu’il a vu, parce qu’il a vu et su comment avez été tué les policiers (égorgés) cela aurait dû l’appeler à la prudence et ne pas affirmer aussi catégoriquement que l’acte de l’individu n’était pas un acte terroriste.
    Hier il se défausse sur les policiers, il m’écœure.

  4. Commissions d’enquête au sénat et l’assemblée?????????
    Ben voyons!
    C’est du kaka tout ça, il n’en sortira rien de concret pour combattre le noyautage des piliers de la république.
    Police, armée, administrations
    Noyautage religieux et autre………

    Tous ces fonctionnaires, hauts fonctionnaires, politques de tous bords, syndicats n’en ont rien à faire des victimes des attentats ou des joueurs de couteau ……….

    Je ne sais pas quel attrait à cette religion pour eux pour tant prendre leur défense! Ils tuent et ils leur trouvent des circonstances atténuantes………
    Par contre Zemmour pas bien……….

  5. N’oublions aussi ceux qui collaborent !

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *