Tout le mépris du « camp du bien » pour la droite !

Publié par le 1 Mai, 2018 dans Blog | 5 commentaires

Tout le mépris du « camp du bien » pour la droite !

Oui, la droite a mauvaise presse en France !

Depuis des décennies, la gauche s’est imposée, notamment dans les médias, comme la seule représentante du camp du bien.

Les médias ont depuis longtemps adopté un vocabulaire orienté imposé par la gauche. On oppose des (affreux) conservateurs aux (modernes) progressistes.

Quand la gauche arrive au pouvoir et démonte ce qu’a fait la droite, la presse trouve ça normal, mais quand la droite revient sur des lois de gauche, elle est qualifiée de réactionnaire !

Une des figures les plus typiques de cette culture de gauche, est campé par Nicolas Domenach qui sévit, trois jours par semaine, au micro de RTL.

Hier matin, sa chronique fut un modèle du genre ! Une chronique d’où ruisselle ce mépris pour tout ce qui est de droite. Vous noterez que sa diatribe ne fait que lister les positions et les combats de la droite sans jamais leur opposer le moindre argument de contestation.

Pour un homme de gauche comme Domenach, le seul fait d’énoncer les idées de droite suffit à les déconsidérer ! Nul besoin d’argumenter puisqu’il sait qu’il appartient, lui, au camp du bien !

Jugez par vous-même :

Yves Calvi : A Notre-Dame-des-Landes, les zadistes rentrent dans le rang, mais d’autres zadistes se révèlent et ceux-là ne sont pas masqués …

Nicolas Domenach : Ils préfèrent tenir le haut du pavé plutôt que de le lancer ! Ceux-là, ce sont des in-tel-lec-tuels qui ne veulent pas se contenter d’occuper quelques parcelles de terre et de marécage avec grenouilles agiles et campagnols amphibie. Certes, ils peuvent, certains matin, comme Eric Zemmour, émerger, coiffé tel le triton crêté, sans doute par solidarité, mais leur vision est plus large et plus élevée. Ces grands esprits qui sonnent plus que jamais l’alarme et même le tocsin, et bien veulent défendre le pays en son entier, car c’est la France qui serait, dans son ensemble, devenue une ZAD, une zone à défendre.

Oser comparer des zadistes qui occupent par la violence un territoire malgré 160 décisions de justice et un référendum citoyen, à des personnalités, comme Eric Zemmour, respectueuses de l’ordre républicain, est en soi une insulte à la démocratie et à la liberté d’opinion.

C’est Ivan Rioufol, le chroniqueur du Figaro, qui l’a formulé aussi clairement, ce week-end, face à l’ennemi extérieur qui nous gangrènerait désormais de l’intérieur, face à l’islam, dominateur, bien sûr, qui, je cite : « colonise notre banlieue, disloque notre nation », il faudrait se réarmer intellectuellement, identitairement, retrouver ses frontières en même temps que sa culture, ses racines, se replier, se barricader, comme l’ont fait, symboliquement, les extrémistes du mouvement Génération identitaire, ces schtrumpfs bleus qui sont allés bloquer le col de l’Echelle dans les Hautes-Alpes, pour stopper les migrants. Cette spectaculaire opération fait parfaitement écho à cette pensée-barbelés, cette obsession du repli qui fait son retour.

La « pensée-barbelés » … Certes un bon mot mais une caricature de la pensée de droite ! Mais à gauche, toute imprégnée de rejet du passé (parfois glorieux) de notre pays, de la négation de son identité propre, toute pétrie de repentance et pour tout dire pleine de haine de soi, défendre la France n’est qu’un repli sur soi.

Laurent Joffrin : un autre exemple de la gauche méprisante !

La victoire d’Emmanuel Macron, c’était leur défaite. Macron a gagné l’élection majeure en pariant sur l’optimisme et non sur le déclinisme, sur l’ouverture et non la fermeture, sur le sursaut national et non sur la peur du suicide. Il a célébré la France souverainiste avec l’Europe et non contre l’Europe. L’idée de progrès humaniste l’a emporté contre la xénophobie populiste. Mais ce succès du positivisme macroniste n’a pas fait disparaitre, comme par enchantement, les bardes qui pleurent les splendeurs de l’ancien temps. Certains ont toujours leur talent fiévreux et angoissés comme Alain Finkielkraut qui prétend avoir le monopole du coeur de la langue française, sinon de son âme.

Toujours la caricature ! D’un côté le bien suprême : le progrès humaniste, et de l’autre le mal absolu : la xénophobie populiste. Et les affirmations gratuites : où et quand Alain Finkielkraut a t-il jamais prétendu avoir le monopole du coeur ?

Natacha Polony ne manque pas un bal masqué pour se déguiser en Jeanne d’Arc et notre Eric Zemmour y porte volontiers la redingote de Bonaparte et son bicorne célèbre, même si l’original a été racheté par le roi du poulet sud-coréen !

Quant à Philippe de Villiers, il sonne les cloches des églises de peur qu’on entende la voix des muezzin, et il en appelle à Marion Maréchal-Le Pen et rappelle à la droite qui consonne volontiers que sa mission, c’est l’enracinement, la préservation de notre identité tricolore et de nos paysages intimes, face à l’islamisation.

Avec cette dernière phrase, on a l’exemple typique du fait que le seul énoncé des principes défendus par la droite vaut condamnation. Nul besoin d’argumenter !

Ces zadistes de luxe, cousins, à la mode de Bretagne des Black Blocs, ne sentent pas la sueur ni le fromage de chèvre. Ils ont d’ailleurs comme bible le Figaro Magazine, un journal très class up, super classe … Nouvelle formule mais super tradi ! On y encense régulièrement « et con dios », ce que signifie d’ailleurs son prénom, Jean-Michel Blanquer, ce super ministre, enfin autoritaire, qui va faire écrire et tenir droit les sacripants et purifier l’éducation mortifère des miasmes de l’esprit soixante-huitard.

Pour un homme de droite, la description des actions de Jean-Michel Blanquer est très positive mais on devine que Domenach croit qu’elle sonne comme une condamnation sans appel de son action.

Dans le Fig Mag, les maîtres-penseurs de droite sont à l’honneur et les grands chefs d’oeuvre de la littérature française sélectionnés par le défunt Jean d’Ormesson, voisinent avec les pubs à rêver pour l’Alfa Romeo Guilia Z (vitesse 307 kmh – puissance 510 cv). Ça n’empêche pas de consacrer une page au philosophe Michel Omfray qui, lui, vante, dans le Figaro papier, les bienfaits de la réclusion monastique. 

C’est ça la France à défendre !

Et aussi les croisières, car les zadistes du Figaro adorent se faire promener en bateau très au loin. Croisières paradisiaques en Polynésie française, croisières polyphoniques au Portugal, entre sensualité, émotion et passion, croisières théâtre et gastronomie dans les îles grecques,  croisières-golf aux Caraïbes.

Les zadistes du Figaro, c’est pas Zazie dans le métro !

Le Figaro, c’est la bête noire des gauchistes. Ils ne parviennent pas à comprendre comment certains Français peuvent lire ce « torchon réactionnaire ».  Quant au Figaro magazine, c’est encore pire ! C’est le « magazine des bourgeois, des riches ! »

La lutte des classes n’est pas morte dans le cerveau marxo-lénino-formaté de cette gauche obsolète ! Elle transparait violemment dans cette saillie agressive : « C’est ça la France à défendre » La France des riches, la France des nantis, la France des croisières !

Pour Domenach, la France à défendre, ce doit être celle des syndicats arc-boutés sur les avantages acquis qui font injure à la justice sociale, celle d’une fonction publique pléthorique ruinant les chances de redressement de la France, celle d’une justice partisane, d’une éducation nationale aux mains des pédagogistes sectaires, et plus grave, la France ouverte à tout vent à l’altermondialisme et au communautarisme.

Une seule réponse à faire à Domenach : « A droite, fièrement ! »






5 Réponses à “Tout le mépris du « camp du bien » pour la droite !”

  1. deux citations : « L’utopie n’est astreinte à aucune obligation de résultats. Sa seule fonction est de permettre à ses adeptes de condamner ce qui existe au nom de ce qui n’existe pas. » (Jean-François Revel).
    Et surtout Nietzsche : « À lutter contre la bêtise, les plus justes et les plus doux des hommes finissent par devenir brutaux. Car au front stupide, l’argument qui revient de plein droit est le poing brandi. Mais comme leur caractère est doux et juste, ce moyen de légitime défense leur fait plus de mal qu’il n’en inflige. » En clair Christian, arrive un moment où, face à de tels personnages, il n’y a plus qu’une solution : leur donner des baffes !

  2. Non content d’être sot,Domenach est lâche,par dessus le marché: il profite de l’absence de l’intéressé,qui ne peut lui répliquer,pour s’en prendre au physique d’Eric Zemmour: »coiffé tel le triton crêté ».
    Attaque ad hominem grossière…
    Ce Domenach a tout du petit flic qui passe son temps,avec une délectation perverse,à dresser des listes de « réactionnaires ».
    La pensée-barbelés,c’est la sienne et celle de ses émules de gauche…

  3. Tu parles mon neveu d’une référence Domenach! Que tous ces gauchos
    profitent, çà va pas durer!

  4. La goche a inventé sa verité et la bien pensance tellement ils sont nuls…

    La nullite de ces gens confine plus a la betise, mais en une dictature de la pensé pour eviter que de vraies verités sortent et nuisent a leur idées.

    Apres les idées de goches qui n’ont jamais bien marché face a la realité, les tentatives pour recuperer le peuple francais qui a echoué,
    la goche se gausse de verité, que nul, d’apres eux, ne possedent, malgres sa verité et une effroyable descente intellectuelle dans l’education nationale, voulue, organisé par la goche pour recuperer les futurs gochistes,
    le peuple ne suit toujours pas.

    Alors pour empecher les gens de voir d’autre verités que la leur, la goche utilise un subterfuge : la bien pensance…

    Elle ajoute aussi la police de la pensé, et une hysterisation de la societé, pour empecher tout individu de raisonner normalement…

    Oui la goche a un probleme, celle d’etre peu ecoutée, alors les moyens enormes des medias et des institutions dominé par la goche, dont les leviers sont l’education nationale, la justice, les medias…
    sont utilisé pour faire taire, par une police de la pensée, qui detourne les problemes, empeche la clarté, et par d’autre moyen aussi peu honnete, tout cytoyen qui ne pense pas comme eux.

    La goche minable, mediocre, avachie dans son ideologie, penche desormis pour une dictature de la pensée, a defaut de rouler les gens comme avant.

  5. La gauche a monté une strategie de conquete, qui s’est élaboré avec le temps, car s’en est une, qui passe par une tentative de prise de pouvoir absolu qui va au dela du politique, en pensant au lendemains, en influençant la maniere de pensée, en imposant sa propre verité, ou elle dicte ce qui est bon ou pas, avec ses « chiens de gardes » les journalistes, prêt a fondre ou demolir quiconque s’eloigne ou menace la pensée unique qu’elle voudrait voir partout établit, tout en maintenant une apparence de democratie.
    Exercice difficile.

    Mais pour ce faire, elle a prudement installés des hommes a elles aux points clées, dans les medias et la justice a deux vitesse pour tenter d’ obtenir ce pouvoir absolu, aussi, c’est une guerre en sourdine qu’elle a declaré a la droite, qu’elle caricature et attaque s’en cesse, en ce servant de l’image sociale qu’elle ce donne au lieu du fond, pour mieux la condamner, et en abimant l’image de son « ennemi », pourra mieux imposer sa pensée unique dans le temps.

    Et avec ses « chiens de garde » de la pensée unique, ses journalistes, ils salissent leurs cibles choisi d’avance selon leur interets, servit par une caisse de résonance mediatique a sens unique et une justice prompte a agir contre la droite, mais tres longue a agir contre son propre camp en ne donnant souvent pas suite contre la gauche sous des pretextes divers, qui pour les memes raisons, lui vaudrait ses foudres une action immediate.

    Et pour mieux faciliter l’acceptation de la bien pensance, les medias et la culture agissent de concert pour déculturer plutot qu’éduquer, et depuis des décennies, de meme a l’ecole, ce qui explique son recul permanent et un bac a bon marché.

    Oui, c’est bien a une strategie que nous avons affaire et a une immense hypocrisie actuelle qui n’aura d’autre resultat que de vouloir nous lobotomiser avec des leaders qui penseront a notre place.

    Voila le monde qu’ils veulent nous préparer.
    Ou est le camp du bien ?

Trackbacks/Pingbacks

  1. Quand la gauche justifie la violence des black blocs ! | A droite fièrement ! - […] « Tout le mépris de camp du bien pour la droite  » […]
  2. Les jeunes qui défendent la France contre les migrants sont condamnés, les black bocs saccageant le pays eux sont félicités | La Gauche m'a tuer - […] « Tout le mépris de camp du bien pour la droite  » […]

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *