Si on perd face à l’Uruguay, c’est Deschamps qui perd,
mais si jamais l’on gagne, c’est la victoire de la diversité !

Publié par le 5 Juil, 2018 dans Blog | 9 commentaires

Si on perd face à l’Uruguay, c’est Deschamps qui perd, mais si jamais l’on gagne, c’est la victoire de la diversité !

La machine est prête ! Elle se rôde encore …

Déjà quelques papiers à la gloire de N’Golo Konte, le « joueur aux 15 poumons », qui a préféré l’équipe de France à celle du Mali, son pays de naissance.

Mais c’est surtout Kylian Mbappé qui attire les regards et les éloges, largement mérités d’ailleurs ! Le fils d’un Camerounais et d’une Algérienne, un enfant qui jouait au foot à Bondy au milieu de ses copains banlieusards.

C’était Eric Zemmour qui parlait, ce matin, sur RTL. Il prédisait l’exploitation partisane qui sera faite, comme en 1998, d’une éventuelle victoire de la France en Coupe du monde.

La grande presse de gauche, le journal le Monde en tête, a les yeux de Chimène pour ce surdoué. Son talent exceptionnel n’est pas seul en cause ! Il est aussi, il est surtout un parfait produit de propagande au moment où les peuples d’Europe se révoltent électoralement contre les migrants, il ne pouvait pas mieux tomber ! Et ce n’est qu’un début !

Demain, si on perd face à l’Uruguay, ce sera la défaite de Deschamps !
Mais si l’on gagne, ce sera la victoire de la diversité !

Même chose si on bat le Brésil en demi-finale ! On n’imagine même pas une victoire !

Eric Zemmour

– Tous les commentateurs télé en extase,
– toute la presse de gauche en pâmoison,
– les associations antiracistes qui font chauffer la machine à communiquer,
– les ONG qui expliquent que leurs bateaux sont remplis de futurs vainqueurs de la Coupe du monde,
– et la grosse machine de com de l’Elysée qui rentrera dans cette danse endiablée,
– et même Alain Juppé ressortira du placard bordelais son identité heureuse !

L’occasion est trop belle, ils l’attendent depuis vingt ans !

En 98, on se souvient du délire autour de la France Black-Blanc-Beur. C’était la victoire, non de onze footballeurs, mais du modèle d’intégration à la française ! Qui « faisait passer Le Pen pour un con » selon le mot célèbre de Patrick Devedjian … Et faisant remonter Chirac dans les sondages, lui qui ne connaissait pourtant rien ou foot ! Qui réglait d’un coup de baguette magique tous les problèmes des banlieues, qui montrait avec éclat la réussite du vivrensemble !

Et puis, et puis, la bulle de propagande s’est dégonflée !

Et puis le réel a repris le dessus ! Des jeunes franco-algériens, nés en France, sifflaient et insultaient les joueurs français, surtout Zidane, qualifié de traitre, lors d’un match, en 2000, contre l’Algérie. Et puis les émeutes de banlieues en 2005, et puis l’équipe de France de 2010, qui ressemblait à un repère de caïds immatures, comme disait le ministre des sports de l’époque. Alors, les mêmes exaltés de 1998, rappelaient, avec componction, que ce n’était qu’un jeu, qu’ils n’étaient que des jeunes footballeurs, presque des enfants !

Ceux-là avaient oublié ou ignoré, tant leur science footballistique était récente et opportuniste, que déjà Raymond Kopa était fils de mineur polonais, que Michel Platini était fils d’Aldo, le Rital, et Zidane, fils de Kabyle algérien. Sans oublier Tiguana, le Malien ou Fernandez, l’Espagnol !

Le B-A-BA de tout amateur de football, qui, quelles que soient ses opinions politiques, quelles que soient ses convictions sur l’immigration, sera demain devant sa télé et hurlera sa joie, quand la France marquera un but, que ce soit par Mbappé ou par Grietzmann ou par un autre, qu’il soit blanc ou noir, Français de souche ou enfants d’immigré !

Il sera tellement heureux que la France gagne la Coupe du monde, même s’il doit subir, pendant plusieurs jours, les sarcasmes de la bien-pensance.

Pour la joie d’une victoire en Coupe du monde, le jeu en vaut la chandelle !

Eric Zemmour pour RTL.






9 Réponses à “Si on perd face à l’Uruguay, c’est Deschamps qui perd,
mais si jamais l’on gagne, c’est la victoire de la diversité !”

  1. Panem et circenses disaient déjà les Romains. Tant qu’il y a de la bouffe et des jeux, tout ira bien.

  2. Si la France élimine l’Uruguay(ce qui ne passera pas comme une lettre à la poste),si elle bat ensuite le Brésil-ce qui serait un authentique exploit!-,et si,enfin,elle devient championne du monde,je fêterai la victoire,tout seul, dans mon coin, in petto…

  3. Allez, vivement qu’on en finisse avec cette coupe du monde de Football,histoire que Macron retrouve des zéniths de popularité et que le multiculturalisme et la diversité soient chantés sur tous les tons…
    Ensuite,si le coeur vous en dit,vous pourrez toujours passer sur le service public et suivre une autre mascarade sportive: le Tour de France,où un dopé blanchi in extremis sera au départ pour le gagner…

  4. Pour moi ce n’est pas l’équipe de France,mais l’équipe d’Afrique. Mon souhait le plus cher est qu’elle perde.

  5. Le bien vivre ensemble qui a ete utilisé dans la propagande sous J Chirac, sera a nouveau celebré par ce gouvernement de zozo et des medias a leur botte.

    On aura pas fini t’entendre la message la goche a ce sujet.
    Et peut etre, d’apres la bien pensance, que les djihadiste deviendront des supporter de la france, si la France gagne… Qui sait, les cons ca osent tout.

  6. les ONG qui expliquent que leurs bateaux sont remplis de futurs vainqueurs de la Coupe du monde,

    Ah bon?
    je croyais que leurs bateaux étaient pleins de cadres , de cadres sup, médecins, d’ingénieurs, d’académiciens, de futurs prix Nobel…
    En tous les cas, c’est ce que nous affirmaient tous les médias (et nos politiques ) il y a encore peu de temps!

    Maintenant, que importe les résultats du foot (je ne regarde pas la télé et n’écoute pas la radio, je suis tranquille), puisque Cedric Herrou a gagné grâce au Conseil constitutionnel le droit de collaborer contre la Patrie !
    Les pétinistes -surtout ceux qui en font commerce et gagnent des sommes kolossales grâce à lui- ont encore de beaux jours devant eux

  7. Les grands connaisseurs du football, surtout les anciens champions ne mettront jamais les origines et qualités individuelles des joueurs avant le collectif du groupe.
    Didier Deschamps, garant du collectif et SÉLECTIONNEUR a déjà fait le tri pour écarter les jeteurs de troubles et autres individualistes qui accusent le coach de bâtir un groupe par rapport à leurs origines ou leur talent individuel.
    Il observe les qualités de chaque joueur, les affinités entre les individus et leur comportement par rapport au futur groupe et certaines fois, il préfère garder un joueur qui va améliorer la vie de groupe plutôt que de prendre le risque de faire exploser ce même groupe par un individualiste qui est pétri de talent.
    Qui regrette la non-selection de Benzema ?
    Qui sélectionnerai Rabiot après sa réaction par rapport à son statut de suppléant ?
    Pourquoi Deschamps à préféré garder Mendy blessé plutôt que de le remplacer par un réserviste au pied levé ?

    Décidément, pour le sport comme pour une nation, les qualités individuelles et les origines des individus ont bien moins d’importance que ce qu’ils veulent devenir en leur sein il faut s’y projeter, s’y insérer et se configurer pour atteindre le même objectif, la réussite du collectif.

    C’est pour cela que seuls les réfugiés doivent être protèger par ce statut, les autres, doivent passer par la sélection, on ne veut pas des footballeurs, des médecins, des ouvriers, des cueilleurs, des éboueurs, …
    On veut des individus qui vont s’insérer dans notre société, ils vont CONTRIBUER (contribuable) à la Nation, non y devenir des assistés, en marge de notre société ou dans des enclaves de non droit où le citoyen moyen ne fait plus parti du groupe.

    CELA S’APPELLE LES VALEURS, LES COMPÉTENCES ET SON SOUMISES AUX CRITÈRES DE SÉLECTION.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *