« Un vaste attentat contre la langue française »

Publié par le 11 Sep, 2019 dans Blog | 14 commentaires

« Un vaste attentat contre la langue française »

Le gouvernement vient de réformer le BAC …

C’était sûrement nécessaire. Quand on voit que le taux de réussite dans les filières générales varie entre 90 et 92 % on peut se demander à quoi sert cet examen et en quelle estime les futurs employeurs de ces bacheliers doivent le tenir !

J’ai trois petites anecdotes que ma femme m’a rapportées quand elle enseignait l’économie-gestion en BTS. Elles illustrent bien la décrépitude du BAC.

1 – Lorsqu’elle corrigeait les devoirs donnés aux élèves – quand ceux-ci acceptaient de les rendre – elle était obligée de lire le texte à haute voix pour en saisir la signification. Quand le verbe « est » est orthographié « et » le sens des phrases devient difficile à saisir !

2 – Un jour, mon épouse s’est fait reprendre par le proviseur car elle retirait des points à ses copies d’économie quand il y avait trop de fautes de français. Le proviseur lui a demandé : « Etes-vous professeur de français ? Non ? Alors pourquoi jugez-vous le français des copies ? » Pourtant ma femme avait remarqué que lorsqu’elle prévenait les élèves de ces points associés à l’orthographe, les copies s’en trouvaient bien améliorées !

3 – Lors de l’examen du BTS, le président du jury d’examen avait donné comme consigne aux correcteurs : « Ne donnez pas de notes inférieures à 12 ! Ou bien vous aurez à vous en expliquer auprès de moi ! » Par contre, il n’y avait aucun problème pour mettre un 20 !

Je relaye aujourd’hui la lettre ouverte (dans Causeur) d’un professeur de Français, correcteur au BAC, à son inspecteur d’académie. Il s’agit d’une lettre au vitriol qui crie le désespoir de ce professeur qu’on devine pénétré de sa mission de former ses élèves :

Monsieur l’inspecteur, je vous fais une lettre …

Les copies du bac sont complaisamment surnotées. Un prof brise l’omerta

Un professeur agrégé de lettres au lycée La Fayette de Clermont-Ferrand s’insurge, dans une lettre ouverte à l’inspecteur d’académie, contre l’obligation faite aux enseignants de surnoter des copies indigentes. Une fausse bienveillance qui cache un vrai mépris.

Monsieur l’inspecteur, Il fut un temps où vos prédécesseurs soutenaient les professeurs dans leurs exigences scolaires, avant que le laxisme et le renoncement déguisés en bienveillance ne deviennent la doxa de l’institution.

Bac de français: « les copies sont massivement mauvaises »

Je fais l’expérience de cette démission depuis mes débuts dans la carrière, à l’occasion d’inspections parfois houleuses et surtout lors de l’annuelle correction des copies de français du baccalauréat. Cette lettre se veut l’écho d’une colère qui ne passe pas, récemment alimentée par votre attitude : comme le débat contradictoire ne me semble pas avoir votre préférence, et que je me sens insultée en tant que professeur par l’institution dont vous êtes la voix, quel autre moyen pour faire entendre la mienne, et à travers elle la colère de bien des collègues ?

Cette année comme les autres, lors de la commission d’harmonisation des notes qui se tient à l’issue de la correction des copies, je suis ciblée comme étant le professeur dont les résultats sont inférieurs à la moyenne académique. Cette année comme les autres, on m’en demande justification : et peu importent la qualité intrinsèque des copies, l’incompréhension des textes qu’elles révèlent – jusque dans leur littéralité –, la paraphrase indigente qui les constitue, et le sabir à peine identifiable, dans sa syntaxe comme son orthographe, que nous devrions considérer comme du français et qui n’est qu’un vaste attentat contre la langue. Peu importent ces éléments objectifs et vérifiables, votre unique préoccupation tient en un mot : “harmonisation”. Je n’y verrais rien à redire s’il s’agissait de noter les copies en fonction de ce qu’elles valent, mais les consignes de correction (explicites ou subliminales) sont telles que beaucoup, en censurant leurs exigences et en surnotant comme un seul homme, en viennent à faire artificiellement gonfler une moyenne dont les vilains petits canards de mon espèce sont sommés de se rapprocher s’ils ne veulent être exclus de cet annuel concordat. Ou plutôt de cette grande foire aux bonnes notes qu’est devenu le baccalauréat. Les récalcitrants, ceux qui ont encore l’audace de donner à une copie la note qu’elle mérite, vous tentez de les intimider par l’“harmonisation”, mot magique et lénifiant qui tue toute velléité de critique ou d’insoumission : votre mission consiste désormais à faire taire celui qui ne voit dans la pratique actuelle que la pathétique dissimulation du désastre en cours par le trucage de la notation, et j’avoue ne pas y trouver grande dignité. Vous avancez paré de toutes les vertus, la bienveillance et l’humanité en bandoulière, et stigmatisez habilement le correcteur qui refuse ce jeu de dupes : seul un mauvais coucheur, un ennemi du genre humain, rigidifié dans des sévérités d’un autre âge, peut vouloir se soustraire à la “Grande Harmonisation” rituelle ! Oui, les notes que j’attribue sont massivement mauvaises, parce que les copies sont massivement mauvaises ; je me refuse à les gratifier de points supplémentaires pour me conformer à la moyenne académique – ce que vous faites très bien sans moi –, je n’en éprouve aucune honte ni remords, et c’est cette attitude qui me vaut condamnation.

Avez-vous déjà vraiment lu une copie ?

Vous prétendez qu’il en va de l’intérêt de l’élève, forcément désavantagé par une correction moins généreuse que les autres, et c’est par ce chantage récurrent que vous présentez comme injustifiable mon refus d’ajuster les notes… Mais vous, comment justifiez-vous de tels résultats quand les copies sont ce qu’elles sont ? Comment justifiez-vous comme seul étalon de l’évaluation les bonnes notes largement distribuées ? Avez-vous déjà lu une copie, monsieur l’inspecteur, je veux dire vraiment lu une copie, sans les œillères de l’idéologie et du carriérisme mêlés, sans penser statistiques de réussite et bac pour tous ? Avez-vous lu ce que vous lisiez ? Je ne vous ferai pas l’injure de penser que vous ne savez pas estimer une copie, mais l’idéologie de la bienveillance, aujourd’hui partout répandue, et qui est pour moi l’autre nom de la démission, biaise votre rapport au réel : vos consignes de correction laxistes visent à masquer le niveau des élèves, et tout est fait pour ne pas révéler cette vérité dérangeante, qui saute aux yeux pour peu qu’on soit honnête. Mais quand on est dans le dogme, peu importe le réel, il n’existe pas ; et s’il a le tort de se manifester encore, on le maquille. Comment justifiez-vous une telle manœuvre, monsieur l’inspecteur ?

Ne me parlez surtout pas de respect des élèves, comme le firent certains de vos prédécesseurs, qui me reprochèrent régulièrement, au nom de ce principe hautement louable, l’attribution de mauvaises notes. Où est le respect quand on fait croire des sornettes à des milliers de jeunes gens qui, dans l’assurance fallacieuse de leurs compétences, iront se fracasser dès les premières années des études supérieures ? Où est le respect quand on les entretient dans une fausse idée d’eux-mêmes ? Où est le respect quand on les empêche de s’élever en les berçant d’illusions sur leur niveau ? Où est le respect quand ce sont les plus défavorisés d’entre eux qui souffriront le plus de cette hypocrisie institutionnalisée dont vous êtes le vecteur ?

L’enfer est pavé de bonnes intentions, dit-on… Rangez votre humanisme de façade et cessez de voir l’exigence de certains professeurs comme le contraire de la bienveillance : cette exigence est précisément le signe de mon respect pour les élèves, et je ne vois pas en quoi leur dire la vérité serait coupable. Nous tomberons sans doute d’accord sur un point, monsieur l’inspecteur  : les élèves sont méprisés, voire trahis. Osez vous demander par qui. »

Quelques perles

Quelques échantillons de la prose des élèves de première telle qu’on peut la lire aujourd’hui dans les copies de bac.

« Il y a des maisons plus banal limitent laissé à l’abandont, dont personne nosent s’approché. »

« Nous s’avouront que des bonnes choses tant dit que la solitude est mal. »

« Deux question nous es poser. »

« C’est différente facette ce voit. »

« On pourrais si croire dedans. »

« Peut à peut-il se sentie perdue et submerger. »

« … n’avigant un peux au hasard… »

« de l’écoeuration, de l’agassement »

Corinne Berger pour Causeur.

Saluons le courage de ce professeur qui risque la placardisation immédiate …

Merci de tweeter cet article :





14 Réponses à “« Un vaste attentat contre la langue française »”

  1. maria-miguel Bechet dit:

    Ahurissant et dramatique. Je n’aurais jamais pu imaginer que la langue française pourrait être un jour en danger de mort. Et pourtant, je dois me rendre à l’évidence que c’est vrai.

  2. Ce sera comme avant l’école obligatoire, il y aura les lettrés et puis les autres.

  3. Que voulez-vous ? C’est ça la culture de gauche : l’absence de culture au départ puis la démolition des restas. Ainsi, vous êtes certains de ne pas avoir une véritable opposition.

    • Jean-Claude BOYADJIAN dit:

      Merci La doxa égalitaire de gauche pour avoir 80 % de bacheliers …merci a ces crétins du ministère de l’éducation nationale qui étaient responsables de l’affaiblissement des programmes de français, d’histoire et autres matières…

  4. Ne voyez vous pas que c’est un moyen pour deculturer la france pour aider les politiciens a imposer plus facilement leur bien pensance et faciliter le grand remplacement prevue depuis longtemps avec le plan kalergie…

    Un con est plus facile a manipuler, et moins dangeureux pour l’etat, quand celui ci souhaite imposer des valeurs inversés, et comme les valeurs morales ne sont pas de leur coté, loin de là et empire constamment, pourquoi ce generait-il pour imposer la nouvelle evolution culturelle, d’ou un livre deja sortit dans la decennie 90 denonçant l’ecole, donc l’etat, « la fabrique du cretin »

    Aussi, ce n’est pas un hasard que ce fait la revue a la baisse par l’etat de la culture a l’ecole.

    Quand aux adultes, nous avions la violence et le meurtre aux medias qui a pris une proportion enorme, mais comme chacun sait, cela n’influe pas sur le comportement des gens qu’ils vous diraient, ce qui est faux, ou 3500 etudes americaine, je le cite de memoire, ont prouvés le contraire.
    Quand au peuple, l’etat a prouvé ce qu’il valait contre les gilets jaunes, on ne compte plus.

  5. Culture de gauche?! Ces pratiques ont commencé avec l’instauration du collège unique en 1975 et n’ont fait qu’empirer pour aboutir à ce désastre. Alors constatons de bonne foi que la gauche n’a fait que poursuivre ce qui était déjà bien enclenché et dont nous pouvons mesurer chaque jour les conséquences en entendant s’exprimer bon nombre de nos journalistes ou animateurs-télé, vecteurs de la langue,qui, bénéficiant de la caisse de résonnance médiatique, contribuent largement au massacre.(Ne parlons pas des réseaux sociaux).
    Le plus douloureux est de constater que l’ignorance ou la négligence de la langue n’empêche en rien de « faire carrière ».

    • bien sûr que ça a commencé avec le collège unique de la réforme Haby, mais Giscard était un socialiste honteux, un progressiste de circonstance, qui a repris à son compte les idées gauchistes issues de 68 et les a mises en musique !

  6. Merci à rené Haby et Giscard, le « président jeune et moderne », puis à Chevènement, qui a commencé avec ses 80 % d’une classe d’âge au Bac, merci les autres, Jospin, Lang …

    Et le gros crétin de Flamby qui voulait distribuer les tablettes comme des petits pains …

    Ils mériteraient la roue, l’écartèlement, la crucifixion pour pareils crimes contre la jeunesse.

    Et pendant ce temps là, en Allemagne, il ne sont que 35 % d’une classe d’âge à présenter l’Abitur (de mémoire), l’enseignement technique et pratique n’y est pas méprisé comme en France.

  7. J’ajoute que les socialistes, promoteurs de l’égalitarisme forcené, responsable de cette catastrophe, ont toujours eu le soutien des syndicats enseignants, et ont été régulièrement plébiscités par ces derniers.
    Alors quand un prof se révolte, j’applaudis, mais ça ne fait pas oublier les milliers d’autres qui depuis 40 ans ont accompagné les différentes réformes et le massacre de l’école, au non de l’idéologie.
    Allez, sur des sites ou des blogs de profs, vous les verrez se lamenter à longueur d’article. Mais dans la vie réelle, au Lycée, au collège, ils baissent la culotte, et mangent leur chapeau, parce que … il faut bien vivre, l’avancement, les syndicats, le proviseur l’inspecteur etc.
    Jamais vous ne lirez la moindre remise en question, le moindre mea-culpa, c’est toujours « la faute au ministre », lequel a été élu grâce à leurs votes.
    Alors, devant pareille schizophrénie je pense à la phrase de Bossuet :« Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes. »

    • Donner le BAC n’est pas nouveau!

      C’est l’une des raisons pour lesquelles mon conjoint (prof fde LEP)a pris sa retraite un peu plus tôt que prévu.
      Il ne supportait plus l’incompétence et la paresse crasse de ses élèves, et était dans une colère noire lorsqu’il revenait des séances d’harmonisation des notes, où il y avait des sortes « d’enchères »!
      — Qui veut mettre un point de plus à Untel? »
      « Personne »?
      « Vous… Vous mettrez 2 points de plus… Vous, un demi point »….
       » Le dossier de ce jeune homme qu’il les mérite »..

      Sans compter les appels téléphoniques les jours d’examens pratiques :
      Le prof
      — « allo, Mme Untel? Votre fils n’est toujours pas arrivé. Serait il malade? »

      La mère
      — » Non il n’est pas levé »

      Le Prof–
       » Vous pouvez aller le réveiller »?

      La Mère
      — je vais essayer, j’ai peur qu’il m’agresse ».

      Le prof
      — » N’oubliez pas que son retard sera décompté, nous l’attendons »

      Lorsque le jeune futur bachelier arrive (cela dépend des fois), il demande au bout de 2h s’il peut faire une pause, accordée (l’examen pratique dure en général la journée).
      Et on ne le revoit pas….

      Comme Blanquer est, comme je le sentais, est nul de chez nul,n eh bien il va arranger ça!
      En diminuant les connaissances minimales à quasi rien, tout le monde aura le BAC
      EN « Général » comme en « LEP »!

      Je souhaite que Blanquer, Macron et bribri soient soignés par les futurs médecins, soit les médecins issus des chances pour la France (je puis vous garantir que certains se fichent de la douleur des femmes comme de leur première chemise, je l’ai vu!)!

      Ce serait génial : on n’aurait même pas à payer leur retraite!

  8. La langue de molière en danger même dans son propre pays c’est grave hein ! venez en Algérie, c’est complètement le contraire.portant c’est la troisième langue officielle .les algeriens vont vous apprendre votre propre langue phonétiquement et orthographiquement .

  9. Mille fois d’accord avec Mme Berger. D’un côté le mépris, de l’autre le courage. Cet inspecteur, j’ai juste envie de le traiter de salaud.

  10. Que dirions nous ? En tout cas, née en France, son décès y débute.Hélas! son sort ne sera tel que celui du latin.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *