Malek Boutih: mon premier engagement, c’est la France

Publié par le 25 Mai, 2018 dans Blog | 4 commentaires

Malek Boutih: mon premier engagement, c’est la France

J’ai toujours eu un faible pour Malek Boutih !

C’est bien l’un des rares, au parti socialiste, à avoir toujours gardé son indépendance d’esprit en refusant toute langue de bois et tout sacrifice au politiquement correct !

Son ancien parti le lui a fait payer très cher ! Notamment après la remise de son rapport sur la jeunesse des quartiers difficiles : « Génération radicale » ! Mais Malek Boutih montre, au travers de chacune de ses déclarations, son amour pour la France dont on aimerait qu’il soit partagé par plus de socialistes !

Cette semaine dans le Figaro Magazine, Judith Waintraub lui a consacré sa chronique :

Malek Boutih, fondamentalement républicain !

L’ancien président de SOS Racisme entend continuer à lutter contre « le sectarisme et l’imbécillité ». Et personne ne l’en empêchera – pas même Jean-Luc Mélenchon.

Ce que Malek Boutih a retenu du – très long – discours d’Emmanuel Macron sur les banlieues, mardi dernier ? « On continue comme avant ! » Pour l’ex-député PS de l’Essonne,« l’enjeu était de raccorder les territoires à la République, pas de les « traiter » en donnant aux maires une poire pour la soif qui compenserait un peu la baisse de leurs dotations ».

« Le Président a fait de la com sur un sujet qu’il juge anecdotique, parce qu’il est convaincu que quand l’économie va, tout va mieux, résume Malek Boutih. Ce n’est pas faux, mais ça ne remplace pas une logique, un projet politique, celui de Jean-Michel Blanquer pour l’éducation, par exemple. » Pour autant, il ne veut pas « jeter la pierre » au Président : « Si Macron avait repris le plan Borloo, il aurait mis le doigt dans un différentialisme qui aurait conduit à une rupture républicaine. »

Sa vision à lui, l’ancien président de SOS Racisme a eu l’occasion de la développer samedi dernier dans « On n’est pas couché », sur France 2. Son intervention a eu un retentissement bien supérieur à l’audience de l’émission. Non content de descendre les propositions de Jean-Louis Borloo – qu’il trouve « sympa » par ailleurs -, il a reproché à Jean-Luc Mélenchon de « biberonner une jeunesse à la haine » en estimant que La France insoumise, par sa « violence », pouvait constituer un « sas » vers Daech. « Les jeunes d’aujourd’hui qui partent vers le radicalisme ont croisé des militants politiques, a-t-il expliqué. Mais ces mecs-là, au lieu de leur parler positivement, ils les ont caressés dans le sens du poil en leur disant « T’as raison d’avoir la haine, ouais, c’est un pays pourri, ouais vous êtes maltraités … « ».

« Malek Boutih n’est pas dans mes moyens. Qui veut l’achète, pas moi ! », a répondu le leader de LFI au « Grand Jury-RTL-Le Figaro-LCI », tandis que Raquel Garrido, l’une de ses proches, menaçait sur Twitter d’intenter un procès à l’ex-député. Qui n’en a cure : « Je ne vois pas comment un tribunal français pourrait me condamner pour avoir émis une idée politique. Jean-Luc Mélenchon et ses amis ont un vrai problème avec la liberté ! » Et d’ajouter, dans un éclat de rire : « Ce n’est pas cette affaire d’ islamisme qui les gêne le plus, mais la remarque que j’ai faite sur le patrimoine de Mélenchon, qui est quand même considérable pour quelqu’un qui n’a jamais travaillé de sa vie … Moi qui ai toujours travaillé, je suis encore très loin d’avoir remboursé l’emprunt pour ma maison ! »

« Mon premier engagement, c’est la France !« 

Il est « touché», en revanche, par les soutiens venus d’un autre bord que le sien. Luc Ferry a publiquement conseillé d’« écouter Malek Boutih sur les banlieues », en lui donnant raison de penser que « la question de la violence, qui conduit à des engagements religieux calamiteux, est beaucoup plus à la racine du mal que la question sociale ». « Il y a même des gens qui me disent qu’ils votent Le Pen mais qu’ils sont d’accord avec moi et j’en suis assez fier, raconte Boutih. Je suis engagé à gauche, mais mon premier engagement, c’est la France et ces gens-là me reconnaissent comme fondamentalement républicain, même si nous avons évidemment des désaccords. »

Toujours cadre à Skyrock – où il avait pris une fonction compatible avec son mandat quand il était député -, l’ancien président de SOS Racisme ne se voit pas revenir dans la vie parlementaire. « Génération radicale », le rapport sur les banlieues qu’il a fait en 2015 à la demande – circonstance aggravante – de Manuel Valls, lui vaut l’opprobre d’une partie de la gauche.

Mais il veut croire que « lutter contre le sectarisme et l’imbécillité »
est aussi une façon d’être « utile » en politique.

Judith Waintraub pour le Figaro Magazine.






4 Réponses à “Malek Boutih: mon premier engagement, c’est la France”

  1. Un petit effort et il se reconnaîtra dans les idées de droite … allez Malek, n’aie pas honte !

  2. COGNET Marie dit:

    Cet homme a du courage et il faut lui reconnaître un franc-parler rafraîchissant et, encore plus rare, un amour véritable pour notre pays.

  3. Pourtant,on ne peut pas dire que ce garçon avait bien débuté dans la vie politique en prenant la présidence de SOS racisme!

    Mais vous avez raison,c’est maintenant un républicain exemplaire,un vrai de vrai pas un républicain en peau de lapin, comme le chavéziste franchouillard.

    Alors, Malek,on te claque une bise sur les deux joues 😉

  4. Une personne qui a compris les vraies valeurs, certains de la ( fausse) droite devrait en faire autant.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *