Madame, vous êtes la honte de la République !

Publié par le 19 Juin, 2020 dans Blog | 9 commentaires

Madame, vous êtes la honte de la République !

Va t-on vers un scandale d’Etat majeur ?

 Un des plus hauts magistrats de France vient
d’avouer un crime doublé d’un assassinat !

Je veux parler de l’assassinat politique du candidat de la droite aux élections présidentielles de 2017, François Fillon, un candidat que les sondages donnaient gagnant !

Le Point révèle en effet que l’ex-procureur du Parquet National Financier, Eliane Houlette, a reconnu, devant une commission d’enquête parlementaire, qu’elle avait subi de lourdes pressions dans l’enquête sur François Fillon.

Bien évidemment, ce n’est pas un scoop, car nombre d’observateurs avaient pointé l’étrange déroulement de cette enquête que j’avais résumé dans ce précédent article :

Quand la justice se substitue à la démocratie

  • Jamais une enquête n’avait été déclenchée seulement quelques heures après une révélation dans la presse !
  • Le Parquet national financier n’est compétent que pour des enquêtes financières complexes. Un emploi fictif d’assistant parlementaire ne relève d’aucune complexité !
  • Jamais une instruction n’avait été réalisée en si peu de temps et n’avait débouché aussi vite sur une mise en examen !
  • Jamais, pendant la V ème République, la justice n’avait traité d’affaires politiques en période électorale !

Oui, madame Eliane Houlette est vraiment la honte de la République ! A quoi bon avouer aujourd’hui, trois ans après les faits, qu’elle a subi des pressions pour que la « justice » aille dans un certain sens.

Que n’a t-elle dénoncé ces pressions à l’époque ? Pourquoi n’a t-elle pas démissionné ?

Elle dénonce les pressions du Parquet général, et ose prétendre y avoir résisté ! Quand on voit le résultat, on ne peut que constater qu’elle a résisté on ne peut plus mollement !

N’avait-elle pas perçu, à l’époque, l’enjeu de la forfaiture dont elle se rendait complice ?

Priver, approximativement 30 millions de Français de la victoire de leur candidat ! Ce n’est pas que François Fillon qui a été tué politiquement, c’est aussi la démocratie qu’elle a assassinée !

Voici des extraits de l’article du Point qui rend compte de l’audition de l’ex-procureur :

Affaire Fillon : l’ex-procureur
assure avoir subi des « pressions »

Éliane Houlette a été longuement entendue le 10 juin par la commission d’enquête de l’Assemblée nationale consacrée à « l’indépendance du pouvoir judiciaire ».

Par Marc Leplongeon

Houlette empêchée de se choisir un successeur chargé d’assurer l’intérim

La PNF s’est montrée agacée de ne pas avoir pu se choisir un successeur, chargé d’assurer l’intérim au moment de son départ, en juin 2019, comme c’est normalement l’usage pour tout chef de juridiction ou haut magistrat. « La procureure générale (Catherine Champrenault, NDLR) en a décidé autrement, contre mon avis », a-t-elle taclé. Ajoutant : « Je ne pense pas personnellement que ce soit une bonne chose : c’est un intérim qui a été fait par deux avocats généraux, qui étaient dédiés au contentieux économique et financier à la cour d’appel de Paris. »

« Finalement, conclut-elle, à travers cet intérim, ils avaient accès à toutes les procédures du Parquet national financier et ils [auraient] pu, si on leur avait demandé, renseigner [la hiérarchie, NDLR] sur tous les actes d’enquête. Je ne pensais pas que c’était opportun. » En effet, c’est là l’essentiel de son propos : la suspicion sans cesse lancée sur les procureurs dès lors que ces derniers sont amenés à enquêter sur des affaires sensibles, concernant le pouvoir politique.

Des remontées d’informations incessantes dans l’affaire Fillon

Et l’ancienne procureure de livrer son expérience personnelle dans l’affaire Fillon. Si Éliane Houlette a affirmé que la pression des journalistes était difficile à gérer – « Mais bon, ça, on peut s’en dégager, moi je n’avais pas de contacts avec eux et je ne lisais plus les journaux » –, c’est surtout la « pression du parquet général » qui l’a marquée. Les demandes incessantes pour qu’elle fasse remonter les informations le plus vite possible sur les derniers actes d’investigation, des demandes qui lui étaient parfois adressées pour « les actes de la veille », et qu’elle devait synthétiser « avant 11 heures le lendemain ».

« Les demandes de précisions, de chronologie générale – tout ça à deux ou trois jours d’intervalle –, les demandes d’éléments sur les auditions, les demandes de notes des conseils des mis en cause … Les rapports que j’ai adressés, je les ai relus avant cette audition [devant la commission de l’Assemblée nationale, NDLR]. Il y a des rapports qui étaient circonstanciés, qui faisaient dix pages, précis, clairs, voilà », soutient la magistrate. Qui ajoute : « On ne peut que se poser des questions [sur ce qui est fait de ces informations, NDLR]. C’est un contrôle très étroit… »

Le parquet général demande à ouvrir une information judiciaire

Éliane Houlette évoque également une réunion lors de laquelle on lui aurait demandé d’ouvrir une information judiciaire contre François Fillon, alors que les investigations avaient jusque-là lieu dans le cadre d’une enquête préliminaire.

Selon nos informations, cette réunion s’est tenue le 15 février 2017 à Paris. « J’ai été convoquée au parquet général – j’y suis allée avec trois de mes collègues, d’ailleurs – parce que le choix procédural que j’avais adopté ne convenait pas. On m’engageait [sic] à changer de voie procédurale, c’est-à-dire à ouvrir une information judiciaire. J’ai reçu une dépêche du procureur général en ce sens », a-t-elle dit devant la représentation nationale.

Si Éliane Houlette assure avoir d’abord résisté – « Ce sera quand je l’aurai décidé et quand j’aurai des éléments pour le faire » –, elle avoue avoir finalement été elle-même rapidement convaincue qu’il fallait ouvrir une information judiciaire, ce qu’elle fera le 24 février 2017. Selon nos informations, un nouveau désaccord éclatera alors quant aux termes employés dans le communiqué de presse.

Hasard du calendrier, c’est en effet en pleine affaire Fillon, en février 2017, que le Parlement vote définitivement la réforme de la prescription pénale. La loi prévoit que la justice financière ne pourra plus enquêter sur des faits remontant à plus de douze ans, ce qui pourrait être très favorable à François Fillon. Le PNF va alors publier un communiqué justifiant l’ouverture d’une information judiciaire par l’adoption de cette réforme, ce à quoi va tenter de s’opposer – sans succès – le parquet général, qui ne voulait pas en faire mention. « La libre communication d’un procureur fait partie de son indépendance », clame Mme Houlette.

« Je n’ai pas le sentiment que nous faisions cause commune »

L’ancienne magistrate affirme qu’« aucun des gardes des Sceaux [Christiane Taubira, Jean-Jacques Urvoas, François Bayrou, Nicole Belloubet] ou leurs collaborateurs immédiats ne [l]’ont interrogée ou [l]’ont incitée à agir ou à ne pas agir dans des dossiers particuliers ». Mais elle dénonce les « très, très nombreuses demandes » du parquet général, lequel s’ingère « au quotidien dans l’action publique ».

« J’ai gardé toutes les demandes, elles sont d’un degré de précision ahurissante […] Je les ai ressenties comme une énorme pression », précise-t-elle. Avant de conclure : « Je n’ai pas eu le sentiment que nous faisions cause commune. »

Mais que disait la même Eliane Houlette en juin 2019 ?

Cette femme n’a aucune éthique !

Conclusion

Oui, nous avons bien affaire à un scandale d’état ! Mais ne nous y trompons, madame Eliane Houlette n’est qu’une comparse, qu’un rouage dans une machination politique qui a changé le cours de l’histoire.

Mais alors qui sont les vrais commanditaires de madame Houlette ? Une idée ? On peut commencer par poser la bonne question :

Malheureusement, on est presque certain que, dans la République bananière qu’est devenue la France, cette affaire n’aura aucune suite judiciaire …

Merci de tweeter cet article :





9 Réponses à “Madame, vous êtes la honte de la République !”

  1. tant que le parquet dépendra de la Chancellerie, on verra se reproduire ce genre de situations. Ajoutons que le PNF a été taillé sur mesure, pour harceler Sarkozy, ainsi que tous ceux -de droite – qui risquaient de déranger les projets de réélection de Flamby … C’est sur lui que portent les soupçons. Pour parler comme Castaner, je dirais même des « soupçons avérés » !

  2. Cette affaire sort très opportunément, pour rappeler à Flamby, qu’il n’est pas le bienvenu dans la course à l’Elysée.
    Hollande avait laissé planer un doute sur ses intentions pour 2022, dans un entretien à un quotidien italien, récemment :
    https://www.lesechos.fr/politique-societe/politique/francois-hollande-sur-son-avenir-la-vie-est-pleine-de-sollicitations-et-dimprevus-1209496

  3. Christian 54 dit:

    Flambe est un (abo)minable qui n’a aucune pudeur et est prêt à toutes les bassesses. Il a eu un quinquennat totalement catastrophique et nous a laissé des séquelles effrayantes.

  4. La question importante est a qui profite le crime …
    et qui a fait ce coup bas…

    e houlette, qui parait ‘il, (je la cite) « ne connait strictement rien a la politique », selon ces « aveux » pendant la presidentielle,
    a contribué tres fortement a la destruction du candidat uniquement de la droite.
    marin lepen qui avait les meme casseroles, n’a pas eu le meme traitement…

    Tout demontre une volonté de detruire uniquement un candidat de droite, sinon N Sarkozy.

    Le pnf classé a goche, ( comme presque tous les « juges ») puisque crée par un pouvoir de goche par normal 1 er, a agit sans la moindre hesitation et c’est conformé
    tout simplement a son ideologie de goche.

    e houlette qui a ete pressurisée, selon ces dires, a ete « rapidement convaincue » du bien fondé de la mise en examen…
    Cette mollesse qui peut s’apparenter aussi a de la complicitée, demontre aussi un systeme de corruption mis en place utilisant des personnes particulierement docile…
    Tout dans cette affaire, etait un coup monté pour combattre et si possible detruire la droite uniquement.

    m lepen ayant les memes casseroles n’a pas ete inquietée une seule seconde, ni f bayrou…

    La justice bananiere dans une republique bananiere a parfaitement joué son role.

  5. maria-miguel Bechet dit:

    Je ne suis pas étonnée du tout, car depuis le début de cette affaire, cela sautait aux yeux qu’il fallait écarter F. Fillon.Et pourtant, je ne suis pas Filloniste, mais pas du tout. Seulement, je trouve en-dessous de tout la manière dont il été traité par la « Justice ».
    Mme Houlettte ne risque rien. Tout juste un petit inconfort de ses pairs, mais elle peut compter sur la solidarité de l’actuelle garde des sceaux, qui ne manque jamais une occasion de se discréditer.
    Totalement d’accord avec tout l’article.

    • vous écrivez vous n’êtes pas Filloniste moi j’ai fait campagne pour lui et si nous sommes aujourd’hui dans un tel merdier la faute à qui?
      Je vous pose une question pendant toutes ces années quel a été l’assistant ou l’assistante parlementaire de FILLON ? Pouvez vous me citer un seul nom , moi OUI Pénéloppe . Ils ont tué Fillon comme Sarkozy , les gauchos de m BON peut-on a nouveau écrire ce que l’on pense ,la loi AVIA a fait PSCHITT

  6. Ancien article Valeurs actuelles. Me Lévy, avocat de François Fillon, a dénoncé une enquête à charge et les réquisitions de mauvaise foi des procureurs avant de plaider la relaxe. Pensez-vous que l’ancien Premier ministre ait été victime d’une justice politique ou à tout le moins d’exception ?
    Yves d’Amécourt. C’est clair ! Le Parquet national financier a été créé par le pouvoir et est aux ordres du pouvoir ! Ce procès est un procès politique ! Le PNF veut absolument avoir raison et a cherché à justifier pendant ce procès son action inqualifiable durant l’élection présidentielle. Il s’est saisi de cette affaire alors que ce n’était pas du tout dans ses attributions. D’autres procureurs ne l’auraient pas fait. Mais le PNF les a court-circuités à la demande du pouvoir. Il a interprété les délais de prescription comme si l’article du Canard enchaîné était une révélation alors que l’emploi de Penelope Fillon était connu et ses revenus déclarés à l’administration ! Il a fait une enquête à charge et au pas de charge avant l’entrée en vigueur d’une nouvelle loi sur les délais de prescription ! François Fillon a été mis en examen alors qu’il n’aurait jamais dû l’être dans des délais aussi courts ! L’objectif était de l’empêcher d’accéder à la présidence de la République. L’empêcher de réformer la France et, c’est plus important, plus grave encore, l’empêcher…d’être PRESIDENT

  7. Dernier développement, et c’est de pire en pire :
    « Affaire Fillon : « il y a un an, Éliane Houlette niait avoir subi des pressions » dans une interview à Marianne, publiée quelques jours avant son départ à la retraite !
    https://www.lefigaro.fr/actualite-france/affaire-fillon-il-y-a-un-an-eliane-houlette-niait-avoir-subi-des-pressions-20200619

    • Comme quoi, l’ancienne jugette de goche qui pretendait ne rien connaitre a la politique, a su bien mentir et modifier sa strategie, selon la direction du vent…

      Cela demontre que le juges ne sont pas des personnes au dessus des autres, loin de la.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *