Rokhaya Diallo, insupportable, provocatrice et racialiste

Publié par le 3 Août, 2020 dans Blog | 9 commentaires

Rokhaya Diallo, insupportable, provocatrice et racialiste

Habile et dangereuse !

A la manière d’un Tariq Ramadan, Rokhaya Diallo, bien plus qu’Assa Traoré qui ne sera qu’un feu de paille, doit être considérée comme une femme qui représente un réel danger pour la cohésion nationale.

Tout ceux qui prêchent, à l’envi, le vivrensemble devrait dénoncer son action militante comme celle de tous les indigénistes et racialiste de La France Insoumise.

Sa lettre ouverte parue dans Causeur est un modèle de provocation. Causeur montre son ouverture d’esprit en publiant une ennemie politique déclarée. Mais le magazine aurait au moins dû lui interdire l’utilisation de l’écriture inclusive qui nous agresse dès le titre :

Rokhaya Diallo: « Cher.e.s lectrices et lecteurs de Causeur… »

Privilège de ta race !

J’ai choisi de répondre à certaines des provocations de cette violente attaque contre les Blancs :

Le sous-titre pose le problème de la race dont la gauche tente de nous démontrer l’inexistence, depuis des décennies !

Dès le début, votre hypocrisie est présente :

Que les choses soient claires, je ne vous écris pas pour me rendre aimable à vos yeux.

Et vous enfoncez le clou un peu plus loin :

Je n’aspire aucunement à devenir la fameuse amie noire qu’invoquent les gens qui ont besoin de se rassurer.

Pas « chère » du tout Rokhaya, ne commencez pas votre lettre par chers lecteurs et lectrices puisque vous ne souhaitez pas être aimable avec nous ! Surtout pas de formule de politesse entre nous, certains pourraient y voir une forme de soumission d’une Noire devant des Blancs.

Vous ne répugnez pas à cracher dans la soupe !

Si aujourd’hui je suis dans une position sociale plutôt privilégiée, je n’ai pas vraiment les moyens d’oublier ma condition raciale, car il se trouve toujours une personne ou une situation pour me la rappeler.

Se penser en dehors de toute considération raciale (ou raciste) est un luxe dont ne disposent pas les personnes qui encourent vingt fois plus de risques d’être contrôlées par la police (les jeunes hommes perçus comme arabes ou noirs). Quand on se voit régulièrement rejeté.e dans la recherche d’un appartement, d’un logement ou de l’accès à un loisir du seul fait de sa couleur de peau ou de son patronyme, il est difficile de s’affranchir d’une lecture de la société tenant compte du racisme.

Oui, quand on voit votre parcours, on n’imagine pas beaucoup qu’on vous ait refuser un logement ou un crédit. Votre couleur de peau ne vous a pas empêchée de faire de brillantes études grâce à la bourse que l’état raciste vous a octroyée. Vous avez même pu intégrer une grande multinationale comme IBM malgré que vous ne bénéficiiez pas du privilège blanc.

Quant à vos compagnons d’ethnie, je reconnais sans peine que certains peuvent souffrir de préjugés, qui peuvent aller jusqu’à la discrimination. Mais êtes-vous sûr que ce soit dû juste à la couleur de leur peau ?

Concernant les contrôles au faciès que vous dénoncez sans toutefois oser le mot, vous allez adorer quand je vais citer Eric Zemmour qui a risqué une hypothèse en indiquant que les deux minorités que vous citez sont plus que largement représentées parmi les délinquants et les dealers de drogue. Je rappelle que pour cette déclaration Eric Zemmour n’a pas été condamné pour diffamation (les statistiques des origines des détenus lui donnant raison) mais pour incitation à la haine raciale. Comme dit le proverbe : toute vérité n’est pas bonne à dire au pays des progressistes !

Tout est de la faute des Blancs, les minorités étant irréprochables !

Le fait de refuser de s’intégrer à la société française, de vouloir vivre comme au bled ou plus au sud de l’Afrique, n’explique t-il pas en grande partie le rejet par certains français de ces minorités. L’islam vient également exacerber ce sentiment. Les signes extérieurs liés à cette religion, et notamment le port du voile pour les femmes sont, que vous le vouliez ou non, une provocation et signe le refus des musulmans que leurs femmes deviennent des Françaises à part entière donc libres de toute discrimination.

Pourquoi la communauté asiatique, même si elle vit beaucoup  entre elle, ne pose aucun problème en France. C’est d’ailleurs la preuve que la France peut admettre une certaine part de communautarisme. On peut quand même parler d’intégration pour cette communauté. L’absence de signes religieux dans l’espace public ainsi que le faible niveau de délinquance explique sûrement l’acceptation de la communauté asiatique qui ne semble pas souffrir du privilège blanc !

Pourquoi, madame Diallo, ne prenez-vous pas exemple, vous et vos congénères, sur cette communauté ?

Même les tampons hygiéniques seraient racistes !!!

Tout comme je pense être plus qualifiée qu’un homme cisgenre pour décrire la douleur et l’inconfort que peuvent provoquer les règles périodiques dans une société dont la priorité n’est manifestement pas d’accommoder les femmes, mais plutôt de leur vendre des produits « hygiéniques » dont la toxicité a pourtant été démontrée à maintes reprises.

Otez-moi d’un doute ? Les homosexuels ont-ils des règles périodiques ? Ce serait pousser leur « féminitude » bien loin ! Pourquoi un homme cisgenre serait-il moins qualifié qu’un membre de la communauté LGBT+ ?

Et puis, enfin, qu’attendez-vous, madame Diallo, pour créer une star-up pour développer le tampon hygiénique qui vous « accommoderait » le mieux ? Vous pourriez même le choisir de couleur noire, puisqu’un jour, sur twitter, vous vous étiez plainte de la couleur trop blanche des pansements, vous couvrant, ce jour-là, d’un ridicule achevé !

Le privilège blanc, selon Rokhaya Diallo …

Si une personne non blanche est discriminée du fait de sa couleur de peau, c’est qu’une personne blanche obtiendra le bien ou le service qui ne lui a pas été accordé. Et cette personne ne le saura probablement jamais. C’est pour cela que l’on parle de privilège blanc.

À conditions égales, il est évident que le fait d’être blanc est plus favorable dans quasiment toutes les circonstances quotidiennes. Et surtout quand on est blanc, on a le choix de ne pas penser à sa couleur de peau, car elle ne nuit jamais à son évolution sociale.

Et surtout quand on est blanc, on a le choix de ne pas penser à sa couleur de peau, car elle ne nuit jamais à son évolution sociale.

Bande de salopards de Blancs, quand vous louerez un appartement, flagellez-vous car vous l’avez pris à un Noir ! Si vous trouvez un job, c’est au prix d’un chômeur noir de plus !

On vous dit que tout vous « est plus favorable, dans toutes les circonstances quotidiennes » ! Ah bon ? Les noirs sont discriminées quotidiennement ? Quand ils prennent le bus ou le train ? Quand ils achètent une baguette ? Quand ils boivent un verre dans un bar ? Un véritable apartheid !

Pas assez de noirs à la télévision !

Nous vivons dans un pays qui, à travers les fictions produites sur les écrans et dans sa littérature, est incapable de se représenter tel qu’il est, et qui, quand il présente des visages non blancs, persiste trop souvent à les cantonner dans des récits relatifs à une réalité liée à la banlieue ou à la migration.

Une nouvelle fois, intégrez-vous à la société française et les fictions vous représenteront exactement comme les Blancs. Pourquoi les fictions vous montreraient-elles intégrés alors que vous ne l’êtes pas ou si peu ?

Je constate d’ailleurs que depuis quelques années, les séries télé, les minorités sont de plus en plus représentées, voire sur-représentées. Dans une série française, au bout d’une demi-heure, j’ai l’angoisse de l’homophobie qui monte si je n’ai pas encore vu le moindre couple de lesbiennes !

Pour terminer, Rokhaya Diallo nous assène le coup de grâce !

Si vous vous sentez personnellement attaqué.e.s à chaque fois que je dénonce les dysfonctionnements de mon pays, si vous avez l’impression que mes reproches vous visent en tant qu’individus, posez-vous les bonnes questions.

Autrement dit, si la lecture de l’article vous énerve, c’est bien que vous êtes coupable de racisme !

Et termine par une dernière provocation :

Oui, j’écris en écriture inclusive, désolée si ça vous pique les yeux, mais je crois qu’il est bon de savoir sortir de sa zone de confort. Disons que c’est pour votre bien.

Non seulement nous sommes tous racistes, homophobes, islamophobes, et misogyne, mais en plus nous n’avons même plus le droit de défendre notre belle langue française !

Je suis d’ailleurs bien coupable d’avoir accepté de lire cet article écrit dans un français non conforme et contraire aux recommandations de l’Académie française.

En conclusion

Je ne suis pas dupe ! Je suis tombé dans le piège tendu par Rokhaya Diallo ! « Si je vous me critiquez, c’est que vous êtes raciste ! » Mais j’y suis tombé volontairement pour démonter sa tactique de dénigrement de la société française.

« Habile et dangereuse ! » Je commençais cet article par ces qualificatifs. Rokhaya Diallo prouve son habileté dans toute la rhétorique de son article. Dangereuse, elle l’est par le message qu’elle envoie à toute la communauté noire :

Vous êtes des victimes ! Les Blancs en sont responsables !

Ce discours de victimisation qui poussent les Noirs à faire groupe contre les Blancs plutôt que de se prendre en main pour s’intégrer, est mortifère pour l’avenir.

Tous les ferments d’une guerre civile se mettent progressivement en place. Quand elle éclatera, Rokhaya Diallo,  la gauche et les progressistes en partageront la  lourde responsabilité.

Je terminerai par une simple question à Rokhaya Diallo :

Si la France est ce pays si raciste, si les Noirs sont à ce point ses victimes, pourquoi toute l’Afrique subsaharienne rêve d’y venir ?

Merci de tweeter cet article :





9 Réponses à “Rokhaya Diallo, insupportable, provocatrice et racialiste”

  1. Toute la communauté asiatique s’est integré et ne pose aucun problemes,
    sauf les noirs et les arabes… posez vous la question.

    • jacques boudet dit:

      SUPPRIMER toutes les subventions, aides, baux, dérogations, statut d’ « Utilité Publique »
      aux Milliers d’ASSOCIATIONS LUCRATIVES SANS BUT
      DISSOUDRE les comités, autorités, conseils, think thanks
      – en bon français cercles de réflexion – et al

      POGNON DE DINGUE Y A PLUS

      ARBEIT SCHNELL

  2. Si par le plus grand des hasards, il me venait à l’idée d’aller vivre dans un autre pays que le mien, par exemple au Sénégal ou en Iran, en Malaisie ou en Jamaïque, et si les autochtones me regardent de travers, la police m’arrête car je suis en short ou si je demande un whisky au bar avec des rondelles de saucisson, pourrais-je faire valoir que ce pays est raciste, demander à avoir une protection policière????
    Je suis désolée pour ceux qui veulent s’intégrer sans revendiquer de passe-droit, mais si la vie en France est trop dure pour une personne de couleur, rien ne l’empêche d’aller voir ailleurs si l’herbe est plus verte.
    Il existe des pays d’où on ne peut sortir, la France n’en fait pas partie!

  3. Je n’ai pas eu l’accès à son article dans Causeur mais j’ai récemment lu l’interview de la dame dans le Point. Ca m’a piqué et il faut se forcer un peu, mais la lecture fut instructive. C’est important de comprendre ce qui structure cette pensée pour être capable d’y apporter un contre-argumentaire.

    Déjà constater une chose : R. Diallo est une adversaire extrêmement dangereuse. Premièrement, elle est brillante. Cultivée, diplômée et formé à l’école américaine. Argumentation extrêmement bien construite.
    Deuxièmement, elle sait parfaitement quelles limites ne pas franchir. Son discours ne sera jamais franchement raciste anti-blanc, à la différence d’une H. Bouteldja qui l’affiche clairement. Par contre il légitimera les revendications ou autres actions beaucoup plus radicales voire violentes ou potentiellement insurrectionnelles de groupes s’en inspirant.
    C’est une « femme d’affaires » qui a construit un business identitaire qui est devenu très prospère. Elle maîtrise parfaitement les rouages du système qu’elle prétend combattre et dispose de puissants soutiens en son sein. Son objectif réel est probablement bien moins noble que la recherche d’une utopique égalité parfaite, et est plutôt à rechercher du côté du POUVOIR, de la gloire médiatique, et sûrement de l’argent. Et tant pis si cela contribue à fracturer la société pourvu que cela rapporte.

    Son discours a deux bases moins.
    La 1ère est défensive et délégitime toute critique de la part des groupes majoritaires. C’est le classique « seul les racisés sont légitimes à parler du racisme (et à le définir) ». « Seules les femmes » pour le sexisme, « seuls les homos », etc…
    Il nous appartient de réfuter en bloc cette thèse délétères. Si le vécu de personnes « victimes de » est essentiel pour arriver à comprendre et à penser ces phénomènes, il ne peut appartenir à un groupe en particulier de définir telle ou telle notion, car celle-ci sera immanquablement biaisée en la faveur dudit groupe. On perd alors toute notion d’universalité. La pensée humaine s’est construite en agrégeant des philosophies de tous les âges, de tous les lieux, de toutes les civilisations.
    Par ailleurs, c’est nier l’essence de la démocratie qui veut que chaque citoyen ait le même droit à faire-valoir son opinion, qu’il soit blanc/noir, homme/femme, jeune/vieux, riche/pauvre, surdiplômé/illettré,…

    Le deuxième pilier est cette notion de racisme systémique qui s’appuie sur ce fameux « privilège blanc ». Dans un pays ayant (heureusement) aboli / supprimé toute loi pouvant instaurer un système réellement raciste, et ayant au contraire adopté une batterie de lois réprimant le racisme ou tout ce qui s’en approche avec une définition de plus en plus large, il s’agit de montrer que même le blanc le plus antiraciste qui soit est un raciste en puissance qui s’ignore. Il est entaché de ce péché originel et jamais aucun acte de contrition ne sera à assez puissant pour s’en laver totalement. Il faudra s’effacer, céder la place indûment acquise, voire céder ses biens.

    (SUITE DEMAIN, il est tard 🙂

    • La spécificité de notre civilisation occidentale, c’est l’abolitionnisme. Toutes les grandes civilisations ont pratiqué l’esclavage, ont fait la guerre, ont à un moment envahi, pillé, détruit,… Toutefois, c’est à la seule qui a fait ce travail sur elle-même que l’on attaque sur ce plan. Sûrement son tort est-il d’avoir mieux réussi.
      Faute de pouvoir encore démontrer un racisme institutionnel on invente donc ce concept de privilège blanc et de racisme systémique.
      Au départ se trouve une assertion que l’on peut effectivement trouver juste, à savoir qu’il est de manière générale plus difficile pour une personne de couleur de réussir en France (en Occident) que pour une personne blanche de situation identique. Ceci du fait du racisme et de préjugés des autochtones, phénomène répandu il y a quelques décennies mais en forte régression depuis car les mentalités ont heureusement évolué. Mais aussi des structures et d’une société qui a été pensée par des blancs pour des blancs.
      Mais oui, que voulez-vous, on ne pouvait prévoir il y a 1 ou 2 siècles qu’un jour les descendants d’africains représenteraient 15% de la population (et plus encore). Tout évolue avec le temps pourvu que chacun y mette du sien (et les pansements noirs viendront avec, le marché y veillera dès qu’il y aura du profit à faire).
      De tout temps les minorités nouvellement arrivées ont eut plus de difficultés à s’insérer dans les sociétés d’accueil. C’était le cas des italiens ou polonais par exemple qui n’ont pas eu que de la bienveillance en face. Historiquement, ces communautés ont fourni un surcroît de travail, ont appris la langue et la culture, ont francisé leurs noms ou prénoms, et ont fini par trouver leur place malgré les obstacles. Ce n’est que récemment que lon a demandé à la société d’accueil de faire aussi des efforts.
      Il reste encore travail pour faire en sorte que par exemple, une jeune Bac+5 noire ait strictement les mêmes chances en sortie d’études que son homologue masculin blanc. Mais je suis persuadé que de ce côté on est sur la bonne voie et qu’on y sera bientôt.
      La grande impasse du discours de R. Diallo concerne l’aspect culturel et éducatif. Son discours essentialise. Si TOUS les noirs / « racisés » réussissent moins bien, c’est uniquement en raison de ce « racisme systémique ». Occultés les aspects culturels (largement démontrés par H.Lagrange par exemple) : société patriarcales, place du fils, … les aspects religieux, communautaires, l’influence des prêcheurs étrangers, des pays d’origine qui veulent garder la mainmise sur leurs diasporas. Tous ces facteurs majeurs qui expliquent la grande difficulté d’acculturation de ces populations. Refuse t’on aujourd’hui un poste un à un jeune des cités parce qu’il est noir/maghrébin (ce qui est inacceptable) ? Ou en réalité parce que celui-ci a tous les attributs d’une « racaille » ? Je suis persuadé que le 2e cas prédomine largement.0
      La France a dépensé des centaines de milliards pour l’éducation de ces quartiers. En vain, car toute politique d’assimilation est décrite par Mme Diallo et ses affidés comme étant elle-même d’essence raciste (une violence contre ces populations).
      La vraie violence contre ces gens, c’est justement de les laisser croupir dans la délinquance et l’insécurité. De considérer qu’ils doivent rester dans leur culture (que l’on n’a pas le droit de « piller » par ailleurs), de considérer qu’ils doivent rester africains envers et contre tout, car c’est justement leur refuser ce qui constituera leur passeport pour réussir en France et en Europe, dans notre société occidentale que beaucoup ont choisi justement parce que c’est l’Occident.
      Pour les autres, ce qui n’ont choisi que pour les allocs généreusement versées par les travailleurs, et n’ont aucune volonté d’adhérer à notre civilisation, ils n’ont rien à faire dans nos pays.

  4. Rokhaya Diallo victime de ses complexes, avant tout, et qui ne s’essaye pas de s’en sortir par elele meme, preferant culpabiliser les autres… comme la goche.

    La communauté asiatique ne repand pas ses idées extremistes radicalisées, en fait elle ne reclame rien,
    elle travaille, se responsabilise et reussis a s’integrer sans creer des problemes a la sosciété.

    Les asiatiques pourtant de couleur de peau jaune, et non blanche pour ceux qui ont ces lubies en permanence en tete,
    ne ressentent pas ces effets si curieux de personnes, si souvent en marge dans leur comportement, et qui desire, creer des separations dans la société, demandant aux autres de s’adapter a eux,
    tandis que ceux ci ne font apparemment aucun effort pour s’adapter a la société.

    Tout leur est dû, mais rien n’est dû aux autres s’il sont de couleur blanche…

    Dans un systeme de pensée comme la sienne,
    seul les complexes, les faiblesses, la deresponsabilitée se developpent… entrainant les utopîes les plus delirantes malgres qu’elles soit restructurée dans un format plus rationalisé pour faire passer son pseudo message.

    A l’entendre, tout les groupes de gens de couleurs ont le meme problemes avec les blancs…
    Les asiates prouvent tout le contraire…

    On en revient a des personnes qui rejettent leur responsabilitées sur les autres, comme la goche quand elle a des problemes.

    Un decomplexage, une reposabilitée plus assumée, transformerait la personne.

  5. Elle ne sent pas plus victime qu’une autre!

    Elle joue ce registre pour avoir la une et ainsi accéder a des postes qui rapportent un max…………

    • C’est tres possible, c’est du deja vu.

    • « Every great cause begins as a movement, becomes a business, and eventually degenerates into a racket. » Eric Hoffer
      (attention, faux ami. En anglais eventually se traduit par finalement)

      R. Diallo est au stade du business, et l’exploite de façon très rentable.
      Avec Assa Traoré, on passe au stade du racket.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *