Coronavirus : la bombe du professeur Luc Montagnier

Publié par le 17 Avr, 2020 dans Blog | 13 commentaires

Coronavirus : la bombe du professeur Luc Montagnier

Luc Montagnier est un biologiste virologue français, né le . Le , il est colauréat avec Françoise Barré-Sinoussi et Harald zur Hausen du Prix Nobel de physiologie ou médecine pour la découverte, en 1983 du VIH (virus de l’immunodéficience humaine), le virus responsable du sida.

Il est professeur émérite à l’Institut Pasteur, où il a dirigé l’unité d’oncologie virale de 1972 à 2000, directeur émérite de recherche au Centre national de la recherche scientifique  et ancien professeur à l’université de New York. Il est membre des Académies des sciences et de médecine.

Marginal, il finit par faire l’objet de vives critiques, et même d’être accusé de charlatanisme dans les années 2000, affirmant que l’ADN émettrait spontanément des ondes électromagnétiques.

Le professeur Montagnier vient de revenir sur le devant de la scène en donnant une interview au site Pourquoi Docteur qui devrait faire l’effet d’une bombe.

D’après cet ancien prix Nobel , le coronavirus SARS-CoV-2 responsable de la pandémie de Covid-19 qui a déjà fait plus de 120 000 morts dans le monde serait un virus manipulé, sorti accidentellement d’un laboratoire chinois à la recherche d’un vaccin contre le SIDA. C’est l’incroyable révélation que le professeur Luc Montagnier, prix Nobel de médecine en 2008 pour la « découverte » du VIH, fait aujourd’hui à Pourquoi Docteur au micro du Dr Jean-François Lemoine.

Voici cette interview – qui demandera à être confirmée par d’autres chercheurs – mais qui corrobore les doutes nés aux Etats-Unis et au Royaume-Uni sur la responsabilité du laboratoire VIW chinois de Wuhan, doutes que j’ai rapportés dans ce précédent article  :


Merci de tweeter cet article :





 

13 Réponses à “Coronavirus : la bombe du professeur Luc Montagnier”

  1. Richard Mauden dit:

    NON, Luc Montagnier n’a pas découvert, en 1983 le VIH (virus de l’immunodéficience humaine), le virus présumé responsable du sida, ni même la cause véritable du sida.
    Il a seulement observé des signes INDIRECTS du VIH, ce qui explique l’absence de vaccin.
    L’imposture du lobby VIH-SIDA : Mensonges et Manipulations
    « Les scientifiques qui sont « sceptiques sur le réchauffement climatique » à travers le monde sont appelés « climato-sceptiques », c’est-à-dire sceptiques sur la réalité d’un réchauffement climatique exceptionnel, sur son origine humaine ou sur le fait qu’il ait des conséquences négatives. Ils sont Prix Nobel, Ph.D., lauréats de nombreux prix, et auteurs d’articles majeurs ». (De Wikiberal)
    Les scientifiques qui sont scientifiquement sceptiques sur le lien de causalité VIH/SIDA sont décrétés « dissidents » et « homophobes », c’est-à-dire sceptiques sur la soi-disant réalité d’un lien de causalité VIH/SIDA et sur la justification de la masse énorme des financements de plusieurs milliards de dollars ($) pour la « lutte contre le virus ». Ils sont pourtant Prix Nobel, Ph.D., lauréats de nombreux prix, et auteurs d’articles majeurs.
    Le Monde.fr avec AFP : « Paris devient, dimanche 23 juillet, la capitale (médiatique) de la lutte contre le SIDA. Les organisateurs ont appelé les États-Unis à rester engagés financièrement, alors que le président Trump a « menacé de coupes budgétaires ». « Les Américains représentent un financement essentiel dans ce domaine et nous avons besoin qu’ils restent engagés », a interpelé Linda-Gail Bekker, présidente de la Société internationale du SIDA. : « Pas de fin du VIH sans la recherche et pas de recherche sans des investissements.
    « Les États-Unis sont le plus gros contributeur. Ils représentent plus des deux tiers des financements gouvernementaux. En 2016, ils ont consacré 4,9 milliards de dollars à des programmes de lutte contre le virus et 19,1 milliards ont été réunis par des donateurs pour la « lutte contre le virus ». Il en faudrait 26,2 « pour être sûr » d’atteindre en 2020 le but fixé par l’ONU : que 90 % des personnes vivant avec le VIH connaissent leur statut, que 90 % soient sous traitement et que parmi elles, 90 % aient « une charge virale indétectable. »
    « La conspiration scientifique du SIDA : En 2015, Plasmodioum citait l’article de Steven Novella sur le SIDA. « En 2000, la section San Franciso d’ACT UP a écrit une lettre à chaque membre du Congrès américain demandant d’arrêter la recherche sur le VIH. La AIDS Coalition to Unleash Power (ACT UP) a été durant des années en première ligne sur la prévention et la sensibilisation. La section San Franciso d’ACT UP a rejoint le mouvement de négation dans les années 2000, arguant que « le VIH ne cause pas le SIDA […] les tests de dépistage du VIH sont inefficaces et dangereux […] les médicaments contre le SIDA sont des poisons ».
    Wikipédia : « La contestation de la responsabilité du VIH dans le SIDA est un mouvement dissident qui doute de l’origine virale du SIDA. Ces dissidents soutiennent que le consensus de la communauté scientifique sur le « lien de cause à effet entre le VIH et le SIDA » a provoqué des diagnostics inexacts, une peur collective, des traitements toxiques et un gaspillage des fonds publics ($), (avec) un mésusage sans précédent des normes et méthodes scientifiques. Kary Mullis, lauréat du prix Nobel de chimie en 1993, le virologue Peter Duesberg et (d’autres) affirment qu’il n’existe pas de preuve formelle du « lien entre le VIH et le SIDA ». (On conçoit que l’escroquerie scientifique du SIDA fait que) la majorité de la communauté scientifique rejette ces théories « négationnistes de la causalité ($ officielle) VIH-SIDA qui sont, selon elle, basées sur des arguments « pseudo-scientifiques ». (Elle met en cause la) théorie du complot (contre ses financements usurpés $). »
    Sur le réel scandale de l’imposture climatique, John Christi, professeur de sciences de l’atmosphère et directeur du centre des sciences de la terre à l’université de l’Alabama, ancien rédacteur des rapports du GIEC, a écrit : « Je ne vois venir ni la catastrophe qu’on nous annonce, ni la preuve évidente que l’activité humaine doive être mise en cause dans le réchauffement que l’on peut observer. Je vois plutôt l’utilisation aveugle de modèles climatiques (utiles mais qui ne sont jamais des « preuves ») et la coïncidence entre augmentation de la concentration en CO2 et réchauffement qui fonctionne de moins en moins avec le temps ».
    Sur l’arnaque scientifique ($) du siècle et l’imposture du lobby VIH-SIDA, le docteur Luc Montagnier, le découvreur français du virus, a indiqué lors d’un symposium à Amsterdam en 1996 : « Nous pensions que ce seul virus était responsable de toute cette destruction. Maintenant nous pensons qu’il est bénin et pacifique et qu’il ne devient dangereux qu’en présence d’autres organismes (?), ce que j’appelle des « cofacteurs » (liés au terrain, aux comportements, aux conduites à risques, et surtout au mode de vie des personnes atteintes).
    Le docteur Peter Duesberg, professeur de biologie moléculaire à l’Université de Berkeley Californie, a crée avec 50 autres scientifiques, le « Groupe pour la Réévaluation Scientifique de l’Hypothèse HIV/SIDA ». Le docteur Harvey Bialy a écrit dans « Rethinking AIDS » (Repenser le SIDA) : « La plupart des médias ainsi que la majorité des scientifiques impliqués dans la recherche biomédicale ($) ont souscrit sans discrimination à l’hypothèse selon laquelle un virus appelé HIV est la cause du SIDA. Cette hypothèse, qui n’a rien à voir avec la science, viole tout ce que nous savions jusqu’ici concernant les maladies infectieuses, autorisant n’importe quelle thérapie, n’importe quelle recherche, pour faire du fric ($) selon des raisons sont non-scientifiques ». La croyance que le HIV est la cause du SIDA est devenue un dogme scientifique et la plupart des médecins considèrent toute suggestion contraire comme étant un comportement dangereux et irresponsable.
    Le docteur Kary Mullis a inventé de la technique PCR (Polymerase Chain Reaction) mondialement utilisée dans la recherche génétique. Elle a écrit : « Je ne parviens pas à trouver un seul virologue qui puisse me donner des références qui démontrent scientifiquement que le HIV est la cause probable du SIDA ».
    Le petit livre de Claude Allègre, L’imposture climatique, © Plon, 2010, a fait sensation. Il évoque « une conspiration, mêlant (fausse) science et politique, qui s’est imposée aux médias ». De notre point de vue, c’est au contraire la propagande de la ploutocratie médiatique qui manipule les esprits pour influencer l’opinion.
    La 4 ème de couverture indique que Claude Allègre nous révèle « comment des ambitions (faussement) scientifiques et politiques se sont appuyées sur des intérêts financiers ($) et sur une (république des médias) en manque de légitimation pour alimenter (un climat ! de) peur et de culpabilité… »
    Et si la propagande politico-scientifique de la ploutocratie médiatique n’était qu’un mensonge ? Il s’agit encore et toujours d’une misérable ambition commerciale : il faut vendre du vent et faire toujours du fric ($) !
    Les inventeurs des mystifications médiatiques sont pour la plupart des journaleux pseudo-intellectuels médiocres. Ils sont ceux, dont on peut dire, sans prendre le risque de se tromper, qu’ils sont encouragés par la paresse, une paresse mentale indécrottable, et une propension naturelle au parasitisme. (J. F. Revel)
    N’importe quel journaleux, au service des mystifications médiatiques, écrit des articles mensongers. Il écrit sur ce qu’il ne comprend pas, généralement dans un langage pseudo-scientifique obscur. Il se livre à une tâche de propagande facile. Ensuite, une quantité de bavards insignifiants vont commenter en boucle à la télé ce que le journaleux aurait voulu écrire. C’est l’occasion pour ces pseudo-intellectuels médiocres de gagner leur vie en vendant du vide. Tous ces gens insignifiants n’ont aucune chance d’approcher jamais la vérité.
    Etienne de Harven, Prof. Agrégé de l’Université Libre de Bruxelles, Prof. Émérite de l’Université de Toronto, Canada, Ancien président de Rethinking AIDS, a co-écrit Les dix plus gros mensonges sur le SIDA : « Pour le grand public, (le mensonge de) « l’unanimité de la communauté scientifique » sur la cause VIH du SIDA ne fait aucun doute. Il faut le reconnaître, aussi bien le corps médical que les chercheurs sont sincèrement persuadés qu’un virus « VIH » est la cause de l’immunodéficience acquise. Le battage intensif (et très coûteux) réalisé au profit exclusif de l’hypothèse virale, qu’il provienne des médias, des laboratoires pharmaceutiques ou des publications professionnelles, a tout fait pour anesthésier les consciences et étouffer toute recherche alternative. Malgré cela, des centaines de chercheurs scientifiques n’ont pu accepter « les mensonges et les incohérences distillés par les instances officielles ». (« Les 10 plus gros mensonges sur le SIDA », par le Dr Étienne De Harven et Jean-Claude Roussez, éditions Dangles, © 2005.) (Jean-Claude Roussez, journaliste scientifique, a publié un livre en 2004 sous le titre : « SIDA : supercherie scientifique et arnaque humanitaire »).
    Rebecca Culshaw a écrit « La théorie du VIH DU SIDA, une incohérence scientifique ! » : « Les tests du VIH ne sont pas fiables. L’utilisation des tests VIH en tant qu’outil de diagnostic doit être reconsidérée. Le plus urgent serait que la validité de ces tests soit rigoureusement confirmée par la présence effective du VIH lui-même. Or ceci n’a jamais été jusqu’ici réalisé ! Le résultat des tests ne devraient jamais constituer un motif de discrimination à l’égard de qui que ce soit, surtout quand il s’agit de tests aussi peu fiables… La persistance dans l’esprit du public de cette théorie intellectuellement en faillite est due à la campagne de crainte, de discrimination et de terreur menée par un groupe puissant composé de personnes dont la seule motivation est le contrôle des comportements. Certes, l’argent et les intérêts gigantesques de l’industrie pharmaceutique et des chercheurs subventionnés par le gouvernement ($) ont un rôle important, mais l’élément qui a permis à l’hypothèse VIH/SIDA de germer n’est rien d’autre que la peur… Si la peur finissait, le mythe finirait.
    « La recherche sur le SIDA a toujours souffert de cet absolutisme moral, de discrimination pure et simple et de refus du débat. Comme l’écrit Kary Mullis dans son livre Dancing Naked in the Mind Field : « Ce que les gens appellent aujourd’hui la science est similaire à ce qu’on appelait la science en 1634. On ordonna à Galilée d’abjurer ses convictions sinon il serait excommunié. C’est la même chose pour ceux qui refusent d’accepter l’autorité de l’orthodoxie VIH-SIDA. La théorie VIH-SIDA n’a rien à voir avec la science, mais avec le contrôle du comportement et surtout avec l’argent ($), le pouvoir et le prestige. Le langage entourant le VIH et le SIDA est imprégné d’une sorte de moralisme inapproprié au domaine scientifique. (C’est pourquoi) Mark Wainberg n’hésite pas à traiter de « criminels » les chercheurs dissidents (anti-$) de la théorie VIH = SIDA. »

  2. Ce qui m’étonne c’est que la bombe du Pr Sandro Giannini qui est sortie il y a quelques jours via cette vidéo:
    https://youtu.be/giyZvits7DU n’a certes pas d’écho sur les médias aux ordres, mais reste à bruit faible aussi sur les réseaux sociaux ???Si c’est un fake , il est bien fait.

  3. Suite de ma réponse à Richard Mauden

    Excusez-moi, mais j’ai eu un peu de mal à comprendre la suite logique de tous ces copié/Collé.

    Et pourtant, je vais faire aussi long que vous.
    pardon aux éventuels lecteurs.
    Zappez, je n’en serai pas chagrinée.

    Je suis une vieille qui était en fac de Médecine (rue des Saints Pères, juste en face la résidence de M Tapie, hihihihi), à l’époque

    Nous avons eu la joie d’accueillir Monsieur Luc Montagnier.
    Je ne me souviens pas en quelle année, mais c’était pour l’obtention d’un diplôme de 3eme cycle avec cours sur 3 années (formation continue) entre 1985 et 1988.

    Son style clair, les descriptions de ses recherches, ses mises au point sur l’immunodéficience acquise (l’immunodéficience non acquise, hélas existe aussi), le « comment le virus se transmet », les bobards (déjà à l’époque) sur ces transmissions, comment repérer par test cette immunodéficience acquise, comme faire les tests sérologiques…

    Oh, il a été clair :
    ** Essentiellement du aux pratiques sexuelles particulières, tant chez les hétéro que chez les LBGT.

    Ces derniers étant plus touchés du fait de leurs pratiques qui sont à l’origine de petits traumatismes des muqueuses (excoriations), voir de plus gros traumatismes, selon les dites pratiques,

    ** et l’explication des risques de transmission par contact buccal au cas où, là encore, il y aurait des petits traumatismes des muqueuses buccales..

    Mais, il avait bien précisé que c’était surtout le fait d’être partenaire multiple qui augmentait les risques, sauf si lesdits partenaires étaient non contaminés.

    Et que, donc, un couple (homo ou hétéro, il n’a pas précisé -dans mon souvenir, en tous cas-), fidèle dont les deux membres étaient négatifs ne risquait rien, quelles que soient ses pratiques

    ** Sans compter la réalité des transmissions par les seringues des toxicos, avait-il ajouté!

    Alors, forcément, sans doute, nous étions sous la Mite Errante, déjà, le progressisme pointait son vilain nez, cela n’a pas du plaire à tout le monde.

    Ce qui explique, sans aucun doute, cette phrase : Le langage entourant le VIH et le SIDA est imprégné d’une sorte de moralisme inapproprié au domaine scientifique

    On croirait la critique du Pape Benoit XVI :
    « Aller dire en Afrique que le préservatif aggrave le danger du sida, c’est d’abord une contrevérité et c’est inacceptable pour les populations africaines et pour tout le monde »
    Tout cela parce que, pour lui, pratiquer la sexualité débridée, avec partenaires multiples, et utiliser n’importe quelle pratique lui paraissait anormale et que donc, le préservatif favorisait ces pratiques..

    Chacun ses idées sur la « chose », perso, je m’en fiche.

    Maintenant, casser un scientifique parce qu’il dit la vérité (à savoir que le Virus du SIDA se propage d’une certaine manière) me paraît aussi « sot (que) grenu »!

    Et casser un pape pour dire ce qu’il croit (Il me semblait qu’on n’avait pas le droit de discriminer quelqu’un en fonction de sa religion) n’est pas normal non plus.
    Ou alors, il faut casser les Imams lorsqu’ils parlent de leurs croyances à eux.

    Quant au vaccin, il faut savoir que tout virus mute (pour s’adapter) et qu’un vaccin contre un virus est difficile à mettre en place et n’est pas forcément efficace.

    Il y a environ 5 vaccins antiviraux à l’heure actuelle, qui « tiennent la route » : Rougeole, Polio, hépatites….
    Ceux pour la grippe saisonnière (le Corona ne lui a pas encore grillé la première place pour les décès ! Quel dommage pour les journaleux et les sachants !) sont efficaces au mieux une année par ci par là !

    Aussi, j’aurais tendance à croire monsieur Montagnier, plutôt que Sale au mont, et autre bousin.

    Mais j’avoue mon incompétence sur la question, n’étant ni immunologue, ni virologue, entre autres lacunes.

    Et j’aimerai que les journaleux et les politiques qui n’ont jamais vu un malade de leur vie, aient l’humilité de ne pas déblatérer sur un sujet qui ne fait pas partie de leurs compétences.

  4. jacques boudet dit:

    Des professeurs Montagnier et Raoult, je n’aurais l’outrecuidance de commenter ou juger.

    Des « Prouesses » du Ministère de la Santé
    -Le Sang Contaminé exporté VIH SIDA gratos dans le monde
    -Les Hormones de Croissance, enfants tués par Creutzfeldt-Jakob
    -Isoméride et Médiator des Labo Servier HTAP Valvulopathie

    On ne change pas une équipe qui « gagne »

    Justice procrastine puis condamne à minima

    Au nom du Pèze et du Fric et du Saint Bénéfice
    P.I.B. le veut
    DETTE exige

    Soigner pour € 4,17 DAESH AU SECOURS!

    • « Au nom du Pèze et du Fric et du Saint Bénéfice
      P.I.B. le veut
      DETTE exige »

      J’adore!
      Permettez vous que je transmette cette excellente « prière »?
      (même si elle est très triste sur le fond)

      • jacques boudet dit:

        @Suzane

        Madame vous êtes la bienvenue.
        mot juste, phrase courte, ellipse, comparaison
        mes écrits sont libres, chacun en use à son gré !
        Les italiens, peuple agreste, expliquent:
        « un poil de cul tire plus qu’une paire de bœufs»

  5. stéphane roncaglia dit:

    Si c’est vrai, ça voudra dire qu’on a accusé les chauves souris et les pangolins pour rien !

  6. Effectivement, belle prière, les chantres du profit et de la finance la récitent certainement chaque matin.

    La recherche scientifique comme médicale est sans fin et donc, la vérité d’un jour n’est pas forcément celle de demain et si on referme des portes suite à une intuition, une coïncidence ou une réelle avancée, on risque de passer à côté de l’objectif recherché.
    Seuls le temps et les résultats obtenus peuvent mener à un comportement asymptotique vers la vérité absolue, parfaite et irréelle, d’où l’adage:
    « L’exception qui confirme la règle. »

    C’est un peu le conflit qui oppose actuellement les coincés de la méthode drapés dans la légitimité qu’ils revendiquent avec les convaincus du traitement révolutionnaire basé sur l’expérience et sur les résultats concrets et comparatifs obtenus.

    C’est aussi la différence entre la médecine de recherche, la médecine d’urgence et la médecine de guerre.
    – Tenter de soigner le patient, « quoiqu’il en coûte » (phrase d’un président aux abois) mais pas avec de vieux traitements hors d’age aux effets secondaires connus et risquant de rendre la recherche inutile alors qu’elle lui accorde juste le temps nécessaire à finaliser un traitement plus efficace.
    – Tenter de sauver un patient, « malgré les coupes de coût » par des protocoles bien étudiés, avec une part d’incertitude sur les chances de donner un second souffle ou même une seconde vie.
    – Tenter de maintenir, « coûte que coûte », en bonne santé un combattant pour qu’il puisse servir le plus longtemps possible mais aussi pour eviter une vague de pupilles de la Nation, nouveau leitmotiv de l’usurpateur, menteur et acteur théâtral qui nous dessert de chef d’Etat et de guère !!!

  7. stéphane roncaglia dit:

    J’ai fait de la génétique, j’ai compris le professeur Montagnier. En résumé : il pense que les chercheurs dans ce laboratoire, on inclut dans ce virus grippal, la partie du programme génétique qui fabrique uniquement l’antigène du HIV. Je pense qu’il devait être prévu de fabriquer alors en grande quantité cet antigène, par ce covid 19, pour un essais de vaccin HIV (SIDA). Car c’est grâce à l’antigène que l’on peut faire des vaccins. Car ensuite notre système immunitaire avec cet antigène VIH, pourra fabriquer l’anticorps spécifique au HIV, qui lui est nécessaire pour se défendre du HIV. Mais ce virus trafiqué a infecté par erreur un des chercheurs, qui l’aurait ensuite transmis. Il est facile de décoder l’ARN du covid 19 pour savoir s’il y a bien une partie du code génétique du HIV. En sachant qu’actuellement, le virus peut muter pour se débarrasser de ce code (celui codant pour l’antigène du HIV) qui ne lui sert à rien.

    • Montagnier à raison mais fait l impasse sur un fait essentiel. Le COVID 19 tout comme le VIH ne répondent pas aux postulat de KOCH .C’est à partir de surnageant de culture impure contenant du matériel humain (donc de ARN et de ADN humain)qu’ils ont extrait les protéines réactives des tests.Ce sont donc des (virus rétrovirus) « supposés » il est donc évident qu’ils possèdent des similitudes.La publication chinoise come les documents de Montagnier à l’époque ne montre que de la mauvaise science. Si vous prenez une soupe de légumes moulinée en disant qu’il y à un légume inconnu dedans ,sans chercher à extraire ce nouveau légume vous affirmer que les composants extraits de cette soupe sont un nouveau légume.C’est pour cette raison que les tests sont foireux et qu’en fait vous n’avez pas de nouveau virus PROUVE.Rien que la science des raccourcis de la mauvaise science qui génère des revenus indécents pour les firmes.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *