Elections LR – la candidate Florence Portelli

Publié par le 11 Nov, 2017 dans Blog | 3 commentaires

Elections LR – la candidate Florence Portelli

Après le précédent article de présentation :

Les Républicains à terre. Non, ne baissons pas les bras !

Voici la profession de foi de la deuxième candidate à la présidence des Républicains (par ordre alphabétique) :

Florence Portelli

Redonnons sa fierté à la droite.

Madame, Monsieur,

Maire de Taverny (Val-d’ Oise, 27 000 habitants), commune que j’ai ravie à la gauche en 2014, je suis également vice-présidente de mon agglomération en charge de la sécurité et conseillère régionale d’Île-de-France.

Je fais partie d’une génération issue du terrain qui sait bien que la reconquête ne passera que par une profonde transformation de notre mouvement et de ses pratiques.

Car nous ne convaincrons personne que nous pouvons réformer la France si nous ne sommes pas capables de nous réformer nous-mêmes.

Parce que je veux reconstruire notre parti et redonner confiance à la droite, je suis candidate à la présidence des Républicains.

Les convictions plutôt que l’ambition

Pour moi, le chef du parti doit être le chef d’orchestre et non pas le soliste : le ou la prochaine présidente des Républicains devra se mettre au service des militants et non mettre les militants à son service.

Soyez en assurés :je ne me servirai pas du parti comme d’un tremplin pour mes ambitions personnelles.

Car je n’ai qu’une seule ambition: mettre toute mon énergie au service de notre famille politique pour en refaire la première force d’opposition à Emmanuel Macron et pour gouverner demain.

Je sais que la tâche est immense mais vous me connaissez : je ne suis pas de ceux qui quittent le navire en pleine tempête. J’ai le cuir épais et la colonne vertébrale solide. Aucun défi ne me fait peur.

J’étais à vos côtés sur le terrain pendant la présidentielle avec François Fillon puis les législatives avec François Baroin. Contrairement à d’ autres, je n’ai ni déserté ni été complaisante avec les constructifs. J’ai d’ailleurs été la seule avant l’été à demander leur exclusion. Nous ne regagnerons pas la confiance des Français si nous ne sommes pas nous-mêmes cohérents et intransigeants face à ceux qui ont fait campagne contre nous !

Rebâtir un parti efficace et conquérant

Pour renouer avec la victoire, il faut commencer par reconstruire le parti et je veux que nous y travaillions ensemble.

Remettre la méritocratie au coeur de notre fonctionnement

  • Mettre fin au copinage pour faire du mérite l’unique vecteur d’ascension politique. Par exemple, les investitures ne peuvent plus se faire dans le huis clos du siège national.
  • Repérer et faire émerger les talents locaux, élus comme militants ; les promouvoir dans les médias, sur les réseaux sociaux et, bien sûr, lors des investitures.
  • Redonner la parole à ceux qui incarnent le renouvellement et que l’on n’écoute plus, quel que soit leur âge. Les militants ont trop peu la parole. Il est temps que ce mépris disparaisse. La prise de décision doit être plus horizontale et participative.

Former et accompagner les militants et les élus locaux

  • Mieux accompagner les élus locaux dans leur mandat en mettant à leur disposition une assistance juridique et de communication. Je pense tout particulièrement aux élus d’opposition qui sont les fers de lance de la reconquête des territoires et qui sont bien trop souvent isolés dans leurs combats.
  • Former les militants et les élus à argumenter, à convaincre, et à faire vivre notre parti dans leur territoire, dans les médias et sur les réseaux sociaux.

Donner plus de pouvoir aux territoires

  • Promouvoir une plus grande autonomie des fédérations locales à la fois financière et pour le choix des investitures.
  • Imposer plus de représentativité dans la composition des instances internes de notre parti, en réservant par exemple un quota de sièges aux militants au sein du bureau politique ou en créant un conseil des territoires afin de redonner la parole aux élus locaux.

Pour reconstruire une droite fière de ses valeurs

Je veux réaffirmer nos valeurs car nous devons en être fiers. Je veux reparler des sujets que la droite a laissés à la gauche ou à l’extrême droite. Je veux promouvoir :

  • une droite qui encourage la prise de risque, récompense et aide tous ceux qui mènent à bien leur projet sans les entraver par une bureaucratie et une fiscalité asphyxiantes;
  • une droite qui défend un État fort assurant la sécurité de nos concitoyens, maîtrisant les flux migratoires et faisant respecter les valeurs républicaines ;
  • une droite qui refuse l’abandon de pans entiers de notre territoire et dote les collectivités de véritables pouvoirs et moyens ;
  • une droite qui défende la famille et vient particulièrement en aide aux classes moyennes aujourd’hui reléguées à un second rang ;
  • une droite, et j’y suis très attachée, qui combatte la fracture sociale et donne ses chances de réussite à tous, notamment par l’éducation et la culture.

Cela implique de ne laisser aucun sujet en jachère et de mettre à profit les années à venir pour organiser le débat d’idées et répondre aux enjeux critiques de l’avenir du travail, des technologies numériques, de l’environnement, de la culture, du social et de l’Europe.

Pour qu’ensemble nous parlions de nouveau à la jeunesse, à la France active, aux classes moyennes et populaires.

Pour qu’ensemble nous redonnions sa fierté à la droite!

Fidèlement.






3 Réponses à “Elections LR – la candidate Florence Portelli”

  1. De toute façon pour moi, ce sera L Wauquiez qui inclus en plus,
    l’identitaire dans la droite, theme soi disant uniquement reservé au FN.

  2. Moi quand je vois « droite sociale », je lis’droite socialiste » … Et puis l’état fort, c’est ambigu à souhaits pour satisfaire le plus grand nombre, et ratisser large …
    L’état, est là pour assurer les missions régaliennes, point ! pas pour « gérer le chômage », « diriger l’économie », « faire de l’économie solidaire », subventionner tout et n’importe quoi … Depuis 40 on ne compte plus les échecs retentissants et couteux de ces politiques interventionnistes !
    Moins d’état, recentré sur ses missions fondamentales, moins de dépenses publiques, plus de déficits …

  3. Josue Costier dit:

    WAUQUIEZ a trouvé un nouvel adversaire en la personne de Alain Juppé qui veut faire une alliance du centre avec Macron. L’adversité ne vient pas forcément de là où on l’attend. Le combat va être ardu

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *