Mais qui fait le plus avancer le « vivre ensemble » ?

Publié par le 1 Mar, 2020 dans Blog | 12 commentaires

Mais qui fait le plus avancer le « vivre ensemble » ?

Je voudrais juste vous livrer quelques réflexions personnelles sur la cérémonie des César …

Oui, j’ai eu la faiblesse ou le courage – à vous de juger – de regarder cette « institution de la bien-pensance » qui ne récompense habituellement que

les films-qui-vont-dans-le-bon-sens, 

la défense des migrants et celle des minorités sexuelles étant les deux sujets les plus porteurs dans le cinéma nombrilisme et progressiste célébré par ces gens-là.

Moi aussi, j’ai envie de donner des récompenses …

Je voudrais d’abord délivrer un prix à Florence Foresti qui a habilement tenté de déminer une soirée qui promettait d’être largement coincée à cause des 12 nominations du film de Roman Polanski : J’accuse.

Elle en a profité pour se moquer du politiquement correct, ce qui ne manquait pas de courage dans une telle enceinte :

J’ai « cleané » tout mon passé numérique. Y’a plus une seule photo de moi en black faced ou un salut nazi dans mon téléphone ! Mais en revanche, je suis désolé, je n’ai rien plus faire … Je suis confuse …

Il semblerait que je sois blanche, hétéro, d’héritage chrétien !

C’est pas grave car je suis une femme ! Alors ça équilibre ! En plus j’ai du sang italien … Je suis un peu arabe donc ! J’ai fait très attention à mes textes.

Vous pouvez rire tranquillement à l’écran … J’allais pas risquer de foutre en l’air une carrière à cause d’une petit con derrière son smartphone ou d’une association en manque de buzz ! Vous ne serez jamais taxés de rire complice !

Ce soir, on est sur du rire bio … Du rire sans glyphosate …

Je vais être CON-SEN-SUEL-LE ! Aucune blague sur les minorités, sur les handicapés !

Pour les fans de Florence Foresti, son intervention complète est à voir ici.

Je suis aussi un fan, mais pas au point de ne pas lui reprocher le fait qu’à l’annonce du prix du meilleur réalisateur remis à Roman Polanski, elle a abandonné son rôle d’animatrice reprise au pied levé par la présidente Sandrine Kiberlin.

Je n’ai pas entendu non plus Florence Foresti  condamner le prix du meilleur film attribué à un condamné à trois ans d’emprisonnement pour enlèvement et séquestration … Allez, Florence ! Encore un petit effort pour te sortir complètement du politiquement correct !

J’en arrive à mon sujet … 

Je voudrais juste comparer les interventions, sur la scène des César, de deux personnalités comme on dit « issues de l’immigration » : Roschdy Zem et Aïssa Maïga.

 

Commençons d’abord par Roschdy Zem !

Roschdy Zem a reçu le prix du meilleur acteur et  la sobriété de ses remerciements fut remarquable :

Je voudrais remercier tous les réalisateurs avec qui j’ai bossé depuis trente ans parce qu’ils m’ont permis d’avoir cette chose nécessaire pour un acteur, à savoir un parcours. Un parcours qui me permets d’être ici ce soir et d’avoir cette récompense.

Ce qui est important, ce n’est pas de courir vite dans l’espoir de rattraper ceux qui sont devant, mais de courir plus longtemps.

Une déclaration  qui ignore délibérément, le point de départ et le handicap éventuel de son origine, pour mettre en avant son parcours, un parcours qu’il associe à son travail (j’ai bossé) et aux personnes qui l’ont aidé en lui faisant confiance.

Aucune allusion à son statut d’immigré, aucun message à destination de ses congénères sauf celui de l’exemple qu’il donne.

Tracez votre route, Bossez. Construisez votre parcours !

Mais c’est sans doute le talent de Roschdy Zem qui lui permet de tenir ce discours.

Passons à Aïssa Maïga !

Aïssa qui ? Me direz-vous ? C’est sûr, en parler après Roschdy Zem va être terrible pour elle ! Mais elle l’a bien cherché ! Son propos, vendredi soir, fut un très pénible moment.

D’abord sur le fond, avec ce pénible décompte des hommes et femmes de couleur présentes dans la salle qu’elle a estimé à 12, ce qu’elle a trouvé scandaleusement faible.

Mais plus encore sur le forme, où pendant presque quatre minutes, la noire – puisque c’est comme cela, d’abord, qu’elle veut être considérée –  s’est mis en scène, s’est écoutée parler et a ménagé ses effets.

Le tout dans le silence gêné de l’assistance qui tranchait avec l’écoute qui avait accompagné les remerciement de Roschdy Zem.

C’était donc bien un déficit de talent et de notoriété qui forçait Aïssa Maïga à se cantonner dans le seul domaine de la promotion de la diversité.

Désolé, je n’ai pas voulu m’infliger la punition de retranscrire les paroles de la militante noire. Je vous livre donc la vidéo de sa diatribe indigéniste :

En conclusion …

En conclusion, il suffit de reprendre le titre de cet article :

Mais, vendredi soir, qui a fait le plus avancer le « vivre ensemble » ?

Merci de tweeter cet article :





12 Réponses à “Mais qui fait le plus avancer le « vivre ensemble » ?”

  1. Richard Mauden dit:

    Morano propose à Aïssa Maïga de « repartir en Afrique », les internautes s’indignent
    RACISME La députée européenne Nadine Morano s’en est violemment prise ce samedi à la comédienne française, après son plaidoyer pour plus de diversité dans le cinéma français
    H. B.
    Le discours d’Aïssa Maïga lors de la 45e cérémonie des César n’a laissé personne indifférent. Chargée de remettre le César du meilleur espoir féminin, l’actrice a appelé à plus de diversité dans le cinéma français. « Dès que je me retrouve dans une grande réunion du métier, je ne peux pas m’empêcher de compter le nombre de noirs et de non-blancs dans la salle », a-t-elle dit.
    « On a survécu au whitewashing, au blackface, aux tonnes de rôles de dealers, de femmes de ménages à l’accent bwana, on a survécu aux rôles de terroristes, à tous les rôles de filles hypersexualisées… Et en fait, on voudrait vous dire, on ne va pas laisser le cinéma français tranquille (…) La bonne nouvelle, c’est que l’inclusion ne peut se faire sans vous », a insisté l’actrice, présidente des collectifs « 50/50 » et « Noire n’est pas mon métier ».
    La députée européenne Nadine Morano a réagi ce samedi à ces propos et s’en est violemment prise à la comédienne française. « On est de la même famille, on se dit tout », dit@AissaMaiga. Très bien, si vous n’êtes pas contente de voir autant de blancs en France, mais repartez en Afrique ! Y a-t-il 50 % de blancs dans les films africains ? », a tweeté l’ancienne ministre de Nicolas Sarkozy, franchissant ainsi un nouveau cap.
    Des propos « racistes » condamnés par de nombreux internautes
    Des propos jugés « racistes » qui ont provoqué de vives réactions sur les réseaux sociaux, de nombreux internautes lui demandant de supprimer son message. « Et le César de la meilleure raciste désespérée dans un rôle de second plan est… La mère Morano ! », a notamment tweeté un internaute.
    Le député LREM Aurélien Taché a quant à lui demandé à Christian Jacob, le patron des Républicains, parti de Nadine Morano, de condamner ces propos. « Cher@ChJacob77, avec ce tweet,@Nadine__Morano lie à nouveau nationalité et couleur de peau. Est-ce que@les Républicains condamnent ces propos ? », a tweeté le député du Val-d’Oise.
    Ce n’est pas la première fois que Nadine Morano est au centre d’une polémique sur fond d’accusations de racisme. « Nous sommes un pays judéo-chrétien, le général de Gaulle le disait, de race blanche, qui accueille des personnes étrangères », avait-elle déjà déclaré en 2015. En juillet 2019, elle avait également qualifié la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye de « Sénégalaise très bien née ayant obtenu la nationalité Française il y a trois ans

  2. Christian 54 dit:

    Dieu qu’elle a enlaidi ! Moralement aussi.

  3. Si je comprends bien elle veut des films en noir et blanc !!
    Jacques

  4. Qu’elle prenne le tram et là elle en verra de toutes les couleurs!

  5. désolant,affligeant, effrayant à quand nos universités à la mode « Evergreen » pour se repentir de sa blanchitude ?

  6. Je ne comprends pas trop ou plutôt si le discours de ses pseudos artistes!
    Il faut redonner une chance de réinsertion aux violeurs aux meurtriers, aux criminels, aux terroristes, aux djihadistes, tous ceux là font toujours trop de prisons……………
    Par contre Polanski au bucher ou au bout de la corde!

    Le misérable qui a reçu un césar, il est qui de quelle origine et il a fait quoi de honteux dans sa vie?
    Il est africain, fait de la prison pour quelque chose et non par rapport à sa couleur……..
    Ben oui, ce n’est pas logique toutes ces prises de position contre un seul alors que d’autres ne sont pas blanc/bleu!

    Combien de starlettes au masculin ou au féminin étaient ou sont encore prêtes à tout pour un petit rôle ou une invitation pour être connu dans ce monde de drogue, d’alcool, de coucheries et de boules à facettes?
    Faut arrêter les discours hypocrites.

    Quant à l’absence de noirs dans les films…………
    C’est simple, que des réalisateurs africains fassent des films dans les pays africains et n’emploient que des africains!
    Les revendications des minorités trouveraient une réponse.

    C’est vrai qu’à force de chanter vous êtes des victimes, on vous doit etc.……….C’est bien entrer dans les petites têtes d’une minorité …………
    Voilà comment on instille la haine et du racisme dont certains tirent une notoriété et qui a la base n’existe pas.

  7. Question. Le cinéma français existerait-il encore sans les faramineuses subventions payées par nos impôts pour faire des bouses innommables ?

    Le plus curieux étant que les films qui ont du succès ne sont pas primés aux Césars. Il faut croire que l’élite cinématographique se fout bien du populo qui va voir un film pour se détendre, pas pour se prendre la tête.

  8. Faut être un tantinet maso pour se fader, devant sa télé, ce hochet des Césars( et leurs déclinaisons tout aussi risibles et inutiles: Molières, Victoires de la musique, 7 d’or…) où les professionnels de la profession se congratulent et se passent la main dans le dos.
    Le clou de la soirée : voir un repris de justice comme Ladji Ly, icône des Inrockuptibles, parader sur la scène pour recevoir son César…

    • Bon, Christian s’est dévoué pour le Blog, pour nous …
      Et comme avec les nombreuses nominations de Polanski, ça promettait.

  9. Saviez-vous qui était adèle haenel avant son cirque?

    Son coup monté lors de la soirée des cesar ne l’a pas empêché d’enlever sa robe à paillettes, sauter dans son jean et de continuer sa soirée ailleurs!

  10. Ces gens ne m’intéressent pas, je ne suis pas de ceux qui les engraissent. Je vais voir que les films qui ne sont pas de « Boboland ».
    Ces prix du spectacle, sont ridicules car, le juge devrait être le nombre d’entrées, comme le nombre de disques vendus pour les artistes musicaux. On a aussi créer des prix pour les footeux qui sont eux aussi trop payés alors pourquoi leur donner des prix que jalousent leurs adversaires.
    Je veux bien aller voir un spectacle ou un match, mais se taper une soirée barbante ou l’entre-soi se flatte, se récompense et se remercie, non merci…

Trackbacks/Pingbacks

  1. Trop de noirs en équipe de France ? Pas du tout ! | A droite fièrement ! - […] Les acteurs comme Omar Sy, comme Roschdy Zem, les humoristes comme Gad El Maley font plus pour la progression…
  2. Florence Foresti : du courage, vraiment ? | A droite fièrement ! - […] Mais qui fait le plus avancer le « vivre ensemble » ? […]

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *