Ces intellectuels qui pensent mal (2/2)

Publié par le 19 Oct, 2018 dans Blog | 4 commentaires

Ces intellectuels qui pensent mal (2/2)

Voici la seconde partie de l’article de Michèle Tribalat paru sur Causeur.

La première partie était déjà assez convaincante en pointant la forme primaire des attaques contre nos deux intellectuels.

La seconde partie commence par la démonstration implacable du fait que l’hypothèse de départ du raisonnement du principal opposant à nos deux intellectuels, François Héran, est totalement erronée !

On ne « fact-check » pas les bons scientifiques !

J’ai la chance de porter un intérêt aux questions méthodologiques et d’avoir déjà exercé cet intérêt sur les écrits antérieurs de François Héran. Mais, comme on va le voir, la critique était à la portée d’un lecteur ordinaire. François Héran fait l’hypothèse, dans sa démonstration magistrale, qu’il existe un rapport fixe dans le temps entre la population résidant en Afrique subsaharienne et celle d’immigrés de cette origine résidant en Europe, et donc en France. Si la population subsaharienne double d’ici 2050, celle vivant en France doublerait aussi.

La première question à se poser est : est-ce que cette relation repose sur une observation antérieure ? Les instituts de statistiques, lorsqu’ils élaborent des projections, apportent un soin tout particulier à quantifier ce qui s’est passé avant le démarrage de la projection. Il serait, à cet égard, utile d’avoir l’avis de l’Insee qui réalise les projections de population pour la France sur la méthode de projection de François Héran.

Que disent donc les observations rétrospectives de ce rapport supposé fixe par François Héran ? De 1982 à 2015, la population immigrée d’Afrique hors Maghreb a été multipliée par 5,1 en France, alors qu’elle ne l’a été que par 2,4 en Afrique hors Maghreb.

L’hypothèse à la base de la démonstration magistrale est donc fausse
et conditionne entièrement la conclusion qu’en tire François Héran.

Ce raisonnement était à la portée de tous, a fortiori des sept membres du comité de rédaction de Population & Sociétés, dont le rédacteur en chef Gilles Pison. Là aussi, la satisfaction idéologique et le fait que tous partagent la même idéologie ont prévalu sur l’esprit critique attendu d’un comité de rédaction. C’est même la partie de l’histoire qui m’attriste le plus : les relecteurs de la revue de vulgarisation de l’Ined, institut public de recherche scientifique, n’y ont vu que du feu.

Je passe ici sur la morgue et le mépris affichés à l’égard de Stephen Smith dans d’autres publications. Cette exécution s’est faite au prix d’une simplification outrancière de son livre qui, rappelons-le, présente, en conclusion, cinq scénarios qui ne se réduisent pas à celui critiqué par François Héran dans lequel Stephen Smith se demande ce qui se passerait si l’Afrique subsaharienne rejoignait en trente ans un niveau de développement équivalent à celui du Mexique.

« Je ne veux pas dire que Christophe Guilluy serait mandaté par le RN, mais … »

Dans le cas de Christophe Guilluy, traité par le géographe, Jacques Lévy, invité le 9 octobre des Matins de Guillaume Erner sur France Culture, d’ « idéologue géographe du Rassemblement national », ce sont vingt-et-un géographes, historiens, sociologues, politistes, membres de la rédaction de la revue Métropolitiques, qui se sont chargés de l’exécution pour la partie scientifique, quand Thibaut Sardier, journaliste à Libération se chargeait du reste consistant, pour l’essentiel, à trouver une cohérence à des potins glanés auprès de personnes ayant côtoyé Christophe Guilluy ou ayant un avis sur lui.

La tribune des vingt-et-un s’intitule « Inégalités territoriales : parlons-en ! » On est tenté d’ajouter : « Oui, mais entre nous ! ». On se demande si les signataires ont lu le livre qu’ils attaquent, tant la critique sur le fond est générale et superficielle. Ils lui reprochent d’abord le succès de sa France périphérique qui a trouvé trop d’échos, à leur goût, dans la presse, mais aussi auprès des politiques, de gauche comme de droite. Pour le collectif de Métropolitiques, Christophe Guilluy est un démagogue et un prophète de malheur qui, lorsqu’il publie des cartes et des statistiques, use « d’oripeaux scientifiques » pour asséner des « arguments tronqués ou erronés », « fausses vérités » qui ont des « effets performatifs ». Christophe Guilluy aurait donc fait naître ce qu’il décrit, alimentant ainsi « des visions anxiogènes de la France ». Ce collectif se plaint de l’écho donné par la presse aux livres de Christophe Guilluy qui soutient des « théories nocives », alors que ses membres si vertueux, si modestes, si rigoureux et si honnêtes intellectuellement sont si peu entendus et que « le temps presse ». Le même collectif aurait, d’après Thibaut Sardier, déclaré que l’heure n’était plus aux attaques ad hominem ! On croit rêver.

Thibaut Sardier, pour la rubrique « potins », présente Christophe Guilluy comme un « consultant et essayiste […], géographe de formation [qui] a la réputation de refuser les débats avec des universitaires ou les interviews dans certains journaux, comme Libé ». L’expression « géographe de formation » revient dans le texte pour indiquer au lecteur qu’il aurait tort de considérer Christophe Guilluy comme un professionnel de la géographie au même titre que ceux qui figurent dans le collectif, qualifiés de chercheurs, ou que Jacques Lévy. Je cite : « Le texte de Métropolitiques fait écho aux relations houleuses entre l’essayiste, géographe de formation, et les chercheurs. » Si l’on en croit Thibaut Sardier, Christophe Guilluy aurait le temps d’avoir des relations avec LES chercheurs en général. Le même Thibaut Sardier donne à Jacques Lévy, le vrai géographe, l’occasion de préciser sa pensée : « Je ne veux pas dire qu’il serait mandaté par le RN. Mais sa vision de la France et de la société correspond à celle de l’électorat du parti. » Le journaliste a tendance à lui donner raison. La preuve : « La place qu’il accorde à la question identitaire et aux travaux de Michèle Tribalat, cités à droite pour défendre l’idée d’un ‘grand remplacement’ plaide en ce sens. » Thibaut Sardier se fiche pas mal de ce que j’ai pu effectivement écrire – il n’a probablement jamais lu aucun de mes articles ou de mes livres – tout en incitant incidemment le lecteur à l’imiter, compte tenu du danger qu’il encourrait s’il le faisait. Ce qui compte, c’est que je sois lue et citée par les mauvaises personnes.

« Peut-on débattre avec Christophe Guilluy ? »

Ne pas croire non plus à l’affiliation à gauche de Christophe Guilluy. Le vrai géographe en témoigne : « On ne peut être progressiste si on ne reconnaît pas le fait urbain et la disparition des sociétés rurales. » Voilà donc des propos contestant l’identité politique que Christophe Guilluy pourrait se donner pour lui en attribuer une autre, de leur choix, et qui justifie son excommunication, à une époque où il est devenu pourtant problématique d’appeler Monsieur une personne portant une moustache et ayant l’air d’être un homme !

Et l’on reproche à Christophe Guilluy de ne pas vouloir débattre avec ceux qui l’écrasent de leur mépris, dans un article titré, c’est un comble, « Peut-on débattre avec Christophe Guilluy ? » Mais débattre suppose que l’on considère celui auquel on va parler comme son égal et non comme une sorte d’indigent intellectuel que l’on est obligé de prendre en compte, de mauvais gré, simplement parce que ses idées ont du succès et qu’il faut bien combattre les théories nocives qu’il développe.

Michèle Tribalat pour Causeur.

En conclusion …

Je suis fasciné par les dégâts que peut faire l’idéologie sur l’intelligence ! Je n’ai pas l’arrogance de croire qu’à gauche, il n’y a que des imbéciles. Mais je constate, aux résultats, qu’au travers du prisme idéologique, l’intelligence ressort laminée.

Par exemple, comment est-il possible que des hommes mais plus encore des femmes de gauche, puissent à ce point piétiner leur féminisme en défendant l’islam et la discrimination criante que cette religion impose aux femmes ?

Je serais encore plus sévères pour ces « scientifiques » dont parle Michèle Tribalat, qui condamnent des travaux par pure idéologie en les critiquant aux mépris des plus basiques principes de la recherche scientifique. Ils n’ont en plus aucune excuse puisqu’ils ont probablement étudié dans les meilleures écoles.

Idéologie et science sont des notions incompatibles !






4 Réponses à “Ces intellectuels qui pensent mal (2/2)”

  1. Bah, l’idéologie fausse le raisonnement scientifique qui doit être détaché de tout a priori.

    Rappelez vous Lyssenko, il y eut des chercheurs français de renom pour soutenir ses thèses. Rien a changé.

  2. « Je suis fasciné par les dégâts que peut faire l’idéologie sur l’intelligence ! »

    Pour ma part, je pense que l’idéologie étant l’anti thèse de l’intelligence, un être intelligent ne peut pas être idéologue.

    Il peut croire à une théorie (politique, culturelle, religieuse) mais en se remettant toujours en question à l’aide du raisonnement basé sur une objectivité pragmatique.

    Tout en sachant que la vérité , voire l’objectivité n’est pas de ce monde
    (on peut croire qu’une table, exemple souvent cité par les bouddhistes, est « pleine », alors que si on l’observe avec des instruments sophistiqués, on constate qu’elle est plus constituée de vide de que de plein 😉 )

    Je dis bien un « être », car certains animaux dits inférieurs, sont parfois plus intelligents, c’est à dire ont un raisonnement supérieur à certains humains.

  3. Je cite:
    Je dis bien un « être », car certains animaux dits inférieurs, sont parfois plus intelligents, c’est à dire ont un raisonnement supérieur à certains humains.

    Cela s’adapte tres bien a ceux de la bien pensance, les animaux ont bien plus d’intelligence que ces drôles d’animaux qui ncombattent tout debat mettant en cause leur idées, ou celle de la franc maconnerie ou lobby…

    Le caractere mensonger, des pseudo professionnel qui abandonnent tous les principes basique de la civilité normale pour « casser » tout discours autre que celle de la bien pensance a deux balle, a deja ete mantes fois utilisé, pour differents aspect de la société.

    Ces gens qui semble etre « sans foi ni loi », et corrompu, si ce n’est seulement d’etre idiot, facilent tous les elements dans la société pour la rendre aveugle, et indifferente a tous les problemes societal dû a l’immigration, ces personnes tendent a cacher tous les problemes reels, que subit une population de plus en plus nombreuse, qui n’apprecie pas leur mensonges et leur ideologie.

    On se demande comment des personnes qui ont un niveau de culture comme la leur, peut elle devenir insensible deshumanisé devant tant de probleme dans la société, probleme verifiable par n’importe quel personne, n’ayant pas fait leur etude.

    Soit il sont hors sol, soit de vrais imbeciles, soit des salauds… Leur bien pensance servant de caution a ces tois possibilitées.

  4. « des potins glanés auprès de personnes ayant côtoyé Christophe Guilluy » : exemple : « Camarade, c’est pour le grand journal de la Vérité Populaire, Libération, peux-tu nous dire, pourquoi Christophe Guilly est un affabulateur ? ah, mais je ne le connais pas ? là n’est pas la question, Camarade, tu es de gauche, non ? ton devoir est d’aider à sauver la République ! »

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *