Ne dites surtout pas aux cheminots qu’ils sont privilégiés

Publié par le 4 Avr, 2018 dans Blog | 12 commentaires

Ne dites surtout pas aux cheminots qu’ils sont privilégiés

SNCF : depuis quelques jours, le climat a changé !

Cela avait commencé un peu avant le début de la grève des cheminots et le mot d’ordre est devenu :

Halte au « cheminots-bashing » !

Depuis des semaines, la presse était plutôt favorable à la réforme ferroviaire portée par Emmanuel Macron et son gouvernement, mais le vent semble avoir tourné …

Est-ce la peur suscitée par la perspective de trois longs mois de galère promis par cette grève larvée ? Une action dont la logique est la suivante :

Impact maximum pour les usagers, coût minimum pour les cheminots !

Voici, à ce sujet, l’édito de Nicolas Beytout, paru hier dans l’Opinion :

Crédit illustration : Kak – l’Opinion

C’est une affaire entendue : il ne faut surtout pas dire que les agents de la SNCF sont des privilégiés. Dans ce climat de grève dure qui pèse désormais sur la France, il importe au contraire de sur-jouer le respect que l’on porte à ces hommes et ces femmes, sans hésiter à en rajouter dans la considération. Tout autre propos, surtout s’il sort de la bouche d’un ministre ou d’un membre de la majorité, sera immédiatement pris pour une provocation et le risque fou d’envenimer la situation. Il est même devenu impossible de suggérer que d’autres professions, les agriculteurs par exemple, auraient des contraintes singulièrement plus lourdes et des protections autrement plus fragiles : ce serait insinuer qu’il y a plus malheureux qu’à la SNCF. Impossible !

Alors, à grands coups de langue de bois, on entend dire avec ferveur que, plus qu’un travail, les agents du rail ont une mission : assurer le service public du chemin de fer français. Et que cela leur crée des devoirs et non des privilèges.

C’est beau, mais c’est faux !

Si, parmi les 135 000 salariés de la SNCF, certains assument des tâches plus lourdes que d’autres, le statut a historiquement été pensé pour tenir compte et compenser ces sujétions particulières. Lesquelles ont été heureusement allégées, en quelques décennies. Mais les avantages liés à ce statut n’ont pas été révisés, eux. Sinon, comment expliquer que tant de Français rêvent de se faire embaucher par la SNCF ? Ils sont environ 400 000 chaque année à faire acte de candidature spontanée. Les conducteurs de TGV, parmi les grévistes les plus mobilisés, ne font pas de peine à tout le monde : on compte environ 60 000 volontaires pour rejoindre chaque année cette aristocratie du rail. Croit-on vraiment que cela n’a rien à voir avec un « avantage particulier possédé par quelqu’un, et que les autres n’ont pas », autrement dit, un privilège ?

Nicolas Beytout pour l’Opinion.

Pour en savoir plus sur les avantages du statut des cheminots, lire cet article de l’Express :

Statut des cheminots: quels sont ses « avantages »?

résumé sur cette planche :






 

12 Réponses à “Ne dites surtout pas aux cheminots qu’ils sont privilégiés”

  1. Si certaines positions de la CGT et des cheminots sont peut-être abusives et si quelques réformes sont nécessaires à la SNCF (quand dans l’usage on utilise un service public comme s’il était une agence de voyage pas étonnant qu’il fonctionne mal), il n’empêche que l’unique but de la réforme Macron est de nettoyer la SNCF pour mieux la vendre. Et une fois de plus, comme ça a été le cas pour toutes les autres ouvertures à la « concurrence », les Français vont y perdre, obligés à solder les dettes de la SNCF avec leurs poches puis à payer beaucoup plus cher leurs futurs déplacements. (Et perfuser avec leurs impôts toutes les lignes qui ne seront pas assez rentables pour les opérateurs privés) Mais les Français aiment se tirer des balles dans les pieds.

    • Juste deux remarques :

      1 – Vous prétendez que dans tous les cas d’ouverture à la concurrence, les Français allaient y perdre !
      A votre avis, combien payerions-nous aujourd’hui notre abonnement internet si France Telecom en avait gardé le monopole ? 100 €, 200 €, 250 € ?

      2 – Quant à la perfusion avec nos impôts, n’est-ce pas le cas déjà aujourd’hui ? Ce sont nos impôts qui financent la retraite très appréciable des cheminots et le déficit chronique de la SNCF !

    • lisez à ce sujet l’article du Figaro mis en lien plus haut : je cite «Il n’existe aucun exemple d’ouverture à la concurrence qui se soit traduit par une augmentation des prix»

  2. Bonjour,
    De retour de quelques jours de « vacances » avec pique-niques, repas à la « cafette » du coin, et pas d’achats superflus pour cause de CSG confiscatoire, je viens de lire les dernières nouvelles sur mon blog préféré.

    J’ai eu la très grosse surprise de constater que, tant sur les marchés, que dans les syndicats d’initiative, que dans les musées, les « cafettes », les queues de grandes surface, (de l’habitué au vacancier en passant par les hôtesses de caisse, les hôtesses d’accueil, les vendeuses de tickets des musées), que dans les groupes de vacanciers (peu nombreux), l’unanimité était là!

    « Ben oui, les « cheminots » sont des privilégiés », mais la méthode de Macron, ce type méprisant, n’est pas bonne. »
    « Et puis, nous espérons que ces grèves vont être le déclencheur de mouvements en chaîne »
    « on en a tellement marre de ce « spoliateur », de ces voleurs, de ces élites qui nous méprisent »

    Tout cela argumenté avec des descriptions de fiches de paie, de montants de retraite, de montants de taxes, de manques de soins pour amis ou parents malades, de baisse de pouvoir d’achat, de baisse de niveaux à l’école, de ras le bol des nouvelles contraintes, de pertes de libertés….

    Bon, je vous l’accorde, nous n’avons pas pris nos vacances dans le « Marais Parisien ».
    Même sans l’augmentation de la CSG, nous n’en aurions pas eu les moyens!

    Ceci dit, il a été évident qu’en d’autres temps, cette réforme eut été acceptée.
    Aujourd’hui, toutes ces personnes rencontrées soutenaient non pas les cheminots, mais cette grève (qui en ennuyait un certain nombre, à cause des retards et embouteillages prévus) intérieurement acceptée pour l’espoir qu’elle donnait d’un avenir débarrassé de ces usurpateurs du gouvernement et de leur chef!

    • Schmitt Ginette dit:

      « La dette de la SNCF n’est pas celle des cheminots mais liée à des investissements décidés par les pouvoirs publics à diverses époques. La SNCF ne peut pas partir dans un système de concurrence avec des pieds de plomb.Ce ne serait pas équitable. Le premier ministre a été clair : l’État prendra ses responsabilités. »
      Comparer avec l’Angleterre est risible ils ont tant de problèmes de propreté d’entretien etc en ce qui concerne leurs trains sans parler de l’insécurité galopante et l’Allemagne qui nous est toujours présentée en ex ce pays riche qui a bien plus de pauvres que nous, 2 parfois 3 petits boulots pour survivre, un pays dont le fonctionnement n’est en rien comparable au nôtre, aux autoroutes bien entretenues et très utilisées etc.
      Bravo Suzanne c’est ainsi que je le conçois, enfin se soutenir les uns les autres , construire une solidarité nationale qui peut balayer ces usurpateurs qui ne tiennent aucun compte des besoins des français euh les sans dents. Où sont passés les fleurons de notre industrie? Prendre au peuple pour laisser les quelques riches s’enrichir encore afin que ces derniers investissent en France !!! Quelle hypocrisie , leurs gros sous sont bien soigneusement mis à l’abri et y resteront.
      GiGi

  3. Je crois moi aussi, que la scnf sera plus chere une fois mise a la concurence… du moins pas pour tout de suite.

    C’est un peu une specificité francaise que de promettre le meilleur et d’avoir… le pire.

  4. Cette presse et ces médias inféodés aux politiques de gauche me choque tous les jours. Pas un mot dans l’émission de RTL soir « on refait le monde »sur Jean Vincent Placé et ses ecarts de conduite hier soir dans un bar parisien alors que les faits s’ils sont avérés sont graves ! contre la mise en examen de Sarkozy et ses autres déboires judiciaires ont été largement étalés dans cette émission.

    • Et, hormis sur V.A., pas un mot sur le classement par la justice des « aléas » financiers du financement de la campagne de Jupiter!
      Une honte!

  5. Pour remonter le moral des journalistes de goche :

    Ce que l’on sait de l’arrestation de Jean-Vincent Placé, interpellé en état d’ébriété après une altercation dans un bar parisien

    http://www.msn.com/fr-fr/actualite/france/ce-que-lon-sait-de-larrestation-de-jean-vincent-plac%c3%a9-interpell%c3%a9-en-%c3%a9tat-d%c3%a9bri%c3%a9t%c3%a9-apr%c3%a8s-une-altercation-dans-un-bar-parisien/ar-AAvwnk1?li=BBoJIji

    Ca leur permettra de changer le disque rayé sur N Sarkozy qu’on nous passe ( par exemple) des qu’un toto de goche fait une esclandre et se permet d’outrager des personnes qui se refuse, et en se prenant aussi pour le roi, faiblesse de la goche.

    Nul doute que la justice sera bienveillante a son egard…

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *