On comptait les morts quand on n’avait pas de masques.
On compte les masques quand il n’y a plus de morts !

Publié par le 24 Août, 2020 dans Blog | 3 commentaires

On comptait les morts quand on n’avait pas de masques. On compte les masques quand il n’y a plus de morts !

De plus en plus de voix s’élèvent pour contester la réalité de cette seconde vague qu’on nous promet depuis la fin du confinement, en mai dernier.

Le principe de précaution est roi !

C’est la surenchère entre les grandes villes. On impose le masque dedans, dehors, dans certaines rues, dans toutes les rues, sur la plage, à pied, à vélo …

Olivier Véran se répand partout, Jean Castex tonne et le président nous sermonne quand il ne sauve pas le monde sur son jet ski !

Mais un énorme doute  se répand parmi les Français, notamment chez les jeunes.

Par ailleurs, de grands professeurs comme Didier Raoult, Jean-François Toussaint, Christian Perronne font entendre une voix différente de l’officielle.

J’ai retenu le billet, pertinent et extrêmement bien écrit, du docteur André Orluc paru sur Boulevard Voltaire :

Réflexions d’un médecin dans la torpeur
d’un été masqué, distancié, hébété.

Nous sommes bien au-delà de la réalité médico-sanitaire de la pandémie de Covid-19 qui se termine : on comptait les morts quand on n’avait pas de masque, on compte les masques quand il n’y a plus de morts ! On constate une confusion entre « nouveaux clusters/foyers de malades » et dépistage de masse avec des positifs, bien sûr, plus nombreux !

Quiconque essaie de comprendre ce que nous vivons ici, et bien au-delà de nos frontière, voit qu’il se passe un phénomène mondial totalement fou et incompréhensible. Tout le monde subit cet événement planétaire dingue, complètement inattendu, qui échappe à toute logique et va bouleverser et modifier sans aucun doute notre civilisation.

On ne pouvait trouver mieux que la santé pour imposer ce changement de civilisation : le Covid-19 est ce cheval de Troie qui a offert la clef, le sésame donnant accès à un monde nouveau plein de promesses.

André Orluc

En effet, ce thème de la santé mis en avant est génial car il concerne chaque être humain dans son intimité, il fait le lit du délire idéologique prométhéen du transhumanisme (lien homme – machine mêlant médecine, biologie, génétique et technologies) de ces géants aux pieds d’argile, qui nient la réalité, le naturel à travers leurs idéologies souvent folles mais sans perdre le sens des affaires avec des marchés gigantesques.

Le combat sera désormais d’empêcher que la porte ne se referme définitivement sur une humanité l’ayant franchie et qui serait prisonnière de ce monde « orwellien ». On ne pourrait plus revenir en arrière vivre notre humanité pleine de vie et de libertés.

Avec le développement des géants numériques, ces dernières années (GAFAM), la gestion de la crise sanitaire permet d’accélérer une révolution numérique, le contrôle des individus, la numérisation de chaque Terrien, 5G et micro-nano-puces, carnet de santé et vaccins, mais aussi suivi de tous contacts (messages, transactions, déplacements, reconnaissance), le changement des bases monétaires – monnaie universelle numérique – et, bien sûr, l’émergence d’une forme de gouvernance supranationale.

Ce n’est qu’une question de temps … combien ?

Aujourd’hui, en 2020, sur notre belle planète, la porte est donc entrouverte, le verrou a sauté…

Pour agrémenter la sauce des événements contemporains, on rajoutera une bonne dose d’écologie et une confusion avec les mouvements communautaires et idéologiques (racialistes, Black Lives Matter, LGBTQI et autres minorités hyper médiatisées).

Comme dit si bien Éric Zemmour, un peu partout également surgissent des révoltes « populistes » comme « cri des peuples qui ne veulent pas mourir ».

Enfin, comme socle de résistance se lèvent des hommes éclairés sur les périls réels pesant sur notre humanité. Un réveil des chrétiens et des gens du Livre qui représenteront la principale force de réflexion et d’opposition à ce système technico-politique qui veut broyer et manipuler l’humain dans un carcan numérique de l’IA (intelligence artificielle ) toute-puissante. Intelligence technique mais désert de spiritualité.

Un simple virus, guère plus mortel qu’une forte pandémie grippale, a mis notre système mondial à genoux et touché l’humanité masquée distanciée dans sa vie la plus intime, a laissé couler économie, finance, a mis des peuples dans le désarroi et la peur et les a muselés au moyen d’informations et décrets liberticides. Bien moins dangereux que le VIH ou Ebola, le virus n’avait pas de passeport, mais la folie des humains l’a transformé en arme de déshumanisation massive !

Je vous aurais écrit cela, il y a un an, les plus gentils auraient conclu un canular ou un délire passager après une soirée trop arrosée !

Dr André Orluc pour Boulevard Voltaire.

En complément, je vous joins le témoignage édifiant d’un chef d’entreprise très impliqués dans les échanges de marchandises avec la Chine et qui dénonce la raison (inavouable) de la pénurie de masques en France :

On savait qu’au moment de la saturation des hôpitaux publics en pleine crise du coronavirus, les agences régionales de santé avaient répugné à impliquer les cliniques privées par pure idéologique. On voit que la pénurie de masques a été due en grande partie à l’incurie des administrations qui auraient mieux fait de faire confiance à la grande distribution qui disposaient de tous les réseaux et circuits d’importation de produits chinois.

Mais qui osera dégraisser l’Etat en ne lui laissant que le domaine régalien à gérer ? Un domaine – police et justice, notamment – qu’il gère d’ailleurs très mal !

Merci de tweeter cet article :





3 Réponses à “On comptait les morts quand on n’avait pas de masques.
On compte les masques quand il n’y a plus de morts !”

  1. Alain Michel dit:

    Pour aller dans votre sens avec peut être un traitement simple et sans coût.

    Histoire du coronavirus
    Écrite par Covid 19. Fiction ou réalité.
    Me voilà affublé de ce nom bizarre, covid19, alors que l’année dernière je vivais bien tranquille dans une population de chauve souris.
    J’avais bien remarqué qu’au hasard de mes reproductions,de nouvelles clés apparaissaient sur mon trousseau qui me servaient à entrer dans leurs cellules et que certaines ne fonctionnaient pas.
    Et brutalement après que ma chauve souris ait été capturée dans un grand filet par des humains, je me suis retrouvé dans une cage avec un drôle d’animal à écaille, un pangolin. Curieux j’ai essayé de m’introduire avec mes clés habituelles et c’est une de celles qui d’habitude ne servaient à rien qui a ouvert une des serrures.
    Et une fois dans le pangolin j’ai atterri chez des humains. Une autre clé inutilisée a fonctionne et j’ai commencé une perenigration inimaginable en sautant de l’un à l’autre me servant de leurs fréquents déplacements en avion pour visiter du pays.
    Autant je cohabitais sans problème avec les chauve souris autant la cohabitation avec l’homme s’est avérée difficile car leur système de défense s’activait immédiatement contre moi et m’empêchait de me multiplier. En particulier la defense des enfants était très efficace car, après un premier essai de ma part, les portes m’étaient de nouveau fermés . Leurs cellules gardaient une mémoire de ma première visite par des cellules spéciales résidentes dans le tissu nasal.
    Et pourtant j’avais trouvé un moyen très efficace d’éviter les pièges qui m’étaient tendus au travers de masques voyageant dans les aérosols qui me permettaient de me retrouver très loin de mon premier porteur.. Quand ils ont réalisé que les aérosols étaient contaminants ils avaient du oublier qu’un de nos cousins qui donnait la fièvre porcine avait des records de distance de plusieurs kilomètres.

    Je me promenais doucement et je contaminais temporairement et sans bruit laissant derrière moi nombre de personnes qui me connaissait sans le savoir et étaient ensuite immunisées. J’avais déjà visité plusieurs régions et j’en étais à me demander si j’allais pouvoir survivre quand dans certaines circonstances et en particulier lors des rassemblements où les humains cherchaient la protection de leur Dieu, j’ai pu rentrer à haut bruit et je me suis rapidement apercu que toutes les personnes âgées et celles qui pour différentes raisons avaient une défense faible étaient faciles à envahir ce qui me permettait une progression facile.
    J’essayais bien sûr pour survivre de ne pas tuer mes hôtes humains mais leur système de santé, trop technique et spécialisé m’a d’abord catalogué dans les problèmes respiratoires. D’où des intubations et insuflations d’oxygène des patients avant de s’apercevoir que ce n’était pas les cellules des alvéoles que j’attaquais mais que ma présence entraînait un bouchage des capillaires sanguins qui les irriguaient interdisant tout transfert d’oxygène d’où des morts subites qui étonnaient leur monde médical..
    En fait c’était la réaction du système immunitaire qui generait par des mécanismes cellulaires et d’apoptose des cellules que j’habitais, des sous produits qui partaient dans le sang et allaient au hasard boucher des capillaires entraînant les nécroses des tissus. Du coup le système immunitaire se déchaînait par des orages de cytokines qui étaient impuissants à régler le problème et ajoutaient un stress de plus.
    Des que ce phénomène a été compris je me suis retrouvé face à des anticoagulants qui me combattaient beaucoup plus efficacement.
    Après plusieurs mois d’errance il m’était devenu de plus en plus difficile de m’introduire car la population commençait à atteindre l’immunité de groupe sans le savoir car on ne mesurait que les anticorps. J’ai compris que c’était mon chant du cygne et que je ne rebondirais pas. Les media ayant profité de notre présence pour faire un buzz monstrueux alors que l’on pensait avoir été raisonnable en ne causant que 600.000 morts dont la plupart était déjà dans son antichambre, alors que pendant la même période la population mondiale avait augmenté de 40 millions. on a été très étonné de mettre sans dessus dessous le système économique prédominant.
    On a jamais compris alors que tous les spécialistes humains, pour une fois d’accord pour s’accorder sur la fin de l’épidémie une fois atteinte l’immunité de groupe, n’utilisaient que des stratégies pour ralentir notre circulation et retarder son aboutissement.
    On a bien épilogué sur la panique du rebond qui finalement découlait d ‘un principe de précaution poussé à l’extrême avec une vue à court terme sacrifiant la jeunesse au profit de ceux qui avaient souvent fait plus que leur temps.

    On a bien ri en regardant toutes les mesures prises pour nous contrarier et en regardant la réalité des faits . Et aussi on a appris que nos excursions auraient pu se terminer très mal pour nous car un petit groupe avait trouvé une parade à notre développement: l’inhalation d’eau chaude. Mais, c’était tellement simple et en plus sans aucun coût ne demandant qu’une action des patients, une santé participative en quelque sorte, que personne n’y a cru et qu’ils ont prêché dans le désert.
    Et pourtant la science moderne permettait de revisiter ce remède de grand mère à la lumière des nouvelles connaissances sur les systèmes anti stress cellulaires du système immunitaire inné qui est en première ligne de défense.
    Et on a su que c’était un modèle poisson- Iridovirus qui avait permis à ceux qui prônaient l’inhalation de developer leur argumentaire qui a fait flop.
    Il reste juste aux humains à effectuer un test clinique pour infirmer ou confirmer l ‘ hypothèse d’un effet bénéfique de l’inhalation comme traitement des les premiers signes cliniques et de préciser le mécanisme qui aboutit à l’immunité de groupe quand nous circulons à bas bruit.
    A +
    Covid19 le 26 juillet 2020.

  2. Merci pour ce texte, que j’ai lu sur Bd Voltaire, dont je reçois la lettre tous les matins.
    La seule phrase avec laquelle je ne suis pas OK est celle-ci :
    « Intelligence technique mais désert de spiritualité.
    Car désert de spiritualité oui, mais intelligence technique non !
    Je dirais plutôt communication manipulatoire utilisée pour faire croire à une intelligence technique devenue moribonde.

    En tant que PH (Praticien Hospitalier) en retraite depuis3 ans déjà, je suis outrée, choquée, que dis je, hallucinée par ce « complot » planétaire.
    J’aurais à la limite compris ceci en France, étant donné l’incompétence et la perversité de nos dirigeants, mais que ce soit planétaire me fait poser beaucoup de questions.

    Au tout début, déjà, comme le dit cet article, j’étais outrée.

    Déjà le masque chirurgical qui limite (je dis bien « limite ») uniquement ce que le porteur peut « envoyer dans une plaie » s’il tousse, lors d’une opération chirurgicale (et encore, faut-il qu’il ne tousse pas trop fort, mais là, interdiction d’opérer de toute façon!!!), aurait donc pu limiter ce que les porteurs de SRAS envoyaient à la figure des soignants qui ensuite les envoyaient à la figure des malades autres que du SRAS, si il en avait eu assez… manquait
    —> Là j’avoue ne pas comprendre pourquoi, puisque les commandes sont faites de tout temps en continu dans les hôpitaux

    En plus, comme il en manquait (donc avant que l’on connaisse l’épidémie), au lieu de les changer toutes les heures ou 2 heures (u après chaque malade, comme il se devrait), les soignants en avaient 2 par jour!!!

    Quand au FFP2, j’ai surpris mon dentiste qui était halluciné, selon ses propres termes lorsqu’il a lu ce qui était écrit sur ma boite hospitalière !
    ( L’utilisation de ce produit n’élimine pas le risque de contracter une maladie aéroportée ou une infection. Mais peut être utilisé pour protéger le porteur contre les aérosols à particules solides et non volatiles dans la limite d’une taille de 0,6 μm pour un virus de 00,15µm)

    Et ce matin j’ai convaincue mon infirmière, qui était totalement ahurie de lire ce qui y était écrit, et m’a dit « donc on nous fait croire qu’on est protégé.. »

    Ensuite, au début, ce confinement fait peu finement par des c**finis, qui confinait les malades avec les non malades, a « permis » (volontairement?) que les foyers épidémiques (je déteste ce mot de cluster) s’étoffent et se multiplient

    Ensuite, ce refus de soigner avec des produits, peut être non efficaces (encore que les nouvelles études montrent qu’ils sont efficaces) mais sans danger si on est suivi par son médecin.

    En parallèle :
    — pas de soins pour nos anciens, morts comme des rats, seuls, sans accompagnement!
    — Euthanasie, d’abord par le midazolam à forte dose (ce qui a tué Vincent Lambert), puis par le Rivotril injectable (Contre-indication majeure : insuffisance respiratoire sévère)

    Puis des confinements, des dé-confinements, des re-confinements (j’exagère, mais j’adore la chanson de Pierre Perret), avec des ausweis pour se déplacer, et comble d’humiliation, faits par les victimes de cette séquestration et privation de liberté, elles-même!

    Puis, le port du masque obligatoire, dedans, dehors, sur la plage

    –>Alors que, oui,
    **ce virus ne tue pas plus qu’un autre,
    **et les foyers épidémiques n’existent que sur le papier, puisque l’on compte comme malades les testés positifs (avec des tests inefficaces, qui peuvent être dangereux s »ils sont effectués par des personnes non compétentes, qui, en enfonçant une tige de 15 cm de long peuvent blesser les sinus , blessures qui peuvent s’accompagner d’effets secondaires permanents, sans compter les douleurs qui peuvent durer plusieurs mois… Cas connus dans ma famille)

    Comme je l’avais expliqué dans l’un de mes billets, oui,il s’agit d’une déshumanisation massive !

    Enfin, à côté de cela, on tuera les bébés un jour avant leur naissance, donc des bébés viables, et on vient de supprimer la clause de conscience sur ce sujet , donc interdiction de refuser cet acte « médical », mais bien sûr !
    Je me demande comment vont le vivre gynécologues et sages-femmes.. .

    J’espère que comme le dit Christian sous le billet : « Les Gilets Jaunes vont-ils se réveiller ? », que nous allons pouvoir nous rassembler, car ion sent la colère monter.

    Je constate que, contrairement à il y a deux mois, les « ceusses » qui croient en la parole du Diable zupiter et ses diables et diablotins sont de moins en moins nombreux et j’ai l’impression d’être moins seule qu’au début, même si, à la lecture des forums, je constate l’envahissement de trolls répétant toujours la même chose, et agressant plutôt qu’argumentant.

  3. Voici aussi en plus de ce sujet…

    Les véritables cibles de l’opération Covid-19
    https://youtu.be/jEYKpAH9TWo
    (Durée 10:24)

    Demandez-vous pourquoi vous êtes éveillé et pas le voisin…

    Covid19 : La mascarade a assez duré, comment la combattre ?

    par le Docteur Nicole Delépine
    (Ancien Chef de Clinique des Hôpitaux spécialisée en pédiatrie puis en cancérologie.
    Elle a dirigé notamment l’Unité Fonctionnelle de Cancérologie de l’Adolescent et de l’Adulte Jeune de l’hôpital Raymond Poincaré de Garches.)

    Chacun à travers les multiples articles sur des supports variés vidéos ou tribunes aura compris que le masque obligatoire en l’absence d’épidémie, alors que les hospitalisations et décès sont de quelques unités dans un pays de 67 millions d’habitants est une apparence de talisman pour vous protéger d’un danger mythique, mais avant tout une muselière pour nous faire taire.

    Vous n’aurez pas manqué la terrible loi dite de bioéthique votée à 3 H du matin le 1er Août en deuxième lecture et autorisant deux horreurs terrifiantes, l’avortement jusqu’au terme, pudiquement qualifié d’interruption médicale de grossesse et l’autorisation de créer au laboratoire des chimères homme-animal à partir d’embryons sacrifiés.
    Tuer un fœtus de 9 mois n’est-ce pas commettre un crime pour lequel de nombreuses femmes ont été condamnées par les tribunaux ?
    Créer des Frankenstein mélangeant homme chauve-souris, homme porc ou tout ce que vous voudrez, n’est-ce pas défier la nature, et se diriger dans des sphères inconnues, tout cela en espérant vendre des organes de rechange aux milliardaires et en sacrifiant les bébés et embryons des autres. Business is business, on avait compris mais là ça dépasse l’imaginable.

    Le masque de la soumission à l’autorité

    Le masque a servi de camouflage aux votes scandaleux à l’assemblée. Les discours lénifiants à la télévision et sur les radios pour peser si oui on met un masque à l’extérieur ou pas etc… Evidemment il faut respirer son CO2 et ravaler ses microbes sur la plage, c’est bien évident et mérite d’occuper les émissions tv.

    Et pendant ce temps-là qui a entendu parler des modifications anthropologiques majeures que la loi de bioéthique, qui devra repasser devant le sénat. Qui organise une information large de cette loi antihumaine et monstrueuse ? Probablement « la manif pour tous » qui a tenté quelques lâchers de ballons devant l’assemblée. Mais ce sera tellement facile de les traiter de ringards, complotistes ou fachos, que sais-je !

    D’ailleurs s’opposer au principe de création de chimère homme-cheval est vraiment de l’ancien monde comme dirait le président, qui invite tout de même le célèbre et tout jeune Bayrou ministre sous Mitterrand à devenir haut-commissaire au plan. Autre exemple que les médias occupés par le masque et les ouvertures d’école -indispensables évidemment, n’auront pas le temps de signaler et encore moins de discuter.

    « Notre vote a été violé mais là aussi nous sommes soumis ! Combien de gens dans la rue pour protester ? Nous sommes bien conditionnés à l’obéissance depuis plusieurs décennies. »

    Et pourquoi depuis quand le peuple devrait-il donner son avis ? Quand il le donne d’ailleurs il est bafoué tel le référendum de 2005 sur la Constitution… Notre vote a été violé mais là aussi nous sommes soumis ! Combien de gens dans la rue pour protester ? Nous sommes bien conditionnés à l’obéissance depuis plusieurs décennies, si bien que quand on vous dit, « restez chez vous », « bien chef » ils sont restés sans un mot … Contrairement à ce que certains ont tenté de faire croire, ce ne sont pas des amateurs maladroits, nos politiques. Au contraire ce pouvoir est très organisé pour décérébrer et mettre le peuple en confusion mentale, selon la technique éprouvée des injonctions contradictoire d’un jour à l’autre… Est-il temps de réagir ? oui nous n’avons pas le choix. Deux choses, résumons les données actuelles et envisageons comment combattre cette montée du totalitarisme en France.

    Le point sur les faits, développés ailleurs

    « Ce pouvoir est très organisé pour décérébrer et mettre le peuple en confusion mentale, selon la technique éprouvée des injonctions contradictoire d’un jour à l’autre… Est-il temps de réagir ? oui nous n’avons pas le choix. »

    Une grippe habituelle

    L’épidémie du coronavirus qui a sévi n’est pas plus mortelle au niveau mondial que les grandes grippes modernes. Les chiffres, même surestimés par les gouvernements qui sont en train de l’avouer et même gonflés par les morts Rivotril (administré sans preuve diagnostique parce que la chloroquine aurait été soi-disant trop risquée) ne sont pas supérieures aux années précédentes.

    Une épidémie terminée en France selon toutes les analyses des chiffres officiels de Santé Publique France : il n’y a presque plus de décès liés au covid (inférieurs à 20 par jour alors que les cancers en tuent 500 quotidiennement.

    L’arrivée de la fameuse deuxième vague attendue comme l’arlésienne depuis 3 mois est compromise car le virus semble avoir muté et être devenu très peu virulent. Il donnera au mieux de bons rhumes comme les autres coronavirus (qu’on retrouve dans les tests aussi bien que l’actuel, ils sont cousins germains).

    Les tests enfin arrivés après la guerre ne dépistent que des « cas » positifs qui ne sont en aucun cas des malades (pas de signe clinique même mineur). Les tests ne sont de plus pas fiables puisque non spécifiques. L’augmentation des cas ne témoigne que de l’augmentation des tests et lorsque la positivité augmente un peu plus c’est que les gens sont testés auprès des contacts de positifs, ce qui fausse l’analyse de l’immunité collective. Quoi qu’il en soit s’ils sont positifs, ils sont « vaccinés » et devraient être rassurés (en l’absence des délires interprétatifs par nos experts journalistes virologues d’un jour qui les affolent).

    En l’absence d’épidémie, le masque ne sert à rien. Justifié pour les soignants et dans les transports collectifs en mars, avril, il n’a aucun sens aujourd’hui, sinon de répandre encore et encore la peur, afin de paralyser la population et de bloquer sa réflexion, ce qui a permis comme on l’a vu d’accepter en France qu’on assassine un bébé de 9 mois, juste avant sa naissance, sans entraîner de révolte majeure des citoyens.

    Le masque de la tyrannie et de la déshumanisation et de la soumission

    Le masque de protection virale (contestable néanmoins car jamais scientifiquement démontré pour les virus, la protection habituelle pour les chirurgiens par exemple est contre les bactéries, staphylocoque etc.) est devenu un symbole de tyrannie du pouvoir et de soumission des individus. Si le peuple ne réagit pas, chaque jour verra une nouvelle mesure imposée, comme ce jour semble-t-il le masque en entreprise. Grotesque et inadapté. Chaque situation est différente.

    « Le masque de protection virale est devenu un symbole de tyrannie du pouvoir et de soumission des individus »

    Le traitement Raoult guérit plus de 96,5 % des malades (pris dans les deux premiers jours de signes cliniques) Quand bien même de nouveaux malades apparaîtraient, nous avons un traitement efficace, peu coûteux, sans danger : l’azithromycine Chloroquine reconnu par plus de 3/4 des médecins dans le monde et honteusement interdit en France. Edouard Philippe et Olivier Véran devront s’en expliquer un jour prochain.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *