Réflexion pour la refondation de la droite

Publié par le 25 Sep, 2018 dans Blog | 5 commentaires

Réflexion pour la refondation de la droite

La Droite se meurt … La Droite est morte !

Les sympathisants de droite et à fortiori les militants ont de quoi être désespérés par le spectacle donné par la droite !

Après la magistrale claque électorale reçue en mai et juin 2017, on attendrait de la Droite des universités d’été, des ateliers pour traiter des grands problèmes de la droite, des idées, quoi !

Mais à la place on ne voit que division et gestion des ambitions personnelles.

J’avoue que je suis très déçu par Laurent Wauquiez en qui j’avais mis quelques espoirs, relativement modestes, il est vrai.

J’avais cru comprendre, il y a quelques semaines, que pour sauver l’unité du parti, il avait réduit ses ambitions pour l’Europe.  On en a la preuve avec l’annonce par Laurent Wauquiez de son choix pour la tête de liste aux élections européennes … Michel Barnier ! Un européisme pur et dur !

Je pronostique une bérézina pour les Républicains lors de ce scrutin dans lequel Marine Le Pen risque fort de ramasser la mise.

Puisqu’on ne peut faire confiance à la droite, il faut se tourner vers d’autres sources. Je vous propose un article de réflexion sur la droite publié sur le site de LIGNE ¦ DROITE, site dont j’ai parlé déjà à plusieurs reprises.

La droite nouvelle doit sortir du politiquement correct, miser sur les classes moyennes et voir le monde tel qu’il est !

Depuis leur élection, M. Macron et les membres de la Nouvelle Gauche qu’il incarne occupent tout le champ politique de la pensée unique. Dès lors, pour construire une alternative véritable, la droite doit sortir du politiquement correct et proposer un projet de rupture avec l’idéologie mondialiste, déconstructiviste et ultralibérale du Système. Elle doit de plus reconstituer sa base électorale en s’appuyant sur les classes moyennes et populaires. Il lui faut enfin porter une vision qui prenne en compte le monde multipolaire d’aujourd’hui.

Pour la première fois, le président est issu directement du Système et non d’un parti politique

La situation créée par l’élection de M. Macron est tout à fait nouvelle et marque un tournant dans l’histoire politique de notre pays. Un tournant qui était au demeurant prévisible car le Système, ayant assis sa domination sur la classe politique, il était en effet logique qu’il finisse par imposer comme président un homme qui ne vienne plus d’un parti mais qui soit directement issu de son sein et donc totalement acquis à sa cause. Tel est le cas de M. Macron, pur produit de l’oligarchie et entièrement dévoué à l’idéologie du Système. Aussi, avec ses amis, occupe-t-il la totalité de l’espace du politiquement correct, ce qui veut dire que toute position conforme à la pensée unique sera nécessairement perçue comme un ralliement à la politique de Macron. Une configuration nouvelle qui devrait contraindre les partis et plus particulièrement ceux de droite à une profonde mutation.

Macron et la Nouvelle Gauche monopolisent l’espace du politiquement correct

Les formations de droite se retrouvent en effet dans la situation de ne plus pouvoir s’opposer à Macron sans rompre avec la pensée unique. Ainsi, par exemple, les Républicains doivent-ils faire ce choix ou prendre le risque de disparaître purement et simplement. Dans le champ du politiquement correct à l’intérieur duquel ils ont toujours voulu se cantonner, il n’y a en effet plus d’espace pour eux puisque M. Macron l’occupe en totalité.
S’étant déjà alignée sur la pensée unique pour toutes les questions concernant l’identité et les valeurs, refusant d’encourir la diabolisation sur la question de l’immigration comme sur celle des réformes sociétales, la droite LR pouvait encore se distinguer sur la question économique avec des positions plus libérales que celles du parti socialiste. Mais Macron, en tirant les conséquences du ralliement de la gauche au mondialisme économique, occupe aussi le créneau de l’ultralibéralisme international. Dès lors, si elle reste politiquement correcte, la droite LR n’a plus rien à opposer à M. Macron.
Quant au FN, il doit lui aussi se préoccuper de ne pas céder à la tentation d’une respectabilité proche de la pensée unique qui le normaliserait et pourrait même le neutraliser.

Pour s’opposer, la droite nouvelle doit rompre avec la pensée unique

Pour retrouver un espace électoral, la droite doit donc se libérer du carcan politiquement correct et proposer une véritable alternative à la politique du Système. Une alternative qui cette fois ne peut pas être symbolique et factice comme avec Sarkozy en 2007. Elle doit se traduire par des prises de position tranchées sur quatre sujets clés.
La droite nouvelle doit notamment se prononcer pour la défense de notre identité et donc pour l’arrêt de toute nouvelle immigration. Sur la question des valeurs, elle doit être intransigeante et annoncer l’abrogation de la loi Taubira. Sur la question du mondialisme économique, elle doit préconiser une régulation des échanges aux frontières de l’Europe. Et, sur la question européenne, elle doit se faire le champion d’une nouvelle Union érigeant l’Europe en un pôle de puissance.

L’élection de Macron a provoqué des reclassements électoraux de grande importance

Il est par ailleurs essentiel pour une droite rénovée de faire les mêmes choix drastiques, s’agissant de sa base électorale. Car là aussi des reclassements importants se sont produits. Ainsi, par exemple, la droite LR, qui avait déjà perdu les couches populaires pour avoir refusé de prendre en compte les questions identitaires et qui avait déçu l’électorat conservateur en refusant de soutenir la Manif pour tous lors du débat sur le mariage homosexuel, vient maintenant de perdre une troisième catégorie d’électeurs, celle des Français attachés prioritairement au dynamisme économique.
Ceux qui, en phase avec la mondialisation économique, aspirent à créer, à innover, à entreprendre et à réussir économiquement, sont aujourd’hui séduits par Macron. Il en va de même de la grande bourgeoisie : très soucieuse de préserver ses biens et de valoriser son capital et fort peu concernée par la question de l’identité et des valeurs, elle s’est, elle aussi, ralliée à Macron qui défend les intérêts de la superclasse et de tous ceux qui en dépendent ou aspirent à en faire partie.
Force est alors de constater qu’aujourd’hui, la droite LR n’a plus de base électorale. Quant au FN, sa surenchère gauchisante pour tenter de séduire au second tour de l’élection présidentielle les électeurs de Mélenchon lui a fait perdre une fraction importante de son électorat potentiel.

La droite nouvelle doit reconstruire sa base électorale avec les classes moyennes et populaires

La droite nouvelle doit donc redéfinir entièrement sa base électorale. Pour cela, il lui faut tenir compte de la fragmentation de la France en trois grandes entités. L’oligarchie et les immigrés sont acquis au Système et soutiennent la Nouvelle Gauche de Macron. Mais la troisième composante de la société française, celle constituée des classes populaires et des classes moyennes et moyennes supérieures, est de son côté très réservée à l’égard du Système et très proche des idées d’une droite rénovée. Aussi est-ce en s’appuyant sur elle que la droite nouvelle devrait former sa nouvelle base électorale. Une base, qui, si elle se cristallise, représente encore dans notre pays une majorité de Français.

La droite nouvelle doit prendre en compte le monde tel qu’il est

Encore faut-il éviter l’erreur majeure qui consisterait à opposer à Macron un projet passéiste. Ce dernier, qui cherche à accélérer les processus mondialiste et déconstructeur actuellement en cours, prétend engager notre pays dans une voie d’avenir. Rien n’est plus faux mais, pour le contrer, il ne faut donc pas préconiser un retour au passé à la fois utopique et nostalgique comme l’a fait le Front national pendant la campagne présidentielle. En prônant, sur le plan économique et social comme sur la question européenne, le retour à la France des années cinquante, Marine Le Pen a conduit son parti à l’insuccès. Aussi la droite nouvelle doit-elle construire son projet pour l’avenir à partir des réalités du monde actuel. Elle doit apporter des réponses au choc des civilisations et à l’émergence sur la scène mondiale des grands pôles de puissance. Bref, tout en restant fidèle à ses valeurs, il lui faut proposer une vision nouvelle de la France et de l’Europe.

La droite nouvelle dispose d’un espace politique potentiellement considérable

Si donc la droite réagit, si elle prend en compte le monde tel qu’il est, si elle s’affranchit du politiquement correct et s’appuie sur les classes moyennes, elle peut espérer voir s’ouvrir devant elle un espace politique important. Car si M. Macron représente le Système dans son ensemble, sa légitimité repose cependant sur un électorat limité, comme le démontre d’ailleurs le score modeste qu’il a réalisé au premier tour de la présidentielle avec seulement 18 % des inscrits. Et, surtout, les idées de la droite nouvelle disposent d’une assise populaire considérable, qu’il s’agisse de la défense de notre identité et de nos valeurs ou encore de la contestation du mondialisme économique. Aussi, la droite nouvelle peut-elle devenir en quelques années une force politique capable de l’emporter lors des prochains scrutins nationaux.

La droite nouvelle est une nécessité qui reste à concrétiser

Reste à savoir qui incarnera cette force politique et électorale nouvelle. La logique aurait voulu que, les Républicains se trouvant dans une impasse, le FN incarne cette droite nouvelle et occupe tout l’espace politique ainsi libéré. Mais la stratégie qu’il a adoptée, le programme qui était le sien et la candidate qui le représentait ont rendu impossible ce basculement politique. Aujourd’hui, cependant, rien n’est joué. La droite nouvelle peut émerger d’une refondation du FN ou d’une rénovation de LR ou encore de l’apparition d’une force nouvelle créée de toutes pièces.

Une chose est sûre cependant, cette droite nouvelle est nécessaire. Elle correspond à l’attente secrète des Français et, une fois au pouvoir, elle pourrait réussir un redressement spectaculaire de la France et de l’Europe.

LIGNE ¦ DROITE






5 Réponses à “Réflexion pour la refondation de la droite”

  1. Toujours pas d’idée sur la composition du parti ligne droite…

    Ce parti ressemble à un mix Poisson/ Ménard, mâtiné Marion, avec quelques pincées de Gallou, et d’intellectuels de droite….

    Dès que sa composition sera connue, nul doute que la polémique sera énorme!

    Ceci dit leurs idées me conviennent.
    J’ai simplement  »peur » que la connaissance du nom des membres de ce groupe le désavantage

  2. DE plus, si les medias faisait leur travail, normalement, il inviterait plus souvent la droite, qui est soumise au silence, par les medias, sauf pour parler de sa decomposition, systeme deja employé x fois contre les opposant de la gogoche.

    Un autre exemple,
    quand un evenement, (inventé, imginaire ou reel) intervient, on cite la goche de melancon, et le FN, mais presque jamais la droite, afin de la faire disparaitre, et aussi donner le sentiment qu’elle n’existe ^presque pas…

    Cette tactique a deja ete employé x fois, je m’etonne, que cela ne soit pas mentionné,de plus, cela permet aux saligos, en desinformant graduellement le public, de caricaturer le LR, combien de fois ai je vu cette strategie…

    Meme si la droite redevient la droite elle n’aura pas plus d’antenne, parce que un moyen de la reduire simplement.

    • Vu a la TV pendant les incendies en France, un pompier etait interrogé pendant pres de 5 mn, tandis
      qu’ Eric Ciotti, a coté de celui ci a ete superbement ignoré,
      voila comment les « journalistes » et « medias » traitent la droite…
      La droite passe essentiellement a l’antenne que lorsque les medias peuvent les demolir, les rabaisser, ou les faire « tomber » aux yeux du public, strategie employé x fois, depuis J Chirac, et qui s’est developpé sous N Sarkozy…

      C’est depuis cette epoque que la droite s’est gochisée, pour exister, heureusement que N Sarkozy a su remettre quelques verités dans les debats,
      et a apprendre au totos de goches a utiliser un langage un peu plus realiste en leur imposant un langage qui touchaient les gens.

      Mais la droite en voulant exister a travers un langage de « bonne pensance » des medias ( = les cons de goche), a fait venir des personnes de « droites » croyant qu’etre social etait etre de droite…

      Tous ces reperes ont été modifié par le poids enorme des medias de goche dans la vie publique, et qui a modifié le champs politique depuis J Chirac.

      Si on veut que la droite reparte, il faut des medias de droite et NON des medias de goche seulement, ceux la ( qu’ils traitent en enemmi), ne respectent personne a droite, tandis que le FN ne leur sert que pour diaboliser tout debat qui tendrait a etre droitisé.

      On peut parler autant qu’on veut, mais la droite subit le handicap le plus serieux, pas de medias pour elle = pas d’existence du parti et de valorisation de ces idées,
      sinon valorisation de ce qui est negatif essentiellement comme d’habitude a travers des pseudos debats. Strategie x fois employées.

      Qu’on donne des medias pour la droite et elle repartira, sinon elle subira la pression de la « bien pensance »( = cons ) pour exister.

      • Ok, mais je vous annoncé qu’ils feront à nouveau les mêmes erreurs qu’auparavant, ils s’allieront avec LREM au final pour combattre RN en se regroupant dans le même parti Européiste comme précédemment avec les socialistes.

        Qu’ils paient leurs erreurs puisqu’ils ne peuvent s’empêcher de les re-commettre !!!

        • La strategie de la droite actuelle decoule de ce que j’ai ecrit.
          Elle se doit de clarifier son parti contenant deux type de personnes : la vraie droite ( peu nombreux), et les centristes, qui depuis J Chirac, qui a inflechi sa pensée, comme le RPR, ( pour exister), a laissé venir cette nouvelle droite ^plus compatible avec la pensée de goche.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *