Soyons fiers d’être conservateurs !

Publié par le 4 Juin, 2018 dans Blog | 4 commentaires

Soyons fiers d’être conservateurs !

Pendant des décennies, la gauche a tout fait, avec l’aide de la majorité des médias qui la soutiennent, pour imposer sa vision biaisée du clivage droite-gauche.

Pour elle, tout est si simple :

– La gauche c’est le progressisme, les avancées sociales,

– La droite, c’est le conservatisme, les régressions sociales.

Rien ne m’énerve plus que d’entendre qualifier la droite de conservatisme ! Défendre, coûte que coûte, des avantages acquis creusant les inégalités, c’est ça le vrai conservatisme. Alléger le droit du travail pour rendre plus fluide l’économie en vue de réduire le chômage, c’est ça le vrai progressisme !

Voici l’édito d’Yves de Kerdrel paru dans Valeurs actuelles qui nous engage, à droite, à assumer pleinement nos valeurs de droite :

Que la droite serait convaincante si elle nous disait comment effectuer un rassemblement des Français, sans lequel redresser le pays ne sera pas possible !

Il y a cinq ans et demi, lorsque l’honneur m’a été fait de prendre la direction générale de cette maison et de ce prestigieux journal, la droite était au trente-sixième dessous. Les électeurs qui avaient voté pour Nicolas Sarkozy en mai 2012 étaient orphelins. Le parti de droite, qui s’appelait alors l’UMP, était en pleine implosion à la suite d’un match entre François Fillon et JeanFrançois Copé. Et tous les ténors du parti ne parlaient que du besoin de faire un devoir d’inventaire.

Près de soixante-dix mois plus tard, et alors que l’auteur de ces lignes s’apprète à rendre les rênes de cette belle maison construite il y a un demi-siècle par Raymond Bourgine, la droite n’est pas en meilleur état. Laurent Wauquiez est une sorte de président fantôme d’un parti désormais nommé Les Républicains. Il pratique une direction solitaire, renonçant à croire aux bienfaits de l’intelligence collective. Mais surtout, le principal parti d’opposition, s’il se manifeste au sein des deux Assemblées et dans les médias, ne semble pas se précipiter à concevoir un nouveau projet de société.

Yves de Kerdrel

Plutôt que de rassembler tous ceux qui, en France, sont attachés à la défense de certaines valeurs immuables, des pierres angulaires de notre civilisation, et à tout ce qui fonde notre patrie façonnée par des rois, des héros, des savants, des industriels et des artistes, la droite – notre droite – prend un malin plaisir à exclure. À décourager les bonnes volontés plutôt qu’à les réunir. Et à prononcer des anathèmes à l’égard de ceux qui seraient tentés de regarder vers un avenir teinté de libéralisme, comme à l’endroit de ceux qui, à tort ou à raison, regardent avec les yeux de Chimène les projets et les initiatives de Marion Maréchal. Peut-être, un jour, les conservateurs qui rayonnent dans ce pays façonneront des idées, les conditions d’un sursaut, voire un programme de réarmement moral. Car, si Emmanuel Macron s’occupe avec soin de toutes les réformes économiques dont notre pays a tant besoin, il laisse hélas de côté tout le champ sociétal, tout ce qui relève de l’anthropologie et tout ce qui fait de vous, de moi, de vos amis, collègues et parents, des Français, héritiers de cette fameuse « âme française » dont parlait le général de Gaulle et que notre chroniqueur Denis Tillinac a si bien décrite.

Que la droite serait enfin forte si elle s’efforçait de porter haut des valeurs plus actuelles que jamais, au lieu de s’enfermer dans des mesures de sous-chef de cabinet !

Que la droite serait enfin convaincante si elle nous disait comment effectuer le rassemblement de tous les Français, sans lequel un redressement du pays ne sera pas possible ! Que la droite nous parle enfin de ce qui fait vibrer chacun de nous : la restauration des valeurs fondamentales que sont la famille, le travail, la propriété, la responsabilité individuelle, le respect du droit, de la patrie, et surtout celui de la vie, de toute une vie humaine.

En 1163, le roi Louis VII s’était rendu sur l’île de la Cité, où avaient lieu de grands travaux. En arrivant sur place, il aperçut trois tailleurs de pierre très concentrés. Demandant au premier ce qu’il faisait, il s’entendit répondre : « Je taille une pierre. » Le roi posa alors la même question au deuxième tailleur de pierre. Et ce dernier de répondre : « Moi, Monseigneur, je travaille pour nourrir toute ma famille. »À ce moment, le monarque observa le troisième tailleur de pierre, toujours concentré sur son travail. Prudemment, le roi s’avança vers lui et lui demanda ce qu’il faisait. Arrêtant de frapper sur son burin, le tailleur se redressa et regarda fièrement le roi : « Moi, Monseigneur, je bâtis une cathédrale ! » C’est tout ce que les Français attendent aujourd’hui : qu’on leur explique comment ils sont capables de rebâtir ensemble la cathédrale France. Car, comme l’écrivait Bernanos : « La France est le pays des cathédrales, des philosophes, des saints, des héros et des fous. »

Yves de Kerdrel pour valeurs actuelles.

Pour info : la carte des principales idéologies :






4 Réponses à “Soyons fiers d’être conservateurs !”

  1. Encore faut ‘il que la droite puisse apparaitre a la TV dans divers debats et expliquer.

    Hors, les medias font tout pour que le LR apparaisse moribond.

    Je cite:
    Les électeurs qui avaient voté pour Nicolas Sarkozy en mai 2012 étaient orphelins. Le parti de droite, qui s’appelait alors l’UMP, était en pleine implosion à la suite d’un match entre François Fillon et JeanFrançois Copé. Et tous les ténors du parti ne parlaient que du besoin de faire un devoir d’inventaire.

    Je ne suis absolument pas d’accord avec le terme d’implosion imposé de force par les medias de goche.

    La meme chose a goche, avec + de 200 deputés refractaire a la politique du gouvernement hollande, representant la goche, ne sont que des « frondeurs », et quand au parti socialiste, il n’est pas divisé, mais plurieliste…

    Les jugements a deux balles, a deux poids deux mesures, selon qu’on est de goche, d’en marche, ou de droite, sont evidement entretenu comme avant.

  2. COGNET Marie dit:

    Il est devenu impossible de convaincre une majorité de français quand il n’y a aucun débat possible dans les médias dominants, qui ont « descendu » à longueur de journées Sarkozy, Fillon puis Wauquiez, quand pendant la campagne présidentielle le sujet le plus important, le terrorisme islamique (et l’immigration), a été sciemment gommé au profit de la seule économie pour désinformer les électeurs et faire passer le favori des élites qui n’avait et pour cause rien à proposer de sérieux sur ce sujet (trois jours avant le premier tour et au lendemain d’une énième attaque terroriste à Paris, il osait pérorer qu’il n’avait pas de programme contre le terrorisme !!!). Mais cela aurait dû le disqualifier pour l’élection, si celle-ci s’était déroulée normalement !

    Il faut donc s’accrocher et utiliser pour se faire entendre les blogs divers qui heureusement existent et autres chaînes (La France libre TV, etc…).

    Et surtout, il faudrait que les politiques ne soient pas motivés par leurs intérêts personnels mais seulement par le bien commun. Or, les désinteressés ne courent pas les rues, surtout dans la majorité actuelle.

  3. Le problème de la Droite, sauf pendant la parenthèse Sarkozy, c’est qu’elle a honte de ce qu’elle est, et, de puis la dernière guerre, craint par dessus tout « d’être extrême » …
    Alors ça donne de la droite plus ou moins sociale, qui fait de l’étatisme et du socialisme plus ou moins soft !

  4. Tout ce que vous dites est vrai, et il serait urgent de remettre aussi de la morale et de la dignité dans ces institutions qu’ils déshonorent, prétendent nous représenter et défendre nos droits chaque fois plus bafoués où cela prend la forme d’une dictature.

    Oui, en tant que personnes, ils doivent rendre des comptes, par le tribunal européen, de même au sortir de leur mandats ou nul n’est pourtant censé être au dessus de la loi.

    Nous avons des droits, ils faut les faire valoir au niveau européen, car ils comptent sur notre esprit moutonnier pour imposer leur politique sans le consentement du peuple qu’ils trahissent sans vergogne, et vont jusqu’à son remplacement.

    Qu’attendre donc de ces gens là qui travaillent contre le peuple ? dénient la vérité, place tout au niveau du racisme au lieu du bon sens, pour faire taire les peuples victimes de leur maudite politique ?

    C’est pourquoi, ils doivent rendre des comptes devant la loi, au tribunal européen, et le peuple que l’on asservit de plus en plus, doit retrouver tous ses véritables droits.

    Quant à la dette, elle est un systeme de plus pour asservir les peuples au profit de multimilliardaires associés qui ne demandent pas mieux que rechercher la domination totale sur les états et les pressurer comme des citrons.

    Souvenons nous qu’il y a plusieurs formes de dominations, soit par la force, soit par le moyen de l’argent, alors pourquoi ne trouverait-on pas des êtres assez denués de valeurs morales depuis longtemps, comme en politique, pour agir ainsi, vu que c’est leur intérêt.

    Parions qu’ils doivent être assez nombreux à choisir cette route et à s’associer ensemble pour la soif de l’argent et du pouvoir.

    A Propos, Bilderberg a fait son entrée officielle lors de la derniere campagne présidentielle, ce qui passait avant pour une théorie complotiste s’avère finalement vrai.

    (C’est un groupe de super milliardaires que l’on accuse de vouloir la domination du monde par la guerre économique et de provoquer des kracks boursiers pour couler les états et mieux les tenir par la dette. )

    Un morceau du voile se lève définitivement.

    Remarquer que l’ambition sans scrupules de certains ne pouvait qu’amener cela à la longue, c’était finalement prévisible.

    Ouvrons simplement les yeux.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *