LREM : plus godillots, tu meurs !

Publié par le 1 Août, 2018 dans Blog | 4 commentaires

LREM : plus godillots, tu meurs !

C’est l’histoire d’un délinquant …

Un délinquant qui a passé à tabac plusieurs personnes sur la voie publique. Pour cela, il est arrêté et emprisonné.

Au bout de deux mois et demi, par l’intermédiaire de ses avocats, il clame sa moralité en affirmant :

« Depuis plus de deux mois et demi, je me suis
comporté de manière parfaitement exemplaire ! 
 »

Vous le trouvez gonflé dans sa façon de réécrire l’histoire ?

Moi aussi ! Mais c’est pourtant la ligne de défense derrière laquelle se réfugie la cohorte de députés LREM et Modem (les pires) qui font le siège de tous les plateaux radio et télé de France et de Navarre !

En effet que nous répètent-ils en boucle ?

L’affaire Benalla montre à quel point la démocratie fonctionne parfaitement sous le quinquennat de (notre guide) Emmanuel Macron. En effet, depuis le 18 juillet :

  • une enquête de l’IGPN (« la police des polices ») a été diligentée.
  • Deux commissions d’enquête parlementaire travaillent l’une à l’Assemblée nationale, l’autre au sénat.
  • Une instruction judiciaire a été initialisée.
  • Deux procédures de licenciement sont en cours.

On reste baba d’une telle efficacité démocratique !

Sauf que l’affaire Benalla, n’a pas commencé le 18 juillet, date de publication d’une vidéo par le journal Le Monde, mais le 1 er mai, c’est à dire deux mois et demi plus tôt !

Comme les socialistes, qui font commencer l’histoire de France le 14 juillet 1789, les « Marcheurs » occultent ce qui s’est passé entre le 2 mai et le 18 juillet.

Ils refusent d’en parler parce que précisément, pendant cette période, il ne s’est absolument rien passé ce qui fait que …

… l’affaire Benalla s’est transformée en affaire Macron-Benalla !

Macron : un véritable messie pour ses adorateurs béats de la République en marche.

Pendant des deux mois et demi, monsieur Benalla aurait été suspendu pendant 15 jours sans solde, mais il a finalement été rémunéré !

Dès le 2 mai, monsieur Benalla aurait été démis de ses fonctions de responsable de la sécurité, mais on le voit présent aux côtés du président de la République à plusieurs reprises lors de déplacement publics et privés !

Les auditions des protagonistes de l’affaire devant les députés et des sénateurs ont été des grands moments de télévision à défaut d’être de grands moments de vérité !

Bien souvent, nous avons eu l’impression que le mensonge était présent … Je ne relèverai qu’un seul point durant l’audition, hier matin, du président de LREM, Christophe Castaner.

Un sénateur demande à Castaner des explications sur les faits suivants :

Trois policiers de haut niveau ont été mis en examen pour avoir transmis illégalement à monsieur Benalla des vidéos de télésurveillance qui montraient que les personnes molestées par ce dernier avait lancé préalablement des objets contre les forces de l’ordre. Ces vidéos devaient donc servir à la défense de Benalla.

Peu de temps après, une multitude de comptes (Facebook/Twitter) ont été créés par des personnes proches de la République en Marche et ont largement diffusé ces vidéos au mépris de la loi. Cette fois-ci, visiblement, par pour la défense de Benalla, condamné pour ses actes, mais pour celle d’Emmanuel Macron !

Castaner a nié que les dirigeants de la République en marche, et lui-même, aient eu une quelconque responsabilité dans la diffusion de ces vidéos.

Pourtant, quand la diffusion de ces vidéos a commencé à faire du bruit à cause de leur illégalité, elles ont été brutalement et simultanément supprimées !

Cela ne prouve t-il pas que ces comptes avaient été créés par le même organisme ? La République en marche n’est-elle pas la première à devoir être soupçonnée ? En répondant à la classique question : « A qui profite le crime ? »

La République en marche était censée incarner le Nouveau monde en corrigeant l’ancien de toutes ses perversions et mauvaises habitudes …

Mais nous voyons, comme l’a dit (perfidement ?) Gérard Collomb, « des copinages malsains » au plus haut niveau de l’Etat !

Nous voyons aussi une majorité façon « godillots » qui défend tout, même l’indéfendable, qui soutient tout, même l’insoutenable !

Une majorité béni oui oui qui nous replonge à la pire époque de l’UNR et du RPR !

Alors s’il vous plait, messieurs et mesdames de la République en marche :

Plus jamais de leçons de morale !






4 Réponses à “LREM : plus godillots, tu meurs !”

  1. Des politiques, des bobos,au dessous de tout, et qui valent si souvent, tellement moins que les gens du peuple.

    • La palme d’or revient à une certaine opportuniste qui entre en politique à 16 ans suite au 21 avril Lépreux tente d’entrer au conseil municipal de Versailles,
      -> échec de la liste !
      Parallèlement, par 2 fois, elle tente de s’emparer delà présidence des « jeunes populaires » en 2008 et 2010
      -> ralliement puis échec !
      Étant dans l’entourage de Valérie Pécresse en Yvelines depuis ses débuts, elle brigue un poste au conseil régional dans sa liste,
      -> échec, trop loin sur la liste !
      Elle soutient en 2012 François Fillon lors du congrès de l’UMP où la fameuse « COCOE » tenta d’arbitrer entre la victoire déclarée de Jean-François Copé et la défaite réfutée du protégé du moment de la chasseuse de poste.
      En 2013, elle dit admirer Nicolas Sarkozy et défend même, en matière de sécurité, Nadine Morano et le président de l’UMP, Jean-François Copé, qui l’a nommée conseillère politique du parti en janvier 2013.
      -> enfin un poste !!!
      Valérie Pécresse lui conseille de s’installer à Magny les hameaux pour y briguer la mairie ancrée à gauche, l’UMP lui offre l’investiture aux municipales 2014,
      -> nouvel échec du chat noir assoiffé de postes.
      Qu’importe, elle récolte quand même un poste de conseillère dans l’agglomération de St Quentin en Yvelines
      -> miam miam un poste !!!
      « En même temps », si j’ose dire, elle apporte son soutien à NKM qui brigue, pour sa part, la mairie de Paris et qui à son image est avide de pouvoir mais peu récompensée par les électeurs, elle est aussi battue !
      Insatiable, quelques semaines plus tard, elle se porte candidate pour la 6ème place de la liste UMP aux européennes,
      -> échec à nouveau, candidature non retenue.
      Elle décide donc de soutenir Nicolas Sarkozy au congrès de 2014, bonne pioche mais pas de poste.
      Du coup, pour la primaire de la droite et du centre, elle soutient NKM mais est présente dans l’organigramme du candidat Alain Juppé,
      -> mauvaises pioches, aucun des deux n’est retenu !
      Néanmoins, nouveau grand écart lorsqu’elle participe à la création du mouvement pro-Fillon et anti-Macron « Droite-lib » qu’elle niera par la suite en avoir « FAIT PARTI », nuance importante, puis refuse d’intégrer « les femmes avec Fillon » et même ne renouvelle pas son adhésion chez LR.
      Ensuite, début de la contorsion, elle assiste au meeting lyonnais de Macron, elle rencontre et rallie son équipe de campagne fuyant le Lépreux Fillon,
      -> bonne pioche, investiture pour la députation.
      Elle ne briguera pas le poste dans sa circonscription mais en face de Jean-Frédéric Poisson candidat écrasé lors de la présidentielle.
      -> bingo ! Enfin députée, elle devient même porte parole de LREM à l’Assemblée et figure dans l’entourage direct du Président qu’elle défend bec et ongles en toutes circonstances !!!

      Quel parcours !!!
      C’est vraiment l’Arturo Brachetti de la politique ou la zappeuse compulsive des partis politiques de la droite du centre et de la gauche.
      N’oublions pas qu’elle a été mariée à M. Bays, socialiste et que les témoins du grand écart nuptial étaient Roselyne Bachelot et Pierre Moscovici.
      Divorcée depuis, elle reste en marche vers le
      « de droite et de gauche en même temps », expression qui lui va comme un gant.
      Je ne suis pas sûr qu’elle ait trouvé son parti définitif.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *