Macron sur les traces de Chirac saison 2 ?

Publié par le 28 Juil, 2017 dans Blog | 2 commentaires

Macron sur les traces de Chirac saison 2 ?

On nous le dit, on nous le répète : « Emmanuel Macron est d’une intelligence supérieure » !

Même s’il a bénéficié de circonstances exceptionnelles :
– une gauche laminée par le calamiteux Hollande,
– une droite terrassée par le PenelopGate,
– un Front national pas à la hauteur.
on peut mettre à son crédit son exceptionnelle réussite en si peu de temps.

Mais il semble que son intelligence ne se soit focalisée que sur la communication. Chaque jour démontre en effet l’amateurisme du mouvement LREM et le peu de sens politique du nouveau chef de l’Etat.

La dernière affaire de l’APL (Aide au logement) est symptomatique !

Comment un homme aussi « intelligent » qu’Emmanuel Macron a t-il pu s’embarquer dans une telle galère ? Comment peut-on prendre un tel risque politique pour une économie de 384 millions d’euros qui ne représentent que moins de 8,5 % de la somme requise pour boucler le budget ? Et dont la part réservée aux étudiants doit être encore plus réduite !

Macron ne sait-il pas que les étudiants, pour beaucoup d’entre eux, tirent le diable par la queue ? Ça me rappelle le CPE de Dominique de Villepin ! Il était évident que cette affaire pouvait mettre le feu aux poudres ! Après la démission du général Pierre de Villiers, liée à une ponction dans le budget militaire que les Français ne comprennent pas, l’APL est en passe de tourner au vinaigre pour la popularité du président de la République !

Ne comprend-il pas que l’APL pourrait faire amalgame
avec la loi travail et plomber tout le reste du quinquennat ?

Dans son blog, l’économiste et chercheur Jacques Sapir fait un parallèle entre le Macron d’aujourd’hui et le Chirac de 1995. Dans un article intitulé : « Les enjeux d’une chute de popularité« , l’auteur rappelle que Jacques Chirac s’était fait réélire sur la fameuse « fracture sociale » et qu’il avait ensuite fait une politique de rigueur qui avait abouti à la dissolution de l’Assemblée nationale et au retour de la gauche au pouvoir.

Voici quelques éléments de son analyse :

Emmanuel Macron vient d’enregistrer la seconde plus forte baisse de popularité d’un Président de la République trois mois après son élection, avec une baisse de 10 points [1]. Le record restant le cas de Jacques Chirac après son élection de 1995 (15 points). Ce n’est pas étonnant, et c’est même logique en un sens. Pourtant, la situation n’est pas ici comparable. La particularité de l’élection présidentielle qui a porté Macron à la magistrature suprême donne une signification spécifique à cette chute de popularité. Dans un monde de communication, rien n’est pire que d’avoir une mauvaise image.

On se souvient de l’élection de 1995. Jacques Chirac, concurrencé par Edouard Balladur, avait du gauchir son discours, et faire campagne sur la « fracture sociale » pour l’emporter. Mais, dès son arrivée au pouvoir, il mit en œuvre une politique de droite classique, orchestré à l’époque par Alain Juppé. Cette politique devait aboutir à l’un des plus long et des plus durs conflits sociaux, à propos de la réforme des retraites. Ce conflit obligea le gouvernement d’Alain Juppé à retirer son texte, et déséquilibra toute la politique de Jacques Chirac, aboutissant à la dissolution, et à l’élection d’une majorité de « gauche » en 1997.

En un sens, c’est un peu ce que l’on constate avec l’élection d’Emmanuel Macron. La réalité du Président n’est visiblement pas celle du candidat, et la distance entre les dires du candidat et les faits du Président égale celle de Jacques Chirac. Après avoir limogé 4 ministres en raison des soupçons que pesaient sur eux, il s’obstine à conserver sa ministre du travail qui traine cependant un lourd dossier derrière elle (l’affaire de Las Vegas). Il est revenu sur ses promesses qu’il s’agisse de l’enseignement supérieur et de la recherche ou du budget de la défense. Il paie ici au prix fort la démission du général Pierre de Villiers, l’ex Chef d’Etat-Major des Armées. Mais d’autres dossiers pèsent aussi lourdement sur sa politique comme l’annonce d’une forte augmentation de la CSG, l’annonce de restrictions budgétaires pour les collectivités locales, ou encore les tergiversations sur la suppression de la taxe d’habitation. Mais, le plus grave est, bien entendu, la réforme qu’il entend faire passer par ordonnances du Code du Travail, une réforme qui va considérablement aggraver la situation des salariés [2].

Lire la suite sur le blog de Jacques Sapir

[1] http://www.lejdd.fr/politique/macron-2e-plus-forte-de-chute-de-popularite-en-trois-mois-apres-chirac-3395405
[2] https://fr.sputniknews.com/radio_sapir/201706161031867392-france-macron-travail-code/222715.html





2 Réponses à “Macron sur les traces de Chirac saison 2 ?”

  1. macron est trop jeune, et ce se ressentira tout au long du quinquenat.

  2. Christian 54 dit:

    Macron, il a tellement de neurones qu’ils se gênent les uns les autres… c’est ca la pensée conplexe.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *