OPA sur l’Elysée

Publié par le 3 Août, 2018 dans Blog | 8 commentaires

OPA sur l’Elysée

Qui a porté un banquier à l’Elysée ?

La politique économique menée par Emmanuel Macron depuis son élection est plutôt libérale, si l’on excepte la baisse des dépenses publiques dont on ne voit pas le début du commencement d’une esquisse !

Pourquoi les Français qui n’aiment pas les patrons, détestent les banquiers et en avaient assez du système politique française et de ses élites, ont-il porté au pouvoir un banquier, archétype du produit de ce système honni ?

Mystère ! La bonne question serait peut-être : « A qui profite le crime ? » Pas aux retraités, ponctionnés comme jamais ! Pas aux classes moyennes qui ont encore dû « chasser au bassinet » ! Les tenants de l’économie libérale et mondialiste semblent les bénéficiaires évidents de l’élection d’Emmanuel Macron.

Olivier Piacentini a publié aux Editions de Paris – Max Chaleil, un ouvrage intitulé « OPA sur l’Elysée – Un an après : le vrai bilan du marcionisme ». Voici une interview de l’auteur publié sur le site AgoraVox :

 

Qui sont les bailleurs de fond de Macron ? A qui est-il redevable pour avoir été propulsé président de la République Française ? A ces questions fondamentales Olivier Piacentini nous répond sans fard. 

Il y a un an, Emmanuel Macron était élu président de la République Française après une campagne de presse auto-célébrative et une campagne de dénigrement sans précédent contre les candidats susceptibles de remporter la course à l’Elysée. Ceci, avec l’appui de pratiquement tous les médias de tous les grands groupes de presse qui sont dans les mains des “investisseurs” de Macron pour placer leur homme à ce poste stratégique.

Olivier Piacentini

Pour la première fois dans l’ histoire de la V ème République, des affaires judiciaires et leur traitement médiatique ont fait basculer le destin de la France, en écartant ses concurrents d’une victoire promise. Mais “à y regarder de plus près, la victoire surprise d’un jeune banquier ambitieux, sans expérience électorale et sans parti, ne doit rien au hasard : le soutien sans faille que le monde de la finance, des médias, des multinationales lui apporta est le noeud de ce qui s’apparente à un coup d’Etat d’un milieu que seul Macron pouvait pleinement servir” explique l’auteur. Qui prophétise : “ Il est des promesses sur lesquelles le président Macron ne transigera jamais : celles qu’il a faites il y a plus d’un an à ses puissants bailleurs de fonds qui l’ont soutenu sans jamais faillir et qui investissent rarement sans espoir de retour !”.

Partons avec Olivier Piacentini à la découverte de ce monde occulte qui a décidé sans nous du futur de la France et des Français. L’auteur nous dit qu’”Il est temps de remettre les choses à leur place et de dévoiler les coulisses, non pas d’une consultation populaire, mais d’une véritable OPA des puissances d’argent sur le pouvoir politique de notre pays”.

Macron a été élu au second tour avec plus de vingt millions de voix. Mais, nous dit Olivier, “s’il a bien été élu d’un point de vue purement comptable, il est en fait mal élu, de par les circonstances qui l’ont conduit à la victoire. Les Français n’ont pas voté Macron, ils ont été empêchés, pour de bonnes ou de mauvaises raisons, de voter pour d’autres. La désolante campagne de 2017 a privé les Français d’un vrai débat démocratique”. Il a été élu par défaut.

Retour en arrière : une vidéo sur le site du quotidien de droite “Il Giornale” propriété de la famille Berlusconi, reprise le lendemain par toutes les chaines TV et de radio, de journaux et les sites d’information italiens retransmet au lendemain des élections présidentielles le 8 Mai 2017 une vidéo du 21 Avril 2016. Cette vidéo concernant la présidentielle française est paradoxalement ignorée en France, mais passionne vite médias et grand public italien. Dans cette vidéo Jacques Attali est interrogé par Arlette Chabot sur le plateau de LCI : “Quel sera selon vous, le prochain président de la République ? Attali répond : “J’ai toujours dit que le prochain président de la République serait un inconnu. Les Français veulent deux choses : un programme et une action claire et un homme nouveau. Je vois donc Emmanuel Macron, ou encore Bruno Lemaire. Je constate avec plaisir que Macron a proposé une réforme de l’ ISF, de prendre les migrants au sérieux et de considérer que c’est une chance pour la France” (Voir https://www.lci.fr/france/linvite-darlette-chabot-jacques-attali-1255991.html).

Piacentini nous dit :” Quel analyste de la scène politique française peut pronostiquer sérieusement en avril 2016 la victoire de l’une ou de l’autre de ces personnalités : le premier candidat à la primaire de la droite et du centre est très largement devancé par Alain Juppé et Nicolas Sarkosy dans les enquêtes d’opinions, le second n’a même pas encore suggéré publiquement qu’il pourrait se présenter à l’élection. A gauche, on envisage encore une possible candidature de Hollande et si elle s’avérait irréaliste, Manuel Valls est pressenti pour reprendre le flambeau”.

Il poursuit : “ De quelque côté que l’on regarde sur l’échiquier politique, on ne perçoit aucun espace aussi minime soit-il pour un Macron enfermé dans l’impopularité gouvernementale, caricaturé par les “Guignols de l’Info” en chérubin de Pierre Gattaz et d’un Hollande rallié au crédo patronal. La droite est à ce point majoritaire dans toutes les enquêtes d’opinion dans tous les sondages que nul ne doute un instant que la prochaine élection ne tombe de son côté comme un fruit mûr, presque sans forcer. A la limite, le danger pour les Républicains viendrait plutôt d’un Front National à son apogée”. Et pourtant.

Pour comprendre, posons-nous cette question : qui est Jacques Attali ? Olivier Piacentini nous dit qu’il est “une véritable passerelle entre le milieu politique et celui des affaires. Il est depuis trente ans une personnalité centrale des élites française, au confluent des milieux politiques, médiatiques, industriels et financiers, et même au de-là des frontières de l’hexagone. Dès 1973, il est l’un des plus proches conseiller à l’ Elysée. Il dirigera la Banque Européenne de Reconstruction et de Développement. Il est l’éminence grise incontournable du Cac 40 et du centre-gauche dit moderniste”. Evidemment, il fait parti des serviteurs du groupe Bilderberg. Piacentini poursuit : “Attali fera de Macron son bras droit. En 2010 il le présente à son ami François Hollande, dont il avait lancé la carrière trente ans auparavant. Hollande le nomme conseiller aux Affaires économiques à l’ Elysée à 34 ans”. A partir de là, comme par magie, il est épaulé en tout par tous les groupes de presse français pour le magnifier et le faire connaître du grand public. Paris Match dès l’été 2014 lui consacre sa une, comme un couple non-conformisme avec son ex prof de français. Les Inrockuptibles idem“bombardé espoir d’une gauche new-look, la coqueluche des bobos”. Tous s’y mettent avec ferveur : L’Express, le Point, Challenge, Vsd, Obs, Figaro Magazine etc. “Télévisions, radios, journaux, le ministre de l’ économie crève l’écran. Il attire à lui tous les feux des projecteurs, laissant dans l’ombre et la mélasse ses collègues du gouvernement”.

Voici comment donc ce jeune inconnu est présent partout, avec une image moderne, décontractée, décomplexée auprès de ses futurs électeurs. C’est une gageure que gagnera Attali et Hollande. Il n’ a pourtant “pas de parti structuré, pas de soutiens politiques d’envergure, pas de militants, pas de financement public, pas d’ancrage territorial, pas même la moindre expérience électorale”, “Attali sait tout cela mieux que quiconque mais n’en a cure. Il fait parti d’un cercle restreint d’initiés, bien décidés à propulser leur poulain au firmament. Et ce petit groupe est composé de personnalités suffisamment puissantes, influentes et fortunées pour compenser les handicaps à priori insurmontable du futur candidat pas encore officiellement déclaré” nous explique l’auteur, “Attali et sa poignée d’amis importants veulent révolutionner la politique française, faire table rase des partis, des carrières forgées sur des parcours électoraux, et faire de Macron un président de nouvelle génération, celui de la mondialisation, du numérique, des médias et d’internet. En la personne de Macron, Attali a déniché la perle rare : un candidat qui parle le langage des élites, de la mondialisation, de la finance, de l’Union Européenne, libéré des partis et qui sera totalement redevable à ce fameux cercles d’initiés qu’Attali cotoie”.

Lire la suite sur le site d’Agoravox.






8 Réponses à “OPA sur l’Elysée”

  1. Si Macron est libéral, je suis curé de campagne. La logorrhée législative et réglementaire est plus pressante que jamais et l’espace de liberté se réduit comme peau de chagrin. On est loin de Tocqueville ou de Bastiat.

    Pour le reste, ma foi, je ne crois guère au complot mondial. La victoire de Macron est celle de la gauche, il fallait éliminer la droite, ce qui fut fait habilement.

    • Je ne suis pas d’accord, la victoire n’est pas celle de la goche, du moins classique, mais financiere et mondialiste avant tout, comme macron.

      Ces personnes hors sol ou completement abrutis par leur ideologie quand ce n’est pas encore pire, existes bel et bien.

      Il y a dans le monde des puissant, depuis fort lontemps, qui reve d’avoir des personnes au pouvoir qui leur faciliteraient leur pouvoir, et leur finances.

      En ce sens on peut observer que la bien pensance est active au USA, en europe,en Australie; il y a bien un ensemble organisé au niveau mondial, qui n’est pas apparu par la demande des peuples, mais par une manipulation sournoise, et mondiale.

      Cette bien pensance ideologique qui demontre un pouvoir quasi mondial, et sont le fait de personnes peu scrupuleuses, agit contre les traditions, cultures, les peuples, leur histoire…

      La franc maconnerie, reseau mondial, comme bildelberg, est bien placée, pour en faire partie.

      La destruction de toutes les valeurs, ainsi que l’insecurité des peuples soumis a cette bien pensance, suppose une organisation solide et mondiale.

      La franc maconnerie, comme bildelberg, qui aime le fric par dessus tout, ne crachera jamais sur un type comme macron, mieux, s’ils peuvent le servir, il l’aideront.

      Inutile de voir des complots partout, l’entre soi, les influences, le pouvoir, l’argent,les medias, suffisent a creer toutes les forces necessaire, et « democratique » pour aider leur preféré.

      Le terme de complot est souvent utilisé a outrance pour ridiculiser les recherches qui permettrait de connaitre les vrais tenant et aboutissants,dans diverses affaires.

  2. On peut voir autour de macron des personnages « puissant », ensuite des medais qui comme jamais dans la 5 e republique ont magnifié macron, une pseudo justice qui a intentionnellement (et avec la mauvaise foi que l’on lui connait), et a l’aide de media, ont empeché F Fillon de reussir l’election presidentielle.

    Jamais un ensemble de leviers de la republique « avec sa toute puissance » (pas envers les migrants), ne fut a ce point orienté au vu et au sus de tout le monde, contre un seul candidat alors que MLP avait aussi des emploi fictif.

    Une dizaine d’heure de debat contre MLP contre plusieurs centaine voire millier d’heure contre F Fillon pourtant jugé NON extremiste par tous, le contraire pour MLP, mais helas gagnant a coup sûr de l’election.

    Nul doute que pour maintenir leur poulain, pour les prochaine election,que l’emploi sordide de la transparence
    sur les candidat sera poussé encore plus a fond.

    Complot n’est pas vraiment le terme exact, mais manipulation.

    • J’ajoute que le pouvoir mondial organisé, impose l’homosexualité, la glorifie, glorifie les migrants, protege l’islam, tandis que l’insecurité
      grandit, et les etats s’affaiblissent a qui profite le crime…

      La franc manconnerie, prefere l’islam a la religion catholique, et que voyons nous dans le monde, USA, europe, des migrants d’origine africaine et arabes, a flot continu tandis que les attentats, crime odieux se perpertue de plus belle… et une bien pensance qui glorifie les migrants…

      Un reseau mondial organisé, a pris le pouvoir et impose ses points de vue, ( homosexualité, migrations, preference etrangeres, orienté afrique et moyen orient, dstruction de l’histoire, et l’education nationale), provoquant le malheur sur les nations et les peuples, sans subir de contre feu..

      Hors sujet:
      Encore un meurtre, encore un recul de l’etat:

      Contributeur
      Claire Beauchamp est féministe, libérale et passionnée d’histoire politique.

      Les opinions exprimées ci-dessous sont uniquement celles de l’auteur et ne sont en aucune façon celles de Le Politique. Pour la liberté d’expression, vous êtes invités à contribuer au Débat.

      A chaque semaine ou presque son fait divers sordide, son drame de violence gratuite et son paroxysme d’incurie étatique. Dans la lutte contre l’insécurité et contre le racisme, le « mâle blanc » n’est rien. Pire, il n’existe pas puisque même assassiné dans une agression au motif raciste souvent fortement présumé, ni les médias ni les associations ni le gouvernement ne pipent mot.

      Silence donc sur ces nombreux morts assassinés le plus souvent par des récidivistes notoires dont les peines, si souvent clémentes, ont permis la transformation graduelle en véritables prédateurs. Adrien Perez avait 26 ans et il est mort assassiné dimanche 29 juillet 2018 d’un coup de couteau en plein cœur alors qu’il secourait un couple d’amis agressé par trois délinquants, des « jeunes » qui n’en sont plus du tout et dont la « carrière » est déjà souvent celle de vétérans du crime.

      M. Perez est mort héroïquement mais dans l’ignorance d’une société totalement obnubilée par des causes tapageuses et superficielles plus que par des causes réelles et sincères. A l’instar d’Arnaud Beltrame, Adrien Perez rappelle ces innombrables « mâles blancs » sacrifiés sur l’autel sanguinaire du politiquement correct qui tolère l’intolérable et propage le laxisme tout en démolissant la dernière digue contre l’obscurantisme.

      Adrien Perez ne fera probablement pas la une des journaux, Emmanuel Macron n’en dira rien et ses parents vivront leur immense souffrance dans cette prison mentale qu’est devenue l’Europe, un lieu qui tue ses propres enfants au nom du mal-nommé « progressisme » et qui n’assure plus du tout la sécurité de ses habitants.

      « Mâle blanc », jeune, respectueux des lois, Adrien Perez n’intéresse pas le microcosme germano-pratin-élyséen qui n’a cure des véritables héros et s’extasie devant la lie. « La police et les gendarmes font tout ce qu’ils peuvent, mais la vérité, c’est que l’Etat a peur de cette minorité de personnes ultra-violentes qui terrorisent la majorité des pauvres gens dans les quartiers », a déclaré Bruno Perez, le père d’Adrien.

      Selon Le Dauphiné, « trois jeunes hommes ont été mis en examen dans cette affaire. Deux d’entre eux, Younes El Habib et Yanis El Habib, deux frères, respectivement suspectés du meurtre d’Adrien et de tentative de meurtre sur un ami d’Adrien, ont été placés sous mandat de dépôt. » Nos pensées vont aux parents, aux proches et aux amis d’Adrien Perez.

  3. M Attali n’est il pas le monsieur qui, en 1981, a dit (dans son ouvrage L’avenir de la vie, Seghers 1981), alors qu’il est né en 1943 :

    Attention aux séquences dans lesquelles Jacques Attali utilise les formules « je crois », ou encore « je pense » :
    Extraits (p.268-274) :
    « Mais dès qu’on dépasse 60/65 ans, l’homme vit plus longtemps qu’il ne produit et il coûte cher à la société.
    D’où je crois que dans la logique même de la société industrielle, l’objectif ne va plus être d’allonger l’espérance de vie, mais de faire en sorte qu’à l’intérieur même d’une durée de vie déterminée, l’homme vive le mieux possible mais de telle sorte que les dépenses de santé seront les plus réduites possible en terme de coûts pour la collectivité.
    Alors apparait un nouveau critère d’espérance de vie : celui de la valeur d’un système de santé, fonction non pas de l’allongement de l’espérance de vie mais du nombre d’années sans maladie et particulièrement sans hospitalisation.
    En effet, du point de vue de la société, il est bien préférable que la machine humaine s’arrête brutalement plutôt qu’elle ne se détériore progressivement.
    C’est parfaitement clair si l’on se rappelle que les deux tiers des dépenses de santé sont concentrées sur les derniers mots de vie.
    De même, cynisme mis à part, les dépenses de santé n’atteindraient pas le tiers du niveau actuel (175 milliards de francs en 1979) si les individus mouraient tous brutalement dans des accidents de voiture.
    Ainsi force est de reconnaître que la logique ne réside plus dans l’augmentation de l’espérance de vie mis dans celle de la durée de vie sans maladie. (…)
    L’euthanasie sera un des instruments essentiels de nos sociétés futures dans tous les cas de figures.
    Dans une logique socialiste, pour commencer, le problème se pose comme suit : la logique socialiste c’est la liberté et la liberté fondamentale c’est le suicide ; en conséquence, le droit au suicide direct ou indirect est donc une valeur absolue dans ce type de société.
    Dans une société capitaliste, des machines à tuer, des prothèses qui permettront d’éliminer la vie lorsqu’elle sera trop insupportable ou économiquement trop coûteuse, verront le jour et seront de pratique courante.
    Je pense donc que l’euthanasie, qu’elle soit une valeur de liberté ou une marchandise, sera une des règles de la société future. « 

    ???

    Curieux qu’à l’age de 75 ans, non seulement il ne se soit pas suicidé, mais qu’il veuille « révolutionner la politique française, faire table rase des partis, des carrières forgées sur des parcours électoraux, et faire de Macron un président de nouvelle génération, celui de la mondialisation, du numérique, des médias et d’internet »

  4. La thèse de Piacentini renforce l’image de la marionnette choisie dans le sérail et tenue à bout de fils par des parrains,commanditaires et mandants cités dans l’article.
    La marionnette a voulu rompre les fils,mais ses parrains lui ont donné une forme d’avertissement avec les révélations sur Benalla,sorties de la rédaction du « Monde »: « Manu,tu arrêtes tes conneries,tu commences à nous fatiguer! »

    « On attend de toi un retour sur investissement,pas des love parades de la gay pride sur le perron de l’Elysée,ni des favoris disposant de privilèges dignes d’une République bananière…
    Tu avais très bien débuté pourtant,avec ton spectacle son et lumières très réussi sous la pyramide du Louvre,mais là,tu arrêtes tes conneries,sinon… »

  5. COGNET Marie dit:

    C’est une évidence, Macron a été élu grâce au soutien d’Attali, de Minc, des élites mondialistes et progressistes, des affaires et des médias. Il avait pour mandat de favoriser l’immigration massive, l’Islam (ce n’est pas un hasard s’il ne proposait strictement rien pour lutter contre le terrorisme islamique), l’Union européenne technocratique, les multinationales, etc..et de détruire la famille à la faveur de changements sociétaux., bref de défaire ce qui reste de la France.
    Effectivement, il n’est qu’une marionnette.
    Il a également été soutenu par l’Elysée, qui lui a fait bénéficier de ses réseaux dans la justice et dans la presse.
    Le candidat de droite éliminé grâce à cette manipulation, le second tour opposant Marine Le Pen et Macron n’était plus qu’une formalité.

    Dans le contexte que connaît la France, il valait vraiment mieux un président expérimenté et soucieux de l’intérêt général qu’un narcissique qui n’avait jamais été élu.

    Il est vraiment urgent que les Français réagissent : espérons qu’ils saisiront l’occasion en 2019 et en 2020.

  6. Comme l’a montré les elections presidentielle, ce sont les puissance d’argent, Bidelberg, qui ont fait élire macron et écarté le candidat genant leur route, Fillon avec une justice et des médias pourrit.

    Ceci montre qu’ils emploieront tous les procédés possibles pour placer leur favoris et qui defendent la bien pensance dont Attali fait aussi partit ou la société europeenne telle qu’on la connait va vers sa destruction si l’on ne fait rien.

    Ne comptons pas sur le pouvoir, ils sont les marionnettes des puissances d’argent et contribuent meme a notre pertes en partageant leurs idées et ou l’état fait habilement la police de la pensée, a sens unique et toujours en faveur de l’immigré, pas de la justice, sous l’oeil pourtant avisé des politiciens qui n’interviennent pas serieusement sauf en parole, aussi, il ne faut plus compter sur un systeme qui nous a montré sa profonde corruption, car une fois en place, leur politique change toujours, ce qui signifie qu’ils sont TOUS plus ou moins complice d’un systeme qu’ils approuvent plus ou moins, qu’ils denonce seulement pour passer, pour ne rien changer en profondeur, en dehors d’apres moi, de Marion Marechal Le Pen.

    Il faut etre lucide, les politiques sont là pour nous tromper, ce sont les puissance d’argent qui decident, les politiques suivent, et n’entre pas qui veut…

    La bien pensance est installés en nombre de pays, c’est bien une manipulation au niveau depassant le cadre d’une simple nation, c’est pourquoi, le terme complot y est ridiculisé pour ne pas voir les tenants et aboutissant et ne pas gener es élites corrompu qui l’imposent a travers des politiciens servant leurs cause et appuyés par les medias et une justice a deux vitesse…

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *