On peut caricaturer Jesus, Allah … mais pas Jupiter !

Publié par le 18 Sep, 2021 dans Blog | 3 commentaires

On peut caricaturer Jesus, Allah … mais pas Jupiter !

Quelques jours après la mise en place du pass sanitaire, Michel-Ange Flori, un Varois, ancien publicitaire, placarde une première affiche sur laquelle le président de la République est représenté sous les traits d’Adolf Hitler, avec une moustache et un uniforme nazi, accompagné du slogan : « Obéis, fais-toi vacciner. » Une enquête est alors immédiatement ouverte.

Un mois plus tard, il récidive avec une seconde affiche. Cette fois-ci, Emmanuel Macron est représenté en compagnie du maréchal Pétain, coiffé du même képi que lui. Le tout est sur fond de QR code, avec ce commentaire : « Il n’y a qu’un pass à franchir. »

Le tribunal correctionnel de Toulon a condamné Michel-Ange Flori à 10.000 euros d’amende pour « injure publique » au président de la République.

L’accusé a revendiqué son « droit à l’humour » et son avocat à dénoncé une «  atteinte au droit à la caricature » et a interjeté appel.

Les échanges entre le procureur et l’avocat de Michel-Ange Flori furent vifs comme le rapporte le journal Sud-Ouest :

« Vous ne faites rire personne à part vous », a fustigé le procureur Laurent Robert, dénonçant « une volonté de nuire évidente ». « Je croyais le crime de lèse-majesté révolu, je me trompais », a rétorqué l’avocat de la défense, Me Béranger Tourné. M. Flori « est peut-être irrévérencieux, grossier, démagogue mais coupable aucunement », a-t-il plaidé, rappelant que ces affiches avaient été réalisées « en réaction à un débat polémique et politique ».

De son côté, Michel-Ange Flori a revendiqué être « un humoriste non-agréé ». « Certains écrivent sur les murs, moi je fais des affiches », rappelant que ce mode d’expression était « le plus ancien du monde ». Il a déclaré vouloir « dénoncer les atteintes aux libertés d’un régime à la dérive autoritaire ». Devant le tribunal, une dizaine de personnes brandissant des pancartes « Je suis Flori » lui ont manifesté son soutien.

Si l’ancien délit d’« offense au président de la République » a été abrogé en 2013 après un arrêt de la Cour européenne des droits de l’Homme condamnant la France, le chef de l’État est protégé de l’injure et de la diffamation publique comme tout citoyen ordinaire, même si les poursuites sont rarissimes.

On constate donc que Jupiter a défendu le droit à la caricature quand il s’agissait de Dieu ou des religions en général mais que, concernant sa propre personne, ce même droit ne s’applique pas et est illégitime !

Et Charline Vanhoenacker alors !

Très récemment, on a pu voir la militante gauchiste et humoriste Charline Vanhoenacker qui sévit sur France Inter, ajouter des moustaches à la Hitler à une affiche d’Eric Zemmour.

Comble de finesse, elle a aussi ajouté OB au Z de cette même affiche ! …………….. je vous laisse quelques secondes pour vous esclaffer ………….

Sud-Ouest nous a rappelé que le délit d’offense au président de la République a été abrogé en 2013. Et donc qu’en l’occurence Eric Zemmour devrait bénéficier des mêmes droits et des mêmes protections que le chef de l’Etat.

Dans ces conditions,  Charline Vanhoenacker va t-elle être poursuivie pour le même outrage et condamnée à la même peine ?

A la fin de la vidéo on voit Charline Vanhoenacker encourager les gens à faire comme elle … On a condamné Eric Zemmour pour incitation à la haine pour beaucoup moins que ça !

Pour terminer sur un note de vrai humour, cette fois-ci, je relaye ce montage qui, je l’espère, ne me coûtera pas 10 000 euros !!!

Merci de tweeter cet article :





3 Réponses à “On peut caricaturer Jesus, Allah … mais pas Jupiter !”

  1. Quelle classe… pour une pétasse de caniveau !

    Et si nous lancions un concours de qualificatifs applicables à cet étron de de la pensée politique ? Cela pourrait nous défouler.

  2. Le « nouveau monde » du silence

    Il a torpillé, via le CSA, Zemmour pour le contraindre au silence et s’est fait torpillé le contrat du siècle, en silence, par « sleeping Joe » qui a signé un contrat juteux et nucléaire qui, nous dit on, est sorti de nulle part, ne cache aucun vice du contrat de 12 barracudas « shortfin » à propulsion classique.

    Pourtant, en mars, sur le site « meta-defense.fr » et d’après un journaliste australien, Alan Austin, il était évoqué que ce contrat avait du plomb dans l’aile.

    Pourtant Anne Genetet, député LREM des français de l’étranger, affirme qu’un député australien lui avait confié que ce contrat allait être déchiré.

    Alors messieurs les amateurs naifs comme des mondialistes heureux, vous ne nous mentez pas quand vous dites que vous n’avez rien vu venir!!!

    Au lieu de rappeler vos ambassadeurs americains et australiens, verifiez si le problème ne vient pas du contrat en lui-même.

    Comment les australiens, aussi craintifs du nucléaire et qui avaient requis des sous-marins à propulsion classique en devenant acteurs de la construction, M. Pommelet, PDG de naval-group avait même dit sur « BFM Business » que le groupe allait devenir franco-australien, ont ils pu rompre ce contrat pour un accord incluant des sous-marins à propulsion nucléaire?

    Il est fort probable que le changement de 1er ministre australien en 2018 a été décisif sur ce revirement, mais la lenteur du contrat et le fait de vendre des SNA avec une nouvelle propulsion classique ne sont ils pas les causes reelles de la caducité de ce contrat

    Les pinocchios de la politique me font penser aux italiens lors de l’euro 2000, désolé pour la référence « footballistique » alors que ce sous marin ne lance pas de missile ballistique, mais je crois bien que les bouteilles de champagne comme celles de prosecco ont été consommées un peu tôt.

    J’espère que ce contrat franco-australien n’était pas un argument central du prodige francais de l’industrie de défense macronienne, car il est peut-être opportun de brader naval-group comme le conseiller presidentiel et ministre Macron l’avait fait avec « Alsthom branche énergie ».

    Aujourd’hui, l’entretien et le renouvellement des turbines des centrales et des sous marins nucléaires relèvent de « Général-électric » et donc des américains.
    Notre président nous parle du retour de l’industrie française, mais les maux réels se logent dans les plaies des discours creux de « manu premier et dernier », je l’espère.

    Lorsque le nouveau 1er ministre australien a décidé de changer le contrat par des sous-marins à propulsion nucléaire, il s’est naturellement tourné vers ceux qui gèrent désormais les turbines à gaz (nucleaires) de naval-group et ceux qui ont un programme de 40 SNA de classe « Virginia », et capable de les accueillir dans les bases navales de Guam pour l’océan Pacifique et de Diego-Garcia pour l’océan indien, ce qui explique aussi la présence du Royaume-uni dans le nouveau pacte tripartite.

    Croyez moi, les fervents soutiens de la Macronie, « manu » serait incapable de vendre, même à perte, à ces australiens, des slips Kangourous!

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *