Police de proximité : l’enfumage !

Publié par le 22 Août, 2017 dans Blog | 5 commentaires

Police de proximité : l’enfumage !

Les policiers sont épuisés. Leur sous-effectif est patent.

Un concours photos sur les conditions de travail des policiers a été lancé et remporte un vis succès.

C’est dans ce contexte que le ministre de l’intérieur, l’amoureux béat d’Emmanuel Macron, vient d’annoncer, dès la fin de l’année, la mise en place de la police de proximité !

Qui peut croire qu’en si peu de temps, quelques mois, on pourrait recruter et former des policiers pour  créer cette nouvelle entité policière ?

La dénonciation de cet enfumage grossier fait l’objet de cet article d’Olivier Damien, Docteur en droit et Commissaire divisionnaire honoraire, paru sur Boulevard Voltaire :

Police de proximité, l'enfumage

Gérard Collomb recommence à nous enfumer avec la police de proximité

Alors que la police de proximité promise par Emmanuel Macron lors de la campagne présidentielle devrait, selon une récente déclaration de Gérard Collomb, être mise en place « dès la fin de l’année », l’Union des policiers nationaux indépendants (UPNI), une organisation née du mouvement des policiers en colère et qui se dit asyndicale, vient d’inviter les policiers à envoyer des clichés mettant en lumière la dégradation des matériels et des conditions de travail. Ainsi, un album-photos devrait être réalisé et publié à l’occasion d’une grande manifestation nationale de soutien à la police prévue pour le 16 septembre prochain. Mais d’ores et déjà, quelques images ont filtré. Et l’on y voit des véhicules qui affichent plus de 300.000 km au compteur, des urinoirs bouchés, des portes rafistolées avec du carton ou encore des commissariats fermés pour cause d’infestation. Finalement, rien que de bien banal pour les policiers habitués à travailler dans ces conditions déplorables. Mais qui devrait révéler aux Français combien les pouvoirs « de droite et de gauche » qui se sont succédé au cours des dernières décennies ont laissé dériver et péricliter l’institution en charge de leur sécurité quotidienne.

 

C’est donc dans ce contexte, particulièrement honteux pour ceux qui nous gouvernent, qu’est annoncée la prochaine résurrection de la « polprox ». Une police, qui selon le candidat Macron, devait « construire avec les élus de terrain, avec la population et l’ensemble des acteurs, les solutions de sécurité ». Mais comme de juste avec ce gouvernement, le ministre de l’Intérieur, lors de son interview au Figaro ce mercredi 16 août, n’a pas précisé les effectifs qui seront dévolus à cette nouvelle « police de la sécurité du quotidien ». Ni, bien entendu, le budget qui lui sera alloué. En revanche, ce que les policiers savent déjà, c’est qu’ils seront dans l’obligation de faire 526 millions d’économies supplémentaires dans le prochain budget !

C’est donc bien à une nouvelle et vaste opération d’enfumage que vont pouvoir assister les Français. Car alors même que la maison police prend l’eau de toute part, que les personnels n’ont jamais été aussi sollicités et que les conditions de travail se dégradent à vue d’œil, l’exécutif, aussi ignorant de la chose policière qu’il l’est de la chose militaire, s’apprête à mettre en place une énième réforme de la police qui sera aussi vouée à l’échec que les précédentes.

Pour les policiers – qui en ont vu d’autres -, le scénario est déjà connu. Quelques récupérations d’effectifs ici et là, pour constituer de « nouvelles unités » qui seront habilement présentées à la presse comme telles. Quelques manipulations budgétaires, qui verront de nombreux services délestés au profit de la « nouvelle usine à gaz policière » gouvernementale. Et surtout une belle campagne publicitaire qui vantera l’action inflexible et déterminée du couple Macron-Collomb alors que, pendant ce temps-là, la délinquance ne cessera de pourrir la vie de nos concitoyens. Quant aux chiffres de la criminalité et de la délinquance, soyons sans crainte, ils seront savamment mixés pour que la réussite de la « polprox » made in Macron soit, au moins en apparence, un succès.

Malheureusement, la police nationale n’a pas à sa tête un Général de Villiers. Tout au plus dispose-t-elle d’un préfet, plus soucieux de sa carrière que de l’avenir de l’institution qu’il a pourtant l’honneur de diriger. Ce sont donc des policiers anonymes qui, au péril de leur avenir professionnel, se chargent de tirer la sonnette l’alarme. Il y a pourtant peu de chance qu’avec quelques photos ils soient entendus.

Olivier Damien pour Boulevard Voltaire







5 Réponses à “Police de proximité : l’enfumage !”

  1. Christian 54 dit:

    Une fois de plus, Jupiterminus ne rechiigne pas à se montrer lamentable. L’état de la police est exécrable, tant sur le plan du moral que sur le plan matériel. Que Colomb, qui a autant de tonus qu’un moine thibetain sous prozac ose proposer une police de proximité est scandaleux. Vu l’état dans lequel tous les présidents ont laissé sombrer la police, fournir aux racailles de banlieues des jouets pour se faire la main tourne à l’ignoble.

    Ce pays craint de plus en plus…

  2. police de proximité
    qu’est ce qu’ils vont se prendre dans la tronche les policiers
    en 10 ans la détestation policière est devenue une haine viscérale pour les habitants des banlieues, à moins d’y envoyer leurs semblables qui fermeront les yeux et seront prêts à jouer au foot
    Dans les commissariats du 93 les policiers nouvelles recrues ressemblent comme deux gouttes d’eau à la population des cités ce doit être pour ça que la barbe est autorisée

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *