Macron s’enfonce dans la repentance profonde !

Publié par le 28 Juil, 2020 dans Blog | 5 commentaires

Macron s’enfonce dans la repentance profonde !

Nous sommes dans le domaine du
foutage de gueule le plus total !

– Confieriez-vous une mission sur la mémoire de la Révolution française à Thierry Ardisson, royaliste notoire ?

– Confieriez-vous une mission sur la mémoire du Premier Empire à Jean-Luc Mélenchon ?

– Confieriez-vous une mission sur la mémoire de l’immigration à … Marine Le Pen ?

Probablement non ! Car vous auriez peur d’obtenir un certain biais dans le travail réalisé !

Et bien, c’est pourtant exactement ce que vient de faire Emmanuel Macron, en confiant à Benjamin Stora une mission sur « la mémoire de la colonisation et de la guerre d’Algérie ».

Mais rien d’étonnant quand on se souvient que le même Macron avait déclaré en Algérie que la colonisation avait été un crime contre l’humanité !

La feuille de route de Benjamin Stora est ainsi toute tracée !

Voici un article paru dans la Lettre Patriote qui nous en dit plus sur le choix présidentiel :

Benjamin Stora a été membre du groupe trotskiste Alliance des jeunes pour le socialisme, l’organisation de jeunesse de l’Organisation communiste internationaliste (OCI), dirigée par Pierre Lambert.

Benjamin Stora fit partie du comité directeur de l’OCI de 1977 à 1984. Il est permanent de l’OCI de 1976 à 1981. 

Benjamin Stora est un des principaux fondateurs du syndicat UNEF-ID, lors du congrès de Nanterre en 1980, qui mobilise des éléments de gauche en dehors du PCF (trotskystes lambertistes, courant auquel il appartient et socialistes). 

Avec l’ensemble du secteur jeunesse de l’OCI, Benjamin Stora rejoint le Parti socialiste en 1985 pour le courant « Convergences socialistes ».

En 2019, Bruno Larebière lui consacre un article pour le hors-série de Valeurs actuelles, intitulé « Benjamin Stora : l’historien officiel », qui dénonce la vanité du bonhomme.

Interrogé dans Le Figaro, Jean Sévilla évoque les travaux de Benjamin Stora :

[…] Ses travaux ont épousé la relecture de la présence française en Algérie par les mouvements indépendantistes, qui la considèrent comme injuste du début à la fin. Malheureusement, Benjamin Stora n’a travaillé pour l’essentiel que sur la mémoire algérienne, avec laquelle il est en sympathie, et ne connaît pas avec une grande précision la dimension militaire de la mémoire française de la guerre d’Algérie, par exemple, puisqu’il n’a pas travaillé sur les archives de l’armée française. Ce qui fait de lui un historien, non pas des mémoires, mais de la mémoire algérienne de la guerre d’Algérie ; et non un historien impartial ayant une égale connaissance des deux camps ou même des querelles internes à ces deux camps. C’est en cela que Benjamin Stora ne me paraît pas l’homme idoine car son approche est trop ignorante de la mémoire européenne, de celle des Harkis… Il n’a pas suffisamment une vision d’ensemble: sa vision est partielle, donc partiale.

Au point d’adopter une vision biaisée des événements de la guerre d’Algérie, et de la colonisation française ?

Inévitablement oui, puisque Benjamin Stora s’intéresse aux mémoires et même aux « mémoires blessées » davantage qu’aux faits historiques eux-mêmes. Ce n’est pas inintéressant, mais l’on aboutit vite avec cette approche à rendre subjectives les vérités historiques, or nous aurions besoin d’en savoir plus sur les faits. Concrètement, il apparaît par exemple étrangement compréhensif à l’égard du FLN, justifiant le choix de la « lutte armée » (que je qualifierais pour ma part de « terroriste »). Ce faisant, il légitime des faits dont l’on connaît pourtant la gravité: le FLN a posé des bombes au milieu des civils à Alger, commis des meurtres, des attentats et des enlèvements… 

Benjamin Stora est très silencieux sur tous ces agissements.

La question des disparus n’est pratiquement pas évoquée dans son œuvre: il y en a malheureusement eu beaucoup, et c’est aussi une réalité que l’on ne peut pas escamoter. Entre mars et l’été 1962, le FLN a enlevé de nombreux Européens afin de semer la terreur et les faire fuit, là encore, comme sur le massacre des Harkis, Benjamin Stora est d’une grande discrétion. […]

Marc Sergent pour la Lettre Patriote.

Après lecture de cet article, on sait à quoi aboutira le travail de Benjamin Stora : une condamnation sans appel de la France pour la colonisation et la guerre d’Algérie.

Merci de tweeter cet article :





5 Réponses à “Macron s’enfonce dans la repentance profonde !”

  1. Il est curieux de confier ce genre de mission à une seule personne engagée à gauche. La pluralité des opinions n’est donc pas de mise, on écrit une sorte d’histoire officielle digne de celle qui était contée par feu l’URSS.

  2. maria-miguel Bechet dit:

    Je ne pense pas, pour ma part, que ce soit curieux, mais c’est tout à fait en ligne avec la pensée macronienne, si tenté qu’E. Macron ait une pensée et qui plus est, digne d’intérêt.
    Ce choix de Benjamin Stora, me semble tout à fait conforme avec les décisions qu’il a l’habitude de prendre sur tous les sujets et dans ce cas, il n’a pas dérogé à la règle, en faisant preuve de son ignorance abyssale de l’Histoire de France. .
    Ce qui m’étonne toujours c’est le concert de louanges de toute la presse mainstream sur ce prodige qui est à la tête de la France et qui malheureusement, pour moi, est en train de la conduire inexorablement à l’abîme. Le temps que passent les journalistes á éplucher, décortiquer ce qu’il dit ou fait, à analyser une pensée médiocre, erratique et inconsistante. Quand on vit hors de France, c’est très triste de se rendre compte qu’il ne suscite que très peu d’intérêt et, qu’au dernier sommet de l’UE, la vedette, c’était Mark Rutte, le PM hollandais !!! Apparemment, nos grands journalistes ne s’en sont pas aperçus.

    • Christian 54 dit:

      Entièrement d’accord ! Ce soit disant prodige ne connaît pas grand chose en histoire, ni en bien d’autres matières. Et Stora est tout sauf respectable. Nous pouvons donc être certains du fiasco qui attend.
      Par contre, le fait que la presse encense notre «prodige» ne m’étonne pas du tout. La presse est quasiment aux ordres et chacun a envie d’en croquer un peu ou d’avoir sa seconde de gloriole. Il suffit de voir comment les interviewers omettent de poser les questions qui pourraient fâcher pour en être convaincu.

  3. Moi ce qui m’étonne, c’est que personne ne critique la formation d’une énième commission (qui ne servent à rien!) pour placer les amis! Y a t-il tant d’argent dans nos caisses pour qu’on le dépense aux quatre vents? En 2020 et avec la situation économique de notre pays, que nous importe la situation de certains pays au temps de la colonisation? Je comprendrais une commission sur la situation de la France sous colonisations algérienne, marocaine, tunisienne, malienne, sénégalaise …….

  4. le FLN a posé des bombes au milieu des civils à Alger, commis des meurtres, des attentats et des enlèvements…

    Vous oubliez les viols , mon compagnon a fait la guerre d’Algérie, né en 1939, 28 mois parachutiste-photographe
    malheureusement décédé à l’age de 44 ans dans un accident,
    et il a toujours dit s’il est rentré vivant il a eu énormément de chance. je l’ai écouté, il a lu beaucoup de livres sur la guerre d’Algérie et ce qui est écrit dans certains livres ne relatent pas toujours la vérité. Seuls les gens sur le terrain connaissent la vraie et seule vérité.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *