Mort d’une juge progressiste « extrémiste » !

Publié par le 20 Sep, 2020 dans Blog | 7 commentaires

Mort d’une juge progressiste « extrémiste » !

Toute la presse française compatit avec les Démocrates américains après le décès de Ruth Bader Ginsburg, juge de la Cour suprême américaine.

Libération titre :

« Un tournant dans l’histoire des Etats-Unis ! »

Paris Match n’est pas plus sobre :

« un séisme politique aux Etats-Unis ! »

Mais pourquoi la mort d’un seul juge sur un total de neuf, fait-il la une ?

Pour la seule et unique raison que Ruth Bader Ginsburg était une icône de la gauche progressiste américaine, et donc des progressistes français.

Pensez-vous une seule seconde, que la mort d’un juge conservateur aurait fait le même raffut que celle de Ruth Bader Ginsburg ? A l’évidence, non !

Devant la Cour suprême des Etats-Unis, à Washington, samedi. AFP/Jose Luis Magana

Dans la presse française, vous ne trouverez que des lauriers tressés à Ruth Bader Ginsburg et pas trace de la moindre critique !

A contre-courant de cette unanimité de posture, je reprends un article paru dans le blog suisse de Stéphane Montabert. On y apprend que la juge décédée semblait largement outrepasser ses droits en jugeant, non pas en fonction de la Constitution des Etats-Unis mais juste en fonction de ses opinions progressistes personnelles.

Dans ces conditions, contrairement à l’opinion des Démocrates et de la presse française, il est tout à fait légitime que Donald Trump nomme à sa place un juge … moins progressiste !

La Juge Ruth Bader Ginsburg de la Cour Suprême est décédée

L’heure est aux politesses et aux hommages, donc et y compris par Donald Trump. On célèbre la fille d’immigrants juifs de Brooklyn, parvenue petit à petit à accéder au sommet du pouvoir judiciaire… Mais au-delà de l’éloge panégyrique de circonstance, les médias encensent surtout la juge la plus « progressiste » de la cour.

Il faut comprendre ce que cela veut dire. Ruth Bader Ginsburg (« RBG » selon son acronyme) a été nommée par Bill Clinton en 1993. Loin de la « modérée » sous l’étiquette de laquelle elle fut présentée, elle s’est avérée en pratique une des plus gauchistes et des plus engagées politiquement de tous les juges de la Cour Suprême américaine, partageant ce triste honneur avec Sonia Sotomayor nommée par Obama en 2009.

En d’autres termes, RGB n’a eu de cesse que de fouler aux pieds son rôle d’interprétation de la Constitution des États-Unis. À la place, elle a toujours statué avec comme seul objectif de pousser tous les sujets qui lui tenaient à cœur politiquement ou sociologiquement. Permettant à l’occasion à la Cour suprême de basculer en sa faveur, elle fut en faveur de:

  • toutes les initiatives de vote par correspondance (qui ne cesse de créer la polémiqueaujourd’hui) ;
  • l’immigration par tous les moyens ;
  • le rejet de toute tentative de renvoi de quelque immigré que ce soit, quelles que soit les raisons (même les pires criminels de sang) ;
  • l’avortement et l’infanticide (avortement jusqu’au terme de la grossesse, y compris pendant l’accouchement) ;
  • le mariage homosexuel ;
  • l’abaissement de l’âge du « consentement raisonné » aux relations sexuelles à douze ans ;
  • la validation constitutionnelle de l’Obamacare ;
  • l’approche raciste de la discrimination positive.

La liste n’est pas exhaustive. On comprend le désarroi des gauchistes radicaux américains sur Twitter.

La juge était malade depuis plusieurs années. Elle avait néanmoins refusé de démissionner sous la Présidence Obama, estimant préférable de céder sa place sous l’Administration (Hillary) Clinton qui devait lui succéder en 2016. Les citoyens américains lui jouèrent un bien mauvais tour en élisant à sa place Donald Trump. Dès lors, plus question de démissionner et de laisser à Trump le choix de son successeur!

RBG choisit donc de se maintenir à son siège coûte que coûte, malgré son grand âge et une santé déclinante, s’absentant souvent et pour de longues périodes alors qu’elle subissait des interventions médicales et des thérapies liées au cancer qui la rongeait. Il  arriva plusieurs fois à la vieille dame de s’évanouir en public. À plusieurs reprises, la Cour suprême dut siéger à huit au lieu de neuf, ce qui entraîna des troubles de son fonctionnement et supprima temporairement son rôle d’établissement de la jurisprudence.

Ruth Bader Ginsburg en 2012.

Malheureusement pour elle, son heure arriva trop tôt. Trump est toujours Président, et il est en mesure de décider de son successeur. Le fera-t-il pendant le mois qui nous sépare de l’élection? C’est possible – après tout il est parfaitement en droit de le faire. Trump a toujours mis la nomination des juges au cœur de son mandat (c’est un aspect de sa Présidence bien peu couvert par les médias) et les Républicains contrôlent toujours le Sénat avec 53 sièges. Mieux encore, face aux critiques de la gauche, Trump a établi depuis longtemps une liste officielle des personnalités qu’il envisageait pour une future nomination à la Cour Suprême. Autant dire que tout est prêt. Mais Trump pourrait aussi sportivement choisir d’attendre les élections de novembre, galvanisant les deux parties en montant les enchères de l’élection.

L’équilibre de la Cour Suprême est fragile. Les juges Clarence Tomas et Samuel Alito sont les plus conservateurs dans le respect de la Constitution. Neil Gorsuch et Brett Kavanaugh (pourtant tous deux nommés par Trump) ainsi que John G. Roberts Jr., le juge en Chef, sont souples dans leur interprétation ; Stephen Breyer, Elena Kagan et Sonia Sotomayor la négligent clairement pour laisser libre court à leurs convictions de gauche, et viennent de perdre Ruth Bader Ginsburg dans leur camp.

La place est donc libre pour que la nomination d’un futur juge réellement constitutionnaliste ramène enfin l’équilibre dans une institution qui a beaucoup perdu en crédibilité dans l’histoire récente à force de se rallier à l’opinion politico-médiatique du moment, plutôt qu’à la Constitution américaine. Et ce choix pourrait influer sur le comportement de la Cour pendant plusieurs décennies.

Stéphane Montabert pour son blog.

Merci de tweeter cet article :





7 Réponses à “Mort d’une juge progressiste « extrémiste » !”

  1. Quand on voit sa sale tete on comprend son manque d’humanité et de coeur et pourquoi elle etait « progressiste » c’est a dire, agir contre l’interet de l’humanité… comme en france, les soi disant progressistes…

    Ce n’est donc pas une perte, sauf pour la racaille progressiste qui la pleurent, qui amene sans pitié a la mort de l’identité des nations et des valeurs morales.

    Comme on dit, qui de ressemblent s’assemblent.

  2. Je cite:
    les Républicains contrôlent toujours le Sénat avec 53 sièges.

    Bizarre, comme en france, mais toutes les autres institutions sont controlé par la goche, ce qui veut dire que la goche a une main mise totale et surtout judiciaire qui est la partie la plus importante pour toutes les affaires… en france et aux etats unis, et tres probablement ailleurs.

    Ainsi la goche peut arguer du fait que le senat fait un bon contrepoids, alors qu’en fait l’equilibre a ete rompu depuis longtemps,
    et qu’en fait il y a un tres grand desequilibre, chez nous comme chez eux.

    De plus il n’est pas impossible de soudoyer suffisamment de senateur republicain ou de faire chantage sur ceuxci, ou de faire appel a leur sentiment de franc macon pour retourner une situation politique delicate pour la goche.

    En fait la goche est totalitaire et dictatoriale dans ces comportement parce qu’elle domine largement toutes les institutions,
    et qu’elle peut se permettre de provoquer
    une revolution pour eviter que Trump ne soit reelu, sans encourir la moindre poursuite de la pseudo justice ultra noyauté a goche comme en france.

    Ces institutions dominées ou noyautées par la goche, le sont suffisamment en profondeur, pour qu’elle ne craigne pas grand chose pour longtemps. le reste c’est du cirque.

    Pour la jugette qui est decedée, ont reconnait l’adn de cette goche progressite qui veut aussi :
    -la pedophilie,
    -l’aneantissement de la vraie culture,
    -le grand remplacement des blancs,
    -la destruction de l’education des jeunes
    -l’abaissement du niveau general de l’intellect

    Mais aussi:
    un favoritisme envers les racailles,
    aucune compassion envers les victimes
    une justice avec un deux poids deux mesure, comme en france et en europe.

    Ce type de pseudo progressime est du niveau de debile, et est deshumanisant…

    La goche tarée comme d’habitude, en general, a perdu les sens de la mesure,
    le sens de la culture,
    de l’aducation,
    de la vertue…

    Trump doit obligatoirement imposer un juge conservateur pour proteger les honnetes citoyen des racailles…

    • J’oubliais le plus important :
      les medias sont a 99 % a goche et font la pluie et le beau temps au etat unis comme en france et comme en europe…

      Ainsi,
      ce moyen de pression extraordinaire, cet outil extraordinaire qui permet a un parti d’etre protegé, soutenu, tandis que l’on detruit l’autre… aux etant unis comme en france et en europe.

      Cet outil extraordinaire aux main de la goche, a 99 % excuser du peu,
      permet d’encenser n’importe qui a goche/democrate, et detruire les oppositions.

      Cela permet aussi,
      par cet outils de cacher la realitée dans le pays, pour imposer la doxa gochiste au peuple malgres que celui ci souffre beaucoup de ces ideologie gochiste.

      Les merdias ont le role de cacher, mentir, dissmuler, tromper, trahir, manipuler, inventer des scenarios pour detruire l’adversaire de goche…

      Aux etat unis comme en france et en europe.

      Avec tout cela la goche pleure que le senat soit toujours de droite…
      Une facon de montrer a la population que la droite est indetronable,
      pour mieux disculper les discours de droite denoncant la main mise totalitaire de la goche sur tout le pays, en france et en europe.

      Qui detient les merdias detient a terme le monde.

  3. Je sais que ce n’est pas bien de juger sur une photo, mais franchement, j’espère qu’avec la tête qu’elle a, méchante affreuse, elle va aller griller en enfer.
    (et en plus elle verra que, finalement, sur Terre, il ne faisait pas si chaud que cela.

  4. Trump devrait régir en nommant Milo Yannopoulos. Il est jeune, charismatique, et pas du tout progressiste. La gauche profite de chaque opportunité pour nommer des clown partisans, pourquoi ne pas rendre les coups ?

    • Kobus van Cleef dit:

      Ou alors il pourrait me nommer, moi
      Seul problème, je ne suis ni juge,ni américain ( du nord)
      Pourtant, je suis certain que je pourrai habiter la fonction

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *