Pour en finir avec la société de délation

Publié par le 6 Juil, 2017 dans Blog | 12 commentaires

Pour en finir avec la société de délation

Voici l’édito de François d’Orcival, membre de l’Institut, et président du Comité éditorial de Valeurs actuelles, un texte publié dans le dernier numéro de son magazine.

L’auteur y dénonce les donneurs de leçons, les incendiaires qui crient au feu, les arroseurs arrosés comme François Bayrou et ses emplois fictifs.

Il pointe les viols constants du secret de l’instruction et le déni de la présomption d’innocence.

Il place les observateurs qui hurlent à la « jupiterisation » d’Emmanuel Macron, devant leurs responsabilités …

Celle de l’avoir fait élire !

Les mêmes qui criaient hier à la honte au nom de la morale, crient aujourd’hui au régime autoritaire. Mais ce sont eux qui l’ont fabriqué …

Ah oui, finissons-en ! Finissons-en, comme le demandait le président de la République devant le congrès du Parlement réuni à Versailles, avec la société de délation, les faux procès et les procès d’intention, le soupçon généralisé, la recherche incessante du scandale, le viol permanent de la présomption d’innocence, la chasse à l’homme et les réputations détruites. Certes, oui.

Mais de quoi la double élection qui a porté Emmanuel Macron et sa majorité au pouvoir est-elle la fille ? De cette société de délation, de ces « révélations » qui se sont étalées pendant trois mois, jour après jour, dans les journaux, répétées et commentées de quart d’heure en quart d’heure sur les plateaux de l’information continue, amplifiées, déformées, par la chaine interminable des réseaux sociaux, dont le seul but était la destruction d’un homme et d’un seul, celui qui était promis à cette élection.

D’où venaient donc ces prétendues pièces à conviction, ces procès-verbaux d’audition, dévorés par le moloch médiatique? Qui alimentait la machine en prononçant des sentences de mort ?

Tant qu’on ne le saura pas, le soupçon demeurera. Le tribunal populaire a ainsi condamné à tour de bras dans une sorte de frénésie haineuse. Et le peuple, épouvanté par un tel déferlement, a choisi de tout mettre dans le même sac, politiques et médias, sans faire le tri, pratiquant ce rejet général qu’on a appelé le « dégagisme » – ce 9 thermidor contemporain où les guillotineurs sont guillotinés, et d’où est sorti Emmanuel Macron, incarnation du renouveau.

Et voilà que l’on crie « assez! », « de la retenue s’il vous plait ! ». Est-ce une loi préparée par M. Bayrou, lui aussi accusateur public en son temps, écarté par ce qu’il désigne comme les forces obscures et les puissances d’argent, qui va soudain ramener la paix ? Allons ! Si l’on veut vraiment préserver la présomption d’innocence et le secret de l’instruction, il y a déjà des lois pour ça – que le parquet poursuive ceux qui font métier de la dénonciation anonyme, transformant la présomption d’innocence en présomption de culpabilité, et que l’on n’accorde pas un « statut » aux « lanceurs d’alerte » …

Quant aux mêmes qui criaient hier à la honte au nom de la morale, qu’ils ne crient pas aujourd’hui à la restauration de la monarchie, au pouvoir impérial, au régime autoritaire : ils l’ont fabriqué. Car la diète médiatique soigneusement mise en scène au sommet de l’État, la réincarnation de l’autorité jusqu’au symbole du portrait officiel du président, la mise au pas des assemblées parlementaires, la prochaine réduction du nombre des élus,

l’annonce d’un droit de pétition pour le citoyen (que Jean-Paul Delevoye, alors président du Conseil économique, social et environnemental, avait piétiné quand il s’agissait du mariage homosexuel),

tout cela n’est qu’une réplique provisoire et sans doute nécessaire aux abus de la délation jusqu’à l’overdose.

Remise d’une pétition de 700 0000 signatures demandant le réexamen de la loi Taubira. Cette pétition, sur ordre de Matignon, sera déclarée irrecevable, décision qui sera invalidée quelques mois plus tard par la Justice, mais trop tard.

Le retour de la confiance ne sera pas le produit de la loi, mais de l’action. Lorsqu’elle fut reçue sous la Coupole, le 18 mars 2010, Simone Veil, à qui la nation devait rendre l’hommage qui lui était dû ce mercredi aux Invalides, traça le portrait de son prédécesseur, Pierre Messmer, en rappelant quelques bonnes vieilles vérités. « Un devoir ingrat incombe à l’homme politique, disait-elle. Quand il accepte un mandat ou une mission, sa personne et ses sentiments doivent s’effacer. Il se doit de définir et d’appliquer la politique la plus conforme à l’intérét général. Une part de la grandeur de ce métier est là. Cela s’appelle le courage. Un homme politique ne doit pas chercher à plaire, mais à agir. » Des vérités à méditer cette semaine, après les discours d’Emmanuel Macron, à Versailles, et de son Premier ministre, Édouard Philippe, au Palais-Bourbon.

François d’Orcival pour Valeurs actuelles.

Note du blogueur : j’ajouterai à tout ceci que nous, à droite, avons l’impression que la délation et les viols du secret de l’instruction ont une curieuse tendance à ne frapper que les hommes politiques de droite. Les assistants parlementaires n’ont-ils vraiment été recrutés que dans les familles des élus de droite (François Fillon et Marine Le Pen) ? Pour Richard Ferrand, on notera que la presse en parle … mais seulement après la présidentielle, quant à l’enquête sur l’évanouissement du patrimoine de Macron …

Circulez ! Y’a rien à voir !







 

12 Réponses à “Pour en finir avec la société de délation”

  1. Christian 54 dit:

    Et les enquêtes sur Bayrou et de Sarnez, et tous les lièvres levés, mais à posteriori bien sûr, par le Canard et mediapart ? Et tous les journalistes rampants devant le pouvoir ?
    Par contre, Fillon, on n’en parle plus. Il est vrai que le but a été atteint.
    Qu’il est doux de vivre dans une république honnête et apaisée !

  2. Si si Fillon on en parle encore. Ses enfants sont désormais témoins assistés dans l’affaire, et un républicain Georges Fenech sort un livre aujourd’hui concernant cette affaire pour salir davantage le candidat, pour l’enterrer définitivement au cas où il lui prendrait l’envie de refaire surface…..

  3. bayrou, comme le reste a été protégé pendant la presidentielle, sauf ceux de droite…

    Les combines ont fonctionnés, plus la peine de faire une justice fracassante sur F Fillon.

    Quans au reste, au sujet de la diete mediatique, le pouvoir arrange ces affaires comme il peut.

  4. jacques boudet dit:

    CUI PRODEST

    Dès l’Antiquité, quelques fussent les régimes, les juges furent farouchement indépendants. Scribe, tabellion, juriste, dès lors qu’ils prêtent serment et sont installés JUGES, jouissent de dons extraordinaires :
    Préscience, prémonition, double vue, divination, sagesse, intrépidité, courage, sens du vent, ligne du parti, probité, infaillibilité et irresponsabilité.

    Napoléon Ier osa : « je ne sais plus corrompu qu’un juge »

    Fi donc !

  5. Fenech a eu sa leçon je suis certain que les républicains ne lui ont pas pardonné son erreur en accablant encore un peu plus Fillon. Il est responsable de sa propre défaite à mon avis, en ce qui concerne Fillon nous connaitrons peut-être un jour ce que les macronnistes au pouvoir oseront révéler.
    J’ai lu que Fillon allait sortir un livre, ceux qui sont responsables de l’acharnement médiatique sont aujourd’hui mis au placard, le Macron de service s’en est chargé.

    Je suis encore triste, et j’ai du mal à me remettre, je boude tjs les chaines BFM et autres. C’est à vomir, je viens de lire valeurs actuelles et un autre traitre tout sourire Lemaire, est déjà pris au piège, les promesses de supprimer la taxe d’habitation en même temps que le relèvement de la CSG font déjà défaut. Pas de nouvelles taxes pas de hausses d’impôts, Macron est bien la copie conforme de Hollande simplement en plus jeune, j’ajoute encore les 11 vaccins obligatoires, l’ascenseur en retour, pour ceux qui ont contribué à la victoire et ont financé sa campagne. La santé des français rien à foutre. Comme il le dit dans une vidéo ; dans une gare on croise des gens qui réussissent et
    DES GENS QUI NE SONT RIEN
    EXPLOSIF : MACRON SUR LES FRANÇAIS Y A CEUX QUI
    REUSSISSENT ET CEUX QUI SONT RIEN
    https://www.youtube.com/watch?v=X1qt-IyhdYc

  6. a écouter impérativement sur la fin affaire des costumes

    http://www.francetvinfo.fr/politique/ump/la-guerre-fillon-sarkozy/video-francafrique-costumes-de-fillon-robert-bourgi-se-met-a-table-dans-complement-d-enquete_2271919.html

    Il offre des costumes à Fillon… puis « appuie sur la gâchette »
    Robert Bourgi a refait parler de lui en offrant des costumes à 10 000 euros à François Fillon… et surtout en le révélant. Une des affaires qui ont coûté l’élection présidentielle à son (ancien) ami. « J’ai appuyé sur la gâchette », confesse-t-il d’un ton matois, après une ou deux confidences assassines sur un petit déjeuner au Ritz où le candidat républicain le convie avant les primaires de la droite (« Il aime bien ces petits endroits assez chics » ; « Bien entendu, c’est moi qui ai réglé. Je ne l’ai jamais vu régler une note »). Et Nicolas Sarkozy (un autre des amis de Bourgi) dans cette histoire ? « Il [François Fillon] a été ignoble avec lui. Qui touche à Sarkozy me touche », dit Robert Bourgi. Qui a donc décidé de « [se] payer » François Fillon…
    Une interview diffusée le 6 juillet 2017 dans « Complément d’enquête » après un hors-série sur « Le clan Bongo : une histoire française ».

    • Oh la la ! Toutes ces magouilles !

      J’ai le sentiment de revenir des siècles en arrière sous les royautés. « Tu me gènes et hop ! Un petit coup derrière la nuque dans une ruelle sombre sans témoin. »

      Et voilà. Ni vu ni connu. Sauf que l’imbécile de service bourgi se vend tout seul. Quel cretin !!!!!! Et le pauvre naïf Fillon a enfilé les costumes…… toutes sortes de costumes

      • ce qui me choque dans le discours de Bourgi, il dit qu’il n’attendait rien en retour de Fillon,alors question :
        Pourquoi lui faire un coup foireux
        il dit également avoir opté pour les primaires pour Juppé jamais il n’aurait pensé que Fillon se retrouve sortant de la primaire de la droite, aurait-il chercher les faveurs peut-être promises de Juppé auprès de Fillon, une petite magouille pour pas changer et ce dernier l’aurait tout simplement envoyé bouler!
        La vengeance d’un véreux !!En contactant Sarkozy il a pris de ce dernier en otage.

  7. Que de magouille…

    A moins que tout ça ne soit encore que de la manipulation pour favoriser macron…

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *