« L’islam sera chrétien ou ne sera pas ! »

Publié par le 17 Oct, 2019 dans Blog | 2 commentaires

« L’islam sera chrétien ou ne sera pas !  »

La question islamique est brûlante, ces jours-ci !

Le sujet du port du voile, lors des sorties scolaires, et même dans l’espace public en général, est omniprésent.

Même si deux tiers des Français sont d’accord pour interdire le voile lors des sorties scolaires, il y a fort à parier que le gouvernement ne fera pas voter une loi dans ce sens !

« Il ne faut pas stigmatiser ! »

Voici une chronique de Sonia Mabrouk parue dans le dernier numéro de l’Incorrect, une revue que je ne saurais trop vous conseiller :

Dans Douce France où est passé ton bon sens ? (Plon), Sonia Mabrouk tire la sonnette d’alarme : l’Europe occidentale est menacée par une mondialisation qui diffuse l’ignorance et favorise l’islamisme. Musulmane, elle en appelle au sursaut d’un pays, la France, qui doit assumer son héritage catholique.

Dans votre essai vous faite appel au « bon sens ». Pourquoi ?

Ce qui est trop évident est toujours suspect. Quand j’ai dit que j’allais écrire un livre sur le bon sens j’ai suscité le doute chez certains. C’est tout juste si on ne m’a pas soupçonnée d’être populiste.

Mais qu’est-ce que le populisme ? Si on revient à la racine du mot, c’est être proche du peuple. Moi, je crois en une intelligence instinctive. Je crois au pouvoir des livres mais aussi au bon sens que l’on a par trop rigardisé en France alors qu’il est une forme d’intelligence qui me parait indispensable à la compréhension du monde.

Nous avons, nous Français, le bon sens que mettait en valeur Descartes, mais qui n’est malheureusement pas la chose la mieux partagée du monde, quand les Anglais ont le sens commun ou la common decency chère à Georges Orwell. Il est vrai que ces notions paraissent parfois étriquées à certains mais justement, je veux m’inscrire en faux contre cette tendance à ridiculiser le bon sens, qui existe ces les intellectuels.

Au fil de votre réflexion où vous abordez les questions ayant trait à l’islam et à l’islamisme, vous distinguez le spirituel du religieux.  Qu’entendez-vous par « spirituel » ?

Pour moi, la spirtualité est plus vaste quelle religion. Quand je rentre dans une église, une synagogue ou une mosquée, je ressens la même émotion et j’en déduis que la spiritualité transcende le religieux : elle est universelle et ne dépend pas d’un cadre dogmatique.

Le religieux pose un cadre, la spritualité dépasse les cadres. On peut être agnostique et même incroyant et être ému spirituellement parlant. La beauté d’une église catholique peut me bouleverser alors que je suis musulmane. A ce sujet, l’exemple de Michel Onfray me paraît probant : dans Le Point, il racontait récemment comment il se retrouvait sous la nef d’une église et décrivait son sentiment. Il était habité, à ce moment-là, par quelque chose qu’il ne pouvait appréhender en tant qu’athée. C’est ce « quelque chose » qui dépasse le cadre proprement religieux. Le spirituel est immanent. Chacun de nous, à un moment de sa vie, a ressenti cela.

Très inquiète devant les progrès de l’islamisme, vous appeliez à « spiritualiser l’islam par le christianisme ». Que voulez-vous dire ?

Le christianisme et l’islam sont frappés par deux maladies respectives. Chacune de ces religions a en elle le remède du mal qui frappe l’autre. D’un côté, nous avons un islam agressif et revendicatif, mais cette violence cache une faiblesse car le monde musulman se porte mal. Les chrétiens, au contraire, souffrent d’inhibition, ils n’osent pas assez s’affirmer. Si les chrétiens étaient plus sûrs d’eux, ils pourraient influencer favorablement les musulmans. L’absence d’affirmation des catholiques nuit au dialogue avec les musulmans. Ce n’est pas en faisant profil bas devant l’islam que les chrétiens seront respectés des musulmans. Ce que je crois, c’est que les musulmans doivent pouvoir s’ intégrer dans le creuset chrétien qui afait la civilisation occidentale.

On oppose l’islam au christianisme alors qu’à certains égards leurs aspirations sont complémentaires. C’est en ce sens que je parle de « spiritualiser l’islam ». Mon prochain livre traitera de ce thème. Je ne supporte plus ce pessimisme ambiant. Il n’y a plus que des théories sur le naufrage et le déclin. Je voudrais réfléchir à la possibilité d’un espoir de coopération entre chrétiens et musulmans en France même.

Je lis les islamologues actuels, notamment Olivier Roy que j’apprécie particulièrement, pour essayer d’y voir plus clair. Je voudrais étayer mon intuition et ma conviction sur un raisonnement qui ne trahisse pas ce que me dicte le bon sens.

Les islamistes éprouvent d’autant plus un sentiment de toute puissance que l’on a peur d’eux. C’est en assumant ce que nous avons été : une civilisation marquée par le christianisme, que nous aurons moins peur.

Vous semblez pourtant pessimiste sur l’avenir de notre civilisation …

J’ai beaucoup aimé le livre d’Amine Maalouf sur le suicide des civilisations, mais en même temps je me dis que ce n’est pas possible. Je n’arrive pas à croire que la plupart d’entre nous vont admettre la fin de la civilisation, la fin des traditions et de la spiritualité chrétienne. Je ne peux pas accepter cette résignation qui est en grande partie fondée sur l’ignorance.

Pourquoi l’islamisme séduit-il des jeunes ? Parce que ceux-ci n’ont aucune mémoire de ce qu’a pu signifier l’islam dans le passé, ils n’en savent rien et en ont une vision déformée. C’est pour cela que je ne suis pas contre l’enseignement de l’arabe. Certains croient que la connaissance de la langue arabe mène droit à l’islamisme.  C’est l’ignorance qui y mène. Je ne crois pas que l’islamisme va gagner la guerre contre nous. Nous n’allons certes pas bien mais l’islam aussi est malade. Le monde musulman est lui-même en déclin, c’est pourquoi je ne crois pas au « Grand remplacement » théorisé par certains.

Que pensez~vous du retour sur scène de Tarik Ramadan ?

Comment ce personnage peut-il prétendre comparer sa situation à celle d’Alfred Dreyfus ? Quel manque de dignité ! C’est un témoignage de plus de sa perversion mentale. C’est quelqu’un qui exploite depuis toujours le filon victimaire.

Un islamologue catholique a un jour proféré cette boutade : « le drame est que le christianisme est mieux que l’islam, mais que les musulmans sont mieux que les chrétiens.  » Qu’en pensez-vous ?

C’est une boutade profonde. Je suis choquée par la pusillanimité des catholiques. Il ne s’agit pas de porter sa foi en étendard mais on sent une faiblesse d’affirmation chez les catholiques.

Je ne comprends pas cette retenue qui ressemble à une forme de honte. A côté de cela, il y a un retour aux traditions et aux processions. Ce sont des signes positifs. Certains comme Onfray ne le voient pas, contrairement à HoueUebecq, qui est tout aussi athée. Je partage partiellement le diagnostic que fait Onfray dans Décadence mais contrairement à lui,  je ne m’y résigne pas.

Vous avez aimé Soumission ? Houellebeceq fait-il un juste diagnostic ?

C’est un livre fondateur à mes yeux. Mais au-delà du constat déprimant sur la résignation complaisante de certaines de nos élites, il montre aussi qu’il existe un désir religieux très fort qui s’exprime à travers la nostalgie et la volonté de retrouver le fil d’une tradition perdue.

Quelle est votre perception du pape François ?

Je le trouve trop médiatiquement correct. Son discours sur l’islam n’est pas très pertinent. Ce sont aux musulmans de désigner ce qu’est le « bon islam ». Mais, ils n’y parviennent pas vraiment, c’est là qu’est  le problème. S’ils y parvenaient, l’islamisme ne serait pas à nos portes. Comme le pensait Malek Chebel que j’ai bien connu, il est urgent de réformer l’islam et d’entreprendre un vrai dialogue avec les chrétiens. Là aussi, il me semble que mon idée participe du bon sens. Il ne s’agit pas, comme le demandent certains, de supprimer certains versets violents du Coran, ce qui serait proprement absurde et infaisable, mais de resituer ce texte dans son contexte historique et del’ in1terpréter autrement que littéralement, avec toute la distance qui s’impose.

Dans les médias que vous critiquez au passage pour leur conformisme, votre point de vue n’est pas majoritaire. Avez~vous l’impression d’évoluer en milieu hostile ?

Je ne m’en rends pas compte. Je n’y prête pas vraiment attention. Je sais que certains vont me dire que je critique un système médiatique auquel j’appartiens. Les journalistes ne sont pas des juges et des moralistes, mais des analystes. Tant pis pour ceux qui ne le comprennent pas.

Propos recueillis par Benoit Dumoulin et Paul-François Paoli pour l’Incorrect.

Juste une petite remarque : A qui la faute si les catholiques peinent à s’affirmer. La gauche et bien souvent les médias les vilipendent depuis des décennies.

Lors des manifestations contre le mariage pour tous, ils ont été traités de ringards aux idées nauséabondes, d’homophobes.

A cette époque, j’étais très amusé par le fait qu’après avoir moqué le mariage, l’institution bourgeoise et obsolète par excellente, la gauche en ait assuré la rédemption en l’offrant aux homosexuels !

Merci de tweeter cet article :





2 Réponses à “« L’islam sera chrétien ou ne sera pas ! »”

  1. Je ne suis pas totalement en accord avec ce texte, surtout ce passage :
    Il ne s’agit pas, comme le demandent certains, de supprimer certains versets violents du Coran, ce qui serait proprement absurde et infaisable, mais de resituer ce texte dans son contexte historique et del’ in1terpréter autrement que littéralement, avec toute la distance qui s’impose.

    ….puisque l’exégèse est interdite du fait que ces écrits sont incréés (et ceci est explicitent écrit dans le Coran).

    Pour moi, il n’y a pas d’un côté les islamistes et de l’autre côté les « bons » musulmans.

    ce serait trop long, ici à argumenter vu du côté théologique et n’intéresserait sans doute pas nombre des lecteurs.

    « C’est Lui qui a fait descendre sur toi le Livre : il s’y trouve des versets sans équivoque/muḥkamât, qui sont la base du Livre, et d’autres versets qui peuvent prêter à d’interprétations diverses/mutashâbihât. Les gens, donc, qui ont au cœur une inclination vers l’égarement, mettent l’accent sur les versets à équivoque/mâ tashâbaha min-hu, cherchant la dissension en essayant de leur trouver une interprétation/ta’wîl, alors que nul n’en connaît l’interprétation/ta’wîl, à part Allah. Mais ceux qui sont enracinés dans la science disent : « Nous y croyons : tout est de la part de notre Seigneur ! » Mais, seuls les doués d’intelligence s’en rappellent. », S3.V7

    L’article dont voici le lien est très clair, me semble t-il et reflète ce que j’ai appris.
    https://iqri.org/peut-on-interpreter-le-coran/

    J’avoue que j’ai du mal à imaginer que l’on puisse spiritualiser le Coran. (et donc l’Islam).

    les soufis, qui eux spiritualisent véritablement leur croyance, en subissent les conséquences tous les jours : ils sont pourchassés, tués jusque dans leurs villages, et, selon une soufie de ma connaissance, ceci est quasi quotidien, sous prétextez d’hérétisme.

  2. Etrange tout de même ce panégyrique en faveur de Sonia Mabrouk, qui me paraît tout de même bien formatée afin de continuer à toucher ses jetons de présence sur des médias  » mainstream ».

    Toute la différence avec un Eric Zemmour, qui ne s’embarrasse pas de précautions oratoires pour décrire la réalité.

    Voilà pourquoi on cherche à le faire taire ou à l’exclure professionnellement, ce qui n’arrivera jamais à Sonia Mabrouk…

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *