SNCF : pas d’accord, monsieur Zemmour !

Publié par le 17 Fév, 2018 dans Blog | 15 commentaires

SNCF : pas d’accord, monsieur Zemmour !

C’est la première fois que ça arrive
depuis 6 ans que je tiens ce blog !

Je ne suis pas d’accord avec Eric Zemmour !

Il faut dire qu’hier matin, dans un débat sur RTL, le mettant aux prises avec Alain Duhamel, Eric Zemmour a défendu … le monopole de la SNCF et aussi, en partie, le statut des cheminots !

Et là, j’ai vu rouge car je hais les monopoles.

Les monopoles en général, mais surtout les monopoles d’Etat. Les monopoles privés sont plus vulnérables et restent à la merci d’un concurrent qui viendra, grâce à des idées nouvelles ou une technologie nouvelle, les détrôner. Rappelons-nous, Nokia qui régnait en maitre sur le téléphone portable et qui a été renversé par Apple et son smartphone.

Les monopoles d’Etat sont beaucoup plus nocifs car ils s’appuient sur les lois et ils sont souvent noyautés par les syndicats qui en font des forteresses quasi-imprenables … Au moins, jusqu’à une période récente !

Mon ressentiment contre les monopoles datent de ma jeunesse et a pris corps contre les PTT devenus aujourd’hui France Telecom puis Orange. Je me souviens qu’étant adolescent, mes parents ont dû attendre des années pour avoir le téléphone. Monopole des PTT oblige !

Plus tard, alors « chef de famille », avec deux ados, j’avais dû, une ou deux fois, réunir un mini « conseil de famille » pour sensibiliser mon petit monde au montant exorbitant qu’avaient atteint nos factures de téléphone. Et à l’époque, il n’y avait ni portable ni connexion internet ! Dieu merci !

Et tout ça à cause du monopole des PTT ! Heureusement, certains gouvernements ont ouvert la porte à la concurrence et c’est grâce à des entreprises privées comme Free, puis SFR et Bouygues que nous bénéficions aujourd’hui de l’internet illimité pour 20 € par mois.

Bref, je suis assez remonté contre les monopoles et la SNCF en est le « fleuron » le plus calamiteux. C’est donc consterné que j’ai entendu Eric Zemmour rejeter la responsabilité de la crise actuelle de la SCNF … sur L’Europe !

Voici le propos d’Eric Zemmour :

Eric Zemmour

Ça fait 20 ans que la Commission européenne, par idéologie de la concurrence, a désagrégé le service public de la SNCF, et pas seulement de la SNCF, d’ailleurs, de l’énergie, etc … C’est à dire que, dans un système français qui reposait sur le monopole et sur le service public, avec ses avantages et ses inconvénients, la Commission européenne, par idéologie obsessionnelle de la concurrence, qu’elle met partout, a obligé les gouvernements, en particulier le gouvernement français, à faire de la concurrence, et c’est ça qui déstabilise, c’est ça le péché originel. Le problème du statut est accessoire par rapport à cette concurrence imposée par Bruxelles et qui nous oblige à prendre des décisions.

Dieu sait combien je peux critiquer sévèrement le fonctionnement de l’Europe. Je reconnais que la Commission européenne a poussé les règles de la concurrence souvent trop loin en condamnant certaines entreprises françaises. Je pense à Péchiney, que l’Europe avait empêché de fusionner avec une autre société, ce qui entraina, quelques années plus tard, le démantèlement de ce fleuron de l’aluminium français.

Mais concernant la SNCF, j’estime que l’Europe a exercé une influence positive sur le problème qu’elle représente pour la France.

D’ailleurs, Alain Duhamel a justement fait remarquer que l’ensemble des pays européens étaient soumis exactement aux mêmes règles européennes et que la situation de leurs transports ferroviaires était bien meilleure qu’en France.

Comment défendre une entreprise, en déficit permanent, dont le service se dégrade, et qui, reçoit chaque année 10 milliards de subventions de l’Etat, pour garantir à ses agents, un statut d’un autre âge, des conditions de départ à la retraite totalement scandaleuses car non assumées financièrement.

La gestion du fret a été un véritable scandale français. Comme les syndicats de dockers ont tué le développement du port de Marseille, les syndicats de cheminots ont tué le fret, à cause des grèves et des retards incessants.

J’entendais hier que dans les transports ferroviaires japonais, l’entreprise responsable s’excuse auprès de ses clients au bout d’un retard de … 20 secondes !

Mais cette entreprise présente une grande différence avec la SNCF :
Elle n’a pas d’usagers, elle, mais juste des clients !

Bon je m’arrête là car je pourrais atteindre le coup de chaud ! Et je ne veux pas me mettre trop mal avec Eric Zemmour, à qui je conserve toute ma confiance sur bien d’autres sujets !






 

 

15 Réponses à “SNCF : pas d’accord, monsieur Zemmour !”

  1. Thierry Michaud-Nérard dit:

    Le problème avec les monopoles en France c’est que ce sont non pas des monopoles en général, ni même des monopoles d’Etat, mais surtout des monopoles du racket et des rentes de situation somptuaires des syndicats socialo-communistes comme la CGT.
    La SNCF est l’exemple de la gabegie des zélites socialo-gauchites pour des festins de gauche aux frais de la princesse, autrement-dit, les contribuables et dont les cheminots de base ne profitent jamais, ou si peu. Idem à l’hôpital !

    • « La SNCF est l’exemple de la gabegie des zélites socialo-gauchites pour des festins de gauche aux frais de la princesse, autrement-dit, les contribuables et dont les cheminots de base ne profitent jamais, ou si peu. Idem à l’hôpital ! »

      jeune retraitée de la fonction hospitalière, j’acquisse!
      Nous sommes tous burnoutés, nous renddant compte que nous en arrivons à maltraiter nos patients (heureusement patients, jusqu’à quand) parce que nous n’avons pas le choix!

      J’ai rencontré un ancien collègue cet après midi : la situation se dégrade de jours en jours = non remplacement des partants, avec toujours plus de travail (et le RTT, parlons en, pour ceux qui nous jalousent!: je n’ai spa vu un seul soignant récupérer la totalité de ses RTt, fusse à son départ à la retraite!)

      pendant ce temps là, Mme Lévy (pardon, mme Buzyn, comme cela, on voit mois ses conflits d’intérêts familiaux), entre petits fours et dividendes d’actions des grands labos produisant moult vaccins devenus obligatoires, vient de déclarer lors d’une de ses visites dans un EHPAD : « il ne s’agit pas de manque de moyens financiers. C’est un problème de « management » d’équipe. Vous pouvez faire plus avec moins » (de tête, je ne me rappelle plus de la phrase exacte)
      A vomir!

      Pour ce qui est de la SNCF, dont j’étais familière, avant la dite retraite, je peux dire qu’entre les feuilles sur les voies, les caténaires en radouille ou ne supportant pas le givre, 1 flocon de neige, 1mm de pluie, un froid glacial… (un contrôleur ayant été jusqu’à excuser un retard de 40 mn à l’arrivée d’Angoulême, où il faisait un bon 7°C, par un fort gel …. à … Bordeaux… mais bien sûr.
      Les « clients », non les usagers, ont beaucoup ri(pour le coup ça détend l’atmosphère) puis la colère ayant commencé à poindre, l’homme est monté la tête baissée dans le 1er wagon… sans passer vérifier nos titres de transport!)

      J’y ajouterai, pour les TGV, la surprise de constater que notre voiture… n’existe pas! (cela m’est arrivée)

      Ceci dit, entre le conducteur qui n’a pas fini son café, le contrôleur qui « était dans les embouteillages » et est arrivé en retard, et autres « plaisanteries, comme les grèves à répétitions… Je crois que les employés de la SNCF y sont aussi pour quelque chose dans la gabegie actuelle.
      Sur ce point là, je rejoints « Christian Adroite » : le rôle des syndicats est majeur et ceux ci sont en train de couler l’entreprise, comme ils l’ont fait pour les docks marseillais

  2. EDF, la SNCF, les PTT, la Régie Renault, les « grandes entreprises nationales », c’est le prix pay » par de Gaulle aux communistes à la Libération … et nous con tinuons de régler l’addition !

    Quand je suis allé aux USA, en 1979, j’étais effaré de découvrir qu’il n’y avait aucun équivalent … mais comment faisait-on dans ce pays , sans un maillage ferroviaire dense comme chez nous ? les pauvres gens ! et le nucléaire ? cgéré par des entreprises privées ? quelle horreur ! Voilà quelle fut ma réaction à cette époque. J’ai mûri depuis et surtout ouvert les yeux. Il me semble que sur le plan économique, M. Zemmour est un farouche adversaire du libéralisme qu’il accuse de tous les maux. Dommage !

  3. Tout à fait d’accord avec votre Blog, Zemmour semble ignorer à quel point le service de la SNCF est délabré, à cause d’agents (mais pas seulement) syndiqués à la paresse et au conflit , le fret transport (que je connais bien) est une illustration incontestable de la nullité d’une entreprise vis à vis de ses clients qu’ils ne peuvent obtenir qu’au prix de pertes incroyables compensées par nos impôts.
    Je présume que Zemmour s’est sacrifié pour jouer le rôle de contradicteur, car c’est indéfendable !!!Bravo à Macron s’il réussit ce que la droite n’a pas fait, il pourra s’attaquer aux dockers qui ruinent les ports français…..

  4. Je ne pense pas (mais ce n’est que mon avis) que certaines gestions doivent être confiées au privé, et la SNCF en fait partie.
    Quand on voit les problèmes sur le téléphone ou Internet avec les différents opérateurs (changement ou nouvelle installation), EDF et les autres distributeurs, je n’ose imaginer les trains circulant sur les mêmes voies mais régentés à différents endroits.
    Je préférerais que l’Etat gère ces différents domaines, « en bon père de famille » (ça existe encore ce paternalisme?), que les fonctionnaires soient TOUS compétents à tous niveaux, sans plus d’avantages que les gens du privé.

    • Le contrôle par une société d’état n’a nullement empêché l’accident de Brétigny ! structure d’état égale dé-responsabilisation à tous les étages ! Il y a de nombreux pays dans lesquels le privé fait de l’excellent travail, le Japon en étant l’exemple indépassable !
      De plus la gestion étatiste dérive entre le clientélisme et la capitalisme de connivence … Le privé sert ses client pour le bénéfice de ses actionnaires.

      • C’est bien pour ça que je demande les mêmes compétences et responsabilités dans le public que dans le privé. Si les « chefs » savaient que leur carrière est mise en jeu au moindre problème, ils s’impliqueraient plus. Je ne dis pas que TOUS les fonctionnaires sont incompétents et je-m’en-foutistes, mais on en connait tous qui passent leurs journées à contempler la pendule ou reviennent chercher leur veste sur le dossier de la chaise!

        • Bien vu M. Zemmour. dit:

          Les cheminots sont  »assimilés » fonctionnaire.Les chefs comme vous dîtes sont responsables, et éjectables en cas d’erreurs graves , vous devez confondre avec les bureaucrates de la fonction publique,comme la sécu par exemple…

  5. Dans l’extrait, je ne lis pas que Zemmour défend la SNCF d’aujourd’hui. Etant donné ses positions pour un état interventionniste, il est étonnant que vous ne le constatiez que maintenant.
    En réalité, il parle de l’évolution de TOUS les services publics, et notamment de l’énergie.

    Pensez vous vraiment que la politique de la concurrence a amélioré l’énergie en France ? Dans les années 70, l’état avait fait le choix de l’énergie abondante et peu chère, et ce fut le cas. Au contraire, le choix européen d’une mise en concurrence de l’électricité a provoqué augmentation et risque de blackout. Aujourd’hui, les électriciens sont confrontés à des vautours qui mettent de l’EnR à prix fixé sans aucune efficacité sur le CO2 ou l’indépendance énergétique. Autant la rentabilité que la disponibilité d’une énergie fiable sont totalement remis en cause par la décision européenne d’une mise en concurrence idéologique.

    Pour en revenir à la SNCF, pouvez vous vraiment ignorer le choix du tout TGV fait dans les années 90, le résultats de gens plus intéressés par le projet européen de mise en concurrence des réseaux plutôt que la couverture du territoire nationale ? Au final, sans même la gestion catastrophique actuelle, on a abouti à un renforcement du poids économique de Paris et à une explosion des prix.

    Quant au Japon, vous ignorez l’absence d’une commission européenne ou d’une concurrence européenne… Une France -île n’aurait fait que quelques lignes de TGV très rentables.

    • La concurrence fait toujours baisser les prix et stimule l’amélioration des services ! Ce qui plombe les tarifs de l’énergie, ce n’est pas la concurrence, c’est d’une part la nature même des acteurs qui sont des sociétés dans lesquelles l’état intervient, et qui relayent la politique gouvernementale et toutes ses lubies, en ayant également hérité des statuts particulièrement avantageux de leurs salariés. Et il y a également le coût de la fameuse « transition énergétique » qu’on nous impose : regardez votre facture Edf : 8 % pour la transition à la noix, et 12 % de CTA c’est à dire financement de la retraite à 55 ans des agents !

      • Expliquez moi donc comment la concurrence dans l’énergie peut fonctionner ? La France revendrait une partie de ses centrales nucléaire ? Bonne chance. La concurrence, c’est bon pour faire des contrats électriques aux oignons, pas multiplier les lignes ou les centrales !!!

        La transition énergétique est justement l’application de votre concurrence idéalisée puisqu’il fallait trouver des ressources alternatives.

        Que veut dire le sigle EDF ? Si vous mettez à sa tête un énarque avec des idées théoriques sur la concurrence, quelque soit la nature des sociétés ou les contrats retraite, vous obtenez une catastrophe financière de rachats et de diversification dans l’air du temps, tout sauf répondre aux besoins des français : de l’énergie abondante et bon marché.

        Avec un gouvernement d’écolo et de bienpensants, ne croyez pas que la concurrence améliorera les coûts et les services !

  6. Il y a un autre cas à traiter : Air France, boîte gangrenée par les syndicats (principalement CGT et SNPL), qui justifient souvent l’injustifiable. J’ajoute que, fils de CdB d’Air France, j’ai longtemps adoré cette boîte, mais, quand je vois ce qu’ILS en on fait, je trouve que c’est à pleurer.

  7. Bien vu M. Zemmour. dit:

    stupéfiant de constater que les français qui ne connaissent la SNCF qu’en tant qu’usagers se permettent de porter un jugement radicale sur une entreprise aussi complexe.
    Si Zemmour défend la SNCF il a raison… « C’est à dire que, dans un système français qui reposait sur le monopole et sur le service public, avec ses avantages et ses inconvénients, la Commission européenne,  »par idéologie obsessionnelle de la concurrence », qu’elle met partout, a obligé les gouvernements, en particulier le gouvernement français, à faire de la concurrence, et  »c’est ça qui déstabilise », c’est ça le péché originel. Il a tout comprit !
    Le Floc Prigeant,a complètement cassé la SNCF en séparant les services.
    Le problème des syndicats, des comités d’entreprises et cætera, c’est une autre affaire…
    Ne pas oublier que l’État impose des projets.

  8. Je souscris aux propos d’Eric Zemmour quant il évoque l’idéologie de la concurrence de la communauté européenne.
    Pour le fret : les camions ne couvrent pas les coûts d’aménagement et d’entretien des routes, c’est le contribuable.
    Le coût des infrastructures SNCF :
    – les constructions de lignes nouvelles décidées par l’État sont à l’origine de l’énorme dette de la SNCF. La dette de la DB du même ordre à été reprise par le gouvernement allemand. L’entretient des lignes est a sa charge
    – L’exemple de la Grande Bretagne a vu la dégradation rapide de ses infrastructures ferroviaires avec la privatisation. L’opérateur privé Rail Track avec la recherche de la rentabilité à court terme a amené rapidement la dégradation du réseau britannique et de nombreux ratages.
    Le gouvernement a dû remplacer Rail Track par Network Rail à but « non lucratif ».
    Depuis 17 ans le réseau britannique a été modernisé et des lignes fermées ont même été rouvertes

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *