Une lettre qui arrive 14 ans trop tard …

Publié par le 14 Jan, 2019 dans Blog | 5 commentaires

Une lettre qui arrive 14 ans trop tard …

La Lettre du Président de la République n’arrive pas seulement “trop tard” dans l’échelle du temps du mouvement des Gilets jaunes, pas seulement “trop tard” dans l’échelle du temps du quinquennat.

Non, cette lettre qui convie – enfin – les Français à exprimer leur avis en détails sur de nombreux sujets, arrive quatorze ans en retard, depuis ce moment fatidique où l’on fit croire aux Français que leur vote au référendum sur la constitution européenne aurait quelque valeur, pour violer ce même vote deux ans plus tard.

C’était l’introduction d’un texte de Valérie Lafont paru dans La Lettre Patriote, qui date la rupture entre le peuple et les élites du passage en force de-u traité de Lisbonne en 2005. En voici la suite :

La Lettre du Président arrive quatorze ans trop tard, mais il faut y répondre !

Il faut le redire : la véritable rupture, le craquement, la faille qui se transforme en canyon, entre le Peuple de France et les “élites” auto-proclamées (Pouvoir + Presse), date de ces deux événements joints. Lorsque les Français votèrent à 54,67 % “NON” au projet de constitution, espérant mettre un coup d’arrêt à la construction européenne devenue folle, ils venaient pourtant de subir un véritable matraquage médiatique.

Rappelons que plus de 71% de la couverture médiatique avait été accordée au “OUI” ! C’était ainsi qu’il “fallait voter”, le message était clair : honte aux promoteurs du “NON” ! Pourtant, contre toute attente des médias – qui ne voient souvent rien venir des mouvements populaires – le “NON” l’emporta. Ce fut la rupture.

Et lorsque Nicolas Sarkozy posa la signature de la France sur le traité de Lisbonne qui reprenait à peu de choses près les tenants et les aboutissants du traité rejeté, il planta un couteau dans le pacte de confiance qui liait jusqu’alors tant bien que mal les électeurs et les élus.

Les élites n’ont pas compris que cette trahison ne serait jamais pardonnée, ni que les Français la feraient un jour payer à toute la classe dirigeante dans son ensemble.

D’une certaine façon, le mouvement des Gilets jaunes
est héritier de la trahison de Lisbonne.

Crédit illustration Placide

Alors aujourd’hui, le jeune Président Macron convie les Français à s’exprimer sur tout un tas de sujets. J’ai bien lu les réactions, vos réactions, sur les réseaux sociaux ; elles s’apparentent pour la plupart à un rejet en bloc, un rejet de principe.

Pourtant, je crois qu’on peut appeler au calme et à la lecture de cette lettre.

Je crois aussi qu’on peut décider qu’il va de notre responsabilité de citoyens d’y répondre, ensemble, dans la diversité de nos points de vue. Je crois aussi qu’il sera difficile de se plaindre que nos réponses ne sont pas considérées… si on ne les formule pas.

Oui, le Pouvoir cherche à obtenir une pause dans le conflit qui l’oppose aux Gilets jaunes. Mais ceci n’invalide pas la possibilité qui est donnée à chacun de répondre à quelques questions, d’évoquer les sujets qui fâchent, et de mettre en quelque sorte “les mains dans le cambouis”.

Je n’aimerais pas avoir à dire un jour à mes futurs enfants : “On m’a consultée sur le fonctionnement du pays. Je n’ai pas voulu répondre.”

Valérie Lafont pour la Lettre Patriote.






5 Réponses à “Une lettre qui arrive 14 ans trop tard …”

  1. J’ai lu cette lettre.
    je vais tenter d’y répondre dans la journée.

    Cette lettre, encore de la confiture pour attirer les mouches que nous sommes sans aucun doute, selon ce -petit- monsieur.

  2. Pour moi, cette lettre n’est que de la poudre aux yeux, mais ce n’est que mon humble avis. On ne demande pas soixante millions de président de la république, on demande juste un chef qui fasse réussir le pays et ses habitants. Il n’est pas facile de satisfaire tout le monde, de répondre à toutes les demandes ou exigences. Mais à force de tirer sur la corde, à savoir toujours les mêmes citoyens, la corde a cassé, faudra un nœud solide et je ne pense pas que ce « débat » soit le remède adéquat.
    Ce n’est pas l’immigration qui cause problème aujourd’hui, c’est une population qui nous impose sa culture, c’est une population qui veut vivre au détriment de celle qui est déjà là. Comment voulez-vous accepter que viennent s’installer à côté de chez vous des gens qui seront logés, nourris, soignés, qui auront droit aux loisirs que vous ne pouvez offrir à vos enfants, qui auront droit à des soins que vous ne pouvez plus vous payer, qui peut-être vous nargueront ou pire vous agresseront, et tout ça à vos dépens! Toutes ces associations qui ne vivent que de l’argent public, donc le mien et le votre, qui nous donnent des leçons, nous imposent leurs désirs (mariage homosexuel, PMA, plus de tabac, de vin, de sucre, vitesse limitée..), juste pour justifier leur existence.
    La France n’en peut plus, le vase a débordé, et ce n’est pas ce débat qui va vider la coupe!

  3. De quel parti est ‘elle ?

  4. Je pensais que L Wauquiez n’avait pas réagi!
    Rien pas une ligne sur les médias habituels.
    Or, je viens de voir qu’il avait, lui aussi écrit une lettre Dimanche sur le sujet! ce sur V.A.
    heureusement que ce journal, non subventionné (hormis sur les frais d’envoi) existe!!!

    Voici des extraits rcopiés :
    e patron des Républicains distingue trois enjeux majeurs : « La reconnaissance du travail, le ras-le-bol fiscal, l’abandon des territoires. » Selon lui, Emmanuel Macron a « augmenté les impôts de façon injuste » sans installer davantage de services publics, surtout dans les zones rurales et périurbaines. Il faut « un vrai plan d’investissement dans nos territoires pour l’accès à la santé, la téléphonie mobile, les routes », soulignant l’importance de « revenir sur cette mesure des 80 km/h ». Enfin, la revalorisation du travail est le dernier point clé. « Notre système de solidarité ne peut plus encourager l’assistanat »
    « Des retraités qui ont travaillé toute leur vie ne peuvent être condamnés à une retraite de misère, des gens qui travaillent ne peuvent se dire à la fin du mois qu’ils auraient gagné plus en restant chez eux, des étrangers qui n’ont jamais cotisé ne peuvent bénéficier du même accès à notre système de santé. »

    Serions nous en dictature de la pensée, où, seule la Pravda a le droit d’être diffusé à grande échelle?

    Toutes mes excuses M Wauquiez.
    Je suis en accord avec tout ce que vous avez écrit (ou tout du moins, ce que j’en ai lu sur mon V.A.!

  5. Quel programme européen pour Laurent Wauquiez, on continue avec la bande à Jünker où on fait comme Kroutchev, on tape sur le bureau avec la chaussure.
    On signe les traités comme on a toujours fait où on consulte son peuple avant, on piétine les décisions des peuples ou on gouverne avec eux et non contre eux.

    Ras le bol d’engraisser ce mille feuilles qu’est la commune, l’intercommunalité, le département, la région, le parisianisme centralisateur et bien-sûr ce mamouth européen.

    Chaque étage du mille feuilles rémunère un tissus associatif et des organisations d’influence qui sont rétribués à hauteur des retombées positives qu’elles génèrent en sa faveur.
    Plus l’échelon est éloigné, moins il considère le contribuable et plus il coûte en contribution. J’ajouterai même que plus il est éloigné, plus il est contraignant et inefficace.

    En cette nuit de nouvel échec de vote du Brexit à la chambre des communes britannique, soit le royaume Uni cède et retourne au référendum, soit un nouveau délai lui sera accordé seulement à l’unanimité des 27.
    Le Brexit tel qu’il est proposé aux parlementaires est inacceptable et forcera les urnes d’un référendum ou il cornerisera les éventuels refus du non au délai, les villains populistes.
    Encore de la brutalité de la part des technocrates commise à l’encontre des peuples : – Marche ou crève.

    « Manu » est sur son terrain, celui du « one Man show » seul contre tous (les maires qu’il a Squeezer durant 18 mois), en débat, en campagne électorale, lui ou le chao.
    Comment peut il être si cruel à travers ses mots et ses forces de l’ordre envers les oubliés de la République et si brillant, « ouvert » devant les maires, représentant ceux qu’il a lynchés, maltraités et humiliés durant son début de quinquennat.

    Il a des qualités indéniables à l’oral mais à l’écrit, a part signer des décrets et ordonnances avec brutalité et envoyer son chien « castagnette » mutiler des manifestants porteurs d’un gilet jaune pour être vus et non ciblés, il ne changera pas.
    Il a simplement, en défonçant ceux qui s’opposaient de façon radicale à sa politique de rouleau compresseur, lancé la campagne électorale des Européennes comme il l’avait promis :
    -« c’est « Manu » oublié chao ».

    Les maires, les journalistes et ceux à qui il reste de quoi se faire plaisir à la fin du mois ont été à nouveau séduit et même impressionnés par le « charmeur de serpents ».
    Avec son pipeau, il est devenu le Président le plus violent de la 5ème République. Ne nous laissons pas abuser, il ne changera pas de cap, le débat n’est pas un référendum, une dissolution et encore moins une restitution.
    Certains disent qu’il a répondu à toutes les questions des 600 maires, mais n’a proposé comme solution que des évaluations sur les points critiques de sa politique.
    Il n’est bon que dans les belles phrases, ponctuées de provocations et d’hypnose en public,
    C’est le Messmer de la politique, jugez le sur son passé et sur son entourage, ceux qui cèdent (Collomb, Hulot) car il n’est pas du tout ouvert à la critique, ceux qui sont gouroutisé et prêt à tout pour lui (Benalla, Castaner, Grivaux et les députés en marche au pas).

    Je le répète, les Européennes, sont un enjeu crucial pour l’avenir de la France :
    – soit continuer la mafia Jünker qui n’est que normes, contraintes, de plus en plus d’obligations et toujours moins de souveraineté.
    – soit on décide d’y envoyer un contre pouvoir, seul capable de défendre les revendications des peuples et infléchir cette dépendance vers plus de souveraineté, une économie plus protectrice pour notre production déjà bien rabougrie et un meilleur contrôle des frontières.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *