Immigration : le grand ras-le-bol !

Publié par le 6 Sep, 2022 dans Blog | 3 commentaires

Immigration : le grand ras-le-bol !

Hier matin, Eric Zemmour a fait sa rentrée sur BFM TV avant l’université de son parti Reconquête qui aura lieu du 8 au 11 septembre prochain.

On a retrouvé le Zemmour pugnace qui n’a pas manqué de faire remarquer que ses théories du Grand Remplacement et du Grand Déclassement étaient validées tous les jours par des faits divers violents liés à l’immigration.

Ce qui a laissé de marbre Apolline de Malherbe !

A propos de cette militante et néanmoins journaliste, j’ai retenu qu’elle avait attaqué Eric Zemmour pour son soutien à Ségolène Royal concernant la propagande de guerre en Ukraine.

Elle s’est offusquée : « Vous trouvez courageux de propager le doute ? » Toute la perte d’éthique et de déontologie journalistique est révélée dans cette attaque !

Il n’est pas convenable d’énoncer une opinion qui va contre la pensée dominante ! Elle rejoint d’ailleurs ici la directrice de la rédaction de BFM TV, Céline Pigalle, qui avait déclaré à propos de la crise sanitaire (voir cet article) :

Il ne faut pas trop aller à rebours du discours officiel car ce serait fragiliser un consensus social …

Il me semble au contraire que « propager le doute » quand on est en présence d’une pensée unique devrait être le devoir de tout journaliste digne de ce nom !

Bref, je reviens à mes moutons …

Eric Zemmour a rappelé que si le pouvoir d’achat est actuellement le premier souci des Français, ils sont toujours deux tiers à croire réel et à craindre le Grand Remplacement.

C’est ce que nous dit cet article de Boulevard Voltaire :

Immigration : le grand ras-le-bol
des Français ne se cache plus

Les Français sont-ils excédés par l’immigration ? Ce samedi 3 septembre, alors que des « mineurs isolés », poussés par des associations proches de l’extrême gauche, squattent l’ancien collège Bellefontaine à Toulouse, les riverains décident de prendre les choses en main. Quelques minutes à peine après l’arrivée de ces migrants dans l’enceinte de l’école, les habitants du quartier viennent eux-mêmes leur demander de quitter les lieux. Aidés, dans un second temps, par les forces de l’ordre, ces riverains réussissent à déloger les migrants dans le calme, au grand dam des collectifs pro-migrants mobilisés.

Les Français exaspérés

Ce « délogement citoyen et républicain », pour reprendre les mots de Gilles-William Goldnadel, s’inscrit dans un mouvement de fond qui traverse la française. Après des années de laisser-aller migratoire, les Français n’acceptent plus l’ de masse qui déferle sur le territoire. Ainsi, selon un sondage pour CNews réalisé au début de l’été, 65 % de nos compatriotes estiment qu’il y a « trop d’immigration » en France. Le résultat dépasse largement la barre des 80 % auprès des sympathisants de la droite. D’autres enquêtes d’opinions réalisées ces dernières années font également état du doute grandissant des Français vis-à-vis de l’immigration. Par exemple, près de 70 % d’entre eux ne voient plus l’ comme une chance (enquête IFOP pour Le Figaro, novembre 2020). Un sondageIpsos publié en mars dernier révélait, quant à lui, qu’une « majorité de Français se disent inquiets au sujet de l’immigration, non seulement pour eux (57 %) mais surtout pour le pays (71 %) ». Résultat : près d’un Français sur deux craint le « Grand Remplacement de la population française » (enquête CSA pour CNews, février 2022).

Tous les voyants sont donc au rouge. L’exaspération gagne les Français, qui passent un cap et décident donc d’agir seuls pour lutter contre l’immigration. De leur côté, les pouvoirs publics ne semblent pas prendre la mesure du problème.

L’immobilisme du

La politique migratoire demeure inchangée et les entrées sur le territoire français, loin de ralentir, ne cessent d’augmenter. La France a ainsi délivré 733.070 visas en 2021, contre 712.317 l’année précédente (soit une hausse de 2,9 %), notamment à des immigrés originaires du Maroc, d’Algérie, d’Arabie saoudite et de Tunisie. À cela s’ajoute une augmentation des primo-délivrances de titres de séjour (+21,9 %) et des demandes d’asiles (+ 30,3 % par rapport à 2019). Outre cette immigration légale comptabilisée par le ministère de l’Intérieur, il existe une immigration illégale, très importante, qui passe sous les radars de la Place Beauvau mais avec laquelle les Français sont contraints de vivre.

Autre symptôme de la faillite des pouvoirs publics en matière migratoire : le faible pourcentage d’expulsions d’étrangers en situation irrégulière effectivement réalisées. Le fiasco récent de l’expulsion de l’imam Iquioussen illustre à lui seul le manque de fermeté du en matière migratoire. Car si le nombre d’obligation de quitter le territoire français (OQTF) prononcé augmente bel et bien depuis plusieurs années (+30 % entre 2016 et 2020), le taux d’exécution reste très faible. Seuls 6,9 % d’OQTF ont ainsi été exécutés en 2020, selon la mission Immigration, asile et intégration du Sénat. Un chiffre bien loin de 100 % d’exécutions d’OQTF promis par Emmanuel Macron en 2019.

Mais alors que les Français réclament davantage d’autorité et de fermeté en matière migratoire, le décide de reporter la loi Immigration, dont l’examen était initialement prévu au mois d’octobre. À l’image des habitants de Toulouse, les Français vont-ils faire eux-mêmes ce que l’État ne fait pas ou plus, à savoir contrôler l’immigration ?

Clémence de Longraye pour Boulevard Voltaire.

Merci de tweeter cet article :





3 Réponses à “Immigration : le grand ras-le-bol !”

  1. Ces français ont bien agi, il faut qu’ils prennent leurs responsabilités, que l’Etat et les journalistes refusent et permettent le grand remplacement.

    Aucun état au monde n’accepterait une telle politique qui amène la destruction du pays et son remplacement, la trahison des prétendus élites et journalistes est immense, Ils ne feront RIEN pour l’en empêcher.

    Il est temps que les Français se prennent en mains, car ils n’ont rien à attendre d’une élite qui les a rayés de leur politique pour les remplacer.

  2. Cette journaliste est pour melanchon…
    Ca veut tout dire.

    E Zemmour l’heritier du gaulisme a bien raison de se mefier des vandales pseudo journaleux et plutot militant de leur parti.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *