Oui, j’ai honte …

Publié par le 14 Juil, 2017 dans Blog | 14 commentaires

Oui, j’ai honte …

Alors que je réfléchissais à un article pour défendre notre armée qu’on sollicite tant depuis des années, que ce soit dans les théâtres d’opérations extérieures ou dans les rues de France, avec l’opération Sentinelle, notre ami Christian54 m’a transmis un texte où éclatait toute sa colère et toute sa honte.

Il s’en prend, avec véhémence, au sévère recadrage du chef d’état-major, le général Pierre de Villiers par le président de la République, après que le militaire avait en effet, devant la représentation nationale, laisser s’exprimer sa colère après la réduction du budget des Armées demandée par Bercy.

Emmanuel Macron et le général Pierre de Villiers

Voici le texte de Christian :

LA HONTE

Jupiter minus a frappé ! Jupiter tonnant, quoi de plus normal me dira t’on… Certes mais à bon escient seulement.

A quoi joue le Maître de l’Olympe ? Il a découvert la foudre et il s’en est cru le maître, alors qu’il n’est qu’un gamin dont la parole ne vaut rien. A quoi cela lui aura-t-il servi de descendre les Champs Elysées en command car et visiter les militaires blessés à Percy si cela n’est pas suivi d’effet ?

Pire, il est lamentable d’oser rendre visite à nos blessés si c’est pour se donner quelques mois après les moyens d’en créer beaucoup plus !

Oui, j’ai honte de ce ridicule gamin colérique qui a comme envouté la masse des votants décérébrés (16 % ne l’oubliez surtout pas) qui ont fait la splendide connerie de lui donner un pouvoir sans partage dont il ne se gène pas pour abuser.

Oui, j’ai honte de ce petit blanc bec immature capable de faire des promesses électorales pour attirer à lui des faibles en perdition alors qu’il sait parfaitement qu’il sera incapable de les tenir, faute d’avoir le cran de faire les arbitrages nécessaires.

Oui j’ai honte de ce joker de Hollande, parfaitement informé, de par ses postes successifs, de l’état lamentable dans lequel la gauche a mis les finances publiques et qui ose venir nous faire la comédie de celui qui découvre l’ampleur des dégâts qu’il a participé à causer.

Oui, j’ai honte de tous ces flagorneurs au garde à  vous, avides d’entendre la divine parole pour mieux la traduire à ceux qui ne sont rien.

Mais tout n’est pas noir. Merci au Général de Villiers de ne pas vouloir se faire « baiser comme ça ». Enfin un homme d’honneur se lève face à ce Jupiter-minus et ose dire la vérité. Car nos soldats meurent ou sont handicapés à vie par la faute de politiques plus attachés à leurs petits privilèges (rassurez-vous, rien n’a changé, bien au contraire) qu’à s’occuper de protéger leurs concitoyens.

Depuis qu’il siège à l’Olympe, regardez les voyages et déplacement de notre Saigneur et Maître, tous azimuts qu’il se ballade le Juju ! Même en sous marin nucléaire ce kéké, et héliporté de surcroit. Mais c’est Super Jupiter !

Et pour continuer à faire des économies, il privatise pour une soirée, mais des 14 h 30 la Tour Eiffel.

Ah, ça, il nous toise de haut l’adolescent irascible qui veut recadrer son Chef d’Etat Major et qui pique une crise de boutons dès que l’on ose lui tenir tête. Tout le monde peut maintenant se rendre compte que, sa sécurité à lui étant assurée, il se contrefiche totalement de la nôtre.

Alors, en ce jour de fête nationale, je crie Vive notre Armée et Honte à ce gamin ridicule à qui il veut imposer ses caprices.

Vous, je ne sais pas, mais, pour ma part, j’ai de très mauvais pressentiments.

Christian54 pour A droite, fièrement !

La presse s’est émue de la violente réaction d’Emmanuel Macron, et notamment dans un article du magazine Le Point intitulé : « Armées : quelle mouche a piqué Emmanuel Macron ? » dont voici quelques extraits :

En rendant la traditionnelle visite présidentielle, jeudi soir, aux troupes du défilé du 14 Juillet, Emmanuel Macron a vivement pris à partie le chef d’état-major des armées, le général Pierre de Villiers, accusé d’avoir publiquement défendu le budget militaire : « Je considère pour ma part qu’il n’est pas digne d’étaler des débats sur la place publique. J’ai pris des engagements, je suis votre chef. Les engagements que je prends devant les concitoyens, devant les armées, je sais les tenir et je n’ai à cet égard besoin de nulle pression, de nul commentaire. »

Pierre de Villiers ne s’est exprimé que devant la représentation nationale, dans un cadre parfaitement légal et en se tenant à son rôle. Il avait certes employé des termes inhabituels pour exprimer son mécontentement, en expliquant qu’il refusait de se faire « baiser » par Bercy. Mais cette expression n’avait rien de déplacé, dès lors qu’il n’a jamais remis en cause la légitimité du politique, jamais critiqué le chef de l’État, chef des armées…

Après une parenthèse de cinq années qui ont vu les engagements budgétaires tenus à l’égard des armées, Emmanuel Macron reprend les vieilles habitudes. Il réduit le budget de la défense pour régler les problèmes financiers de la République, mais sans ajuster simultanément les missions demandées aux forces : la dissuasion nucléaire ne bouge pas. Les services de renseignements continuent d’être largement dotés en personnel et en moyens. Les opérations extérieures se poursuivent sur plusieurs continents. Et quand l’hôte de l’Élysée veut honorer un chef d’État étranger, ce sont les armées qui font le show.

Depuis qu’il a pris ses fonctions, le président de la République s’est beaucoup servi des armées pour mener sa politique de communication. Que ce soit en inaugurant ses fonctions en visitant un hôpital militaire, geste apprécié, ou bien en se rendant au Mali ou sur un sous-marin nucléaire, il s’est affiché parmi les hommes et les femmes en uniforme, parlant peu mais assez pour indiquer qu’en matière de défense, il n’y aura personne d’autre que lui. Photos martiales, petits discours émouvants : la symbolique était appuyée. Lui qui est de par la Constitution le seul « chef des armées » modifiait même le nom du ministère de la Défense pour en faire le ministère « des Armées ». Nommant successivement à sa tête deux personnalités peu susceptibles de le contrarier.







14 Réponses à “Oui, j’ai honte …”

  1. Merci à Christian pour ce coup de gueule.. Je partage la même honte que lui, quand je vois ce jeune coq immature donner des leçons à un Général aguerri! Le gamin est grisé par le pouvoir, il n’en peut plus, il exulte. Il ne touche plus terre.. C’était tellement prévisible! Perso, il me glace et je suis très, très inquiète pour l’avenir..

  2. Merci Christian 54.
    Effectivement, ce jeune blanc bec, piloté par sa mère-épouse ne supporte pas la contradiction.

    cependant, il va avoir fort à faire puisqu’un autre général, le Général Vincent Desportes, Sur Europe 1 ce 14 juillet, a dénoncé “l’amateurisme” du gouvernement.

    “Nous pensions avoir un nouveau président, et l’on reprend les vieilles manières”

    “Cette annonce n’aurait jamais dû être faite avant le 14 juillet. Donc on est bien dans une maladresse. Est-ce qu’on est devant de l’incompétence ?”

    “De l’amateurisme ? Très probablement !”

    “quand le chef état-major demande qu’on ne vole pas aux armées 850 millions d’euros, les Français doivent savoir qu’il ne se préoccupe pas des armées mais de la défense de la France”.

    “On retire à la défense de la France, en permanence, des masses budgétaires. Nous pensions avoir un nouveau président, et l’on reprend les vieilles manières ; c’est à dire que, quand on ne sait pas faire, on considère les armées comme une variable d’ajustement”

    “Qui peut défendre les militaires et les armées ? Ce n’est probablement pas notre ministre qui, quelles que soient ses énormes qualités, est surement beaucoup trop faible aujourd’hui, qui ne connait pas ce ministère”.

    “Il faut bien que le militaire en chef fasse valoir son point de vue. Le rôle du chef d’Etat-major des armées c’est de le dire. Il est garant du présent et du futur des armées pour la défense des Français”

    Ce « Jupiter minus » me fait de plus en plus peur. je dois être maconphobe.(ou jupiterophobe, peut-être)
    est ce grave Docteur?

  3. j’approuve totalement ce coup gueule.
    Je voudrais en pousser un aussi
    J’en ai marre devoir la bienveillance médiatique et même des internautes dont bénéficie macron, ça devient indécent
    je n’ose imaginer les commentaires fielleux qui n’auraient pas manqué de fuser si Sarkozy avait faire le 10ème du show de macron, il a loupé sa vocation, il était fait pour cinéma.
    je n’ose imaginé les critiques acerbes si Carla avait montré ses cuisses comme a fait Brigitte lorsqu’elle était assise pour regarder le défilé
    J’ai trouvé inconvenant le comportement de zébulon (macron)
    il tape sur l’épaule de Trump comme si c’était son pote depuis 20 ans, les mimiques, les mamours du couple envers Mélania, indécent
    Avec zébulon tout est dans la com, c’est un m’as tu vu.
    Il est vrai qu’il est à bonne école, une partie de ses conseillers vient de havas médias, alors il apprend vite

    combien de temps va durer la supercherie ?
    Combien de temps va durer sa baraka ?

  4. Permettez moi de recopier cette tribune lue sur VA à l’instant.

    Cela va dans le sens du billet d’humeur de Christian54.
    J’espère que nous français, des « rien » aux yeux de Micronimus jupiter, chefaillon de pacotille, saurons prendre le parti de nos armées, de nos soldats et redonnerons un peu d’honneur à la France qui a perdu un peu de cet honneur tous les jours depuis mai 2017.

    http://www.valeursactuelles.com/societe/loffense-faite-aux-armees-86421
    Tribune. Maire de Chalon-sur-Saône, Gilles Platret analyse durement l’admonestation adressée jeudi soir par Emmanuel Macron aux Armées de France.

    Il n’est sans doute, sur le sol de France et, plus encore peut-être, sur les théâtres d’opérations extérieures, pas un soldat qui n’ait durement ressenti l’admonestation infondée qu’Emmanuel Macron a adressée jeudi soir, veille de Fête nationale, aux Armées de la France.

    En bombant le torse pour proclamer à nos soldats, l’air vainement fâché par la grogne qui monte, « Je suis votre chef ! », le nouveau président de la République a allègrement franchi la frontière, ténue et sévère, qui sépare l’autorité de l’autoritarisme.
    Sur le même sujet
    A peine prolongé, le chef des armées menace de démissionner !

    Car enfin ! faut-il blâmer les Armées et leurs cadres dès lors que M. Macron leur a lui-même donné plein motif de se lamenter de la décision si pleine de dangers qu’il a prise de faire du budget de la Défense la variable d’ajustement du budget de la Nation ?
    Jamais une nation confrontée à l’ennemi n’aura fait subir aux forces qui la protège une diète aussi insensée

    A soumettre toute l’action gouvernementale aux impératifs de la communication médiatique, quand les réalités commandent de ne prendre aucune décision hâtive qui obérerait gravement nos comptes, on finit par commettre d’irréparables erreurs. Ainsi en a-t-il été dimanche dernier de ce revirement fiscal inédit qui, alors que la prudence imposait de ne pas détériorer un budget fragile par une suppression trop rapide de la taxe d’habitation, s’est pourtant imposé dans le but premier de faire taire les critiques par une opération de communication.

    Il y aurait du reste fort à dire sur cette suppression fiscale qui, dans sa volonté de vassaliser les communes de France, est sans doute inconstitutionnelle en ce qu’elle blesse le principe de libre administration des collectivités territoriales (article 34) et contrarie l’impératif selon lequel « les recettes fiscales et les autres ressources propres des collectivités territoriales représentent, pour chaque catégorie de collectivités, une part déterminante de l’ensemble de leurs ressources » (article 72).

    On connaît la suite : le véritable scandale qui consiste à imposer aux Armées, dans un pays en guerre, 850 nouveaux millions d’économies en moins de 6 mois ! Jamais une nation confrontée à l’ennemi, aussi engagée qu’elle l’est sur tant de fronts, intérieurs et extérieurs, n’aura fait subir aux forces qui, en la protégeant, protègent une partie du monde occidental, une diète aussi insensée. Et M. Macron a beau promettre des jours meilleurs, qu’a-t-il prévu dans l’entre-temps : de demander aux terroristes de différer de quelques mois leurs attaques contre nous ?

    Croira-t-on une seule seconde que le président de la République n’ait pas en main le sinistre tableau de l’état de nos Armées : soldats littéralement épuisés, casernes démunies, matériels obsolètes, à qui on n’a pas prévu de remplaçants, reliquats dangereusement vieillissants de coupes budgétaires successives ? L’écart entre les besoins et les moyens se chiffre à plusieurs milliards.

    Qu’on ne blâme donc pas dans ces conditions le chef d’état-major d’avoir, devant la représentation nationale, dit vertement qu’il se sentait trahi, quand même le président macronien de la commission de la Défense de l’Assemblée déclare ce 14 juillet regretter les choix budgétaires du gouvernement. Le général de Villiers a parlé au nom de l’ensemble des soldats de notre pays. C’était son devoir. Mais il a fait davantage : il a parlé au nom de la Nation tout entière. Ce sera sa gloire. Car l’Armée demeure le bras armé de la Nation. Ainsi en va-t-il –il faudrait que M. Macron le comprenne vite, très vite même– depuis la Révolution française et la naissance, face à l’ennemi, de cette armée du peuple qui, tant de fois, étonna l’univers.

    Il ne suffira donc pas au président de la République de taper du poing sur la table, comme un enfant gâté se fâche tout rouge dans un énième caprice. Les Armées françaises, comme la Nation, ont besoin que le chef de l’Etat se pénètre de cette réalité terrible et incontournable : nous sommes en guerre. Une guerre nouvelle aux fronts multiples et mouvants. Une guerre totale car notre ennemi, l’islamisme conquérant, se sent porté par le vent de l’Histoire et qu’il a décrété notre soumission ou notre anéantissement. Il n’existe aucune alternative : nous devons gagner cette guerre et pour cela déployer les moyens nécessaires aux succès de nos armes.
    Dans la violence du propos se cache une de ces fautes qui ne s’effacent pas

    Voilà pourquoi l’humiliant rappel à l’ordre de ce 13 juillet est une offense sans nom. Quand on connaît le sens du sacrifice, quand on mesure le prix du sang qu’ont juré de verser nos soldats pour notre Liberté, on ne s’adresse pas à eux en les accusant « d’indignité » et de « mauvaises habitudes », on ne remet pas en cause leur « sens du devoir » ni leur « sens de la réserve ».

    Cette blessure restera béante car, dans la violence du propos, en plein temps de guerre, se cache une de ces fautes qui ne s’effacent pas.

  5. Je n’ai pas suivi les actualités durant quelques jours, pas de TV, pas de journaux. Et voila qu’il aurait pu dans ce laps de temps qu’une nouvelle révolution éclate en France: l’armée prend le pouvoir en se rebellant contre « le chef des armées »!!!!!!!

    J’approuve tous les messages ci-dessus, mais il est vrai que tous les auteurs partagent les mêmes idées que moi.

    Et moi aussi, j’ai été choqué de la tenue de Madame Macron, offrant ses cuisses et pourquoi pas sa vertu à nos soldats…..

  6. Christian 54 dit:

    Merci beaucoup Suzanne de nous avoir fait partager cet article de Valeurs Actuelles, que je n’avais pas encore lu. Je trouve que les trois derniers paragraphes sont à la fois implacables et superbes. J’adhère totalement.
    Que Macron prenne garde : à donner à l’intervention du général de Villers le caractère public, car c’est bien le micron qui a porté la polémique sur la place publique en l’évoquant le 13 Juillet. Accuser le général de Villers est un mensonge, et même une traîtrise devant le pays.
    Ce gamin ignare qui n’a pas compris qu’il y a une culture française – qui, soit dit en passant, a parfaitement su intégrer des étrangers dans la mesure oū ceux-ci acceptaient ce que la France leur offrait sans lui cracher à la face ou jouer les éternelles victimes – ni que nous ne supporterions pas longtemps ses stupides coups de menton à la Valls ni son autoritarisme et sa surdité se prépare des lendemains qui déchantent.
    Avec un Melanchon à l’affût, un président de la commission de Défense de l’Assemblee de son parti mais qui regrette ses choix, une presse qui – divine surprise – ne chante pas ses louanges à l’unisson, les mois qui viennent risquent d’être animés.
    Ne perdons pas confiance et restons fermes dans nos convictions.

  7. Je vais plus loin, refusant de rester à la surface des choses tel l’idiot qui regarde le doigt alors qu’il lui montre la lune : je suis scandalisé par la non démission de Villiers car il lui fut finalement plus facile de protester que d’envoyer péter le signe élyséen en démissionnant.

    • L’histoire n’est peut-être pas finie, on va voir ce qui va sortir de la réunion de vendredi prochain.

      • Le Général n’a fait entre autre que défendre la vie de ses hommes……….Pour la peine il a subi un affront public avec « c’est moi le chef’ et celui-ci va le démettre de ses fonctions.

        En ce 16 juillet, le chef des commémorations a insulté toute ma famille………..
        Macron : «C’est bien la France qui organisa la rafle du Vél’ d’Hiv»
        La différence entre lui et moi, est que je ne peux le démettre de ses fonctions. Je considère son propos comme une insulte à la mémoire de mes parents, de mes grands parents et de tous ceux qui ont leur nom sur les monuments aux morts!

        Ce type révèle ce qu’il est en réalité à ceux qui se sont laissés endormir, une graine de dictateur, un petit m….x dangereux!
        Le pire nous attend de sa part et tous les apparatchiks qui l’entourent!

        Depuis son arrivée sur la scène médiatique et politique, tout a été mis en œuvre grâce a ses réseaux financiers pour qu’il soit élu!

        Ce n’est pas un chef d’état, c’est un pdg qui jette ceux qui osent lui résister ou le contredire!
        Le pouvoir rend dingue mais le pouvoir politique c’est pire!
        Nous en avons encore une fois la preuve avec celui-là.

        Quand à sa greluche ………tenue et un comportement indécents.
        Le pompon a été lors de l’hommage à Madame Simone Weil.
        Le couple est machiavélique et malsain!….

        Mais les cafouillages politiques, la rétention d’informations, la mise en scène médiatique, la propagande à outrance et autres ne font que commencer.

        La politique du pire après Hollande, la catastrophe pour la France et surtout les Français va être terrible.
        C’est bien de vouloir tout casser, encore faut il en avoir les moyens et surtout la vision ………

        Tout ce que nous avions envisagé lors de la campagne est malheureusement entrain de se produire!

        Je suis triste……

        • Christian 54 dit:

          Ce délire culpabiliser obsessionnel de la gauche est plus que pénible. En fait, c’est une insulte faite à la France par son Président. Ce n’est ni plus ni moins qu’une forfaiture. Mais Macron n’est pas la France.

          Il en avait déjà donné la preuve à Alger. La recidive est impardonnable car elle insulte tous les résistants (les vrais) dont certains – comme le chef du maquiis dans lequel était mon père – etaient juifs et eux étaient aussi des français.

          Macron se permet d’insulter tous ceux qui se sont réellement battus dans des conditions extrêmement difficiles parce qu’ils étaient, eux, la France.

          Vous avez raison, Macron est un m…..x dangereux. C’est aussi une honte, vil et méprisable il va nous conduire à la déroute plus sûrement que son mentor, Hollande.

          Lorsque j’ai écrit que j’avais honte, j’étais loin d’imaginer à quel point ce sentiment grandirait en si peu de temps.

          Il faut soutenir sans réserve le général de Villiers, il devient urgent de sauver ce qui peut l’être.

Trackbacks/Pingbacks

  1. Qui c’est le chef ? | A droite fièrement ! - […] J’ai déjà consacré un article à la polémique née entre le chef d’état-major Pierre de Villiers et Emmanuel Macron…
  2. Au secours ! Rendez-nous Hollande ! | A droite fièrement ! - […] Oui, j’ai honte … […]

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *