Terrorisme : les Anglais aussi laxistes que nous !

Publié par le 2 Déc, 2019 dans Blog | 8 commentaires

Terrorisme : les Anglais aussi laxistes que nous !

Décidément, les démocraties mourront de leur naïveté !

Le terroriste qui a fait deux morts hier à Londres et a blessé plusieurs autres personnes avait déjà été condamné à 16 ans de prison pour acte terrorisme. Il aurait été libéré « automatiquement » après seulement 6 ans d’emprisonnement !

Comment expliquer ce laxisme avéré aux familles des deux personnes assassinées ?

La Lettre Patriote a tenté de comprendre :

Pendant 48 heures, le Royaume-Uni se posera des questions sur les libérations anticipées … et puis tout redeviendra comme avant !

Samedi 30 novembre, le premier ministre Boris Johnson a promis de revoir le système des libérations anticipées, après l’attaque menée par un ex-prisonnier, condamné pour terrorisme et en liberté conditionnelle, qui a tué deux personnes à coups de couteau.

Samedi soir, l’Etat islamique a revendiqué l’attentat.

« Quand des gens sont condamnés à un certain nombre d’années en prison, ils devraient purger chaque année de cette condamnation », a déclaré M. Johnson samedi. « Il ne fait aucun sens pour notre société de libérer de manière anticipée des personnes qui ont été condamnées pour des infractions terroristes, des crimes violents », a poursuivi M. Johnson avant d’ajouter : « Je dis depuis longtemps que ce système ne marche tout simplement pas. »

Le premier ministre s’est aussi fait l’avocat de peines plus lourdes en cas d’infractions violentes, promettant : « Un gros travail est abattu en ce moment pour s’assurer que le public est protégé ».

« Il y a grandes questions auxquelles il faut répondre », a de son côté déclaré sur Sky News le maire de Londres et membre du Parti travailliste Sadiq Khan. « L’un des outils importants que les juges pouvaient utiliser pour traiter les cas de criminels dangereux et protéger le public était la condamnation à perpétuité », a-t-il ajouté. « Ça leur a été retiré par ce gouvernement ».

L’assaillant a été identifié par la police comme étant Usman Khan, âgé de 28 ans, condamné à 16 ans de prison en 2012 pour des infractions terroristes et remis en liberté conditionnelle six ans plus tard. Il appartenait à un groupe qui projetait de commettre un attentat à la bombe à la Bourse de Londres, le London Stock Exchange, et d’établir un camp d’entraînement terroriste au Pakistan. Il a été libéré il y a un an, avant d’avoir purgé la moitié de sa peine, seuil auquel les prisonniers peuvent généralement bénéficier d’une remise en liberté en portant un bracelet électronique.

Il participait vendredi à une conférence organisée par l’université de Cambridge sur la réhabilitation des prisonniers.

Dans un communiqué, la commission des libertés conditionnelles a assuré ne pas avoir été « impliquée » dans la libération d’Usman Khan « qui semble avoir été automatiquement libéré sous conditions comme le requiert la loi ».

Julien Michel pour La Lettre Patriote.

La France n’a pas de leçons à donner aux Britanniques :

A lire en complément cet article de Boulevard Voltaire :

Londres, Paris : le même aveuglement des juges et des autorités

Merci de tweeter cet article :





8 Réponses à “Terrorisme : les Anglais aussi laxistes que nous !”

  1. Idem pour l’assassin du Père Hamel à ST Etienne du Rouvray.. Profil proche de celui de Londres.

  2. Richard Mauden dit:

    « Quand des gens sont condamnés à un certain nombre d’années en prison, ils devraient purger chaque année de cette condamnation », a déclaré M. Johnson samedi après s’être rendu sur les lieux de l’attaque. « Il ne fait aucun sens pour notre société de libérer de manière anticipée des personnes qui ont été condamnées pour des infractions terroristes, des crimes violents », a poursuivi le chef du gouvernement avant d’ajouter : « Je dis depuis longtemps que ce système (socialiste) ne marche tout simplement pas. »

  3. Pourtant le journal de référence du macronisme et du politiquement correct bien pensant et bien épais dans le grand Ouest, » Ouest France », a réussi la gageure de parler du terroriste de Londres sans faire une seule fois mention de sa qualité de musulman djihadiste – on a tout de même un petit progrès: ils n’ont pas parlé de « déséquilibré », cette fois.
    Ce même organe de presse ne se fait jamais prier, en revanche, pour dénoncer le destrisme extrême du tueur de Christchurch…

  4. C’est pareil dans toute l’europe de l’ouest, l’installation du « justice » severe envers ces cytoyens surtout de souche et laxiste envers les autres.

  5. HA HA HA!!!!!!!!

    Malte: l’enquête sur le meurtre d’une journaliste doit être menée «sans interférence politique», prévient l’UE

    J’adore ce genre de déclaration que devrait s’appliquer a toutes les enquêtes, je dis bien toutes!!!

  6. À l’heure de tirer sa révérence, après avoir été pendant douze ans à la tête du Conseil d’État, Jean-Marc Sauvé déplore, en avril 2018, que la société française soit « de plus en plus plurielle, souvent divisée, voire fracturée ». Il regrette que « les consensus de naguère se [soient] désagrégés ». Le vice- président de l’institution ne masque pas son affliction, mais se garde bien d’admettre que le Conseil d’État porte une écrasante responsabilité dans la fracturation de la société française et dans la désagrégation des consensus politiques, humains et sociétaux qui soudaient jadis les Français.

    Yves Mamou n’a pas les mêmes pudeurs. Dans un livre qui aurait dû faire date ( le Grand Abandon, L’Artilleur), mais que les médias, pour la plupart, ont préféré bouder, cet ancien journaliste du Monde démontrait voilà un an comment « une nation musulmane a pris son essor, indépendamment du reste de la nation française, à côté d’elle et parfois contre elle », avec la complicité sinon la collaboration des grands corps de l’État. À commencer par le Conseil d’État.

    Depuis plus de trente ans, le Conseil d’État, qui a la charge de conseiller le gouvernement dans l’élaboration de la loi et des décrets en même temps qu’il est le juge administratif suprême qui tranche les litiges relatifs aux actes des administrations, se prononce constamment en faveur d’une politique d’immigration sans contrôle, en faveur d’une France multiculturelle, contre la laïcité, pour le voile islamique à l’école, en faveur de la burqa… Les belles âmes ou les naïfs jugeront qu’Yves Mamou exagère, noircit à dessein le tableau et que les conseillers de cette institution, qui forment l’élite de la plus haute juridiction administrative française, n’ont pas à figurer dans ce bottin des dhimmis . Et pourtant, les avis et les jugements du Conseil d’État ont contribué au développement et à l’expression d’un islam politique en France…

    N’est-ce pas le Conseil d’État qui, dans un arrêt d’Assemblée dit “Montcho” du 11 juillet 1980, approuve le regroupement familial d’Africains polygames, avant que les lois Pasqua (1993), Debré (1997) et Chevènement (1998) restreignent la délivrance d’un titre de séjour aux seules personnes monogames ? N’est-ce pas le même Conseil d’État, sollicité par Lionel Jospin alors ministre de l’Éducation nationale, qui, le 27 novembre 1989, autorise le port du voile à l’école ? Le Conseil d’État encore qui, en 2014, prolonge dans un premier temps la diffusion de la chaîne antisémite du Hezbollah malgré la demande du CSA de l’arrêter…
    Un détricotage en règle de la loi de 1905

    Pis, lorsque le gouvernement Fillon travaille à interdire la burqa dans l’espace public, le Conseil d’État, dans l’avis qu’il remet au Premier ministre le 30 mars 2010, multiplie les avertissements pour que le gouvernement renonce à sa loi. Pour les conseillers du Palais-Royal, ni la laïcité, ni l’égalité homme-femme, ni la dignité humaine de la personne, ni la sécurité ne représentent un motif suffisant pour interdire le voile intégral. Mieux, les magistrats du Conseil d’État doutent qu’on puisse trouver un « fondement juridique incontestable » à une interdiction générale et absolue du voile intégral, et suggèrent que le Conseil constitutionnel pourrait retoquer la loi. Ce dernier n’émettra pourtant aucune réserve face à l’interdiction de la burqa.

    Le 19 juillet 2011, le Conseil d’État convoque la presse pour donner une solennité particulière au coup de poignard définitif qu’il entend donner à la loi de 1905, qui fonde la laïcité en France, en autorisant le financement des cultes par les collectivités locales. Alors que Marine Le Pen a prévenu qu’elle allait engager des procédures devant les tribunaux administratifs pour contester les baux emphytéotiques consentis par les municipalités à des associations religieuses musulmanes pour construire des mosquées, la plus haute juridiction administrative sonne le glas de ces recours en autorisant les collectivités territoriales à pratiquer ce genre “d’accommodements raisonnables”. Alors que des journalistes interpellent Jean-Marc Sauvé et lui font remarquer qu’il s’agit d’un détournement massif de la loi de 1905, le vice-président du Conseil d’État ne se démonte pas et argue malicieusement que « 450 églises ont été construites grâce à ce système depuis 1905 ».
    Une petite élite qui fait la courte échelle à l’islamisme

    Le Conseil d’État est habile à fournir des armes juridiques à ceux qui le sollicitent pour satisfaire les revendications des islamistes. Ainsi en est-il des mères voilées accompagnatrices des sorties scolaires. Alors que depuis 2012, une circulaire publiée par Luc Chatel, alors ministre de l’Éducation nationale de Nicolas Sarkozy, rappelle que « la laïcité est un principe constitutionnel », « facteur de cohésion sociale » et qu’elle « s’impose à tous dans l’espace et le temps scolaires. […] Ses principes permettent notamment d’empêcher que les parents d’élèves ou tout autre intervenant manifestent, par leur tenue ou leurs propos, leurs convictions religieuses, politiques ou philosophiques, lorsqu’ils accompagnent les élèves lors des sorties et voyages scolaires », le Conseil d’État, sollicité par le Défenseur des droits, suggère en décembre 2013 les moyens de la contourner. Il suffit de considérer que les sorties scolaires ne sont pas une extension de l’école. En conséquence, les accompagnants n’ont pas de statut juridique et aucun texte ne les oblige à une quelconque neutralité religieuse. Le (mauvais) tour est joué.

    S’agissant du burkini que des maires ont voulu interdire à coups d’arrêté, le Conseil d’État s’est empressé de contester leur validité, les libertés individuelles prévalant aux considérations d’ordre public. « Le Conseil d’État s’est gardé de voir que les porteuses de burkini sont les militantes convaincues ou dociles d’un djihadisme civilisationnel en train d’opérer la conquête feutrée de notre pays », s’est emporté sur FigaroVox Jean-Louis Harouel, professeur émérite d’histoire du droit à l’université Paris Panthéon-Assas, pour qui « le peuple est trahi par ceux qui rendent la justice en son nom ». C’est bien là le cœur du problème : une petite élite, sans mandat, fait la courte échelle à l’islamisme, sans que jamais une consultation populaire ni un débat d’aucune sorte aient été menés.

    Un véritable casse démocratique.

    Le Grand Abandon, les élites françaises et l’islamisme, d’Yves Mamou, L’Artilleur, 576 pages, 22 €.

    Raphaël Stainville pour le Club de Valeurs actuelles.

  7. Erreur de manipulation, il faut inverser l’ordre des textes.

    Ces juges pourris à la solde de Macron
    Publié le 17 mars 2019 – par Louise Guersan – 2 commentaires
    https://ripostelaique.com/ces-juges-pourris-a-la-solde-de-macron.html

    Gilets jaunes comptez pas sur les juges pouvoir corrompu
    https://www.youtube.com/watch?v=G-qTCDKpIOo

    directive envoyée par la Garde des sceaux, Nicole Belloubet, à tous les procureurs de France.
    https://www.a-droite-fierement.fr/la-democratie-nest-plus-en-marche/

    Nous vous demandons une clémence particulière et bienveillante pour les particuliers automobilistes, professionnels et entreprises du transport routier ayant provoqué le décès de manifestants suite à des accidents sur des ronds-points ou des routes bloqués dans le cadre de filtrage illégaux.

    Nous vous recommandons une sévérité exemplaire et l’application de la loi dite « anti-casseurs » pour tous les participants, pacifiques ou non, arrêtés suite à des manifestations non déclarées, à Paris ou en province.

    https://www.youtube.com/watch?v=WPLpUf-_VSg
    Mantes : 100 racailles contre les flics, pas d’arrestation !
    Riposte Laïque
    Pierre Cassen les événements de Mantes-la-Jolie, dans la nuit de vendredi à samedi. 100 islamo-racailles ont tendu une embuscade aux pompiers et aux policiers. Une grande classique en France, depuis 40 ans. Miraculeusement, aucun policier n’a été tué, et aucune racaille n’est encore sous les verrous. C’est devenu cela, la France !

    Aucun policier n’a encore été jugé ou sanctionné suite aux 220 enquêtes confiées à l’IGPN
    http://www.wikistrike.com/2019/04/aucun-policier-n-a-encore-ete-juge-ou-sanctionne-suite-aux-220-enquetes-confiees-a-l-igpn.html

    Un juge français jugé en Angleterre pour fraude aux droits universels de l’homme

    https://www.youtube.com/watch?v=OTugJlck3p8

    Serge Petitdemange menace les Magistrats affiliés à la Franc-maçonnerie qui rendent des verdicts Criminels
    Mai 20, 2019
    https://stopmensonges.com/serge-petitdemange-menace-les-magistrats-affilies-a-la-franc-maconnerie-qui-rendent-des-verdicts-criminels/
    Serge Petitdemange s’adresse aux magistrats reliés à la Franc-maçonnerie de la Grande Loge Nationale de France et Le Grand Orient qui prêtent serment à leurs sectes quasi sataniques plutôt qu’à la République. Il nous montre des “codes” de reconnaissance dans les verdicts permettant de confirmer ou d’infirmer, à leurs confrères juges de prendre leurs décisions sans difficulté à l’étape suivante. Constituant ainsi un “trafic d’influence.

    Ils devront en payer les conséquences. Les preuves en Italie récemment:

    Voir video dans le lien.

    @Juan Branco : Graves déclarations d’une juge “Il y a la Franc-maçonnerie, on peut rien faire”
    Mai 7, 2019

    Voir video

    https://stopmensonges.com/juan-branco-graves-declarations-dune-juge-il-y-a-la-franc-maconnerie-on-peut-rien-faire/

    Comment relativiser l’importance du problème maçonnique après ça ?!
    Qui était vraiment Jacques Heusèle, ce notable Arrageois apparemment sans histoires retrouvé mort en janvier 2009 dans la Sambre en Belgique? Ce père de famille en apparence respectable, agent d’assurances prospère menait en réalité une double vie, à l’abri du regard de ses proches. Existence parallèle, multiplication de prêts à la consommation ou encore recours à des réseaux de prostituées : ce n’est qu’après sa mort que la femme et les enfants de Jacques Heusèle, allant de découverte en découverte, ont compris qui il était vraiment… –
    Les Faits Karl Zéro
    Source (et vidéo complète) : http://mk-polis2.eklablog.com/le-myste-re-de-l-assureur-d-arras-la-double-vie-d-un-rotarien-a125279542
    —Note L. SM—

    Cette histoire est une parmi tant d’autres qui impliquent le réseau maçonnique.
    Rappelez vous du témoignage des enfants Roche sur l’affaire Allègre : https://reseauxpedocriminels.wordpress.com/2015/09/10/temoignage-des-enfants-roche-sur-le-reseau-satanique-de-notables-en-marge-de-laffaire-alegre/
    Franc-Maçonnerie et Justice : à quand une Justice sans tablier ?

    Une justice parallèle – Trafic d’influence et réseau maçonnique
    “Bien entendu, le trafic d’influence maçonnique n’est pas systématique dans chaque jugement, mais pour les dossiers de pédocriminalité, on retrouve les mêmes ‘dysfonctionnements’ que ceux décrits dans cette vidéo.”
    Réseau(x) maçonnique(s) mafieux, l’exemple grenoblois
    “La franc-maçonnerie a transformé l’Etat français en République bananière. Leurs méthodes : la persuasion, la corruption, la captation des emplois et des fonds publics, l’utilisation de truands, l’affairisme, les mafias, le contrôle des institutions comme la justice, la police, les politiques… Notre démocratie confisquée par des réseaux mafieux ?”
    Le procureur raconte sa croisade contre la corruption franc-maçonne, ainsi que les pressions du ministre
    “Mon point de vue s’est renforcé. Ce n’est pas l’appartenance maçonnique qui est gênante, mais son usage. Mais je mets sur le même plan l’appartenance à une Eglise, à une secte ou à une loge maçonnique. Ce qui me pose problème chez un maçon, c’est quand il ne se dévoile pas, car cela ouvre la possibilité à des opérations occultes. Cela vaut pour un magistrat comme pour un tas de gens.
    Vous seriez donc favorable à la création d’un registre des franc-maçons ?
    Nous avons aujourd’hui des annuaires, électroniques et sur papier. Rien n’empêcherait que l’appartenance maçonnique y figure… On met bien la Légion d’honneur et le mérite.
    Moi, je suis catholique. Quand je vais à la messe, ce n’est pas dans les catacombes. J’en informe les autres et cela me protège moi-même.”
    Éric de Montgolfier
    Inceste et abus rituels « initiatiques » dans la secte maçonnique : témoins profanes
    Plus d’infos sur : https://francmaconnerieexposee.wordpress.com/
    Comment voulez vous que la Justice soit équitable si des magistrats font allégeance à une Loge/secte maçonnique ?? Ils ne peuvent plus être impartiaux quand une affaire concerne un “frère” franc maçon. C’est tout le problème de la double allégeance que ce soit en politique ou en Justice.

    La République des juges au service de l’islam

    Publié par adroite le 18 Nov, 2019 dans Blog | 4 commentaires
    Accueil » Blog » La République des juges au service de l’islam
    La République des juges au service de l’islam
    https://www.a-droite-fierement.fr/la-republique-des-juges-au-service-de-lislam/

    Qui, en 1980, a approuvé le regroupement familial des Africains polygames ?

    Qui, en 1989, a autorisé le port du voile à l’école ?

    Qui, en 2010, a multiplié les avertissements au gouvernement de François Fillon qui voulait interdire la burqa dans l’espace public ?

    On pourrait multiplier ainsi les exemples qui montrent que, à contrecourant de l’opinion publique, le Conseil d’Etat a tout fait pour encourager la progression de l’islam politique en France.

    Mais quelle est la légitimité de ces juges qui sont nommés et non élus ?

    Raphaël Stainville développe, dans l’article suivant, cet aspect de notre vie politique qui nie les principes de la démocratie :

    Comment le Conseil d’État a fait évoluer la loi
    française au service de l’islam politique

    Voile, burkini, polygamie… Le Conseil d’État, avec une constance complice, participe par ses avis et ses jugements à l’émergence d’un islam politique en France.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *