Non à la censure des sites de ré-information !

Publié par le 18 Juin, 2018 dans Blog | 9 commentaires

Non à la censure des sites de ré-information !

Attention, danger !

Alors que l’on peut légitimement s’inquiéter à propos de la future loi contre les « fake news » que prépare le gouvernement, on vient d’assister à un événement très inquiétant qui préfigure peut-être ce qui risque d’arriver à tous les sites de ré-information.

Il s’agit de la censure par Youtube de la chaine de télévision TV Libertés.

Je relaye, sur ce sujet très grave, un article de Nicolas Gardères sur le site Causeur.fr :

Pour la liberté de TV Libertés

La suppression de sa chaîne Youtube est inacceptable

Le 14 juin, Youtube a décidé brutalement de supprimer la chaîne de TV Libertés en invoquant une prétendue violation mineure des règles régissant les citations d’un média par un autre. Cette décision bafouant les libertés fondamentales soulève l’indignation de Me Nicolas Gardères, avocat et maître de conférence à Sciences Po.

TV Libertés est une grosse webtélé fondée en 2014. A grands traits, sa ligne éditoriale va de la droite des Républicains à celle du Front national. Elle est un peu le média de l’establishement natio-catho, où viennent parler cadres du FN, intellos semi-réprouvés à la Alain de Benoist, curetons tradis, demi-habiles de droite en tout genre, écrivains réacs maudits, etc. Par hypothèse libertaire et foi en l’impératif dialogique, j’y ai moi-même participé pendant plusieurs années à une émission de débats, dans le souci d’affronter la bête dans son antre et sur ses thèmes obsessionnels (islam, immigration, identité, avortement, homosexualité…). Une approche du combat politique que l’on peut critiquer, mais que j’assume totalement et sans rien renier de mon intégrisme libéral. Peu importe, là n’est plus la question.

Et l’Etat de droit, bordel ?

En effet, le 14 juin, Youtube a décidé brutalement de supprimer la chaîne de TV Libertés, comptant une centaine de milliers d’abonnés. Cette décision parfaitement arbitraire et reposant fallacieusement sur une prétendue violation mineure des règles régissant les citations d’un média par un autre (violation qui serait intervenue quelques heures avant la suppression pure et simple de la chaîne…) pose un grave problème de libertés fondamentales.

C’est un truisme de rappeler qu’Internet a totalement bouleversé le rapport à l’expression et l’exercice de cette liberté matricielle. Il a d’ailleurs rendu, en grande partie, obsolète le dispositif répressif français du droit pénal de la presse. Des milliers d’infractions pénales (injures, diffamations, incitations à la haine…) sont ainsi commises chaque jour sur le territoire français, sans être presque jamais poursuivies devant les tribunaux.

Que l’on déplore ou non l’existence de restrictions pénales sur l’expression, il n’est pas contestable que celles-ci s’exercent dans le respect des règles de l’Etat de droit, c’est-à-dire notamment suivant les principes fondamentaux de la procédure pénale, le régime juridique de la loi 1881 sur la liberté de la presse et les droits de la défense.

Nicolas Gardères sur le plateau de TV Libertés

La Toile de l’arbitraire

Sur Internet, il n’existe rien de tel. L’arbitraire y règne en maître et Youtube, Facebook ou Twitter suspendent ou suppriment les comptes des contrevenants aléatoires sans aucun discernement, ni aucun contrôle réel (comme les très rares actions en justice conduites à ce jour le démontrent). Que des sociétés privées fassent respecter leur règlement intérieur est entendu, mais les GAFA ne sont plus de simples sociétés privées se contentant de vendre des produits sur un marché. Youtube, Facebook et Twitter sont devenus les principaux canaux d’expression publique au monde. De ce fait, n’importe laquelle de ces sociétés a aujourd’hui plus de capacité à restreindre la liberté d’expression d’une population que ne l’a une démocratie libérale comme la France. Elles sont très tranquillement en train d’établir des sociétés parallèles totalitaires, au sein desquelles n’importe qui peut disparaître n’importe quand, virtuellement supprimé dans les caves de ces Loubiankas virtuelles.

En outre, ces souverains virtuels peuvent utilement collaborer (sûrement le font-ils déjà d’ailleurs) avec les Etats, pour que ces derniers puissent exercer une censure que leurs ordres juridiques libéraux leurs interdisent.

Quand le gouvernement applaudit la censure

La future loi sur les fake news vient d’ailleurs bien rappeler que l’Etat français n’a pas renoncé à sa mission de répression du discours et d’hygiène mentale.

La suppression de pages Facebook de groupuscules d’extrême droite, comme récemment celle de Génération Identitaire, a été acclamée par le gouvernement, ce qui laisse l’amer sentiment d’une externalisation, d’une privatisation de la censure.

Avec la suppression de la chaîne de la facho-placide TV Libertés, un cap orwellien a encore été franchi.

Nicolas Gardères pour Causeur.fr






 

9 Réponses à “Non à la censure des sites de ré-information !”

  1. Si on m’avait dit un jour que je serais d’accord avec un gauchiste!

    Me Gardères dit pas mal de bêtises(facho-placide ») mais sur la défense de la liberté d’expression-de toutes les libertés-,qui se réduit dangereusement en France,on ne peut qu’être d’accord avec lui.

    • COGNET Marie dit:

      Exactement, la liberté d’expression se réduit aujourd’hui comme peau de chagrin. Le fermeture de comptes Twitter ou Facebook évidemment bien choisis, la suppression de la chaîne Utube de TV Libertés, et la loi sur les fake news nous le rappellent. Cela commence vraiment à faire beaucoup… Cette loi est très dangereuse, d’autant que c’est le juge qui sera chargé de définir ce qui sera fake new ou pas !
      Sans parler du service public, déjà bien idéologisé, que la ministre de la Culture semble vouloir préparer!
      Il faut absolument nous mobiliser pour éviter ce glissement progressif vers une dictature.

  2. « facho-placide » c’est sûrement une contrepétrie … 😉

  3. Si on met Nyssen et son projet de rééducation des masses entre parenthèses,on a tout de même,avec ce projet de loi scélérat sur les fausses nouvelles,le désir des godillots de LREM de satisfaire le narcissisme de leur président,mortifié d’avoir été victime de méchantes rumeurs durant sa campagne présidentielle.

    Avant la chute de la maison Macron,qui ira rejoindre le vieux monde dans les poubelles de l’Histoire et finira tôt ou tard par apparaître pour ce qu’elle fut vraiment,aux yeux dessillés des Français: une imposture appuyée sur la mise en scène du pouvoir et les discours creux,notre pays risque de souffrir…

  4. 100% en adéquation, je serai peut-être plus pessimiste sur la fin que je souhaiterai semblable à la vôtre.
    L’empereur Micron 1er est en train s’assoir son pouvoir au delà du quinquennat et pour ça, il va falloir bâillonner le peuple et son terrible populisme.
    Comme tout combat, la victoire se dessine souvent lors de la bataille de l’information, voilà pourquoi toutes les dictatures ont la main mise sur les médias.
    Ensuite, il faut dominer et diviser ses adversaires et devenir la seule alternative crédible pour s’imposer face à une multitude d’oppositions. Quelques polémiques à 2 balles, quelques unes de journaux sur les dissidences au sein des adversaires principaux, citons « Wauquiez-Calmels » ou « Marion-Marine » ou alliance « Wauquiez-Marion » et même rivalités « Mélenchon-Ruffin » le démontrent.
    Tout est en place pour une réélection du plus grand imposteur présidentiel de la cinquième République, les chiffres eux, marqueurs du bon état de forme de la politique économique, ne sont plus commentés et on ne parle que de pourcentage pour le chômage mais plus de catégories de chômeurs, 8,8% ce matin contre 9 en 2017 et 9,9 en 2016 (% de quoi, par rapport à quoi, toutes les mêmes catégories ?).
    Croissance prévue pour 2018, 1,7 au lieu de 2,2% (pétrole nous dit on), ce n’est pas grave car bientôt le cannabis (lequel) sera intégré au PIB !!!
    S’il le faut, il y aura la Loi de modification de la constitution avec la réduction des parlementaires donc un redécoupage pour faire taire les voix populiste du monde rural et les mettre en marche lente à 80 km/h.
    Ce sera la dictature des grandes métropoles tenues en partie par des constructifs (boulot du traître Édouard) sur les illettrés populistes assistée par le dictat de Bruxelles.
    Il va falloir frapper un grand coup électoral aux prochaines EUROPÉENNES pour marquer les esprits des élus prêts à se rallier à des fins carriériste.

  5. Bien sûr, moi aussi j’ai été scandalisée par cette censure, même si je regarde rarement les vidéos
    En effet, je ne suis pas une visuelle et les images qui défilent m’agacent.

    Je préfère lire un article que de le visionner.
    peut être aprce que je peux plus facilement maitriser la lecture que des images qui défilent et que j’ai l’impression qu’un film, une vidéo, la télé sont l’outil pour absorber passivement des infos, alors que la lecture est active.
    d’autant que je lis toujours avec un stylo à lamain et que j’annote les passages interessants (dans un sens comme dans un autre)

    Avez vous lu le projet sur les faqueniouzes?
    franchement, c’est d’un flou pas possible (et quand il y a un flou il y a un loup!)

    Tout se met en place pour arriver à nous faire avaler des bobards officiels sans aucune possibilité de lire autre chose, donc nous rendre impossible la comparaison, le discernement, et de noter la diversité des opinions (‘celles qui sont macronophobiques n’étant pas enrichissantes, comme les diversités banlieusardes ou du marais parisien, sans doute?)

    Nous arrivons, avec ces censures, sur le bord des dictatures, commençant toujours par l’interdiction de penser librement et autrement que le « chef »…

    …. Vous savez, le manu qui veut qu’on l’appelle « président de la raie publique », chef qui se verrait bien empereur à vie, accompagné de sa vieille douairière (encore que je doute qu’elle soit issu de la haute société, tout du moins au niveau culturel et bonne tenue!!!)

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *