Quand la justice se substitue à la démocratie

Publié par le 14 Mar, 2020 dans Blog | 3 commentaires

Quand la justice se substitue à la démocratie

Les médias ont passé par pertes et profits les conditions scandaleuses dans lesquelles l’instruction contre François Fillon a été menée.

Plus personne ne parle du vol de l’élection présidentielle de 2017 au détriment du peuple de droite.

Ne compte aujourd’hui que l’homme coupable qu’il convient de sanctionner ! Et le plus sévèrement possible !

Les médias jugent, certes, les réquisitions du procureur très sévères mais ne font plus aucun cas de l’instruction à charge.

Pourtant, des faits accablants sont là :

  • Jamais une enquête n’avait été déclenchée seulement quelques heures après une révélation dans la presse !
  • Le Parquet national financier n’est compétent que pour des enquêtes financières complexes. Un emploi fictif d’assistant parlementaire ne relève d’aucune complexité !
  • Jamais une instruction n’avait été réalisée en si peu de temps et n’avait débouché aussi vite sur une mise en examen !
  • Jamais, pendant la V ème République, la justice n’avait traité d’affaires politiques en période électorale !

Quatre raisons donc de douter des motivations réelles du Parquet national financier (PNF) qui, rappelons le, est sous l’autorité du Garde des Sceaux, lui-même sous celle du président de la République, François Hollande à l’époque, adversaire politique de François Fillon pour la présidentielle.

Mais même si l’on admet que le PNF pouvait se saisir de l’affaire Fillon, comment peut-on expliquer qu’il ne l’ait pas fait pour d’autres affaires mettant en cause des proches du pouvoir macronien ?

  • L’affaire Richard Ferrand, pour prise illégal d’intérêts à propos des Mutuelles du Mans,
  • L’affaire Muriel Pénicaud avec la signature d’un marché public douteux sans appel d’offre,
  • L’affaire François Bayrou pour détournement de fonds européens au profit de son parti,
  • L’affaire Emmanuel Macron, dans laquelle 3 millions d’euros gagnés lors de son passage à la banque Rorschild ont mystérieusement disparu de sa déclaration de patrimoine en 2017 …

Quatre nouvelles raisons qui mettent en doute l’indépendante du PNF !

Voici ce qu’en pense Elisabeth Lévy au micro de Sud Radio :

“Le Parquet national financier a regardé ailleurs pour Ferrand et Pénicaud !”

Merci de tweeter cet article :





3 Réponses à “Quand la justice se substitue à la démocratie”

  1. Nous assistons a une derive des pouvoir de la « justice ».

    Pour ultra simplifier:
    Les demonstrations faites par celle ci,
    demontre aussi un calendier qui suit les elections :
    presidentielles, d’abord, puis municipales,
    ensuite viendra a nouveau un nouveau jugement sur N Sarkozy, qui durera suffisamment longtemps, avec l’aide des merdias, pour amoindrir les chances pour LR.

    Bref pour simplifier, et eviter de jouer les candides ou les idiots, dans ces affaires,
    il est clair qu’une strategie bien etablie, de type « bien pensance ( de goche), ou seulement de goche, est en marche.

    Point n’est besoin de s’appeler Einstein pour deviner les strategies utilisés par la « justice » et des medias…

    Une derive existe depuis fort lontemps,
    deja en 1995 ( et avant), pour une meme affaire, la droite est toujours condamné plus severement que la goche…
    Le profil avancé : la droite c’est les mechants, et la goche les gentils, on simplifie pour les cretins et les candides.

    Le deux poids deux mesure, qui est plus que visible depuis des années dans differentes affaires : politiques ou non politiques, demontre une veritable derive de la « justice », qui se perd dans une ideologie, et s’eloigne des lois et de la democratie pour substituer les siennes, quand leurs besoins s’en fait sentir.

  2. N’oublions pas que ce sont les pourris du système qui décident des nominations, de même en justice, et de modifier les lois pour qu’elles les aident à le réaliser à leur avantage. C’est pourquoi l’indépendance de la justice n’a jamais été qu’une foutaise, et explique pourquoi elle favorise la bien pensance et pratique le deux poids deux mesure et cela ne fera qu’empirer…

  3. Le seul talent de François Hollande, président nul et ridicule : son génie pour barboter dans le marigot politique et son pouvoir de nuisance en créant ce parquet national financier, juridiction d’exception à la botte du pouvoir politique…
    Minable homme d’Etat( jamais la moindre fonction ministérielle exercée), compétent seulement pour diriger un conseil général, et encore, pour en faire le département le plus endetté de France.

Trackbacks/Pingbacks

  1. Madame, vous êtes la honte de la République ! | A droite fièrement ! - […] Quand la justice se substitue à la démocratie […]

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *