L’islamisme chausse ses crampons

Publié par le 25 Avr, 2018 dans Blog | 2 commentaires

L’islamisme chausse ses crampons

Voici le troisième volet du dossier La contagion islamique publié récemment par Valeurs actuelles.

Après :

le salafisme, cinquième colonne de l’islamisme radical,

Mosquées, les temples du séparatisme islamique,

ce volet est consacré à l’entrisme perpétré par l’islamisme radical dans le sport.

Prières dans les vestiaires ou sur les terrains, entraîneurs radicalisés, joueurs ne voulant plus se conformer aux règles impures d’un sport jugé trop occidental : la pratique du ballon rond se « salafise » dans les quartiers à la vitesse d’un tir au but.

En 2015 déjà, une note du service central du renseignement territorial pointait les dérives
salafistes de certains clubs de sport amateur, comme celui de lagny-sur-Marne.

Gazon maudit sur le terrain de Lagny-sur-Marne. Depuis que Nabil Aissaoui et Keita Gaoussou, tous les deux soupçonnés de sympathies terroristes, ont quitté, en novembre 2017, les bancs d’entraînement de l’union sportive locale, rien ne va plus dans ce petit club de première division de district de Seine-et-Marne. Les supporters font la gueule et les résultats s’en ressentent. Le premier, mis en examen pour association de malfaiteurs terroristes, est sous contrôle judiciaire, le second, écroué à Fleury-Mérogis, est désormais loin des stades.

Tous deux, malgré l’assignation à résidence qui pesait alors sur eux, ont pu entraîner cette équipe. Une modeste structure fondée dans les années 1930, fusionnée avec un club de Portugais à la fin des années 1970, et aujourd’hui gangrenée par l’islamisme dans cette ville de 22 000 habitants où la police avait retrouvé, chez un dirigeant de la mosquée salafiste, un pistolet à grenaille et de la propagande pour Dae’ch.

Avachi sur sa chaise, un joueur de l’équipe senior « qui évolue à tous les postes mais, précise-t-il, surtout à celui de gardien », se lamente dans les vestiaires. « Ils étaient bien avec tout le monde. Ils nous motivaient … Et jamais, je vous promets, ils ne nous parlaient de religion. Ils priaient à l’écart. Par exemple, moi, je suis portugais et ils me fichaient la paix. » Un copain à lui, d’origine égyptienne, refuse catégoriquement de rentrer dans le débat : « Des conneries des médias, tout ça … »

Alain Danjou, éducateur à l’US Lagny Messagers, ne dit pas mieux : « Ça a beaucoup été gonflé quand même … Ils étaient doux comme des agneaux. C’est après qu’on a appris qu’ils étaient méchants ! Et puis, je vais vous dire : qu’ils fassent leurs prières à l’écart, après tout, on s’en fiche, du moment qu’ils font le boulot. »

Il en va de l’ambiance dans les clubs de foot amateur islamisés comme de celle qui règne dans les cités « salafisées ». Personne n’a jamais rien vu venir, personne n’a jamais rien entendu … C’est à peine si les supporters avaient remarqué que ces deux fichés S suivaient les prescriptions musulmanes pour jouer au foot, notamment en portant des collants, hiver comme été. Une question de pudeur islamique. Cette règle est pourtant bien connue des salafistes. « L’exposition aux regards d’une partie de la nudité [est] illicite […]. L’homme ne doit pas montrer ce qui va du nombril jusqu’au genou. […] il est connu que la cuisse fait partie de la nudité que l’on doit cacher », peut-on ainsi lire dans Bienfaits et méfaits du football en islam, sorte de guide pratique écrit par le cheikh Mach’Hour Ibn Hassan al-Salman, édité en Arabie saoudite et traduit en français. Mais, souffle-t-on à Lagny, alors qu’on s’apprête en ce mercredi pluvieux à entraîner les enfants, « cet accoutrement est d’un banal, ici … Si on devait faire cesser de jouer tous les jeunes musulmans qui adoptent le collant, il n’y aurait plus de football dans les quartiers ! » Banal aussi pour les coéquipiers le fait que les deux coachs refusaient de serrer la main des femmes. « Ah oui … Maintenant que vous me le dites, en effet … »

Crédit illustration : KAK pour l’Opinion

Surnommé le FC Da’ech

« Nabil et Keita avaient une véritable aura auprès des jeunes. Le respect qu’ils inspiraient était par lui-même dangereux. Et leur CV éloquent. Nabil gérait ainsi une école coranique clandestine », raconte Pierre Tebaldini, directeur du cabinet du maire de Lagny, qui voudrait que l’on fasse la lumière sur tous ces clubs qui comptent parmi eux des radicaux. « C’est incroyable ! L’État doit nous dire qui sont ces personnes à risque … On ne peut pas toujours se cacher sous l’excuse de la naïveté. »  Et de glisser une anecdote : « Tenez, jusqu’à l’année dernière encore, il existait une équipe senior entre Lagny et la ville voisine de Thorigny. Tous les clubs adverses avaient surnommé cette entente sportive le « FC Dae’ch ! » Au moins les gens en rigolaient. Mais ça reste significatif »

Le plus naturellement du monde, le président de l’US Lagny Messagers, Manuel Da Silva, reconnaît avoir choisi les deux fichés S « sous la pression des autres joueurs : c’était ça ou ils menaçaient de quitter la compétition ». Et puis, les deux gaillards présentaient un avantage considérable : « Tant qu’ils coachaient, il n’y avait pas de bagarre le dimanche … Ils connaissaient tous les gamins de la cité et la rigueur disciplinaire était réelle. Aujourd’hui, les rixes sont revenues, les joueurs sont démotivés et nous sommes menacés de relégation. » Les spectateurs du dimanche en viendraient presque à les regretter …

Le « FC Dae’ch » et l »‘US Barbus » de Lunel ne se sont jamais rencontrés. Et pour cause, ils n’auraient pas pu : contrairement au club de Seine-et- Marne, l' »US Barbus » n’a jamais eu d’existence officielle auprès de la Fédération française de.football. On doit la paternité de ce surnom moqueur à Philippe Moissonnier, leader de l’opposition municipale (LREM) de cette commune de l’Hérault. Un des rares élus du coin à avoir toujours dénoncé l’islamisation rampante dans sa ville.

le futsal en ligne de mire des barbus

« L’équipe était constituée uniquement de musulmans. Ils s’entraînaient au city-stade de Lunel, qui est un équipement public. On retrouvait quasiment tous les jeunes qui gravitaient autour des djihadistes. » Là, pas la peine de se poser la question sur le caractère haram de ce sport qui alimente sur Internet tant de forums de discussion chez les jeunes musulmans.

On tapait dans le ballon selon les recommandations d’une fatwa saoudienne, édictée en 2005, sur le foot. 

Exemples :

  • « Ne suivez pas les habitudes des hérétiques, des juifs, des chrétiens et particulièrement des Américains malfaisants concernant le nombre de joueurs. Ne jouez pas avec 11 joueurs, mais utilisez-en plus ou moins »;
  • ou bien : « Au jeu de football ne nommez pas d’arbitre; car il n’y en a pas besoin lorsqu’on s’est débarrassé des règles internationales concernant les fautes, les penaltys, les corners, etc. »;
  • ou encore: « Ne divisez pas une partie en deux mi-temps. Jouez plutôt en une mi-temps ou trois mi-temps (sic), pour bien marquer votre différence avec les hérétiques. »

Parmi ces règles, une recommandation singulière : celle de jouer sans spectateurs. Pour ceux qui se souviennent encore de l’US Barbus, les approcher sur le stade revenait à se faire, au mieux, insulter, au pire caillasser. C’est à cette structure non associative – et donc non compromise avec l’Occident, selon leurs critères – qu’on doit l’interdiction des signes religieux dans les enceintes sportives lunelloises. Mais c’est un secret de pacotille, pour Philippe Moissonnier, comme pour les renseignements : la joyeuse bande de footeux islamistes opte désormais pour les nombreuses installations de futsal que compte l’agglomération montpelliéraine voisine. « Les salles sont souvent gérées par des Maghrébins et ils peuvent les privatiser. Là, ils font ce qu’ils veulent », confie une source du renseignement territorial en Occitanie.

« Et dire qu’il s’en est fallu de peu pour que je fasse financer un club amateur lunellois par le Qatar », ironise Me Pierry Fumanal, avocat spécialiste en droit du sport et ex-agent de joueurs à Doha jusqu’en 2013. Son expérience est parlante : « Un général qatari est venu me voir un jour pour me proposer de transférer des fonds à une petite équipe française … Et moi, naïvement, j’ai tout de suite évoqué Lunel !  » Ouf, rien ne s’est fait ! « Je pensais qu’il s’agissait d’une dizaine de milliers d’euros. Mais non ! On me proposait 8oo ooo euros à la condition que cet argent serve également à financer ou à rénover une mosquée ! Parce que c’est exactement comme ça que le Qatar conçoit le football amateur en Occident … Comme générant un flux du stade vers les mosquées ! Et il ne le disait même pas à mots couverts ! » 

La conquête islamique par le ballon rond, en quelque sorte.

Alexandre Mendel pour Valeurs actuelles.






2 Réponses à “L’islamisme chausse ses crampons”

  1. Les islamiste prennent souvent l’apparence de bon cytoyens, pour s’implanter, c’est apres que celui ci soit suffisamment développé que cela devient une evidence.

  2. Le serment du « jeu de paume » est à la construction de la République, ce que la fatwa du « jeu de futsal » est à sa destruction !!!!!

    Tout ce qui attire les jeunes, surtout les addictions, est vérolé par le prosélytisme islamiste. C’est en sorte l’Inquisition de l’islamisme radical dans notre civilisation.

Répondre à Forban Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *