l’UNEF, un syndicat de talibans

Publié par le 11 Avr, 2019 dans Blog | 3 commentaires

l’UNEF, un syndicat de talibans

Voici un article paru dans la Lettre patriote que je vous livre sans introduction pour ne pas aggraver sa longueur déjà imposante :

Pierre Jourde (son blog), écrivain, professeur d’université et critique littéraire, se pose quelques questions, dans une tribune publiée par nos confrères de L’Obs. Nous en reproduisons ici les meilleurs extraits.

Dans les années 70, j’étais responsable de l’UNEF à Paris XII, ainsi que de l’Union des Etudiants communistes. Pas très malin et stalinien, en bref. Nous avions des différends doctrinaires obscurs avec d’obscurs groupuscules trotskystes. Nous aurions été très surpris si une bonne sœur avait pris la tête de la section locale de l’UNEF et nous avait poussés à exiger l’interdiction du théâtre grec, pas assez rigoureusement marxiste. Pas très malins, un tantinet totalitaires, mais quand même pas idiots, analphabètes et obscurantistes.

Idiot, totalitaire, analphabète et obscurantiste, c’est ce qu’est devenu l’UNEF, dans la plus prestigieuse université française, la Sorbonne.

Idiot parce que raisonnant comme une savate. « Tout humain est un être vivant. Donc, tout être vivant est un humain. » C’est à peu près le niveau logique de ces braves syndicalistes étudiants. « Tout blackface consiste à se déguiser en Noir. Donc, tout déguisement en Noir est un blackface. » Donc raciste. Voilà comment raisonne l’UNEF de la Sorbonne, qui écrit, à propos d’acteurs maquillés de noir : « Cet exemple est une mise en scène d’un blackface » (traduction en bon français : « cette mise en scène est un exemple de blackface »). Eh bien non, justement. Confusion mentale complète (qui va avec la confusion syntaxique).

Parce qu’il y a eu des pratiques racistes américaines, historiquement datées, de moquerie envers les noirs, il s’ensuit que tout déguisement est une moquerie ? C’est à la fois crétin et totalitaire. Est-ce qu’on se moque forcément d’un mendiant, d’un Chinois ou d’une femme quand on se déguise en mendiant, en Chinois ou en femme au théâtre, sans être mendiant ni Chinois ni femme ? Est-ce qu’il faut absolument avoir été centurion, bossu, auvergnat ou sioux pour jouer un centurion, un Auvergnat, un bossu ou un Sioux ? Est-ce que tous les bossus doivent faire interdire les pièces où on montre des bossus ? Est-ce qu’on doit exiger que seuls les aveugles jouent des rôles d’aveugles au cinéma, et les Egyptiens des rôles d’Egyptiens ? Est-ce que le déguisement en ce qu’on n’est pas, est-ce que devenir l’autre n’est pas la définition même du métier d’acteur et de toute représentation ? L’UNEF est finalement un syndicat de talibans : c’est le théâtre même qui est impur, dans ce type de raisonnement.

Apparemment, bien qu’étudiants, les demeurés de l’UNEF à la Sorbonne n’ont toujours pas compris que l’interprétation d’une parole est fonction du contexte et de l’émetteur. Ni le metteur en scène auquel ils s’en sont pris, ni la pièce, ni Eschyle n’ont rien à voir avec un quelconque racisme. La pièce d’Eschyle évoque précisément cette question des différences. En revanche, leur censure de la pièce pour des motifs abyssalement stupides est bien symptomatique de crispations identitaires qui sont plus caractéristiques de la droite la plus régressive que de la gauche.

L’UNEF évoque un « racisme omniprésent à l’échelle nationale », ce qui relève en grande partie de la paranoïa racialiste, dans un pays où les personnalités les plus populaires dans les sondages s’appellent Zinedine Zidane, Yannick Noah ou Rama Yade, et la « nécessité de faire de la pédagogie » sur cette question dans les universités, envahies, comme chacun sait par la pensée raciste. N’importe quoi. En un quart de siècle dans les universités, je peux dire que je n’ai jamais rencontré le racisme qu’à doses infinitésimales. S’il y a un problème universitaire, ce n’est vraiment pas celui-là.

Obscurantisme de l’UNEF, qui parvient à faire interdire par la force une pièce d’Eschyle à la Sorbonne, sans la moindre raison sérieuse. Bel exploit ! La guerre contre la culture, c’est un beau combat étudiant. Qui rappelle plus le nazisme ou les gardes rouges (lesquels faisaient interdire les pièces pas assez révolutionnaires) que les idéaux démocratiques. C’est donc ça, l’avenir du militantisme étudiant : je ne connais pas la pièce, ni l’auteur, ni le metteur en scène, ni rien, mais bon, ça ne me plaît pas, ça a l’air louche, allez, on censure.

Analphabétisme de l’UNEF. Voici quelques formules extraites du texte par lequel le syndicat appelle à la censure, et tout cela, mesdames et messieurs, de la part d’étudiants de la Sorbonne :

  • « Et qui a présent »
  • « La pièce a été joué »
  • « Bien que la mise en scène ai évolué »
  • « Cette pièce ayant été joué »

Bien entendu, tout cela rédigé dans la novlangue inclusive. Apparemment, écrire « acteur-ice-s blanc-he-s » n’empêche pas de priver deux fois cette pauvre « pièce » de son féminin. Halte au machisme ! « Pièce » n’est pas masculin !

Totalitarisme de l’UNEF, qui réclame des camps de rééducation pour ces imbéciles de profs et d’employés universitaires, trop racistes, c’est bien connu, autrement dit la mise en place de « formations sur la question des oppressions systémiques ». Le crétin inculte veut toujours former plus intelligent que lui à son image.

Je garde le meilleur pour la fin. La section de l’UNEF à la Sorbonne est dirigée par une femme voilée. L’obscurantisme religieux s’ajoute ici à l’obscurantisme culturel. N’oublions jamais que le voile est précisément exigé des femmes par des régimes religieux totalitaires qui leur refusent en même temps d’hériter, de conduire, de sortir seules d’avoir une vie libre et normale. Là-bas, on n’a pas le droit de ne pas le porter. Et les femmes qui cherchent à s’en libérer sont battues et fouettées, ou simplement agressées dans la rue, car une femme non voilée est une putain, bonne pour tout homme. Le voile en pays démocratique est une insulte à la lutte des femmes pour leur libération dans les pays où règne l’Islam le plus rétrograde. Le voile signifie que les cheveux de la femme sont impudiques. Que le corps de la femme est impudique car il risque de provoquer les hommes. On ne se contente pas toujours du voile, il faut que la femme soit entièrement empaquetée de noir jusqu’aux chevilles, et son visage même dissimulé. Ainsi elle n’agressera pas le désir des hommes (qui eux, bien sûr, sont libres d’aller tête nue). Voilée et inclusive à la fois ! Comprend qui peut.

L’interdiction d’une grande pièce du répertoire antique est exigée par des étudiants à grands coups de fautes d’orthographe. L’égalité et le respect des Noirs sont défendus (hors de propos) par quelqu’un qui porte le signe de l’infériorité des femmes.

Voilà où en est l’UNEF. Voilà où en sont les luttes étudiantes à la Sorbonne.

Pierre Jourde pour la Lettre patriote.

Voici le manifeste publié par l’UNEF :






3 Réponses à “l’UNEF, un syndicat de talibans”

  1. Ce sont bien des imbeciles qui veulent diriger des gens intelligent, c’est ainsi que la goche actuelle progresse.

    De meme on peut penser que l’ena et l’ecole du journalisme n’ont pas ete « baigné » par ce climat de grande stupidité ecoliere, ca donne une idée de la connerie infini…de goche.

  2. A l’annonce de la suppression de la représentation de cette pièce, j’en ai profité pour relire les oeuvres d’Eschyle. Se replonger dans l’Antiquité de cette qualité nous fait oublier les misères de notre époque, je devrais le faire plus souvent.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *