Tout est contrôlé, sauf faire des bébés !

Publié par le 14 Oct, 2018 dans Blog | 2 commentaires

Tout est contrôlé, sauf faire des bébés !

Partagez-vous ce sentiment que chaque jour qui passe notre liberté est rognée et que, dans le même temps, des libertés sont attribuées à d’autres, en viol de nos valeurs ou de nos opinions ?

La ligne de partage entre ceux qui gagnent et ceux qui perdent passe souvent entre la majorité (le plus souvent silencieuse) et les minorités (Noirs, arabes, immigrés, homosexuels, etc …) soutenues par une multitude d’associations insensibles aux difficultés des Français.

On augmente la CSG des retraités de 25 %, on bloque leur pension, et dans le même temps on augmente de 11 % le budget de l’AME (Aide Médicale d’Etat) qui profitera aux clandestins qui n’ont jamais cotisé. Emmanuel Macron s’est engagé à trouver un hébergement pour 86 % des clandestins mais reste muet sur le sort de nos SDF ! Les « gens de rien »sans doute, qui n’ont qu’à traverser le route et créer des Start-up !

Dans le domaine sociétal, les choses sont encore plus choquantes. Dans tous les domaines, le respect de la personne humaine, le fameux principe de précaution est mis en avant sauf pour le droit des enfants.

Ce droit des enfants à avoir un père et une mère qui fut bafoué par la loi Taubira avec l’adoption pleinière pour les couples homosexuels, ce droit qui va bientôt être renié par l’autorisation de la PMA pour les lesbiennes et les femmes seules, et il le sera demain – quoi qu’on nous dise – avec la gestion pour autrui (GPA).

Voici un article d’Elisabeth Lévy paru dans Causeur sur ce sujet :

Alors que tout est surveillé, de la drague lourde à la « junk food », une chose échappe curieusement à toute interdiction: la procréation. L’édito d’Elisabeth Lévy.

L’une des passions les mieux partagées par les êtres humains consiste à se mêler de la vie de leurs contemporains. Si possible en édictant des flopées d’interdits et de sanctions afférentes à leurs violations. Il suffit d’allumer sa radio ou sa télévision pour entendre un expert sommer nos parlementaires de voter un texte prohibant telle substance nocive ou tel comportement répréhensible ou dangereux, comme conduire une vieille bagnole, utiliser des sacs en plastique ou zyeuter les seins des filles dans la rue. Oublions ici les pétitions et autres mobilisations destinées à faire disparaître du paysage tout point de vue sortant un tant soit peu des clous, qui sont l’objet de notre dossier.

Fumer, baiser, manger tue

Cette frénésie de la réglementation et du contrôle, qui autorise tout un chacun à se faire le médecin, le prêtre ou le nutritionniste de son prochain, se déploie tous azimuts, mais avec une prédilection particulière pour les domaines du sexe et de la nourriture. Ainsi est-il régulièrement question d’interdire le sel, les bonbons ou la « junk food ». Ou d’instaurer des cours de bien-manger à l’école dans l’espoir que les enfants rééduqueront leurs parents en leur jetant leurs surgelés à la figure. Comme nous n’avons pas non plus droit à l’amour tarifé ou à la drague lourde et que les élèves se verront bientôt proposer des cours de consentement, peut-être devront-ils aussi montrer à leurs géniteurs ce qu’est le bien-baiser. Qui ne rêverait d’une humanité délivrée de ses vices. Vous et moi – ce n’est pas rien.

Beaucoup de ces règles, comme l’interdiction de conduire bourré ou, que Muray me pardonne, de fumer dans les bars, sont certainement salutaires dès lors qu’elles contribuent à civiliser les rapports sociaux. Mais chez certains, que l’on croise souvent dans le milieu associatif, convaincre leur prochain de mener une vie saine, écologique, sans gluten ou sans tabac devient une croisade personnelle. Aussi n’hésitent-ils pas à vous pourrir la vie pour vous la rendre meilleure.

Elles vont faire des bébés toutes seules

Curieusement, il est un domaine de l’existence humaine qui échappe à cette libido de surveillance et de punition, c’est la procréation. Alors qu’est supposé commencer le débat sur l’extension de la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules avant le vote d’une loi, prévu pour début 2019, pour les médias, la messe est dite : faire des enfants, c’est l’affaire de chacun. C’est mon choix. Les Français sont régulièrement invités à aller fouiner dans les déclarations de revenus de leurs concitoyens, à vérifier qu’ils partagent équitablement les tâches ménagères avec leur coquin/coquine, qu’ils déposent leurs bouteilles dans la bonne poubelle et qu’ils ne louchent pas sur les seins de la boulangère. Mais s’agissant des structures élémentaires de la parenté et des règles de la filiation, c’est-à-dire de la façon dont les noms, les biens et les secrets se transmettent, chacun fait ce qu’il veut. Drôle de conception de la vie en société, si inquisitoriale d’un côté et si libérale de l’autre. Et qui oublie de surcroît qu’on ne change pas l’anthropologie par décret. Ni la biologie d’ailleurs.

On peut certes décréter par voie législative que des femmes seules ou en couple peuvent avoir des enfants, la recette de base pour confectionner un humain n’a pas changé, il faut toujours un ovule et un spermatozoïde, c’est-à-dire, au départ, un homme et une femme. Un couple de femmes – et a fortiori une femme seule – qui souhaite avoir un enfant est bien obligé de recourir à un prestataire extérieur pour se procurer l’ingrédient manquant. C’est précisément ce qu’il s’agit d’occulter. Dans la version étendue qui est aujourd’hui dans les tuyaux, la PMA permet de fantasmer qu’on a fait un bébé toute seule, ou entre femmes. Réduite à un tube à essai, la présence de l’homme ne risque pas de contrecarrer la toute-puissance maternelle (de ce point de vue, la GPA, c’est-à-dire le recours aux mères porteuses pour les couples d’hommes, est moins radicale, car elle n’élimine pas la présence féminine). Quant à la multiplication probable de familles monoparentales qui n’ont pas donné d’excellents résultats éducatifs jusque-là, elle ne semble inquiéter personne.

Quand je veux si je veux comme je veux

On a parfaitement le droit de penser que l’humanité est mûre pour en finir avec la reproduction sexuée. Prétendre que cela ne change rien dénote une sacrée mauvaise foi ou une inconscience étonnante, mais permet de dénoncer les réfractaires et les hésitants comme des ennemis du progrès. Quoi qu’il en soit, la pauvreté des arguments avec lesquels nous sommes conviés à faire le grand saut a de quoi faire peur. Il n’est question que de désir, d’amour, d’envie, c’est-à-dire de sentiments et de droits qui ne regardent personne d’autre que la ou les candidates à la maternité. Quand je veux si je veux comme je veux :

on s’étonne tout de même un peu de l’enthousiasme de la vieille gauche pour ce nouveau droit à l’enfant produit par la conjonction d’un libéralisme débridé et d’un individualisme forcené.

Elisabeth Lévy pour Causeur.






2 Réponses à “Tout est contrôlé, sauf faire des bébés !”

  1. En même temps n’oublions pas que l’eugénisme est mis en valeur et quasi obligatoire de nos jours!
    Eugénisme que nos parents ont combattu en 1939 et années suivantes!

    –Avortement pour un rien ou par désir et non besoin (ce qui permet de diminuer le nombre de naissances « occidentales » et de favoriser celui de naissances des « racisés »
    Avec interdiction d’expliquer aux femmes en détresse les possibilités d’aides pour garder leur enfant, interdiction des accompagnements de ces femmes, souvent poussées par leurs familles, conjoints y compris à cet acte
    Ensuite, nous, soignants, devons recoller les morceaux psychiques, affectifs et spirituels de ces pauvres femmes qui,resteront, pour la plupart marquées à vie (et sans le dire, car ce ne serait pas « moderne » et conforme à la doxa du moment)

    — Euthanasie pour les handicapés
    Voir l’affaire Vincent Lambert, pauci-relationnel non en fin de vie que l’on veut tuer ou, au mieux -!-, laisser mourir de faim, ben voyons!

    –Euthanasie pour les malades graves, pourtant non douloureux (sachant que nous avons, actuellement les moyens d’éviter et de stopper la douleur physique, et accompagner afin de diminuer les souffrances psychiques, sociales et spirituelles )

    –Euthanasie pour les vieux (théorie d’Attali, qui a pistonné Jupiterminus) qui, sans aucun doute coûtent un pognon de dingue

    Je passerai sur le retour de l’histoire de Sodome et Gomorrhe.

    Nos peuples sont En Marche vers une décadence certaine, ce qui explique leur remplacement par des peuples, pour la plupart de mœurs barbaresques

  2. On ne dira jamais assez ce qu’a d’extraordinaire (au sens étymologique!) notre pays: Marc-Olivier Fogiel se répand dans tous les médias de France et de Navarre pour faire la promotion d’une pratique illégale en France (la GPA), pendant qu’une chaîne de télévision débat avec une voilée intégrale sur le port de la burqa interdite chez nous.. Tout cela ne semble pas émouvoir les journalistes, ni atteindre le moins du monde leur sens de l’éthique.
    Dans d’autres pays où « bêtement » on appliquerait les lois en vigueur, ils seraient poursuivis par la justice.. chez nous, on leur tend des micros et on les écoute débiter leurs salades, voire on les incite à faire pleurer dans les chaumières.
    Pour la GPA qui ne peut que suivre la PMA, on ne s’intéresse pas au coeur du sujet, à savoir le droit pour un enfant à avoir un père et une mère. On ne s’intéresse pas non plus à ce que ce type de pratiques suppose quant au choix de société vers laquelle on tend: une société où on perdrait tout repère anthropologique naturel, où seul compterait le désir des individus, où on demanderait à la médecine de pallier non aux problèmes médicaux des uns et des autres, mais à leur choix de vie d’alcôve. On ne voit pas la démarche eugénique d’un Fogiel qui entend “donner” (pourquoi ne pas utiliser le vrai mot: “acheter”?) un frère à ses filles? On tend vers un transhumanisme qui ne dit pas son nom, où on finira par utiliser l’Intelligence Artificielle pour augmenter les capacités du cerveau humain, comme y travaillent actuellement les Chinois (qui n’ont pas la même éthique que les Occidentaux en la matière), ou à faire des humains “parfaits”.
    Personnellement, ce n’est pas un monde dans lequel j’ai envie de vivre, car ce monde ouvre la boîte de Pandore, sans limite aucune.
    Et je refuse qu’on utilise mes impôts à fabriquer volontairement des enfants sans père(PMA). Les accidents de la vie sont suffisamment cruels pour certaines familles, pour ne pas en rajouter avec des lois qui feraient délibérément des orphelins de père.
    Je rappelle qu’une consultation a eu lieu avec les Etats généraux de la bio-éthique, il y a quelques mois. Tous étaient invités à y participer. Pour info, la PMA a été rejetée à 82% des participants.
    Pleinement d’accord avec la conclusion de E. Levy: “Quoi qu’il en soit, la pauvreté des arguments avec lesquels nous sommes conviés à faire le grand saut a de quoi faire peur. Il n’est question que de désir, d’amour, d’envie, c’est-à-dire de sentiments et de droits qui ne regardent personne d’autre que la ou les candidates à la maternité. Quand je veux si je veux comme je veux”

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *