« Migrants » : l’Europe n’est pas la solution,
Elle est le problème !

Publié par le 27 Juin, 2018 dans Blog | 4 commentaires

« Migrants » : l’Europe n’est pas la solution, Elle est le problème !

« L’Europe est dans un processus
de décomposition sous nos yeux. »

Ce sont les propos de Bruno Le Maire parlant de la crise des migrants.

Mais si l’Europe devait succomber, elle ne le devrait qu’à elle-même ou plutôt à ses instances, commission européenne et Cour européenne des droits de l’homme.

Les peuples d’Europe – ou du moins une grande partie d’entre eux – ont dit « STOP ! » Stop à l’immigration, stop au grand remplacement !

Car dans ce domaine, l’Europe est devenue le problème ! C’est le thème de cet article extrait du Bulletin d’André Noël n°2569 paru le 25 juin 2018 :

A propos de l’Aquarius, même les partisans d’un accueil inconditionnel de tous les « migrants » qui se pressent pour débarquer sur les côtes européennes, même ceux-là, doivent reconnaître que le refus de l’Italie a été utile. Utile pour poser le problème de l’invasion du Vieux Continent par des individus venus d’ailleurs, aspirés par toutes nos sucreries sociales. Ce problème, l’Italie l’a traité par une action résolue et non par des palabres impuissants à la bruxelloise : le pavé dans la mare … nostrum, dans la lâcheté et l’inconscience de l’Union européenne. Cela éclabousse !

L’Aquarius

Depuis, cela n’en finit pas de faire des vagues et Bruxelles a convié les chefs d’Etat intéressés pour une réunion exceptionnelle sur le sujet le week-end dernier. Junker l’aurait-il fait sans l’aiguillon italien ? Toutefois les pays de l’Europe de l’Est ont refusé de se rendre à son invitation parce que, disent-ils, il s’agit de mettre en oeuvre des propositions qu’ils ont déjà refusées, la répartition des « migrants » par quotas dans les pays de l’Union.

En réalité, cette rencontre vise à apporter le soutien de l’Europe à Angela Merkel face à son ministre de l’Intérieur, de la CSU, qui lui a donné quinze jours pour fermer les frontières de l’Allemagne, faute de quoi il prendrait l’initiative de le faire lui-même. Ce serait alors la fin de la coalition CDU-CSU, en vigueur depuis 40 ans. Mme Merkel en appelle à la solidarité européenne pour recevoir ses « migrants » après avoir décidé seule d’en accueillir un million sans demander l’avis de ses partenaires.

Depuis l’épisode de l’Aquarius, on ne peut donc plus faire comme avant, comme s’il ne s’était rien passé ou comme s’il s’agissait simplement d’une énième crise européenne qui serait remplacée bientôt par une autre, et tournez manège ! On pouvait croire, jusqu’ici, que la fin de l’Union européenne serait provoquée par une crise économique majeure, un séisme financier, l’un de ses membres devenant défaillant, ce qui aurait entraîné une réaction en chaîne que nul n’aurait pu maîtriser. On l’a frôlé de près lors de la crise grecque.

Or, c’est la question de l’immigration qui est en train d’en sonner le glas. C’est à son sujet que Bruno Le Maire a déclaré la semaine dernière : « L’Europe est dans un processus de décomposition sous nos yeux. »

Il a raison sur le diagnostic mais il se trompe quant aux causes et donc sur le remède. Car il a dénoncé les coupables qu’il désigne : « les Etats qui se replient sur eux-mêmes » ; or, selon lui, il ne peut y « avoir de solutions qu’européennes. » Il confond cause et conséquence : si les Etats « se replient sur eux-mêmes », c’est qu’ils sont convaincus qu’ils n’ont rien à attendre de l’Union européenne, l’Italie étant la mieux placée pour l’avoir expérimenté.

Si les Etats, à l’est et à l’ouest de l’Europe, entendent traiter eux-mêmes la pression migratoire, c’est que Bruxelles en est incapable. S’il y avait eu une « solution européenne » efficace, on le saurait, et le problème n’existerait plus depuis un bon moment. Il est donc peu probable que la réunion convoquée par Junker changera quoi que ce soit à la situation actuelle.

Car l’Union européenne, ses principes, son droit,
ses hommes, ne sont pas la solution mais le problème.

La preuve en est rapportée dans cet arrêt de la Cour européenne de justice en 2012, confirmé en 2014, contre la Grèce et l’Italie pour violation de l’art. 13, combiné avec l’art. 3 de la CEDH (Convention européenne des droits de l’homme.) Lequel article stipule :

« Aucun des Etats contractants n’expulsera ou ne refoulera, de quelque manière que ce soit, un réfugié sur les frontières des territoires où sa vie ou sa liberté serait menacée en raison de sa race, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un certain groupe social ou de ses opinions politiques. »

Cela concerne, certes, les réfugiés politiques, protégés par la Convention de Genève.

Le problème est que se mêlent à eux des clandestins, des femmes enceintes et des enfants nullement persécutés, que les media appellent souvent, à tort, des « réfugiés économiques », pour tenter de les assimiler aux premiers. Ils sont de 70 % à 90 % de ceux qui débarquent en Europe, donc une immense majorité.

Mais, comme il y a 10 % d’authentiques réfugiés, il faut laisser débarquer tout le monde pour faire le tri. Ainsi en a décidé la justice européenne qui déclare donc illégal tout refoulement et retour au port de départ. La « solution » européenne prônée par Le Maire et Macron, c’est celle-là : accueillir tout le monde et s’interdire de refouler ceux qui débarquent. Résultat : même déboutés du droit d’asile, ceux qui se sont introduits dans l’espace européen, y restent.

Seule une minorité, d’entre eux, entre 5 % et 10 % selon les pays, sont expulsés.

On notera, au passage, que ceux qui font le plus grand tort aux réfugiés politiques véritables, ce ne sont ni les Etats, ni la police, ni les « populistes » mais les migrants illégaux qui se mêlent aux authentiques réfugiés et persécutés, ces derniers faisant injustement l’objet du même rejet que les individus qui viennent sur le territoire européen sans droits ni titres. Parler de « migrants », comme le font la presse, la gauche, et … le pape, sans distinguer les uns des autres, c’est porter un mauvais coup à ceux que l’on prétend vouloir protéger. Voir le livre « Migrants » d’Anne Bono – Ed Segno.






4 Réponses à “« Migrants » : l’Europe n’est pas la solution,
Elle est le problème !”

  1. Ce sont des migrants, puisqu’ils migrent… vers d’autres cieux!

    les raisons de cette migration sont diverses=
    causes de guerre.
    Là, il y a déjà un problème!
    Pourquoi de jeunes athlètes maliens viennent -ils en France, se prélasser en jouant sur leur IPhone dans des vêtements de marque, la bouche ouverte, en attendant qu’on leur donne la becquée.. tandis que nos jeunes soldats vont combattre au Mali pour défendre ce pays, au risque de leur vie?

    Causes politiques?
    Qu’appelle t-on causes politiques?
    La guerre? La religion? La laïcité? Le communisme? Le socialisme?

    Causes économiques?
    Alors pourquoi ne se retroussent ils pas les manches, comme micron (et je suis gentille, j’ai écrit le « r » dans son nom) l’a demandé aux médecins -par l’intermédiaire de ses godillots Philippe et Buzin- lorsque ceux -ci ont dit manquer de moyens (journées de plus de 12h, sans compter les gardes… hélas vrai!)

    Causes religieuses?
    Alors pourquoi venir dans des contrées chrétiennes, plutôt que d’aller se réfugier dans des contrées convenant parfaitement à leur croyance (genre Qatar, Arabie saoudite, Iran, Turquie…)
    Alors pourquoi les chrétiens d’Orient veulent ils rester chez eux et travaillent à rebâtir leurs maisons, leurs commerces, leurs églises?
    Pourquoi les juifs regagnent ils pour beaucoup Israël?

    Causes climatiques?
    Tiens curieux!
    D’abord, je maintiens que cela fait 3 hivers qu’il fait plus froid et plus longtemps dans nos régions.
    Ensuite, darwinienne (mes excuses aux tenants de la croyance en la terre plate), je crois que la couleur de peau est adaptée au climat et que nos températures, fussent elles réchauffées comme le prétendent ceux qui cherchent tous les moyens pour nous taxer un peu plus (taxes carbone et autres… Dommage qu’ils n’aient pas vécu à l’époque du secondaire… sous les climats tropicaux même en ile de France…)ainsi que notre ensoleillement ne sont pas adaptés aux peaux sombres.

    Moi, je constate une invasion, voire une colonisation de nos pays, par des individus brutaux, incultes, qui plus est un horde d’individus traités comme des esclaves, genre traite humaine.
    A quand la mise devant le tribunal de la Haye de ces marchands d’êtres humains?
    A quand la mise devant le tribunal de guerre de nos gouvernants collabos?

    Tiens, au fait… J’ai appris que j’avais attrapé la Lèpre. Sans doute à cause de mes amis italiens, chrétiens,qui plus est…Quelle horreur!!!

  2. On pourrait citer les agents dissolvants des souverainetés nationales en Europe: No borders,ONG complices des passeurs,l’ultra-libéralisme de Bruxelles,les différentes institutions de l’Union et…le parti pris compassionnel des milieux culturels et des médias de propagande,qui invitent les citoyens européens à accueillir leur migrant,sous peine de se voir culpabilisés et traités de populistes égoïstes,dans le cas contraire.

    « Populisme »,synonyme,dans la bouche des élites et des lobbies européistes de Fascisme…

  3. Dans cette affaire, tout n’est qu hypocrisie, les elites font tout pour tromper le peuple, et laisser envahir nos nations, sous les ordres de l’europe et des ong…

    Ceux ci, au lieu de preferer des peuples semblable au notre, prefere des peuple que beaucoup de culture, comportement, civilisation, oppose ou differe…

    Il parait que c’est uniquement un choix d’ordre economique.

    Mais ca ne tient pas la route, pourquoi :

    1/ L’europe est plein de SDF et plein de chomeurs, dans les années 2000 ( je crois) environ + de 18 millions de chomeurs, combien maintenant, 25 M ou + ?

    Autant de travailleur en puissance si nos sociétés se redressaient et reconstruirait les entreprises…

    Mais nos sociétés sont ultra endettés, ( en general), sauf quelque uns, elle ont enormement de mal a redresser la situation… La faute a qui et a quoi ?

    Malgres un enorme endettement, un chomage « enorme en europe, des SDF qui creve la faim,
    ces « elites » et ong font venir des gens par millier par jour, c’est depuis des années une veritable colonisation, vu par la population.

    Ces gens d’une autre civilisation/comportement, culture, religion, moins proche de nous que les nation de peuples blanc, dans l’europe de l’est et l’asie, plus facilement assimilable et donc economiquement plus rentable, sont au contraire rennié sytematiquement, dans le choix des politiques.

    Ces peuples de blanc qui n’aurait pas de difficulté particuliere a s’assimiler, sont rejeté systematiquement par les politiques, au profit de gens dont la culture, et la religion creer des communautarisme avec les risques de radicalisations, d’insecurités, que l’on voit depuis plus de vingt ans et qui coute extremement cher…

    Seulement voila, au dessus de la politique il y a des puissance d’argent et d’interet tel que bidelberg ou la franc maconnerie :

    A Juppé qui apres avoir ete reçu chez le groupe bidelberg,
    fait volte face quant au mariage pour toutes, trouve que les notions du RPR, contre les etrangers etait une erreur…

    Walls pour la mariage pour toutes, a ete poussé par la franc maconnerie, comme tous sont gouvernement, pour instaurer de force, les idées issue de la franc maconnerie et NON du peule.

    Entendu a la TV, une voix d’un franc macon ( NON elue), vaut une voix de ministre.
    Qui commande a la fin… les groupes dans l’ombre avec leur puissance, qui obeissent a leur instints, ideologie, interets et toute les conneries possible, parce que : hors sol…
    J’ai lu que la franc maconnerie preferait la religion d’islam a la notre : chretienne, ceci peut expliquer pour beaucoup ce choix « etrange » de ne prendre que des africains, et arabes, et a l’aide de la bien pensance imposé de force, ces groupes imposent leur interets sans egard contre le peuple.

    On pourrait citer plein d’autre cas, sur pas mal de politique.
    Ces groupes ont une influence réelle et importante sur les politiciens et se sont eux qui conduisent en partie ou totalement la politique europeenne, meme a l’encontre des peuples de souche.

    • Rappelons nous du comportement pendant sa lecture ou plutot la devotion respectueuse de J Chirac face au grouoe de franc maconnerie du petit ou grand orient:

      J Chirac n’etait plus le president, mais une pantomine craintive, et fort respectueuse face a ces franc macon, trouvant tout a fait normal les compliments du chef de l’etat, fort impressionné par les franc macons…

      Le monde a l’envers…

      N’oublions pas que ces franc macon se vante d’etre au veritable pouvoir, depuis 300 ans, ce sont donc des gens comme eux qui tirent les ficelles, et imposent leur interets.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *