N’oublions pas Sarah Halimi !

Publié par le 27 Déc, 2017 dans Blog | 3 commentaires

N’oublions pas Sarah Halimi !

Puisque cette dramatique affaire ne passionne plus du tout les médias, il faut aller sur un site confessionnel, Tribune juive, pour avoir des nouvelles de l’affaire Sarah Halimi …

Sarah Halimi, ancienne directrice de crèche confessionnelle, juive orthodoxe, a été tuée au début d’avril par son voisin, Kobili Traoré, aux cris d’« Allahou akbar ! » Elle fut défenestrée après de longues et terribles tortures.

Mais depuis 9 mois, de nombreuses questions et critiques sont appelées par l’excessive lenteur de la justice et son refus de requalifier le crime conformément à la réalité des faits. Sarah Cattan fait le point sur cette terrible affaire dans un article paru sur le site Tribune juive :

L’affaire Sarah Halimi: le temps s’écoule scandaleusement

Sarah Halimi. De son nom Lucie Attal. Vous n’avez pas oublié. Moi non plus. Même si nous trouvons que le temps s’étire avec une insolente indécence.

Sarah Halimi

XXIème siècle. Qu’on ne vienne pas nous parler du temps de la justice Et plutôt qu’on vienne exiger que les choses soient nommées. Presque 9 mois après.

L’affaire Sarah Halimi ? La presse en parle si peu qu’on ne sait même plus qui sont à ce jour les avocats des parties civiles. Au début, Gilles-William Goldnadel, David-Olivier Kaminski, Alex Buchinger, donnèrent des conférences de presse. Et la juge, Anne Ihuellou, elle trouvait et elle trouve encore qu’il y eut un sacré tapage médiatique au sujet de L’affaire Sarah Halimi. Aujourd’hui, on sait que Maîtres Szpiner et Toby. Jeu des chaises musicales.

Presque 9 mois. Eh bien vous savez quoi ? A ce jour, le chef de mise en examen est toujours L’homicide volontaire.

La honte, non ? Quand vous apprenez que ce 11 décembre, acculé, écœuré, un des avocats procède à une demande d’acte et exige au nom des trois enfants de Sarah la requalification du chef de mise en examen initial d’homicide volontaire en assassinat, précédé de séquestration, de torture et d’actes de barbarie, avec la circonstance que les faits ont été commis à raison de l’appartenance vraie ou supposée de Mme Lucie ATTAL, à une race ou à une religion déterminée.

Le scandaleux silence. La complicité. Lorsque tous on sait que Sarah fut tuée en plein Paris. En direct. Devant témoins. Le 4 avril 2017. Parce qu’elle était juive. Seulement parce qu’elle était juive.

Alors ce 11 Décembre, un des avocats a envoyé à Anne Ihuellou cette demande d’acte en application de l’article 82-1 du code de procédure pénale.

Après avoir rappelé les chefs au nom desquels l’information fut ouverte, soit Homicide volontaire au préjudice de Sarah, ET Séquestration de la seule famille Diarra, l’avocat rappelle les relations d’amitié de longue date et de grande proximité qu’entretenait le mis en examen, Kobili Traoré, avec la famille Diarra, originaires qu’ils étaient du même village malien.

Il s’étonne, l’avocat des trois enfants, le croiriez-vous, que Kobili Traoré n’ait donc pas été mis en examen pour avoir surpris Sarah dans son sommeil, pénétré dans son appartement par effraction, pour l’avoir séquestrée, torturée, commettant ainsi des actes de barbarie constatés par plusieurs témoins, avant de la défenestrer.

En fonction de quoi, le croiriez-vous, il ose, l’avocat, au nom des parties civiles, solliciter que soit étendue la mise en examen de Kobili Traoré à la séquestration de Sarah Halimi. Aussi.

Car le croiriez-vous, que cela n’est pas encore le cas. Pas davantage, l’infraction de torture et actes de barbarie, faits prévus et réprimés par l’article 222-1 et suivants du Code Pénal, ne sont à ce jour retenus à l’encontre de celui qu’il faut appeler le mis en examen.

Souvenez-vous. Alors que la torture et des actes de barbarie d’une particulière sauvagerie infligée par Kobili Traoré à Sarah furent longuement décrits par des témoins réveillés par les cris de la victime et qui donc assistèrent au dernier moment de son supplice, peu avant qu’elle ne soit défenestrée, alors que de nombreux témoins tant visuels qu’auditifs firent des déclarations circonstanciées quant aux atrocités commises par l’assassin sur la personne de Sarah, eh bien seul l‘homicide volontaire fut retenu lors de la mise en examen.

Y a-t-il ici, parmi vous, un seul qui puisse douter que Kobili Traoré prémédita le meurtre de Sarah. Sarah dont il était le voisin d’immeuble depuis une dizaine d’années. Dont il avait croisé les enfants. Les petits enfants. Sarah sur le passage de laquelle il crachait. Sarah qui le craignait.

Qui ici pour douter que Traoré savait que le seul moyen d’accéder à l’appartement de celle qu’il avait projeté de tuer obligeait de traverser l’appartement de ses amis maliens, passant de leur balcon à celui de Sarah.

Ce qu’il fit. A 4 heures du matin. Sans faire le moindre mal à la famille Diarra. Et ce malgré l’état second dans lequel on nous le décrit.

Etat second qui, je vous le rappelle, n’empêcha en rien que se déroulât son funeste projet, conforme au rituel religieux islamiste consistant à changer de vêtements et à dire des prières nocturnes.

Tout ça avant de surprendre une femme dans son sommeil. De la séquestrer. De la torturer durant près d’une heure. De la défenestrer au cri d’Allah Ouakbar.

Encore un doute ? Alors n’oubliez jamais que l’assassin eut la lucidité suffisante pour simuler auprès des témoins massés dans la cour le suicide de Sarah.

Kobili Traoré. Conseillé par son avocat. Qui pousse l’imposture jusqu’à déclarer, lors de sa mise en examen, qu’il ignorait connaître l’identité de la personne qui habitait l’appartement dans lequel il allait s’introduire par effraction. Qu’il a découvert sa judéité en voyant une torahdans l’appartement. C’est ballot hein. Ça tomba sur une Juive.

Et tous, nous savons que ce déferlement de haine et de violence extrême sur la personne de Sarah ne put être motivé que par le seul fait que son assassin avait à l’évidence ciblé sa victime.

Lire la suite sur le site Tribune Juive.

Le 1er juin 2017, 17 intellectuels publiaient, dans le Figaro, un appel pour que toute la lumière soit faite sur la mort de Sarah Halimi.

L’appel de 17 intellectuels: « Que la vérité soit dite sur le meurtre de Sarah Halimi »

Alain Finkielkraut, Michel Omfray, Jacques Julliard, Elisabeth Badinter et Marcel Gauchet.






3 Réponses à “N’oublions pas Sarah Halimi !”

  1. La plupart des juges de goche deviennent fous,
    c’est la consequence de l’ideologie qui veulent discretiter toute accusation contre des tueurs dont la religion est celle d’alla.

    Leurs comportement se fait toujours plus odieux.

    Les felures par l’ideologie de goche continue de se repandre.

  2. Justice française ?

    Les deux termes sont hélas incompatibles.

  3. Thierry Ferjeux Michaud-Nérard dit:

    J’ai écrit à l’avocat de la partie civile pour faire la critique médico-légale de l’expertise psychiatrique de Kobili Traoré afin de démontrer par la preuve de l’antisémitisme que le jargon psychiatrique est incompétent à exposer clairement. Pas de réponse !
    Je le regrette pour la cause qui dépasse de loin la question psychiatrique.

Trackbacks/Pingbacks

  1. N’oublions pas Sarah Halimi ! | A droite fièrement ! - […] N’oublions pas Sarah Halimi ! – Affaire Halimi : la juge d’instruction persiste et signe ! – Le déni…

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *