Un parachute très doré !

Publié par le 9 Mar, 2019 dans Blog | 5 commentaires

Un parachute très doré !

Je ne suis pas de gauche … ça se saurait ! 

Mais j’ai souvent envie de renverser la table devant les instances dirigeantes qui se gavent au détriment du peuple. Les parachutes dorés, les retraites-chapeaux ne sont plus supportables aujourd’hui.

A chaque scandale, c’est un déferlement médiatique. Le gouvernement condamne moralement le bénéficiaire de sommes faramineuses puis fait voter une loi.

Et quelques mois plus tard, c’est un autre scandale qui éclate !

Le régime de chômage des Intermittents du spectacle est, en soi, un scandale mais quand on apprend que le directeur de la caisse qui les gère vient de la quitter avec sous le bras un pactole de 1,9 million d’euros, on ne peut que se révolter.

Cet article de Capital nous révèle ce scandale :

Le parachute très doré du directeur de la caisse des intermittents du spectacle

Patrick Bézier – directeur d’Audiens, gestionnaire des caisses des intermittents et des journalistes pigistes.

Après quinze ans à la tête d’Audiens, Patrick Bézier est parti avec 1,9 million d’euros. Une somme « dans la norme » à en croire le principal intéressé, dont la ligne de défense va avoir du mal à passer.

En termes de parachute doré, Patrick Bézier fait fort. Jusqu’à l’année dernière, il dirigeait Audiens, groupe de protection sociale… à but non lucratif, qui gère notamment les congés spectacles des intermittents ou encore les caisses de retraite des journalistes pigistes. Des professions précaires, qui risquent d’avoir du mal à encaisser le montant perçu par Patrick Bézier au moment de quitter Audiens après quinze années à sa tête : selon le Canard Enchainé, il a profité d’un joli pactole d’1,9 million d’euros.

Le journal dresse le détail de cette somme : Patrick Bézier a touché douze mois de salaire, soit 300.000 euros net, auxquels il faut ajouter des indemnités légales, et un juteux solde de tout compte (congés payés, etc). Il a aussi bénéficié de deux retraites chapeau, légales, au titre de deux articles du Code général des impôts. De quoi voir venir, alors que son salaire annuel était… de 422.000 euros brut par an jusqu’alors.

« Des montants très raisonnables »

Des indemnités « dans la norme » selon le principal intéressé, interrogé par le Canard Enchaîné, même s’il trouve « plus honnête de parler en net, et même en net après impôts ». « Audiens regroupe une dizaine d’institutions de retraite, de prévoyance, etc. Je touchais un salaire pour diriger chacune d’elles. Remonté à chaque société, ça fait des montants très raisonnables. Par exemple, pour diriger la mutuelle d’Audiens, j’étais payé 5.000 euros par mois », se défend-il maladroitement.

Il explique que ses conditions de départ ont été « fixées il y a plus de dix ans, quand les choses allaient bon train, et tout a été approuvé en conseil d’administration ». « Il a très bien manœuvré, pendant des années, pour se mettre tout le monde dans la poche, notamment la CGT, qui y joue un rôle clé », assène un ancien de la maison, amer, toujours dans les colonnes du Canard Enchainé. Pas de quoi faire douter l’ancien président d’Audiens : « On fait le même métier que des groupes d’assurances où les dirigeants, eux, touchent des stock-options », ajoute Patrick Bézier.

Les personnes cotisant auprès d’Audiens apprécieront de savoir que Patrick Bézier est toujours impliqué au sein du groupe : il est conseiller spécial d’Odile Tessier, qui lui a succédé, et président d’Audiens Care, le pôle santé. Mais « à titre bénévole », assure-t-il.

Frédéric Serveur pour Capital.

Merci de tweeter cet article :





5 Réponses à “Un parachute très doré !”

  1. Au fait, en ce qui concerne les intermittents du spectacle, aucune réforme de leurs indemnisations chômage en vue?

    • Vous parlez bien des « inter-mitterand » du spectacle ???
      Dépenses sociales permettant au stars du monde des paillettes de se gaver à mort plutôt que de mieux rémunérer la totalité des intervenants qu’envient les intérimaires et saisonniers du monde du travail.
      La taxe sur l’audiovisuel, représente le tiers du budget alloué à la culture qui nous coûte 10 milliards d’euros par an.
      Pourquoi ce pognon de dingue pour servir la soupe au pouvoir, effectuer de véritables interrogatoires lors des faibles apparitions d’une frange de l’adversité politique tournant en « opponent bashing challenge » ???
      La publicité peut clairement subvenir aux budget de cette force médiatique, mais le pouvoir préfère conserver une influence sur le service public et promouvoir ce fameux 4ème pouvoir en dénigrant et en censurant l’opposition.
      Cela permet aussi de transformer des François en Berleand et leur permettre d’influencer l’audience contre ceux qui se dressent sur la route du pouvoir ou de destituer des Bigard en Jean-Marie pour une certes mauvaise blague mais qui n’effacera pas le talent que cette personne a de faire rire une partie du peuple en ces temps bien tristounets.
      Le comportement hors de son job de M. Berleand me choque plus que Bigard faisant le sien même si sa blague ne m’a pas fait rire mais ne l’a-t-on pas invité pour ses blagues choquantes ???

      De grâce « Manu » rends l’argent du peuple plutôt que d’engraisser ceux qui le dénigrent, qui le manipulent par mensonges ou omissions et les spolient par votre connivence.

      • Bonjour
        Je suis en tant qu’intermittent du spectacle le premier choqué par le parachute doré de M.Patrick Bézier,d’autant plus, que je suis a la retraite dans deux mois et que  »faute d’argent  » la blague, ma retraite complémentaire va être minoré de 10% pendant trois ans. Merci Mr Bézier
        Mais s’il vous plait ne dites pas n’importe quoi sur le régime de l’intermittence faut il rappeler que la culture  » à travers ses Festivals en région et toutes les activités quelle génère rapporte plus que l’industrie de l’automobile (et en pus elle ne pollue pas )
        Et comme je le dis souvent venez partager une semaine d’un intermittent pour comprendre Personnellement depuis quarante ans mon job je dois tous les matin aller me le chercher.A bon entendeur Salut

  2. ils ne vont pas réformer les indemnités des intermittents
    ils sont tous des électeurs de gauche, comme de Macron
    un gouffre financier voila ce que nous coute ses assistés, en grande partie.

  3. la nouvelle n’a pas vraiment fait la une des médias. Quand on compare au tollé, dès qu’un grand patron de l’industrie, qui a des responsabilité d’une autre envergure, part avec un « parachute doré » …
    A vomir !

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *