Qui osera privatiser le service public de l’audiovisuel ?

Publié par le 13 Oct, 2021 dans Blog | 0 commentaire

Qui osera privatiser le service public de l’audiovisuel ?

Seul Eric Zemmour aura le courage de délivrer le peuple de droite du financement de chaines de radio et de télévision qui roulent pour ses adversaires !!

Autre solution très « démocratique » : faire de France Inter, France 2 des chaines par abonnement type Canal+.

Ainsi, ce serait les gauchistes, et eux seuls, qui financeraient leurs chaines favorites !

On a pu vérifier très récemment que, très officiellement, Eric Zemmour était interdit d’antenne sur le service public !

« Il n’a pas le droit de venir ici ! »

s’est écrié Gilles Bornstein, journaliste pardon militant politique à France Info ! Voici un article de l’Observatoire du journalisme sur ce sujet :

Quand un journaliste vend la mèche : Éric Zemmour interdit d’antenne sur France Info et les chaînes publiques

Chacun sait que, à Radio France et à France Télévisions dans leurs différentes entités, règne une sorte de Pravda de coton, une ouate qui enrobe l’information, la dissimule parfois, lui dessine ses contours dans le sens libéral libertaire. Le tout dans des formules lénifiantes sur le respect de la liberté d’expression. Puis le rideau se déchire, dans un moment de fatigue ou de sincérité un journaliste de France Info déclare en direct qu’Éric Zemmour est interdit d’antenne.

Ian Brossat et Gilles Bornstein

Ian Brossat, physique de premier communiant est adjoint à la mairie de Paris et accessoirement apparatchik du parti communiste. La quarantaine androgyne, il est conseiller de Paris et depuis 2014, adjoint d’Anne Hidalgo, chargé du logement, de l’hébergement d’urgence et de la protection des réfugiés. Il est le porte-parole du PCF depuis 2018.

Avouons-le, nous ne connaissions pas l’aimable Gilles Bornstein, journaliste politique à France Info qui fût paraît-il rédacteur en chef de l’émission « Des paroles et des actes » sur France 2.

Bonjour Ian, bonjour Gilles

Or donc, l’aimable gilles invite, le jeudi 7 octobre 2021, le non moins aimable porte-parole du PCF pour un entretien. Rien que de plus normal, le PCF fait partie du jeu politique. Ian se plaint, il a comme des élancements, des douleurs dans le dos, la montée d’Éric Zemmour dans l’opinion lui donne des vapeurs. Il couine, c’est la faute aux médias qui invitent Zorro trop souvent.

Puis, il se reprend, « pas sur votre chaine » précise t-il, en effet il faut un microscope pour apercevoir les interventions de Z sur les antennes de Radio France.ou France Télévisions, Eperdu de reconnaissance, voulant marquer sa proximité, aller dans le sens de son interlocuteur, Gilles Bornstein perd la tête, sombre dans un moment de sincérité et confirme « Éric Zemmour n’a pas le droit de venir ici ». Bon c’est dit, faute avouée n’est pas forcément pardonnée mais au moins les choses sont claires.

Démenti sur démenti qui enfoncent encore plus Radio France

Éric Zemmour s’est indigné de cette exclusion demandant à l’intéressé ses titres pour l’interdire d’antenne sur une chaine financée par vos impôts. Maladroitement, petit Gilles pris les doigts dans le pot de confiture, est revenu sur ses propos, il s’était « mal exprimé » et confirme malgré tout « La direction de l’info de France télé a décidé de ne pas l’inviter tant qu’il n’est pas candidat. Bien sûr il sera invité comme les autres candidats s’il décide de se présenter ».

Laurent Guimier, directeur de l’information de France Télévisions, s’est pris lui aussi les pieds dans le tapis sur Twitter en aggravant le propos « En aucun cas Éric Zemmour et le courant de pensée qu’il représente ne sont interdits d’antenne à @FranceTele. Éric Zemmour sera bien évidemment invité dans nos rendez-vous politiques s’il se porte candidat à l’élection présidentielle ».

La messe est dite ; alors qu’Éric Zemmour est dans l’actualité au quotidien au sujet de son livre et qu’il est au centre des débats, il est bien interdit d’antenne sur France Télévisions qui s’arroge le droit de lui donner la parole – de lui mettre un bâillon en la circonstance – suivant son bon plaisir et au moment que la chaine publique choisira. Qui parle encore de démocratie ?

Dernière minute

Un obscur humoriste a twitté « booker le Bataclan pour la soirée du 13 novembre 2015, afin d’y organiser une soirée rencontre entre Éric Zemmour et son public ». En clair un appel au meurtre contre l’éditorialiste et ceux qui pourraient le soutenir. On attend que la XVIIe chambre s’autosaisisse sur le sujet. Devinette : combien de temps ? Un jour, un mois, un siècle ? Ou plus ?

L’Observatoire du journalisme.

Merci de tweeter cet article :





Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *