Un scandale à 50 milliards d’euros !

Publié par le 3 Oct, 2020 dans Blog | 3 commentaires

Un scandale à 50 milliards d’euros !

Ce n’est pas la première fois, ni la dernière, assurément, que je consacrerai un article à la fraude sociale.

Le fait est que, à chaque fois que ce problème revient dans l’actualité, grâce à l’action obstinée de Charles Prats, le montant de la fraude a augmenté, pour atteindre aujourd’hui la somme astronomique de …

50 milliards d’euros par an !

Rappelons que la dépendance, la prochaine nouvelle branche de la Sécurité sociale, devrait nécessiter un financement de 3 à 5 milliards d’euros, et on envisage pour cela de ponctionner les pensions des retraités !

Alors qu’il suffirait juste de diminuer la fraude sociale de 10 % pour trouver l’argent !

Valeurs actuelles a consacré un de ses derniers numéros à la fraude sociale. Voici quelques éléments tirés de son dossier explosif qui montrent que certains organismes d’Etat font tout pour entraver les enquêtes sur la fraude sociale :

 

En commençant par ce scandale dans le scandale ! 

De quel organisme provient la fin de non recevoir suivante ?

Au regard des éléments que vous avez portés à notre connaissance, qui en l’état se limitent à établir une hypothèse de détournement de fonds publics sur la base du seul refus de communication opposé par les organismes sociaux, il apparaît que les conditions pour justifier, tant sur le plan juridique que factuel, des investigations judiciaires ne sont pas réunies.

Il s’agit du trop fameux PNF (Parquet National Financier) qu’on a connu plus prompt à se saisir d’une affaire de fraude !

On se rappelle tous que ce PNF, créé par Normal 1 et sa maitresse des basses oeuvres, Christiane Taubira, s’était auto saisi, quelques heures seulement après la parution d’un article de presse, de l’affaire de l’emploi supposé fictif de Pénélope Fillon.

Pourtant, le PNF était dédié aux affaires financières complexes avec des ramifications internationales. Deux caractéristiques que n’avait absolument pas l’affaire Fillon, mais que présente sans nul doute la fraude sociale avec ses ramifications à l’étranger et notamment au Maghreb !

Un simple article dans le Canard enchainé suffit à mobiliser le PNF mais de multiples publications de Charles Prats et les résultats d’une enquête parlementaires qui les confirment, laissent le PNF de marbre !

N’y a t-il pas suffisamment de bénéficiaires de droite
dans la fraude fiscale  pour intéresser le PNF ?

Il n’y a pas que le PNF qui fasse scandale, l’administration aussi !

Le refus du PNF d’enquêter a renforcé la mauvaise volonté mise par l’administration pour combattre la fraude.

Comment s’étonner dès lors que l’administration continue à mentir sous serment à la représentation nationale pour masquer l’ampleur de ces fraudes sociales ? Mais le vent est en train de tourner et les parlementaires semblent décidés à ne plus se laisser faire. Pour preuve ? Ce courrier du 16 septembre, adressé à Richard Ferrand, le président de l’Assemblée nationale, courrier dénonçant les faux témoignages de Mme Lignot-Leloup, de M. Revel et de M. Von Lennep.

Un exemple ? Mme Lignot-Leloup, la directrice de la Sécurité sociale, après avoir affirmé sous serment, le 11 février 2020, que le nombre de cartes Vitale surnuméraires ne s’élevait plus qu’à 2,6 millions (!), retrouvait toute sa lucidité pour expliquer, deux jours plus tard, qu’à la fin de l’année 2019, le nombre de cartes surnuméraires s’établissait à 609 000.

Le président de l’Assemblée nationale prendra-t-il le risque politique de fragiliser Nicolas Revel, ancien directeur de la Caisse nationale de l’assurance maladie, devenu le directeur de cabinet de Jean Castex ? Rien n’est moins certain.

Mais désormais les Français savent que le gouvernement
et les dirigeants des administrations leur mentent !

Merci de tweeter cet article :





3 Réponses à “Un scandale à 50 milliards d’euros !”

  1. 50 milliards probables pour la fraude sociale. Là on parle de l’illégal. Mais combien pour le légal : ces allocations à tout va versées le plus légalement du monde, juste parce qu’ils y ont droit, à des gens qui n’auraient jamais du être là et ne produisent rien ? Encore 50 Mds ? 100 ? Plus ?
    Si on ajoute la fraude fiscale, les abus « légaux » en tous genres, … le total est absolument stratosphérique.
    Sans la catastrophe migratoire, et avec un minimum de volonté pour mettre au boulot la partie de la France qui profite de l’autre, on pourrait avoir un niveau de vie proche de la Suisse avec des prélèvements à moins de 40% du PIB.

    • jacques boudet dit:

      M.René LUCET, directeur de la CPAM à Marseille récupérait des « fuites de 50 à 60 millions FR. » par an.
      Le 4 mars 1982 il se « suicidait » à son domicile, revolver Taurus cal .38 spécial, 2 balles dans la tête.

      Le tir en double action impose une force minimale de 4,8Kg sur la queue de detente pour armer le chien jusqu’au « point mort » et percuter la munition.

      la Justice classa l’affaire.

      Tels :
      – Duc Jean de Broglie, ancien ministre,
      Paris, 3 balles dans la tête le 24 décembre 1976
      – Robert Boulin, ministre,
      noyé la tête hors de l’eau dans l’Étang du Rompu 30 octobre 1979,
      les viscères voyageurs retrouvés en juin 2010
      – Pierre Bérégovoy, premier ministre,
      Nevers, balles dans la tête le 1er mai 1993 pistolet du garde du corps.
      – François de Grossouvre, palais de l’Élysée
      le 6 avril 1994, revolver Manhurin cal .357 Mag dans la main droite, une balle dans la tête, luxation avant de l’épaule gauche, ecchymose à la face.

      Haut les cœurs !
      Déficits Tremblez !

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *