« Liberté, Égalité, Décolleté » !

Publié par le 25 Juin, 2019 dans Blog | 5 commentaires

« Liberté, Égalité, Décolleté » !

#JeKiffeMonDécolleté

Ce « hashtag » a fait un malheur le week-end dernier.

Il avait été créé par Zohra Bitan, chroniqueuse des « Grandes Gueules » sur RMC, après qu’une jeune femme ait été traitée de « Sale pute » à cause du décolleté ci-contre, que d’aucuns jugeront tout à fait correct, au sens occidental du terme.

Je souhaiterais rapprocher deux articles commentant cette histoire et tout deux écrits par des femmes :

1 – Sus au crime de lèse-décolleté ! (texte intégral)

Le 18 juin 1940, à la radio, le général de Gaulle parlait à ses compatriotes depuis Londres, pour refuser l’asservissement de la France à l’Allemagne nazie. Le 18 juin 2019, sur Twitter, Céline B. publiait ce qui n’était pas encore un appel, pour une affaire que seuls de petits esprits jugeront de moindre importance.

Plus court que celui de son prédécesseur, son discours peut être retranscrit dans son intégralité. En voici la première moitié : « Donc… d’après un type croisé tout à l’heure… ceci [une photo est jointe au texte, NDLA] est “un décolleté de sale pute”. »

Comme Dorine à Tartuffe, qui s’exclamait en la voyant entrer : « Couvrez ce sein que je ne saurais voir ! », elle aurait pu lui répliquer : « Certes je ne sais pas quelle chaleur vous monte : / Mais à convoiter, moi, je ne suis point si prompte. »

Ou, parodiant Cyrano et sa tirade du nez, moucher ainsi le morveux :

« Ah ! non ! c’est un peu court, jeune homme !
On pouvait dire… Oh ! Dieu !… bien des choses en somme.
En variant le ton, – par exemple, tenez
 :

Attentionné : « Je crains qu’un rayon de soleil
Ne change en écarlate ce précieux vermeil. »
Naïf : « Ces baudruches flottant au vent d’été,
Est-ce pour une noce ou le bal des pompiers ? »
Provençal : « Vé, Panisse, ces deux gros melons ;
Je te parie dix francs qu’ils sont de Cavaillon ! »
Admiratif : « Quels vers passionnés et profonds
Lamartine eût écrits au fond de ce vallon ! »

Mais tout le monde n’a pas l’esprit de repartie. Alors, elle a vidé son sac en rentrant chez elle, sur le Net : « Mec mes seins et moi on t’emmerde bien fort tu sais. » Certes, la forme laisse un peu à désirer mais, comme l’écrivait Musset, « qu’importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse ! » De fait, ces mots sont rapidement montés à la tête de milliers de femmes. Zohra Bitan, chroniqueuse des « Grandes Gueules » sur RMC, y est allée de son tweet : « N’oubliez pas les filles, demain samedi 22 juin 18 h, en attendant la #Canicule et en guise de résistance à la police vestimentaire qui tente des percées çà et là #JeKiffeMonDecollete en image ici ! Préparez vos photos. » Selon L’Obs, « le hashtag #JeKiffeMonDecollete est arrivé ce week-end dans le top 3 des Tendances France sur Twitter, regroupant plus de 16.500 tweets », dont celui de Véronique Genest, l’ex-Julie Lescaut : « Il n’est pas né celui qui me dictera ma façon de m’habiller. »

Toutes revendiquent, explique L’Obs« leur droit à porter un décolleté et, plus largement, à s’habiller comme elles le souhaitent, sans subir de regards ou de commentaires déplacés, surtout avec la canicule annoncée cette semaine ». La canicule a bon dos : ces femmes réclament tout bonnement le droit de se déshabiller comme elles le souhaitent sans subir les regards placés justement là où leur tenue les appelle. Alors, que faire ? Instaurer le port obligatoire du bandeau sur les yeux pour les hommes ? Mettre un flic à chaque coin de rue pour verbaliser les keums qui ne kiffent pas leur décolleté ? Vite, Schiappa, une loi ! Et qu’on nous change notre devise ringarde. Zohra Bitan a déjà trouvé la nouvelle : « Liberté, Égalité, Décolleté » !

Restent les injures, effectivement condamnables. Mais elles sont déjà punissables par la loi sans que des féministes désœuvrées ne se mêlent de faire du port du décolleté une grande cause nationale

Christine Célérier pour Boulevard Voltaire

J’aurais juste une remarque sur l’article précédent, quand les femmes revendiquent le droit de s’habiller comme elles le veulent « sans subir de regards ou de commentaires déplacés ».

Tout en étant d’accord pour m’interdire les commentaires déplacés, je revendique, à mon tour, hashtag #JeKiffeLeursDécolletés,  le droit d’admirer la beauté des femmes, et notamment leurs jolis décolletés.

2 – Sur Twitter, le hashtag #JeKiffeMonDécolleté, degré zéro de la subversion (extraits)

Je vous laisse le soin de lire l’article complet ici, en en publiant ici que des extraits.

Comble du courage politique ? Le post de photo sur Twitter. Comble de l’élégance ? Les décolletés vulgaires, accompagnés d’une phrase argotique. D’indignation stérile en dénonciation choisie, le féminisme “ hashtag ” a encore une fois tout faux.

Dénoncer le sexisme, ou plutôt attirer, par le ridicule de la dénonciation, les commentaires Twitter les plus sexistes… Dernier chantier de la gauche-hashtag et du nouveau féminisme si prompts à lutter virtuellement sur les réseaux, le mot-dièse #JeKiffeMonDécolleté, qui a enflammé le fameux réseau social tout le week-end. La signification de ce « mot-dièse » ? Etre une femme et dire au monde entier qu’on est libre de porter les vêtements que l’on veut, y compris des tenues sexy, sans avoir droit à des remarques sexistes, (et donc faisant de la femme un pur objet sexuel, notez bien). Soit. Tout cela part d’une bonne intention, encore que l’on soit en droit de se méfier de Twitter, ce lieu virtuel où tout est passionnel, rien n’est souvent réfléchi, où l’émotion prime sur la raison. […]

Serait-il possible au féminisme moderne d’être utile une fois au moins dans sa vie ? Pour dénoncer réellement ceux qui importunent les femmes dans les rues, il faut les nommer, les caractériser. On s’attarderait à dire que certains hommes véhiculent une culture profondément machiste et l’importent en France, qu’on ferait peut-être avancer les choses. Que des cultures et des religions extra-européennes influent sur la manière dont évoluent les mœurs en France, par exemple aussi, et qu’il s’agirait de veiller à l’intégration des valeurs dites républicaines que certains de nos concitoyens ont le luxe de mépriser. Avoir du courage, ce n’est pas prendre en photo son décolleté et le poster sur Twitter. C’est, d’abord, passer outre l’autocensure qu’impose l’antiracisme. Se serait, encore, plus largement, non pas sensibiliser les jeunes garçons avant qu’ils ne deviennent des hommes. Non, mais les éduquer, tout simplement. 

Solange Bied-Charreton pour Valeurs actuelles.

Outre une virulence des critiques hors de propos, je trouve le texte précédent assez ambigu. S’agit-il de stigmatiser des comportements propres à des populations extra-européennes qui n’ont pas notre culture d’égalité homme-femme ? Ça n’est pas clair ! En l’occurence, les propos déplacés sont à condamner d’où qu’ils viennent ! Il y a aussi des « beaufs » de souche ! Le hashtag #JeKiffeMonDécolleté me semble tout à fait universel à cet égard.

A vous de juger.

Merci de tweeter cet article :





5 Réponses à “« Liberté, Égalité, Décolleté » !”

  1. « Véronique Genest, l’ex-Julie Lescaut : « Il n’est pas né celui qui me dictera ma façon de m’habiller. »

    –> Moi non plus.
    Et malgré mon âge, j’estime avoir encore un beau décolleté (et mon mari aussi, hihihihi..)

    Alors, que faire ? Instaurer le port obligatoire du bandeau sur les yeux pour les hommes ? Mettre un flic à chaque coin de rue pour verbaliser les keums qui ne kiffent pas leur décolleté

    –> Que faire? Simple : interdire une certaine religion , ou lui imposer de prier et de manger comme elle le veut chez elle…
    Et de vivre à Rome comme les romains.
    Sinon : retour chez eux direct!!!

    Il fait chaud en été, et 30°C n’est pas une température caniculaire, ou alors il faut me dire ce qu’est une température normale sous nos cieux : 20° en plein soleil en été?

    Déjà que mon jardin et ceux des autres, d’ailleurs, a 15jours, voire 3 semaines de retard par rapport à il y a au moins 3 ans! …
    (qui plus est par rapport aux années 1960, où nous n’avions pas le droit de sortir avant 17h!)

    Néanmoins malgré les carabistouilles médiatiques pour nous vendre une nouvelle taxe baptisée Lutte contre le REchauffement Médiatico-climatique », je trouve en cette belle période d’été , qu’un beau décolleté orné d’une croix en or, en argent, en diamants, c’est superbe :
    c’est fou ce qu’hier, à ma réunion, nous les femmes, nous avions de l’allure ainsi. (toutes avions une croix, dans ce milieu plutôt non croyant)

    Chacune sa révolte. Nous, nous la vivons, et sans complexes.
    Nos partenaires masculins sont ravis et ce n’est pas pour cela qu’ils nous sautent dessus. Ils sont respectueux, polis et bien élevés, ce qui n’est pas le cas des barbares qui nous envahissent.

  2. Il paraît que pendant le siège ultime de Constantinople, la préoccupation majeure des assiégés était de déterminer le sexe des anges. C’est une légende, bien sur, mais j’y trouve quelque ressemblance avec la France d’aujourd’hui, nous pérorons sur de futiles sujets pendant que le pays coule.

  3. j’adore….
    Lu sur V.A.

    Intitulé « Contre l’islam radical, tous à poil pour faire bouger Piolle », cette initiative vise aussi à interpeller le maire EELV de la préfecture iséroise, Éric Piolle. « Les islamistes veulent imposer le burkini dans les piscines de Grenoble. Le maire fait preuve d’un attentisme et d’une inaction préoccupants », peut-on lire en description du groupe Facebook. « Face à cela, nous appelons à la constitution d’un mouvement citoyen, écologiste et laïque : dimanche prochain, nous invitions toutes les citoyennes et tous les citoyens attachés aux valeurs de la République à se foutre à poil devant les commandos en burkini ! Sur les Lumières elles veulent mettre l’éteignoir : ensemble, tombons les peignoirs ! Vive la laïcité décomplexée ! Contre l’islamisme tous à poil pour faire bouger Piolle ! », poursuit le texte.

    Encore mieux que le décolleté!

  4. Malheureusement je crois qu’il est déjà trop tard… L’Islam nous envahit et nous avons des dirigeants qui laissent faire, secondés par des médias qui nient la réalité avec acharnement.
    Ce matin, sur une radio, nous avons eu droit à des commentaires sur le rapport « l’Islamisme dans les services publics ». Une sociologue expliquait que « bon! pas de quoi fouetter un chat! ça existe depuis longtemps! Médiatiser ce rapport, c’est prendre le risque que les musulmans soient regardés de travers et que les femmes ne soient plus embauchées ».. et tout le reste de la même veine. Circulez, y’a rien à voir! J’ai éteint mon poste tant elle m’a horripilée! Donc, je résume: puisque ça existe « depuis longtemps », on ne fait rien et on laisse la situation se détériorer sans bouger.. CQFD
    Une anecdote particulièrement déroutante: mon petit fils de 4 ans demande à sa maman ce qu’il y a à manger pour le déjeuner. Elle lui répond: des côtelettes de porc. A cette réponse, l’enfant fait la grimace et s’exclame: « ah non! Pas du porc! C’est dégoutant! Renseignement pris sur les raisons de son dégoût: à l’école, les enfants ne veulent pas en manger. Inutile de préciser que l’école est publique et que 50% des enfants de la classe sont « d’origine étrangère ».
    Ce sont peut-être des détails anecdotiques, mais ce sont eux qui font partie de la vraie vie. Et c’est au travers d’eux qu’on peut constater la progression de cet Islam que nos dirigeants s’escriment à nier.

    • He oui, ça commence à l’école: pas de piscine ou de sport pour les filles, suppression de certains passages de l’Histoire, cantine halal (mais sans le dire), augmenter les notes en classe et aux examens pour ne pas dévaloriser certains élèves.
      Nous ne tarderons pas à revenir aux écoles séparées garçons -filles, à certains endroits interdits aux femmes, aux tenues adéquates pour ne pas choquer les hommes, à l’interdiction de tout alcool en vente, de musique, de tableaux ou statues.
      Et si à tout cela, on rajoute la main-mise sur toute la société de quelques minorités (je n’écris aucun nom!)!!!!

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *