Pour une droite plus forte

Publié par le 22 Nov, 2017 dans Blog | 1 commentaire

Pour une droite plus forte

Tous contre Wauquiez !

L’offensive médiatique se poursuit contre le favori le l’élection prochaine du président des Républicains.

Ce matin encore, Nicolas Domenach, sur RTL, s’est déchainé dans une chronique au vitriol contre Laurent Wauquiez. Il se gaussait du refus de ce dernier d’un débat télévisé entre les 3 candidats à l’élection.

Laurent Wauquiez sait très bien qu’il aura les deux autres candidats contre lui, ce qui est bien normal, mais surtout que les médias feront un compte rendu partisan du débat, ce qui l’est moins. L’acharnement des médias contre François Fillon reste encore douloureusement dans nos mémoires !

Dans cette convergence des attaques contre le tenant d’une droite affirmée et décomplexée – ce que les médias ne peuvent supporter – j’ai trouvé sur Boulevard Voltaire un billet de Michel Prade, qui va à contre-courant. Un billet par ailleurs très intéressant, que je vous soumets maintenant :

Pour une droite plus forte,
laissons une chance à Laurent Wauquiez

Crédit photo : Boulevard Voltaire

Son action à la tête de la région Auvergne-Rhône-Alpes
donne du sens à cette réflexion.

Michel Prade

L’enjeu de l’élection, concernant la présidence des Républicains, n’est pas de sélectionner le vainqueur d’une course à l’échalote – en l’occurrence la campagne électorale – où le plus à droite l’emporterait. Il est plutôt de faire ressortir celui qui aura la force de créer une dynamique, un élan susceptible d’entraîner une majorité de Français sur un projet de redressement de notre pays.

Une droite plus forte, cela ne signifie pas que son leader ait le curseur idéologique de son discours le plus à droite possible, mais que son projet assume pleinement la rupture avec des années de socialisme.

Le futur patron des Républicains doit nous convaincre d’une espérance pour demain, nous rendre plus forts, plus courageux, pour lutter contre les idéologies qui ont mis notre pays à plat.

« N’ayez pas peur » devrait être le message fondateur.

Mitterrand confiait que, lors de dîners officiels dans feu l’URSS, à la veille de son implosion, les dirigeants communistes ne se cachaient guère pour faire le procès du système en place. En France, nous sommes aujourd’hui très près de la fin de l’ère post-1968, et en coulisses les langues se délient.

Notre ami Pascal Célérier a raison de comparer Macron à Gorbatchev. Le président de la République française sera probablement le dernier président « socialiste ». Ses réformes cosmétiques et son inféodation à des conseillers, gardiens du temple de l’idéologie soixante-huitarde, n’offrent pour seule alternative crédible qu’un changement de cap réel.

Pour le moment, nous sommes totalement sous l’emprise des médias visibles. Ils sont les cerbères du domaine de la pensée unique qui entrave durement le débat démocratique. Et le lucide combat d’Emmanuelle Duverger, dénonçant le scandale des aides publiques à la presse, nous ouvre les yeux sur les raisons qui empêchent l’émergence d’une information libre et indépendante.

Comme le soulignait Laurent Obertone dans son livre La France Orange mécanique,

les plateaux télévisés, lors des émissions politiques, se résument à un parterre composé de socialistes, crypto-socialistes, et de personnes appartenant à la fausse droite.

Il y a quelquefois un invité conservateur bon teint. Mais celui-ci devient inaudible, tant le déséquilibre est important. Et il est rapidement mis en difficulté par un animateur partial.

Tout ce système est pratique pour flinguer la candidature du favori pour la présidence des Républicains. Répéter à longueur d’émission que Laurent Wauquiez est dans l’antichambre de l’extrême droite, qu’il n’a pas la capacité à rassembler sa famille politique est un service rendu à la fausse droite pour l’encourager à plomber l’élan du président de la région Auvergne-Rhône-Alpes dans son désir d’unifier sur la base du bon sens, et une obstruction à l’élargissement de sa base électorale.

Mais bon sang de bonsoir ! Ne plus vouloir d’une Europe technocratique, de ce « machin » qui uniformise de Madrid à Stockholm, n’a rien d’anti-européen.

Contrôler, avec le plus de rigueur possible, combien de migrants nous pouvons recevoir, et définir qui nous ne voulons pas, n’est pas contraire à l’esprit d’hospitalité. C’est du bon sens.

Bref, être de droite ne conduit pas à la « peste brune ».

Être plus forts, plus courageux individuellement pour combattre les maux qui rongent notre société depuis des décennies donne du sens à l’idée d’homme providentiel. Si nous comptons régler nos problèmes collectifs, en commentant les infos télévisées assis confortablement sur le canapé de notre salon, alors aucun homme politique ne pourra conduire notre pays sur le chemin du redressement. Seule une droite plus forte de l’énergie et de l’engagement des hommes qui la composent peut remettre la France sur les rails.

Laissons à Laurent Wauquiez une chance de nous prouver qu’il peut nous servir de guide et entraîner au-delà de la droite forte. Son action à la tête de la région Auvergne-Rhône-Alpes donne du sens à cette réflexion.

Michel Prade pour Boulevard Voltaire

Quelques autres articles publiés par Michel Prade sur Boulevard Voltaire :






Une réponse à “Pour une droite plus forte”

  1. L Wauquiez ne doit pas faire un debat :

    les plateaux télévisés, lors des émissions politiques, se résument à un parterre composé de socialistes, crypto-socialistes, et de personnes appartenant à la fausse droite.

    Je confirme aussi et affirme!

    Etre de droite c’est user du bon sens comme l’on fait la droite des années 60 70, et contriarement a ce que nous ressasse les medias gochiste, ce n’est pas etre de l’extreme droite, mais user des prerogative un etat de droit.

Trackbacks/Pingbacks

  1. Wauquiez : assumer l’idéal d’une République forte | A droite fièrement ! - […] faire suite à mon précédent article : « Pour une droite plus forte« , voici la lettre que Laurent Wauquiez vient…

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *