L’UDI se fait hara-kiri

Publié par le 4 Fév, 2018 dans Blog | 2 commentaires

L’UDI se fait hara-kiri

L’expérience des « Constructifs »  a pourtant été édifiante. La République en marche est un trou noir dont l’attraction est forte, mais qui absorbe ses alliés sans rien leur concéder en échange.

Les « Constructifs » ont totalement disparu du paysage politique depuis leur ralliement à LREM.

Et l’UDI vient de faire un premier pas sur les traces des  « Constructifs ». En mars, elle va soutenir deux candidats LREM dans des législatives partielles. C’est une rupture politique fondamentale puisque, historiquement, le centre faisait toujours alliance avec la droite.

A mon sens, l’UDI courre à sa perte car Emmanuel Macron est en position de force et ne lâchera aucune concession en retour du soutien de l’UDI. Oui, c’est un véritable Hara-kiri que pratique l’UDI et son président Jean-Christophe Lagarde. Vu son peu de charisme, que pèsera-t-il à côté du président de la République ?

Voici un article d’Arthur Berdah paru sur le site du Figaro:

Législatives partielles : l’UDI va soutenir des candidats LREM face à LR

LE SCAN POLITIQUE – Pour la première fois, le parti centriste a décidé de rallier les macronistes plutôt que Les Républicains pour les deux scrutins qui auront lieu en mars prochain, en Haute-Garonne et en Guyane.

Après le MoDem, l’UDI? Alors que le séisme de la recomposition politique, suscité par l’élection d’Emmanuel Macron, continue de provoquer des répliques à droite comme à gauche, Les Républicains viennent de subir une nouvelle secousse. Comme le révèle L’Opinion , le parti centriste de l’UDI a en effet décidé de soutenir les deux candidats LREM plutôt que leurs adversaires LR pour les législatives partielles, qui se tiendront en mars, dans la 8e circonscription de Haute-Garonne et dans la 2e de Guyane.

«Nous ferons désormais en fonction de notre proximité d’idées et non plus en fonction d’accords d’appareils qui rendent les choses obligatoires», indique le président du parti, Jean-Christophe Lagarde. «Nous serons libres de nos choix», poursuit-il, indiquant vouloir reproduire cette «approche territoriale» pour les prochaines municipales. «Depuis 1977 et le programme commun, on demande quand on élit un maire de se prononcer pour ou contre le président de la République. Cela n’a pas de sens», regrette-t-il.

Ce choix, qui a été arrêté lors d’une Commission nationale d’investiture ce mardi, constitue une véritable nouveauté pour le parti centriste. Il vient en effet concrétiser la rupture qui existe depuis plusieurs mois entre l’UDI et LR, et qui a été accélérée par l’élection de Laurent Wauquiez en décembre dernier. «Il n’y aura plus d’alliance avec Les Républicains», avait d’ailleurs prévenu Jean-Christophe Lagarde dans Le Parisien après la victoire du président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, accusé de représenter «l’ultra-droite».

Concernant la partielle prévue également en mars dans la quatrième circonscription du Loiret, l’UDI soutiendra en revanche le candidat des Républicains, Jean-Pierre Door. «M. Door est un juppéiste», a indiqué Jean-Christophe Lagarde.

Arthur Bedah pour le Figaro.






2 Réponses à “L’UDI se fait hara-kiri”

  1. Ah, le centre … une multitude de partis, très peu d’adhérents, et quelques élus, souvent élus par défaut … l’UDI ne serait rien sans les soutiens LR ! Ces gens ne sont que des opportunistes , qui au gré du vent, penchent tantôt à gauche, tantôt à droite, et monnayent cher leur appui ! je n’ai que du mépris pour eux !

  2. l'amalgameur stigmatiseur dit:

    Les électeurs UDI tentés par Macron sont déjà partis.
    Que reste t il à monnayer à ce fantome de parti?
    Son soutien?
    Comme si les électeurs suivaient encore les consignes…

    Attendons avec intéret les résultats des prochaines partielles mais je sais qu’à choisir entre un UDI et un LREM, je vais à la pêche.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *