On a osé comparer Mohamed Mehra à un poilu de 14-18 !

Publié par le 30 Oct, 2017 dans Blog | 5 commentaires

On a osé comparer Mohamed Mehra à un poilu de 14-18 !

En France, l’idéologie abime tout, biaise tout … détruit tout !

Certaines gauchistes foulent au pied le féminisme qu’elles portaient jadis en étendard au nom du vivrensemble !

J’ai entendu, il y a quelques années un sociologue qui défendait l’excision des fillettes sur le sol français au nom du respect des coutumes de certains peuples africains. Et tenez-vous bien : ce sociologue était … une femme !

Les historiens de gauche ne cessent de tenter de réécrire l’histoire au travers du prisme de l’idéologie mortifère de la culpabilité de l’Occident. Rappelez vous de tribune de certains historiens scandalisés que, dans un livre de vulgarisation historique écrit par Laurent Deutsch, l’auteur ait consacré deux pages entières à la bataille de Poitiers, où Charles Martel arrêta les Arabes …

C’est justement un historien, Nicolas Mariot, ou plutôt un « historien-militant  » qui m’incite à rapporter ici un excellent article paru dans Causeur.fr. Cet article, écrit par un autre historien – un authentique historien, celui-là – revient sur la polémique créée par la comparaison entre un poilu de 14-18, Hertz, et le terroriste Mohamed Mehra.

Je vous invite à lire l’article complet dans Causeur, en voici juste quelques extraits :

La tribune intitulée « Du Poilu Hertz à Merah, une radicalisation en famille »  publiée par l’historien Nicolas Mariot dans Libération, le 4 octobre 2017, a jeté la consternation au sein de la communauté historienne, et plus largement, chez tous ceux qui s’intéressent à notre histoire nationale. Au-delà d’une certaine tendance actuelle à remettre en cause, voire à faire de cette dernière un enjeu de propagande et de prosélytisme, il convient de s’interroger sur ce que dit la thèse qui y est défendue, et en quoi elle intéresse, au-delà des seuls historiens, la communauté nationale elle-même.

La nausée intellectuelle

Comme chaque année, quelques jours avant le festival d’Histoire à Blois, Libération a ouvert ses colonnes à une équipe d’historiens parmi lesquels Patrick Boucheron, professeur au Collège de France, afin de réaliser ce que le journal appelle « Le Libé des historiens ».

Le texte de Mariot n’est donc pas un acte isolé jeté en pâture aux réseaux sociaux, mais renvoie à l’image que la communauté des historiens veut donner d’elle-même auprès d’un large public, universitaire ou non.

De même, l’argumentation utilisée empêche de songer à une simple provocation ayant pour objectif de faire connaître un auteur qui vient précisément de publier un ouvrage sur le personnage cité dans le texte. En réalité, le propos est parfaitement maîtrisé et les soi-disant « regrets » exprimés par la suite par l’auteur n’invalident en rien la thèse initiale.

Selon Mariot, il existerait, selon son expression, une « résonance » entre le terroriste islamiste Mohammed Merah et Robert Hertz, lieutenant de la Grande Guerre auquel il vient donc de consacrer un livre. Tous deux auraient subi une pression de leur entourage proche, les conduisant à un processus de radicalisation qui les a conduits au sacrifice ultime de leur vie respective ; ceci dans le but de défendre jusqu’au bout leurs idées.

C’est évidemment ici que l’on est pris d’une sorte de nausée intellectuelle !

Qu’est-ce qui peut fonder en effet un chercheur reconnu institutionnellement (Nicolas Mariot est directeur de recherches au CNRS) à établir une telle comparaison entre un soldat de la Grande Guerre qui n’a pas hésité à donner sa vie pour sa patrie, et un assassin de soldats et d’enfants qui, lui, a tenté au contraire de jeter le chaos et la désolation en France ? Tenter de répondre à une telle question paraît si absurde sur le plan scientifique qu’il vaut mieux en fait s’attacher à tenter de comprendre ce qu’une telle affirmation nous dit du climat intellectuel qui règne actuellement en France. Si le mot « radicalisation » paraît évidemment impropre sur le plan historique, il renvoie en revanche sciemment à la réalité qui est la nôtre actuellement.

L’historien de Libé n’est pas un loup solitaire

Depuis Sartre, on pouvait légitimement penser que le rôle de l’idiot utile du terrorisme joué par certains intellectuels avait été définitivement remisé dans les oubliettes de l’Histoire. En apparence, il n’en est rien. Le déferlement récent de l’islamisme politique en Europe et plus particulièrement en France a en fait relancé la thèse éculée de la prétendue culpabilité de la civilisation occidentale à l’égard, notamment, du continent africain et contre laquelle Pascal Bruckner nous avait mis en garde dès les années 1980. […]

Mais en osant affirmer que les attitudes du lieutenant Hertz (« un Juif » a semblé devoir préciser l’auteur) et de Merah procèdent finalement de la même logique, « patriotique chez l’un, islamiste chez l’autre »,

on a sans aucun doute franchi une nouvelle étape dans l’ignominie
et l’instrumentalisation de l’Histoire à des fins partisanes.

Un véritable travail de sape de notre histoire est à l’oeuvre

Si l’on ne veut pas subir une nouvelle défaite de la pensée, il faut préserver notre Histoire nationale des attaques dont elle fait l’objet. Le premier enjeu concerne l’apprentissage de l’histoire lui-même. Il est pour cela nécessaire de garantir aux élèves un accès rigoureux mais objectif aux grandes étapes de construction de notre histoire nationale. Enseigner la Première Guerre mondiale revient à comprendre à la fois l’engagement de la France dans un conflit mondialisé mais aussi en quoi les soldats engagés dans les tueries étaient également porteurs de valeurs patriotiques. […]

Ne nous leurrons pas : il y a aujourd’hui à l’œuvre un véritable travail de sape qui consiste au mieux à faire de notre histoire une œuvre éculée, au pire une entreprise qui nourrit la haine de soi en tant que citoyen, celle de la nation tout entière qui est pourtant notre bien commun. Le danger est là et, en cela, le texte méprisable de Nicolas Mariot ne doit pas être pris comme un acte isolé. Il convient dès lors d’être extrêmement vigilant et d’admettre au contraire que le combat contre l’islamisme politique (la référence à Merah y renvoie directement) se gagnera aussi et peut-être surtout sur le terrain des idées. […]

A ce propos, la nomination de Jean-Michel Blanquer donne des signes d’espoir encourageant. Son propos tenu précisément au festival de Blois lors du week-end dernier l’atteste : en affirmant que les Français n’avaient pas à rougir de leur histoire nationale, il a contribué à condamner implicitement ceux qui seraient justement tentés de salir la mémoire des hommes et des femmes qui ont précisément honoré l’Histoire de France en offrant, avec abnégation et sans remords, leur vie pour notre Patrie. En cela, le lieutenant Hertz et Missak Manouchian se rejoignent.

Thibault Tellier pour Causeur.fr






 

5 Réponses à “On a osé comparer Mohamed Mehra à un poilu de 14-18 !”

  1. Un comentaire qui devoile les mefaits des actes de certains « auteur » gocho militant, et repandant des idées pratiquement ignoble, sur le plan moral et educatif.

    La soi disant « bienpensance » qui n’est là que pour detruire la France est bien a l’oeuvre, au travers d’individu qui eux n’ont rien donné a la France mais se contente de la mepriser, et de mepriser les hommes qui ont donné leur vie pour que la France et leurs enfants vivent mieux.

    Ce genre de cretin qui ont le fric, et n’ont eu pas grand chose a faire pour avoir un bon poste, ne sont que des intellos iracible, mais surtout des traitres a la patrie et a l’histoire de France, cette goche est islamo collabos.

  2. Christian 54 dit:

    Ce pseudo historien appartient au CNRS, sa position n’a rien d’étonnant. Il serait très utile d’avoir la liste exhaustive des sujets «d’etudes » de cet organisme malfaisant. Quand à mariot-le, le soit disant histrion, c’est une véritable ordure !

  3. Ca pourrait être intéressant d’étudier le parcours de deux hommes différents vivant dans deux époques différentes et qui arrivent tous les deux à sacrifier leur propre vie pour une cause. Il est plutôt facile pour nous de comprendre quelqu’un qui se sacrifie pour défendre sa famille, sa patrie, sa culture … car il trouve la vie sans ces concepts pire que la mort. De l’autre côté on a quelqu’un qui sacrifie sa vie afin de tuer le plus grand nombre de personnes qui ne sont aucunement une menace pour lui ni pour sa culture etc. mais simplement pour faire plaisir à un dieu haineux, égoïste, misogyne, raciste, ……….. (à compléter).
    Si le chemin de deux hommes pour arriver à cet acte peut paraitre similaire il relève plutôt d’une analyse sociologique, anthropologique, psychologique voire psychiatrique mais surtout pas historique.
    Il me parait qu’il faut absolument essayer de comprendre ce dernier cas (le terroriste radicalisé), comprendre comment on peut en arriver là pour essayer de limiter ce phénomène.

    • Il n’y a rien a comprendre, ces gens qui n’ont pas reussi/voulu s’integrer, aurait du repartir chez eux, au lieu de cela,
      ils ont preferé s’attaquer a des innocents, sans les avertir qu’ils allait les massacrer, quel courage…

      Ce pseudo courage qui consiste a s’attaquer a des innocents, dans toute la lacheté possible, car sans armes, non avertis,
      decrit bien les moeurs nouvelles
      qui s’installe petit a petit dans notre société qui perd ses plus haute valeurs au profit d’une gochisation de la societé et des valeurs, pour combler des cretins, qui ne trouve rien de mieux que de jouer a etre des victimes et non ce qu’ils sont vraiment : des imbeciles…

      • Au contraire, je trouve qu’il s’agit d’un phénomène qui mérite des études approfondis. Je partage tout à fait votre analyse sur l’état de choses qui ont créé l’écosystème qui permet à ce genre de spécimens à prospérer. Par contre ce qui manque c’est les éléments qui font que dans cette masse de râleurs l’un ou l’autre passent à l’acte. C’est la priorité pour éviter d’autres tragédies mais il faut évidemment au même temps adresser les problèmes que vous avez cités sinon tout ça ne servira à rien. Ca c’est la solution à long terme. Tout ce qui manque maintenant c’est la volonté politique. Bon, on est fout….

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *