Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

Publié par le 31 Mar, 2020 dans Blog | 3 commentaires

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

Le magazine web Atlantico, un des pionniers de la presse de ré-information, publie cette semaine une tribune signée Marion Maréchal.

Certains (ou plutôt certaines …) me trouveront peut-être macho (alors que pas du tout !), mais à chaque intervention de Marion Maréchal, je suis étonné et admiratif par la maturité politique de cette très jeune femme. Beaucoup de ténors des Républicains pourraient en prendre de la graine !

Elle  propose une réflexion sur la crise que nous vivons, s’interroge sur la faillite de l’Etat et sur celle de l’Europe. J’ai beaucoup apprécié son chapitre intitulé «  Allo l’Union européenne ?  »

Voici le début de cette longue tribune dont vous pourrez lire la suite sur Atlantico :

Depuis mon lieu de confinement, j’observe avec attention et inquiétude ce que cette crise du coronavirus révèle de l’état de notre pays. Occultant totalement la pression migratoire aux portes de la Grèce ou le débat sur les retraites, cette pandémie ébranle nos certitudes et met en lumière nos multiples faiblesses. Au-delà des mesures immédiates qu’imposent l’extinction de cet incendie sanitaire, il sera aussi temps de nous pencher sur les solutions structurelles qui devront suivre ce drame.

La France, le jour d’aprés

J’assiste, heure après heure, au défilé des experts, politiciens, journalistes sur les plateaux de télévision.

Je les entends constater et déplorer la désindustrialisation de la France devenue incapable de produire des masques et des respirateurs sur son territoire. La menace de dizaines de milliers de morts leur ouvre enfin les yeux sur les vertus de l’indépendance nationale. Cet objectif politique, recherché par toute grande nation, n’est pas un simple slogan réactionnaire mais la liberté de ne pas être soumis au bon vouloir de pays étrangers pour sa survie. La France, sixième puissance mondiale, se voit contrainte de quémander l’aide de la Chine pour recevoir en urgence 1 million de masques. Que serait-il advenu de cette précieuse livraison si les chinois n’étaient pas parvenues à endiguer l’épidémie sur leur sol ?

Gouverner c’est prévoir. Exercer le pouvoir, c’est anticiper dans sa globalité et non se contenter d’appliquer à la lettre, et en dernière minute, les préconisations «  des scientifiques », pour reprendre un élément de langage inlassablement déroulé par nos ministres depuis plusieurs jours. L’Elysée n’est pas l’académie des sciences, pas plus qu’il ne devrait être une chambre de commerce. Nos gouvernants apprennent, à leur dépend, ce qu’est l’action politique, la vraie. Eux qui espéraient que l’économie, ouverte de préférence, puisse pacifiquement régenter le monde et organiser les sociétés redécouvrent que c’est la décision humaine et non les flux livrés à eux-mêmes qui font l’Histoire et le devenir d’une Nation.

Je les écoute s’inquiéter du risque de pénurie de médicaments, feignant de découvrir que la mondialisation économique a entrainé la délocalisation de nombreuses activités stratégiques, pour ne pas dire vitales, à l’étranger. Les mêmes qui, jusqu’alors, préconisaient une économie de service et à « haute valeur ajoutée » comme seule solution compétitive, saisissent enfin que l’agriculture, la santé, l’énergie, la défense sont autant de secteurs que nous devons maitriser dans un monde en tension et aux ressources finies.

La nécessité de relocaliser des pans essentiels de l’économie prend à ce jour une acuité particulière. Mais cela implique de tourner la page du logiciel économique de l’OMC des années 90 consciencieusement appliqué par l’UE et scolairement ingéré à l’ENA dont Emmanuel Macron est le pur produit.

Je les vois s’indigner de l’augmentation soudaine du prix du gel hydroalcoolique et des masques. Encore un effort, et ils découvriront le principe du capitalisme dans une société où l’individualisme est devenue la norme. Cet individualisme qu’ils chérissent tant, eux qui ont rejeté toute morale commune, toute transcendance, eux qui ont érigé le désir et la liberté individuelle comme fondation de la démocratie libérale et qui ont minutieusement détruit la matrice nationale, vecteur naturel de fraternité.

Alors que les commentaires ne tarissent pas sur la « légèreté » des promeneurs parisiens face au danger de contagion, rares sont ceux qui dénoncent l’incivisme indécent de la population de nombreux quartiers tels que Barbès, Château Rouge ou la Chapelle où les règles de confinement sont allègrement bafouées. 10 % des amendes dressées mercredi dans le pays le furent en Seine-Saint-Denis, un triste record. Seuls les réseaux sociaux témoignent ,une fois de plus, de la désinvolture de ces territoires vis-à-vis des lois de la République et de la solidarité nationale.

Même le confinement ne parvient pas à éteindre les braises toujours chaudes des banlieues qui profitent de la situation pour organiser des pillages et des guet-apens contre des forces de l’ordre excédées. La menace sur la vie de nos concitoyens vulnérables ne suffit toujours pas à convaincre le gouvernement de faire preuve de force et d’intransigeance. Plusieurs témoignages de policiers font état d’ordres enjoignant de ne pas intervenir dans certains quartiers pour éviter tout embrasement. Il faut croire que l’exposition aux LBD est le triste privilège des Gilets jaunes. Ces zones de non droit mettent en péril l’ensemble de la population. Si nous sommes en guerre alors il ne devrait y avoir aucun scrupule à y généraliser le couvre-feu ou à faire intervenir l’armée en appui des forces de l’ordre.

Je regarde le Président singer le chef de guerre pour tenter vainement de se hisser à la hauteur des événements. Il n’en fallait pas moins après son incroyable décision du maintien des élections, sa sortie théâtrale et les déclarations de son ancienne, et rancunière, ministre de la santé.

Je le regarde m’enjoindre de me laver les mains et de ne pas céder aux sirènes du « repli nationaliste » pendant que tous nos voisins, eux, ferment leurs frontières un à un. La soupe sans-frontiériste devient particulièrement indigeste dans un tel moment.

A suivre : la faillite de l’Etat à lire sur Atlantico.fr.

Merci de tweeter cet article :





3 Réponses à “Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?”

  1. maria-miguel Bechet dit:

    Marion Maréchal, une Vraie Chance pour la France.

  2. Christian 54 dit:

    Excellent !

  3. Je butte sur des phrases comme « eux qui ont érigé le désir et la liberté individuelle comme fondation de la démocratie libérale » … je suis pantois ! on passe son temps à célébrer le vivrensemble, les valeurs communes, on nous tartine d’intérêt général pour justifier toutes les lois liberticides, c’est exactement le contraire !
    Que le « collectif » de MMLP ne soit pas celui de Macron ni celui de Mélenchon, je veux bien le croire, mais de là à hurler avec eux que tout ce qui nous arrive « c’est la faute au libéralisme », non !
    L’europe -sans majuscule, c’est voulu- de Giscard et Schmidt est purement technocratique, et sans légitimité populaire, oui. A une époque, le « marché unique » a nécessité quelques rares réformes d’inspiration libérale, mais parallèlement on a continué la PAC et les subventions tous azimuts, ce qui n’était pas exactement libéral.

    Alors bon, MMLP fait du Le Pen, version Jean Marie. C’est moins pire que Macron ou sa tante, sans plus !

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *