Trump plus social qu’Obama ! Ça leur fait trop mal !

Publié par le 9 Juil, 2019 dans Blog | 4 commentaires

Trump plus social qu’Obama ! Ça leur fait trop mal !

A chaque élection américaine, je suis sidéré de voir la presse française unanime, choisir son camp : celui des démocrates !

On parle toujours de l’arrogance française. Elle est particulièrement prégnante dans les médias français, prompts à dénoncer les étrangers (de droite !) qui se mêlent de politique française, mais qui eux se permettent de choisir leur candidat à la Maison Blanche.

Dans les rédactions françaises, on avait frôlé l’orgasme avec l’élection de Barrack Obama, un démocrate et en plus un Noir ! Juste un regret : son hétérosexualité avérée !

Et quand, par malheur pour eux, un candidat républicain est choisi par le peuple américain, les médias sont outrés. Alors quand Donald Trump battit leur candidate, Hillary Clinton, ce fut un déchainement médiatique contre les « beaufs » du « Middle West », juste des péquenots incultes !

Depuis cette aversion anti-trump perdure dans les médias français, sans jamais qu’ils reconnaissent certains bons résultats de la politique sans nuances de Donald Trump.

Et pourtant, la politique économique de Trump s’avère plus sociale pour les travailleurs et certaines minorités que celle d’Obama. C’est ce que démontre l’article suivant publié par l’IREF (Institut de Recherches Economiques et Fiscales) :

La politique économique de Trump profite beaucoup
plus aux travailleurs que celle d’Obama !

Déréglementations, libéralisation, baisse des impôts :
le cocktail économique qui marche.

Il devait forcément être le « président des riches ». Une formule largement utilisée en France mais reprise fidèlement et à satiété aussi par les Démocrates américains qui s’opposent à la politique économique du président Trump. Or, presque trois ans après son élection, Trump semble devenir, selon le Wall Street Journal qui publie les données économiques les plus récentes, non pas l’élu des riches mais bien celui des … pauvres. Ce sont les indicateurs et les statistiques économiques qui le montrent. Il y a d’abord le taux de chômage à 3.7 %, le plus bas depuis 50 ans. Le Labor Department vient d’annoncer la création de 225 000 emplois en juin, largement au-dessus des prévisions, ce qui prouve qu’il n’y pas vraiment de ralentissement sur le marché de l’emploi. Les revenus ont augmenté de 3.1 % en moyenne depuis un an.

Le taux de chômage des Noirs est de 6,2 %, ce qui ne représente que 2,9 points de pourcentage de plus que pour les Blancs, par rapport à un écart de 4,6 points avant le début de la récession de 2008. Le chômage a diminué deux fois plus vite chez les Noirs que chez les Blancs depuis décembre 2016.

Les minorités encore plus gagnantes que sous Obama !

Près d’un million de Noirs et deux millions d’Hispaniques de plus sont employés par rapport à la fin de la présidence d’Obama. Les minorités représentent plus de la moitié des nouveaux emplois créés pendant la présidence Trump. Le chômage chez les femmes noires a oscillé autour de 5 % au cours des six derniers mois, son plus bas niveau depuis 1972, et à peine 3,5 % des diplômés du secondaire sont au chômage. Contrairement aux critiques, seulement 5 % des Américains cumulent plus d’un emploi, et ce taux est resté relativement constant depuis 2010. Et 1,3 million d’Américains de moins travaillent à temps partiel par rapport à la fin de la présidence Obama.

Concernant les revenus, les salaires horaires moyens des ouvriers du secteur manufacturier ont augmenté de 2,8 % par an sous la présidence de Trump, contre 1,9 % au cours du second mandat de Barack Obama. Des Etats industriels comme l’Ohio, la Pennsylvanie, le Michigan, l’Indiana…ont enregistré des hausses de revenus beaucoup plus importantes que sous Obama. La hausse des salaires des ouvriers en Virginie-Occidentale a été en moyenne de 5,1 % par an pendant la présidence Trump, contre 1,2 % au cours du second mandat d’Obama.

Liberté de choisir son assurance santé

Les politiques de déréglementations et de baisse des impôts mises en place par Trump ont libéralisé l’industrie et ont soulagé les chefs d’entreprises. Résultats : fortes augmentations des investissements et des créations d’emplois, croissance plus rapide, moins d’inégalités. Les bénéfices des entreprises ont d’ailleurs augmenté quatre fois plus pendant les deux premières années du président Trump que pendant le second mandat de M Obama. Les employés en ont été les grands gagnants.

Comme ils le seront après une nouvelle déréglementation adoptée par l’administration Trump. Il s’agit d’étendre les avantages fiscaux dont bénéficient les employés qui prennent l’assurance santé offerte par leur propre employeur dans les petites entreprises (de 3 à 24 employés) à n’importe quelle assurance santé privée. La nouvelle règle a pour effet d’étendre l’avantage fiscal des soins de santé des employeurs aux personnes qui contractent leur propre assurance. Cela contribuera à corriger une injustice dans le code des impôts, qui favorise l’assurance de l’employeur. Ainsi, plus de 11 millions d’employés auront la liberté de choisir leur assurance santé.

Nicolas Lecaussin pour l’IREF

Merci de tweeter cet article :





4 Réponses à “Trump plus social qu’Obama ! Ça leur fait trop mal !”

  1. Comme le disent ceux de notre famille qui sont expatriés aux USA depuis fort longtemps et comme lee disent leurs amis que nous avons rencontrés :
    « Trump nous fait honte : il est vulgaire, mal poli, pas élégant. mais nous revoterons pour lui la prochaine fois : les salaires augmentent, notre pouvoir d’achat aussi, le chômage diminue, la sécurité des personnes augmente. »

  2. Comme le disent ceux de notre famille qui sont expatriés aux USA depuis fort longtemps et comme le disent leurs amis que nous avons rencontrés :
    « Trump nous fait honte : il est vulgaire, mal poli, pas élégant. mais nous revoterons pour lui la prochaine fois : les salaires augmentent, notre pouvoir d’achat aussi, le chômage diminue, la sécurité des personnes augmente. »

  3. Comme disent certains chez nous:

    -C’est le gendre ideal mais pour dire ça, il faut avoir 90 piges !!!

    -C’est un ex-banquier d’affaires, le budget va être équilibré, sauf que 3 millions de son patrimoine ont disparu, évaporés, dispersés, éparpillés façon puzzle !!!

    -Il côtoie que du beau monde, Bayrou, Ferrand, Benalla, Castaner (le repris de justesse) et même de Rugy futur ex ministre de l’écologie !!!

    -C’est le Gerard Majax de la politique il invente des taxes, impôts et contributions pour en supprimer d’autres moins fructifiant sans jamais révéler son secret… Où passe notre pognon de dingue ???

    Car il n’a toujours pas répondu à Mme Mouraud, cela ne coûtait pourtant rien de répondre à cette question de façon précise.
    On demande à tant de citoyens de faire des efforts pour payer
    -Les retraités de plus en plus nombreux car ils crèvent trop tardivement.
    -Les chômeurs de plus en plus nombreux car ils refusent de traverser la rue pour bosser au bar-tabac, à l’usine, à l’école, au bureau de poste, à la clinique tous situés sur le trottoir d’en face mais fermés pour cause de concurence déloyale, restriction budgetaire ou delocalisation.
    -Les réfugiés politiques de plus en plus nombreux car l’islamisme radical mène une guerre quasiment mondiale contre les mécréants de presque tous les continents.
    -L’immigration économique et clandestine incontrôlables par l’absence de réelles frontières, l’absence d’une politique dissuasive et prochainement favorisés par la signature du traité de Marrakech.

    On aimerait savoir les évolutions de tout ce qui nous coûte un « pognon de dingue », ainsi que le coût de l’implication de la France dans les conflits qui j’espère ne favorise pas ces flux migratoires.

    Nos administrations nous coûtent tellement qu’elles doivent bien savoir la repartition précise des postes de dépense en constante augmentation qui engendrent l’augmentation de la dette, la fermeture des services publics. On a même été capable de chiffrer le coût de la crise des « gilets jaunes » ainsi que leur dénombrement précis au pékin près, chaque samedi.

    C’est aussi ça la transparence de la vie publique !!!

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *